La Finlande doute après le revirement de l’Allemagne sur la relance de l’UE

1

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

HELSINKI / ROME

La Finlande est en train de se repositionner. Le plan de relance franco-allemand signale que l’UE dispose d’une perspective d’avenir plus large qu’auparavant, a déclaré la Première ministre finlandaise, Sanna Marin (SDP).

En effet, la nouvelle posture de l’Allemagne oblige la Finlande à prendre position, non seulement sur l’initiative de 500 milliards d’euros, mais aussi lorsqu’il s’agit de décider à quel groupe de l’UE elle veut appartenir.

Après la crise de la zone euro, la Finlande était restée aux côtés de l’Allemagne, elle avait prôné une politique économique stricte et la responsabilité propre des pays.

Pour l’heure, la Première ministre n’a pas voulu trancher et décider à quel groupe d’États membres de l’UE appartenait la Finlande concernant les plans de relance européens. La Finlande attendra la proposition de la Commission, évaluera la situation et prendra ensuite des décisions.

« Nous ne devrions pas nous concentrer sur la question des blocs. L’accent devrait être mis sur la question elle-même », a souligné Sanna Marin.

Parallèlement, dans une interview accordée à Euractiv Italie, le ministre italien des Affaires européennes, Enzo Amendola, a déclaré qu’aucun pays de l’UE ne remettait désormais en question la nécessité d’émettre des dettes. Il a également déclaré que la « conditionnalité » devrait permettre de garantir des dépenses « judicieuses ». (Pekka Vänttinen, Euractiv.com, Roberto Castaldi, Euractiv Italie)

BERLIN

Le gouvernement veut prolonger les restrictions. Alors que les gouvernements des Länder, comme celui de la Thuringe, espèrent que toutes les restrictions liées au COVID-19 seront supprimées en juin, la chancellerie veut prolonger la limitation des contacts dans le pays jusqu’au 5 juillet, selon des articles de presse publiés lundi 25 mai. Cela signifie que les gens devraient continuer à maintenir une distance de 1,5 mètre et à porter des masques dans les magasins et dans les transports publics.

La chancellerie voudrait cependant autoriser certains assouplissements des restrictions. Notamment en permettant aux membres de deux ménages – jusqu’à dix personnes – de se rencontrer à domicile ou dans des lieux publics, selon un projet de résolution consulté par DPA. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Consultation pour améliorer les conditions de travail du personnel de santé. Le gouvernement français a lancé lundi une large consultation visant à améliorer les conditions de travail et de rémunération du personnel de santé, ainsi que les soins administrés aux patients dans les hôpitaux. Cette consultation fait suite à une promesse du président Emmanuel Macron, qui a parlé fin mars d’un « plan massif d’investissement et de modernisation » pour les hôpitaux. L’augmentation des salaires, le temps de travail et la gouvernance des hôpitaux seront parmi les questions abordées, avec des réponses concrètes attendues pour la mi-juillet. (Euractiv France)

VIENNE

Ouverture des frontières orientales à la mi-juin. « À condition que les chiffres évoluent aussi bien qu’à l’heure actuelle », les contrôles aux frontières pourraient bientôt être allégés, a déclaré le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, lors d’une conférence de presse commune avec ses homologues de Hongrie, de Slovaquie et de la République tchèque, soulignant toutefois que les chefs d’État auraient le dernier mot.

Si l’ouverture des frontières avec l’Allemagne et la Suisse est également prévue pour la mi-juin, il n’y a toujours pas de calendrier concernant les frontières méridionales avec la Slovénie et l’Italie. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

DUBLIN

La commission irlandaise de protection des données réprimandée. Le militant autrichien de la protection de la vie privée, Max Schrems, a critiqué l’action de la commission irlandaise de protection des données (DPC), dans une tentative de forcer l’autorité à intensifier ses enquêtes en lien avec le règlement général sur la protection des données (RGPD) dans certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde.

« Après deux ans, nous pensons que le moment est venu de faire la lumière sur les lacunes de l’application actuelle du RGPD en Irlande et de porter le débat sur la place publique », a écrit Max Schrems dans une lettre adressée aux autorités de l’UE et publiée lundi 25 mai. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

VARSOVIE

Małgorzata Manowska à la tête de la Cour suprême. Małgorzata Manowska, qui dirige l’École nationale de la magistrature et le Ministère public depuis 2016 et est membre de la Cour suprême depuis 2018, a été nommée première présidente de la Cour suprême par le président Andrzej Duda. Cependant, dans la communauté juridique du pays, des voix s’élèvent suggérant que Małgorzata Manowska a été élue illégalement. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

Par ailleurs, un rapport du Parlement européen invite l’UE à accroître la pression sur la Pologne en matière d’État de droit. Les députés de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen, qui travaillent sur un projet de rapport sur la situation en Pologne, ont appelé les autres institutions de l’UE à une « action décisive ».

PRAGUE

Arrêt de l’exploitation du charbon à cause du coronavirus. Les tests généraux effectués sur tous les mineurs de la région de Darkov ont révélé 212 cas positifs de COVID-19, à la suite de quoi plus de 1 000 personnes qui étaient en contact avec les mineurs ont été mises en quarantaine. En conséquence, la région charbonnière de Darkov a arrêté ses activités minières et n’a pas pu bénéficier du relâchement national des mesures de confinement qui sont entrées en vigueur lundi 25 mai.

Parallèlement le gouvernement a décidé de lever les restrictions concernant les voyage. À partir de ce mardi 26 mai, toutes les frontières avec l’Autriche et l’Allemagne seront ouvertes et des contrôles aléatoires seront effectués. À partir de mercredi 27 mai, les Tchèques pourront se rendre en Slovaquie sans test et sans devoir subir de quarantaine, mais devront rentrer chez eux dans les 48 heures. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

SOFIA

La Bulgarie ouvre les jardins d’enfants. Alors que les autorités bulgares ont commencé à ouvrir les jardins d’enfants dans tout le pays après une période de fermeture de deux mois et demi, les experts médicaux demandent instamment aux personnes qui peuvent s’occuper des enfants à la maison de ne pas les renvoyer dans ces structures. La semaine dernière, la Bulgarie a enregistré une baisse constante des cas actifs de COVID-19 (environ 1 450 aujourd’hui) et s’attend à ce que le volet sanitaire de la crise prenne fin d’ici à la mi-juin. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BUCAREST

Nouvelle tentative d’imposer les produits locaux. Après une tentative infructueuse pour obliger les supermarchés à vendre au moins 51% de produits alimentaires issus de la production locale, les députés roumains tentent maintenant d’imposer aux entités publiques l’obligation de cesser d’acheter des aliments importés. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER