La Finlande envisage une fermeture totale de sa frontière avec la Suède

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

HELSINKI

Menace venant de l’Ouest. Pour la première fois de son histoire, la Finlande pourrait être confrontée à une menace venant de l’Ouest et non de l’Est. La frontière terrestre nord entre la Finlande et la Suède, longue de 600 kilomètres, était ouverte bien avant l’accord de Schengen et les gens sont habitués à faire la navette entre les deux pays.

Mais la situation a changé, car les deux États gèrent la crise du coronavirus différemment : la Finlande impose des restrictions, alors que la Suède se contente de faire des recommandations. Les autorités et les politiciens finlandais envisagent actuellement de fermer la frontière pour éviter les allées et venues des travailleurs, mais une telle mesure aura un impact direct sur le système de santé suédois. (Pekka Vänttinen, Euractiv.com)

BERLIN

Maintien des restrictions à l’échelle nationale. Les restrictions allemandes en matière de distanciation sociale se poursuivront au moins jusqu’au 19 avril, a annoncé le gouvernement le 1er avril, après une téléconférence entre le gouvernement fédéral et les chefs des Länder. La chancelière Angela Merkel a prévenu qu’il « serait très mauvais [d’assouplir] les restrictions initiales trop tôt ».

Le gouvernement a souligné que ces restrictions s’appliquaient également aux festivités de Pâques. Les directives recommandent aux gens de « s’abstenir en général de tout voyage et visite privés, même par des proches » et déconseillent tout contact physique avec toute personne extérieure à leur foyer. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Délit de crachat. La Belgique a fait du crachat sur la police un délit passible d’une forte amende et de peines de prison suite à une augmentation des incidents. Le Collège des procureurs généraux a confirmé que les contrevenants pouvaient être condamnés à des amendes allant jusqu’à 2 400 euros et à des peines de prison allant de 3 mois à deux ans. Cracher sur des produits alimentaires est passible de peines encore plus lourdes, allant jusqu’à 16 000 euros et jusqu’à cinq ans de prison, a indiqué De Standaard. (Alexandra Brzozowski, Euractiv Allemagne)

VIENNE

La loi d’urgence hongroise « critiquée ». La ministre autrichienne de l’Europe, Karoline Edtstadler, du parti conservateur ÖVP, a déclaré qu’elle se montrait « critique » à l’égard de la loi d’urgence récemment adoptée par la Hongrie « dans la mesure où [aucune] limite de temps » n’était mentionnée la concernant. « Qui pourra dire quand la crise sera terminée », a-t-elle ajouté lors d’un débat en ligne organisé par la Société autrichienne pour la politique européenne, mercredi 1er avril. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

PARIS

Un fonds de sauvetage de l’UE contre le coronavirus. La France réclame un nouveau fonds de sauvetage européen afin de répondre à la crise économique engendrée par le coronavirus. Ce nouvel instrument serait financé par une dette commune pour une période limitée de cinq ou dix ans, a déclaré le ministre de l’Économie Bruno Le Maire au Financial Times.

« Nous pensons à un fonds qui serait limité dans le temps avec la possibilité d’un endettement comme réponse à long terme à la crise », a-t-il déclaré. Selon Bruno Le Maire, une solution de dette commune concernant uniquement le coronavirus pourrait être « plus acceptable » pour les pays encore opposés aux « obligations corona ». (Euractiv France)

LONDRES

Ajournement de la COP-26. Le sommet climatique de l’ONU, la COP-26, qui doit avoir lieu à Glasgow, sera reporté de novembre à l’année prochaine en raison des perturbations causées par le coronavirus.

L’annonce, très attendue et soutenue par les défenseurs de l’environnement, a été faite dans une déclaration commune du Royaume-Uni et des Nations unies après une réunion « virtuelle » de fonctionnaires. La conférence devrait avoir lieu au milieu de l’an prochain. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

MADRID

Nombre record de décès. Selon des « chiffres attendus », l’Espagne a enregistré mercredi 1er avril son plus grand nombre de décès quotidiens, avec 864 personnes décédées et 7 719 nouveaux patients testés positifs. Les données semblent indiquer une baisse drastique du nombre de patients entrants, et le ministre de la Santé, Salvador Illa, a déclaré que le pays venait d’entrer dans une nouvelle « phase de stabilisation ». (Euroefe)

ROME

Prolongation des mesures restrictives. Le gouvernement italien a publié un nouveau décret visant à prolonger jusqu’au 13 avril le verrouillage auquel le pays est soumis. « Si nous commencions à assouplir les mesures, tous nos efforts auraient été vains », a expliqué le Premier ministre Giuseppe Conte lors d’une conférence de presse.

Selon lui, l’Italie est encore dans la première phase de la lutte contre le virus. « C’est seulement lorsque les experts seront d’accord que nous entrerons dans la deuxième étape, qui consiste à vivre avec le virus, puis dans la troisième étape, qui est le retour à la normale », a-t-il ajouté. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

LISBONNE

15 jours de plus. Le gouvernement portugais a approuvé mercredi 1er avril la proposition de décret du président Marcelo Rebelo de Sousa visant à renouveler l’état d’urgence pour 15 jours supplémentaires afin de contenir la pandémie COVID-19. Avant cela, le Premier ministre António Costa s’était exprimé à la télévision, déclarant que le gouvernement allait « resserrer un peu » et clarifier les règles de circulation, en particulier pendant la période de Pâques. Il a également averti qu’avril serait un mois « très dangereux » en ce qui concerne la propagation du virus. (lusa.pt)

BUDAPEST

Des lois en rafale. Dans une série de nouvelles propositions soumises par le vice-premier ministre Zsolt Semjén, le gouvernement propose de légiférer sur le genre, le chemin de fer Budapest-Belgrade, le projet de développement de la capitale, les théâtres, etc.

Dans le sillage de la nouvelle loi hongroise qui permet au Premier ministre Viktor Orbán de gouverner par décret tant que l’état d’urgence est déclaré, le gouvernement a proposé une série de lois, sans rapport avec la pandémie, sur lesquelles le parlement doit se prononcer. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

PRAGUE

Report de la date limite. En raison de la crise du coronavirus, la Commission européenne a reporté de deux mois le délai de réponse du ministère tchèque du Développement régional à l’audit de l’exécutif européen sur le conflit d’intérêts présumé du Premier ministre Andrej Babis. La réponse est désormais attendue d’ici au 5 juin, a rapporté la télévision publique tchèque le 1er avril. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

SOFIA

La Bulgarie prolonge l’état d’urgence. Le 1er avril, les autorités bulgares ont prolongé l’état d’urgence jusqu’au 13 mai. La décision doit être approuvée par le parlement. Le Premier ministre, Boyko Borissov, a écrit sur Facebook que la distanciation sociale était la seule mesure efficace contre la pandémie. La Bulgarie a également introduit de lourdes amendes (2 500 euros) pour les contrevenants, y compris pour ceux qui se promènent dans les parcs publics. Le nombre de cas confirmés mercredi était de 422, le nombre total de décès de 10. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.