Pegasus : la France dément avoir négocié l’achat du logiciel d’espionnage avec NSO Group

La France aurait été en discussion avec le groupe israélien NSO pour acheter son logiciel d'espionnage Pegasus, selon le MIT Technology Review. [shutterstock/T. Schneider]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook

Collecter des fonds en Europe avec Facebook.

Au Portugal, Vamos Ajudar o Diogo utilise Facebook pour collecter des fonds et sensibiliser l’opinion publique à FOXP1, une maladie génétique rare. Plus de 27 millions de personnes dans l’UE ont créé des collectes de fonds Facebook ou fait un don pour des causes qui leur tiennent à cœur. En savoir plus.


Aujourd’hui dans les Capitales

PARIS

La France dément avoir négocié avec NSO Group pour l’achat du logiciel d’espionnage Pegasus. La France aurait été en discussion avec le groupe israélien NSO pour acheter son logiciel d’espionnage Pegasus, selon le MIT Technology Review. Les pourparlers auraient coupé court après que les révélations en juillet ont identifié Emmanuel Macron comme l’une des nombreuses cibles du logiciel. Contacté par EURACTIV France, l’Élysée a démenti cette information.

Réunis au sein d’un consortium baptisé « Project Pegasus », Forbidden Stories et Amnesty International, en partenariat avec 17 médias, ont révélé en juillet dernier que la firme israélienne NSO Group mettait un logiciel d’espionnage très sophistiqué à la disposition d’une douzaine de gouvernements et dans un cadre légal quelque peu douteux.

Au même moment, selon le MIT Technology Review, le gouvernement français finalisait des négociations avec l’entreprise pour mettre la main sur le logiciel.

Après avoir appris qu’Emmanuel Macron et de nombreux membres de son gouvernement en 2019 figuraient sur la liste des 50 000 numéros de téléphone que NSO aurait offert à ses clients, Paris aurait mis fin aux discussions et renoncé à l’acquisition, « quelques jours seulement avant que la vente n’ait lieu », rapporte le magazine américain.

Début novembre, le député Fidesz Lajos Kósa, président de la commission de la Défense et de l’Application des lois du parlement hongrois, a admis que Budapest faisait partie des clients de la firme israélienne. La Hongrie n’est pas le seul pays européen à avoir acheté le logiciel, puisque l’Allemagne et l’Espagne l’ont également fait, selon des médias nationaux.

La pression sur NSO Group n’est jamais vraiment retombée depuis cet été. Le 3 novembre, l’entreprise a été ajoutée à la liste noire du département américain du Commerce pour s’être « engagée dans des activités contraires à la sécurité nationale ou aux intérêts de politique étrangère des États-Unis ».

« Nous sommes impatients de présenter l’ensemble des informations concernant la manière dont nous disposons des programmes de conformité et de respect des droits de l’homme les plus rigoureux au monde, fondés sur les valeurs américaines que nous partageons profondément, et qui ont déjà abouti à de multiples résiliations de contacts avec des agences gouvernementales qui utilisaient nos produits à mauvais escient », a déclaré la société en réponse à la décision de Washington.

L’entreprise a également dû revoir ses projets d’introduction en bourse et son nouveau patron, nommé début novembre pour tenter d’améliorer l’image de l’entreprise, est parti une douzaine de jours après sa prise de fonction, suite à la décision américaine.

Mardi (23 novembre), Apple a porté le dernier coup en intentant un procès contre NSO Group afin de « le tenir responsable de la surveillance et du ciblage des utilisateurs d’Apple », et dans l’espoir d’obtenir « une injonction permanente pour interdire à NSO Group d’utiliser tout logiciel, service ou appareil Apple. »

(Mathieu Pollet  | EURACTIV France

BERLIN

Négociations de coalition en Allemagne : la sortie du charbon avancée, les chaudières à gaz bientôt interdites. Les premières négociations de coalition gouvernementale sont sur le point de s’achever à Berlin, les Verts ayant obtenu des concessions de dernière minute, telles que l’accélération de l’abandon du charbon. Lire plus.

 (Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne

VIENNE

L’Autriche met en garde contre le saupoudrage des règles relatives au passe sanitaire en Europe. L’Autriche a averti que les différentes mesures prises par les pays de l’UE pour lutter contre la pandémie pourraient entraîner une fragmentation dans l’utilisation du passe sanitaire. Selon la ministre autrichienne des Affaires européennes, Karoline Edtstadler, le certificat Covid doit être renforcé, afin de garantir une approche harmonisée dans toute l’UE.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

DUBLIN 

Le régulateur irlandais de l’énergie annonce des limites à l’utilisation des centres de données dans un contexte d’inquiétude quant à l’approvisionnement en énergie. La Commission irlandaise de régulation des services publics (CRU) a annoncé mardi que, si elle n’interdisait pas purement et simplement aux centres de données de se connecter au réseau national du pays, de nouvelles mesures seraient mises en place pour limiter leur consommation d’énergie.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

La Finlande se porte candidate à la présidence de l’OSCE en 2025. La Finlande sera candidate à la présidence de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2025, a déclaré le président finlandais Sauli Niinistö lors d’une visite en Allemagne.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Les Italiens pourront recevoir des rappels cinq mois après la deuxième injection. Selon une lettre publiée mardi par le directeur général de la prévention des maladies au ministère de la Santé, Giovanni Rezza, le délai minimum pour recevoir une injection de rappel après avoir reçu deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech, Moderna ou AstraZeneca, ou une dose unique de Johnson & Johnson, a été fixé à cinq mois au lieu de six.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

Le parti indépendantiste catalan ERC ouvre la voie au budget espagnol pour 2022. Le parti indépendantiste catalan Gauche républicaine de Catalogne (Esquerra Republicana de Catalunya, ERC) a déclaré mardi qu’il voterait pour le budget espagnol pour 2022, ouvrant la voie à l’approbation finale des comptes publics du pays avant la fin de l’année, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Selon le Premier ministre, l’économie du Portugal peut converger vers celle de l’UE cette année encore. L’économie du Portugal pourrait converger vers celle l’UE cette année ou l’année prochaine, a déclaré mardi le Premier ministre António Costa, ajoutant que son pays n’était pas condamné à diverger et à dépérir..

(Francisca Matos, Lusa.pt)


GROUPE DE VISEGRAD 

PRAGUE

Espionnage : l’activité des agents iraniens a augmenté en Europe. «  Ces dernières années, après quelques décennies calmes, nous pouvons à nouveau observer une augmentation des activités des services spéciaux iraniens en Europe ainsi que leur agressivité croissante principalement contre l’opposition au régime en exil  », écrit le Service tchèque des renseignements (BIS) dans son rapport annuel publié mardi.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Budapest renonce aux vaccins orientaux et à l’approvisionnement conjoint de l’UE pour sa nouvelle commande de vaccins. La Hongrie ne participera pas au système d’approvisionnement commun de l’UE, mais renoncera également à commander des vaccins russes ou chinois dans le cadre de sa nouvelle commande de vaccins anti-pandémie, alors que la pandémie fait rage.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA | SKOPJE

Sofia et Skopje affichent leur unité аprès un tragique accident de bus. La Macédoine du Nord et la Bulgarie ont simultanément déclaré un deuil national après la mort de 46 personnes dans un bus en feu sur l’autoroute bulgare de Struma, à environ 50 kilomètres au sud de Sofia, la capitale bulgare. Les sept personnes qui ont réussi à s’échapper avant que le bus ne brûle complètement sont dans un état stable dans un hôpital de Sofia.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie, Alice Taylor | Exit.al/en)

BUCAREST

Le Parlement roumain va entendre les ministres proposés par M. Ciuca. Les ministres choisis par le Premier ministre désigné Nicolae Ciuca seront entendus par diverses commissions parlementaires mercredi 24 novembre, après que le Premier ministre désigné a déposé mardi au Parlement sa liste de ministres et son programme de gouvernement. Un vote de confiance pour le nouveau gouvernement devrait avoir lieu le lendemain, jeudi 25 novembre.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB | PARIS

Emmanuel Macron signera un partenariat stratégique à Zagreb avant le traité de Quirinal à Rome. Le président français Emmanuel Macron se rendra mercredi (24 novembre) en Croatie et un jour plus tard à Rome afin, notamment, de « préparer la présidence française du Conseil de l’Union européenne », qui débute le 1er janvier pour six mois, a noté la présidence française. Lire plus.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie, Mathieu Pollet | EURACTIV France)

BELGRADE 

Au moins deux morts et 16 blessés dans l’explosion d’une usine de moteurs de fusées à Belgrade. Une explosion dans l’entreprise EdePro, qui fabrique des pièces pour fusées, des turbomoteurs et du carburant, a secoué mardi à 14 heures la banlieue de Belgrade, à Leštane, faisant au moins deux morts et 16 blessés parmi les ouvriers.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Selon Christian Schmidt, il n’y aura pas d’armée de la Republika Srpska. «  L’armée de la Republika Srpska ne sera pas formée  », a déclaré le Haut représentant pour la Bosnie-Herzégovine, Christian Schmidt, dans une interview accordée à la Voix de l’Amérique. La Republika Srpska (RS) est une entité serbe en Bosnie-Herzégovine.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

La démocratie en Albanie a subi un coup dur en cinq ans. La démocratie en Albanie s’est considérablement dégradée au cours des cinq dernières années. Selon l’indice mondial de l’état de la démocratie, le pays est mal classé sur plusieurs points comme la corruption, l’indépendance des juges et la démocratie directe.

(Alice Taylor | Exit.al/en)


AGENDA:

  • Roumanie : Auditions des ministres proposés dans les commissions du Parlement.
  • Serbie : Conférence, Open Balkans —The Road to Stabilization, Cooperation and Regional Prosperity, se tiendra au Parlement. La conférence sera ouverte par le Président du Parlement Ivica Dacic et l’ambassadeur américain Anthony Godfrey.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe