La gauche espagnole propose la sortie de l’OTAN et s’oppose à la mission du pays en mer Noire

Neuf partis de gauche espagnols ont demandé vendredi à l’exécutif de ne pas participer à la mission de dissuasion de l’OTAN dans la région de la mer Noire, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

MADRID

La gauche espagnole propose la sortie de l’OTAN et s’oppose à la mission du pays en mer Noire. Le partenaire de la coalition, le parti Unidas Podemos (Unies nous pouvons), et huit autres partis de gauche ont signé un manifeste commun, dans lequel ils expriment clairement leur «  rejet total  » d’une mission espagnole en mer Noire et en Bulgarie pour soutenir l’OTAN alors que les tensions en Ukraine continuent de s’accroître.

Les neuf partis ont également exhorté le Premier ministre Pedro Sánchez du Parti socialiste espagnol (PSOE) à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à l’adhésion de l’Espagne à l’OTAN.

Unidas Podemos, Izquierda Unida, En Comú Podem, Alianza Verde, Bildu, BNG, CUP, Más País-Equo et Compromis — tous des partis de gauche — ont demandé vendredi à l’exécutif de ne pas participer à la mission de dissuasion de l’OTAN dans la région, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

Pendant ce temps, l’ancien dirigeant et fondateur de Podemos, Pablo Iglesias, a remis en question la nécessité pour l’Europe de s’impliquer dans un hypothétique conflit dans la région de la mer Noire samedi 22 janvier. Il a également mis en garde contre une confrontation avec la Russie, a rapporté EFE.

L’UE n’a pas «  le moindre intérêt  » à une confrontation militaire sur le sol européen avec un pays qui possède l’arme nucléaire (la Russie), a déclaré M. Iglesias. Selon lui, les citoyens espagnols ne sont pas «  idiots  » comme le croirait la ministre de la Défense, Margarita Robles, du parti au pouvoir, le PSOE. Ils savent que l’OTAN est «  une alliance militaire destinée à protéger les intérêts des États-Unis  », a-t-il ajouté.

Podemos a clairement exprimé sa position contre une éventuelle intervention militaire de l’UE et de l’OTAN dans la crise ukrainienne en cours.

Certains analystes politiques ont souligné la semaine dernière que le manifeste est un nouvel exemple des différences entre le PSOE et Unidas Podemos sur certains «  dossiers sensibles  », comme ce fut le cas pour la réforme du travail récemment approuvée.

Samedi, l’Espagne a envoyé la frégate Blas de Lezo en mer Noire dans le cadre d’une mission de l’OTAN dans la région, avait rapporté EFE. Madrid prévoit également de contribuer avec quatre ou six avions de combat Eurofighter pour renforcer la mission, qui sera déployée en février en Bulgarie.

Samedi, M. Sánchez a souligné que son gouvernement suit « de près » la crise en Ukraine et entretient des contacts réguliers avec les autres dirigeants de l’UE et l’OTAN. «  L’heure est à la diplomatie. Nous sommes engagés dans l’unité, la détente, la solidarité et le dialogue pour résoudre la crise avec la Russie  », a souligné M. Sánchez sur Twitter.

L’Espagne a rejoint l’alliance de l’OTAN en mai 1982, et un référendum a été organisé en mars 1986 ; une majorité de citoyens, 56,85 %, a alors voté en faveur de l’adhésion.

Dans leur «  Manifeste pour la paix et pour éviter une nouvelle guerre en Europe : désescalade et dialogue, pas de troupes ni d’armes pour l’Ukraine  », les neuf partis ont également exprimé leur inquiétude face à l’escalade militaire en Ukraine. Le conflit «  ne peut être résolu que par le dialogue, la désescalade et la conviction que la paix est la seule voie possible  », peut-on lire dans le texte du manifeste.

«  L’Union européenne doit éviter d’être entraînée dans le conflit et formuler des propositions concrètes de désescalade pour éviter un conflit qui porterait gravement atteinte à l’Ukraine et à l’ensemble de l’Europe  », ont-ils ajouté.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

BERLIN

La pandémie porte atteinte à la production économique allemande. La pandémie de Covid-19 a jusqu’à présent coûté 350 milliards d’euros à l’économie nationale, selon de nouvelles données publiées dimanche par l’Institut économique allemand. Dans le même temps, le gouvernement a abaissé ses prévisions de croissance pour 2022. Lire plus (en anglais).

(Julia Dahm | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Mme Le Pen perd un autre poids lourd au profit de M. Zemmour. Le député européen Gilbert Collard a annoncé samedi qu’il allait rejoindre les rangs du candidat d’extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour, trois jours seulement après avoir confirmé qu’il quittait le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, parti d’extrême droite. Lire plus (en anglais).

(Mathieu Pollet | EURACTIV France)

VIENNE

L’État autrichien de Carinthie fait état de problèmes de drogue massifs. La contrebande de drogues dans l’État fédéral méridional de Carinthie a considérablement augmenté. Des drogues dures comme la cocaïne et l’héroïne sont acheminées par kilos via la route des Balkans, ont averti les tribunaux. Lire plus (en anglais).

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

DUBLIN 

L’Irlande lève presque toutes les restrictions sanitaires. L’Irlande a levé presque toutes les restrictions sanitaires, suite aux conseils des responsables de la santé publique le vendredi 21 janvier. La plupart des restrictions sanitaires existantes ont été levées dès samedi à 6 heures du matin, a annoncé le Premier ministre Micheál Martin lors d’une conférence de presse vendredi soir, ajoutant que «  l’urgence est terminée  ». Lire plus (en anglais).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

Début du procès de la députée finlandaise anti-homosexualité. Päivi Räsänen, députée chrétienne-démocrate, ancienne présidente du parti et ministre de l’Intérieur de 2011 à 2015, comparaîtra lundi devant la justice suite à ses propos sur l’homosexualité, qu’elle a qualifiée de «  trouble du développement  ». Lire plus (en anglais).

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM

Le gouvernement suédois doit décider de la construction d’un dépôt de combustible nucléaire usé. Le gouvernement devrait annoncer cette semaine sa décision concernant la construction d’un dépôt pour le combustible nucléaire usé — c’est-à-dire le combustible nucléaire qui a été retiré après avoir été utilisé dans un réacteur nucléaire — dans la région d’Uppland au nord de Stockholm. Lire plus.

(Charles Szumski | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Silvio Berlusconi retire sa candidature à la présidence. Silvio Berlusconi, ancien premier ministre et président de Forza Italia, a annoncé le 22 janvier qu’il retirait sa candidature à la présidence de la République italienne. Lire plus (en anglais).

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

ATHENES

Un nombre croissant d’enfants contractent la Covid en Grèce. De plus en plus d’enfants ont contracté la Covid-19 après l’ouverture des écoles, selon le site d’information News247, malgré la baisse générale du nombre de cas dans la population totale. Lire plus (en anglais).

(EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Affaire Pegasus en Pologne : un agent de gestion retrouvé mort. De nouveaux éléments sont apparus ce week-end concernant l’utilisation abusive du logiciel Pegasus par les services spéciaux polonais. La semaine dernière, l’agent du Bureau central anticorruption (CBA), responsable de la mise en place et de la supervision de Pegasus, est décédé, tandis que vendredi, l’ancien chef du CBA, Paweł Wojtunik, a tweeté que sa fille avait été attaquée par téléphone par une personne laissant entendre qu’il serait mort. Lire plus (en anglais).

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Prague veut être moins dépendante du gaz russe et envisage de prendre une participation dans un terminal GNL. Le gouvernement tchèque souhaite prendre une participation dans un terminal GNL dans un pays voisin afin de diversifier ses approvisionnements énergétiques. L’Allemagne et la Pologne étant les deux seuls pays voisins à construire actuellement des terminaux GNL, la République tchèque privilégiera probablement la coopération avec Berlin. Lire plus (en anglais).

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

L’opposition rate l’occasion d’organiser un référendum le même jour que les élections et le sondage anti-LGBTQI du Fidesz. La campagne de l’opposition unie visant à recueillir suffisamment de signatures pour organiser un référendum le même jour que les élections nationales du 3 avril et le référendum concomitant du gouvernement sur les questions LGBTQI est presque certaine d’avoir échoué, malgré les affirmations contraires des représentants politiques de l’opposition, a rapporté Telex. Lire plus (en anglais).

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

 BRATISLAVA

Le ministère slovaque de l’Environnement va supprimer les obstacles à l’énergie géothermique. Le ministère prépare actuellement une nouvelle loi sur l’évaluation de l’impact environnemental (EIE), a récemment déclaré le secrétaire d’État du ministère de l’Environnement, Michal Kiča. Les règles de développement de l’énergie géothermique, bien que présentant un fort potentiel pour le chauffage, se heurtent à des obstacles législatifs en Slovaquie. Lire plus (en anglais).

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie accueillera des avions de chasse espagnols et néerlandais. La Bulgarie accueillera jusqu’à sept avions de combat Eurofighter espagnols et deux avions de combat furtifs F-35 néerlandais pour protéger l’espace aérien du pays en pleine crise ukrainienne, a confirmé le ministre de la Défense Stefan Yanev le 22 janvier. Les avions de combat effectueront des missions de police aérienne. Lire plus (en anglais).

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

ZAGREB | ATHÈNES

Pour Athènes et Zagreb, l’OTAN doit rester le principal garant de la sécurité. Le ministre croate des Affaires étrangères, Gordan Grlić Radman, et son homologue grec, Nicos Dendias, ont convenu que l’OTAN devrait être le principal garant de la sécurité en Europe, après que les deux hommes se soient rencontrés à Pula, en Istrie, après avoir participé à une conférence sur l’avenir de l’Europe vendredi. Lire plus.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

La Serbie informée d’un complot d’assassinat contre le président Vucic. Le département du ministre de l’Intérieur Aleksandar Vulin a été informé par Europol qu’un groupe criminel planifiait l’assassinat du président serbe Aleksandar Vučić, a déclaré M. Vulin le 21 janvier, ajoutant que la police ferait tout pour protéger le président. Lire plus (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

PODGORICA 

Les protestations contre la formation du gouvernement minoritaire monténégrin se poursuivent. Les protestations contre la formation du gouvernement minoritaire se sont poursuivies samedi et dimanche à Podgorica et dans plusieurs autres villes. Alors que des membres du parti Démocrates ont participé aux protestations, le chef du parti et président du parlement, Aleksa Bečić, ainsi que la plupart des ministres du gouvernement, ont déclaré les soutenir pleinement. Lire plus (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

Des centrales hydroélectriques suspendues par la Haute Cour albanaise vendent de l’électricité à la compagnie d’État d’énergie. Deux centrales hydroélectriques, exploitées par Gener2, auxquelles la Haute Cour a ordonné de cesser leurs activités en attendant l’issue d’une autre affaire judiciaire, auraient défié cette injonction et vendraient de l’électricité à la société nationale d’énergie. Lire plus (en anglais).

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA:

  • Allemagne : Le chancelier Olaf Scholz rencontre les premiers ministres régionaux pour discuter d’éventuelles mesures supplémentaires face à l’augmentation rapide des cas d’Omicron.
  • Espagne : Le ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares, fournira mardi au Parlement des détails sur la contribution espagnole à l’opération de dissuasion militaire de l’OTAN en mer Noire et en Roumanie.
  • République tchèque : la vice-présidente de la Commission européenne Margrethe Vestager se rend à Prague pour rencontrer le nouveau ministre tchèque de la Numérisation Ivan Bartoš et le ministre des Affaires européennes Mikuláš Bek.
  • Hongrie : Le Premier ministre Viktor Orbán rencontrera le Président russe Vladimir Poutine à Moscou le 1er février pour discuter du projet de centrale nucléaire Paks 2, du gaz et des vaccins.
  • Bulgarie : Les gouvernements de Bulgarie et de Macédoine du Nord tiendront une session conjointe à Sofia.
  • Croatie : La compagnie d’électricité HEP commence à faire payer son service aux stations de recharge pour voitures électriques le long des autoroutes.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe