La Grèce menace de licencier les travailleurs de la santé non vaccinés

À Athènes, le débat politique s’est enflammé la semaine dernière suite à la divulgation d’une étude qui a révélé que sur 3 988 décès examinés, 1 535 étaient « attribuables » au fait que les patients n’étaient pas dans une unité de soins intensifs alors qu’ils auraient dû l’être. [Shutterstock/Alexandros Michailidis]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

ATHENES

Le ministre grec de la Santé pourrait licencier les travailleurs du système national de santé qui persistent à ne pas se faire vacciner. Cette mesure a été critiquée par les partis d’opposition, tandis qu’une étude sur le manque d’unités de soins intensifs a suscité des remous politiques dans le pays.

En septembre, la mesure prévoyant la suspension du travail pour le personnel de santé non vacciné est entrée en vigueur, entraînant la suspension de 10 000 travailleurs du secteur de la santé.

Cette mesure a entraîné une grave pénurie de personnel dans le secteur publique de la santé. Le ministre de la Santé, Thanos Plevris, a signé un amendement autorisant ces personnes à reprendre le travail si elles recevaient une première dose de vaccin.

Certains ont accepté de recevoir le vaccin, mais quelque 4 000 soignants ne sont toujours pas vaccinés à l’heure actuelle.

S’exprimant devant le Parlement grec mercredi, M. Plevris a fixé au 31 mars 2022 la date limite à laquelle ils doivent se faire vacciner, faute de quoi le gouvernement envisagera leur licenciement.

« Ceux qui sont actuellement suspendus doivent savoir que tant que la pandémie durera, ils seront suspendus », a-t-il alors déclaré.

Il a ajouté que les autorités ne peuvent pas attendre plus longtemps pour qu’ils se fassent vacciner.

« Ils devront être vaccinés, sinon ils ne seront pas en mesure de dispenser leurs services dans le système national de santé. Il est maintenant clair que la vaccination est pour le bien de la société, donc toute personne qui souhaite assurer des soins de santé doit être vaccinée. »

Les partis d’opposition ont critiqué cette décision, affirmant que le gouvernement conservateur avait complètement perdu le contrôle de la pandémie.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 64,3 % (pour 67,8 % en moyenne dans l’UE) de la population grecque a été entièrement vaccinée à l’heure actuelle, et 26,5 % ont également reçu la dose de rappel.

Toutefois, le pays méditerranéen doit toujours faire face à un grand nombre de décès quotidiens liés à la Covid-19.

Selon l’Institut Reuters, 4 520 nouvelles contaminations sont signalées en moyenne chaque jour et plus de 20 000 personnes sont décédées des suites de la Covid depuis le début de la pandémie.

L’étude qui a fait des remous

À Athènes, le débat politique s’est enflammé la semaine dernière suite à la divulgation d’une étude menée par les épidémiologistes Sotiris Tsiodras et Theodoros Lytras. Cette étude a révélé que sur 3 988 décès examinés, 1 535 étaient « attribuables » au fait que les patients n’étaient pas soignés dans une unité de soins intensifs alors qu’ils auraient dû l’être en raison du nombre trop élevé de patients atteints de la Covid-19 devant être intubés.

Les épidémiologistes ont déclaré qu’ils avaient remis l’étude aux responsables gouvernementaux et qu’ils avaient donc été informés de la nécessité d’augmenter la capacité des unités de soins intensifs du système national de santé.

Le gouvernement a répondu en affirmant n’avoir jamais eu connaissance de cette étude.

Sous les pressions de l’opposition pour investir dans les unités de soins intensifs, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis avait déclaré au début de l’année qu’il n’existait aucune étude montrant une différence de mortalité entre les personnes intubées dans et en dehors des unités de soins intensifs.

(EURACTIV Grèce)

PARIS

La vaccination désormais ouverte aux 5-11 ans. En France, les enfants âgés de 5 ans et plus peuvent officiellement recevoir une dose de vaccin contre la Covid-19, a annoncé mercredi (22 décembre) le ministre de la Santé Olivier Véran. « Les rendez-vous peuvent commencer sans délai », a déclaré le ministre, avant de préciser : « 145 enfants sont hospitalisés pour forme grave ».

La vaccination des enfants n’est pas obligatoire et se fait sur la base du volontariat. Les enfants recevront une dose du vaccin Pfizer, avec un tiers du dosage d’un adulte.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

BERLIN

La marine allemande va envoyer plus de navires dans l’Indo-Pacifique. La marine allemande souhaite à nouveau envoyer des navires de guerre en mer de Chine méridionale en attendant les décisions du nouveau gouvernement. C’est ce qu’a déclaré le vice-amiral Kay-Achim Schönbach à Singapour.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne)

LA HAYE

Les Néerlandais se rendent en Belgique et en Allemagne pour leurs achats de Noël. Les Néerlandais qui n’ont pas encore terminé leurs achats de Noël ont réagi à la mesure de confinement mise en place par leur gouvernement ce week-end en allant faire du shopping et en fréquentant les bars et restaurants d’Allemagne et de Belgique. Bien que le franchissement des frontières soit autorisé par les règles actuelles, ces derniers ont été vivement critiqués par les autorités des trois pays.

(Thomas Lehnen | EURACTIV.com)

BRUXELLES

En Belgique, les mesures relatives à la Covid-19 seront renforcées juste après Noël. Le comité de concertation du gouvernement a décidé, mercredi 22 décembre, d’adopter de nouvelles mesures visant à freiner la propagation du variant Omicron en Belgique, qui entreront en vigueur à partir du 26 décembre. Lire la suite.

(Thomas Lehnen | EURACTIV.com)

VIENNE

L’Autriche est à temps pour faire face à l’arrivée d’Omicron. L’Autriche prendra des mesures supplémentaires en vue d’éviter la propagation du variant Omicron jusqu’à ce que davantage d’unités de soins intensifs soient libres et que l’on dispose de plus de données sur le nouveau variant.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

Le Hogmanay dans l’incertitude à cause du variant Omicron. Les fêtes de la Saint-Sylvestre pourraient faire l’objet de restrictions alors que le gouvernement réfléchit à imposer de nouvelles restrictions après Noël dans un contexte d’incertitude quant à l’impact du variant Omicron.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN

Le gouvernement irlandais augmente les aides aux entreprises touchées par la pandémie. Dublin a annoncé une série de mises à jour des programmes de soutien disponibles en période de pandémie alors que les entreprises sont confrontées à des restrictions continues en raison de la montée du variant Omicron.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

Le Père Noël voyagera durablement. Lors de la session plénière du Parlement précédant les fêtes de fin d’année, c’est la présidente du parti des Vrais Finlandais, Riikka Purra, qui a eu l’honneur de poser la traditionnelle question de Noël. Dans sa question au gouvernement, elle a fait part des préoccupations de son parti quant à la capacité du Père Noël à livrer des cadeaux en ces temps particuliers. Quelles mesures le gouvernement envisage-t-il d’adopter pour sécuriser les conditions de travail du Père Noël ? Les enfants ne doivent pas être déçus.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM

La Suède « rejette fermement » l’appel de la Russie à mettre en place des garanties contre l’expansion de l’OTAN vers l’est. La Suède rejette fermement la demande de la Russie, qui souhaite que l’OTAN n’accueille pas de nouveaux membres. C’est ce qu’a déclaré la ministre des Affaires étrangères, Ann Linde, qui a également exprimé ses préoccupations quant à l’escalade militaire russe à la frontière avec l’Ukraine.

(Charles Szumski | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

MADRID

L’Espagne impose à nouveau le port du masque en extérieur. Mardi, le gouvernement a approuvé une mesure rendant obligatoire le port du masque en extérieur même si la distance sociale peut être respectée. Cette mesure s’inscrit dans un contexte de lutte pour freiner l’augmentation rapide des cas de contamination par le variant Omicron.

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

LISBONNE

La Commission européenne approuve une nouvelle aide pour la compagnie aérienne publique TAP. Mercredi, la Commission européenne a approuvé une nouvelle aide de 71,4 millions d’euros de l’État portugais à la compagnie aérienne TAP un jour après avoir approuvé le plan de restructuration et 107,1 millions d’euros d’aides liées à la pandémie.

(Ana Matos Neves | Lusa Portugal)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Le scandale Pegasus pourrait ouvrir un nouveau front dans le conflit qui oppose la Pologne à Bruxelles. Les eurodéputés demandent à la Commission européenne d’enquêter sur les récentes révélations concernant l’utilisation du logiciel Pegasus par des entités gouvernementales polonaises à l’encontre d’un éminent avocat et d’un procureur. Ce scandale d’espionnage pourrait alimenter le conflit qui oppose la Pologne à l’Union européenne sur la question de l’État de droit.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Pour Věra Jourová, le journalisme est une profession à risque dans certains États membres de l’UE. Dans certains États membres de l’UE, le journalisme est une « profession présentant véritablement des risques », a déclaré la vice-présidente de la Commission européenne Věra Jourová à EURACTIV République tchèque dans un entretien, ajoutant qu’elle « négociera avec ces États de manière bilatérale ».

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BRATISLAVA

La Banque nationale slovaque estime que la transition écologique pourrait entraîner une forte inflation en 2022. La transition écologique, qui obligera les entreprises à se défaire d’une partie de leur flotte de transport, est la principale cause de la multiplication par deux de l’inflation annuelle moyenne prévue en 2022. C’est en tout cas ce qu’affirme la Banque nationale slovaque.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La position du ministre de la Défense bulgare sur l’OTAN crée des tensions politiques. La position du ministre de la Défense bulgare, Stefan Yanev, selon laquelle il n’est pas nécessaire de déployer des troupes supplémentaires de l’OTAN dans le pays, a créé de graves tensions politiques à Sofia. Le Premier ministre Kiril Petkov a immédiatement réagi en déclarant que le ministre avait exprimé sa position personnelle, qui n’aurait pas dû être exprimée de cette manière.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCHAREST | OSLO

Le parlement roumain approuve l’acquisition d’avions de chasse F-16 auprès de la Norvège. Le Parlement a autorisé le ministère de la Défense à lancer la procédure d’acquisition de 32 avions de chasse auprès de la Norvège. Les avions devraient être utilisés pendant au moins 10 ans en attendant l’acquisition des chasseurs de cinquième génération tels que les F-35.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

La Croatie va offrir jusqu’à 26 000 euros aux expatriés qui rentrent au pays pour créer une entreprise. Les Croates qui choisissent de rentrer d’autres pays de l’UE et de créer leur propre entreprise en Croatie recevront des subventions pouvant aller jusqu’à 200 000 kuna (26 000 €) dans le cadre du nouveau programme « Je choisis la Croatie », a annoncé le ministre des Affaires étrangères Andrej Plenković. Lire la suite.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

La Slovénie opte pour un renforcement modéré des restrictions avant les fêtes de Noël. La Slovénie a opté pour un renforcement modéré des restrictions relatives à la propagation de la Covid-19 avant les vacances de Noël. Ces nouvelles mesures interviennent dans un contexte de baisse constante du nombre de nouvelles contaminations qui contraste avec la recrudescence du variant Omicron dans de nombreux autres États européens.

(Sebastijan R. Maček | sta.si)

BELGRADE 

Vladimir Poutine compte sur la poursuite d’un dialogue constructif et d’une coopération avec Aleksandar Vučić. Dans une lettre adressée au président serbe Aleksandar Vučić, le président russe Vladimir Poutine a déclaré qu’il comptait sur la « poursuite d’un dialogue constructif (avec ce dernier) et d’un travail conjoint et étroit sur les questions actuelles de l’agenda bilatéral, régional et international ».

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

///

L’Université de Belgrade invalide le diplôme de doctorat du ministre des Finances. Mercredi, le Conseil de l’Université de Belgrade a décidé d’invalider le doctorat du ministre des Finances Siniša Mali, obtenu en 2013 à la Faculté des études organisationnelles, pour cause de plagiat.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

La discrimination est toujours présente en Bosnie-Herzégovine selon un requérant dans une affaire de la CEDH qui remonte à il y a 12 ans. Mercredi, alors que 12 ans se sont écoulés depuis que le Conseil supérieur des juges et des procureurs de la Cour européenne des droits de l’Homme a rendu son verdict dans l’affaire Sejdić-Finci, Dervo Sejdić, qui est l’un des requérants et qui est également le président du centre d’information rom Kali Sara, a déclaré que la discrimination «n’avait pas été éradiquée » en Bosnie-Herzégovine.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

///

Les associés de Milorad Dodik et la mission de l’UE rejettent tous deux les rapports des médias sur Olivér Várhelyi. De hauts responsables du parti au pouvoir dans l’entité à majorité serbe Republika Srpska (RS) de Bosnie-Herzégovine ont rejeté les allégations des médias qui laissaient entendre que le commissaire européen à l’élargissement Olivér Várhelyi était d’accord pour que l’entité tienne la récente session où elle a soutenu une initiative en faveur du retrait de la RS des institutions étatiques du pays.

La délégation de l’UE en Bosnie-Herzégovine a confirmé que [Milorad] Dodik, membre serbe de la présidence tripartite du pays, a informé le commissaire de ses intentions de convoquer la session, mais que « cela n’impliquait aucunement un assentiment ou une acceptation de cette initiative ».

« En effet, M. Várhelyi s’est opposé à cette initiative », indique également la déclaration.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

Macédoine du Nord : Zoran Zaev démissionne officiellement de son poste de Premier ministre. Zoran Zaev a officiellement démissionné de son poste de Premier ministre de Macédoine du Nord, en envoyant sa lettre de démission au président du parlement. Dimitar Kovačevski, un économiste de 47 ans formé à Harvard et le leader nouvellement élu du SDM au pouvoir, remplacera Zaev en tant que Premier ministre par intérim jusqu’à la mi-janvier 2022. Lire la suite.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie, Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

///

La légalité des centrales hydroélectriques remise en question par un audit de l’État de Macédoine du Nord. Un rapport de l’Office d’audit de l’État de Macédoine du Nord publié lundi fait état de graves violations dans l’octroi de concessions pour de petites centrales hydroélectriques, ce qui remet en question la légalité même des centrales.

(Exit.al)

TIRANA

Fuite de données personnelles divulguant notamment les salaires de plus de 600 000 Albanais. Les données personnelles, y compris le nom et le salaire de quelque 637 138 citoyens albanais, ont été divulguées suite à la deuxième fuite de données la plus importante de l’année.

(Barbara Halla | Exit.al)


AGENDA 2022:

  • 1er janvier : la France prend le relais de la Slovénie à la présidence du Conseil de l’UE.
  • 6—7 janvier : visite du Collège des commissaires européens à Paris.
  • Début janvier : réunion du Conseil OTAN-Russie sur la sécurité européenne (à confirmer).
  • 12—14 janvier : conseil informel des Affaires étrangères (Gymnich) à Brest, en France.
  • mi-janvier : la Commission européenne présentera une proposition de taxonomie européenne sur la finance durable.
  • 17 Janvier : Conseil agriculture et pêche / Eurogroupe.
  • 18 Janvier : Conseil Affaires économiques et financières.
  • 17—19 janvier : session plénière du Parlement européen à Strasbourg et élection du président du Parlement européen.
  • 20—22 Janvier : réunion informelle des ministres de l’Énergie / de l’Environnement à Amiens, en France.
  • 24 janvier : Conseil des Affaires étrangères
  • 26 Janvier : la Commission européenne dévoilera les principes de la Décennie numérique (à confirmer).

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe