La Hongrie demande des excuses à la Finlande après les critiques sur sa loi d’urgence

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

HELSINKI / BUDAPEST

Excuses attendues. La Hongrie exige des excuses des députés européens finlandais, des chercheurs universitaires et de certains médias pour avoir critiqué « à tort » et diffusé de « faux » arguments concernant la loi d’urgence du pays promulguée à la suite de la crise du coronavirus, selon les lettres envoyées par l’ambassade de Hongrie à Helsinki.

Par ailleurs, le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré que son gouvernement mènerait ce mois-ci une nouvelle enquête nationale auprès des Hongrois sur un large éventail de questions portant sur le COVID-19 et sur d’autres mesures économiques. Le questionnaire comprendra également une question sur le milliardaire hongro-américain George Soros, que le gouvernement a précédemment accusé d’avoir orchestré la crise migratoire en Europe, ainsi que sur « son projet d’émettre des obligations perpétuelles », qui, selon le Premier ministre, « conduirait à l’esclavage de la dette ». (Pekka Vänttinen, Euractiv.com, Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

INSTITUTIONS DE L’UE

Phil Hogan à la tête de l’OMC ? Le commissaire européen au commerce, Phil Hogan, envisage de présenter sa candidature au poste de directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a déclaré son porte-parole dimanche 31 mai.

BERLIN

Débat sur le nouveau plan de relance. Les partis au pouvoir en Allemagne restent divisés sur les principaux éléments du plan d’aide de 80 milliards d’euros lié au COVID-19 le plus récemment proposé. Celui-ci vise à stimuler l’économie et la demande. Parmi les questions qui font débat figurent le salaire minimum, l’impôt sur les sociétés, l’aide aux municipalités et les mesures d’incitation à l’achat de voitures. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

Parallèlement, des manifestants ont envahi les rues de Berlin durant le week-end, dans la foulée des manifestations de grande envergure contre le racisme et la violence policière aux États-Unis. Samedi 30 mai, 2 000 personnes sont venues manifester devant l’ambassade des États-Unis après l’assassinat de George Floyd, un Afro-Américain désarmé, mort asphyxié lors de son arrestation par un policier de Minneapolis. De grandes manifestations ont également eu lieu dimanche 31 mai à Kreuzberg à l’initiative du groupe « Black Lives Matter ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

Par ailleurs, le conseil de surveillance de la compagnie aérienne allemande Lufthansa a finalement donné son feu vert au plan de sauvetage de 9 milliards d’euros proposé par le gouvernement, après que la Commission européenne a fait des compromis sur les conditions d’approbation de ce plan.

PARIS

Après les mesures d’aide, les licenciements. Alors que la plupart des mesures de fermeture ont été levées à compter de ce lundi 2 juin et que la vie commence à revenir à la normale en France, l’économie a été durement touchée. Le groupe Renault a notamment annoncé un plan massif de réduction des coûts, qui impliquerait 15 000 suppressions d’emplois dans le monde, dont 4 600 en France. Et bien que la plupart des entreprises françaises aient eu accès au chômage partiel, qui a permis au système d’assurance chômage de payer les salaires d’une partie de la main-d’œuvre, les spécialistes prévoient une vague de licenciements massifs cet été. (Euractiv France)

BRUXELLES

Confusion aux frontières. La décision des autorités belges de permettre aux personnes de traverser la frontière avec les pays voisins pour rendre visite à leurs proches a créé la surprise dans certains cas. Les Belges qui tentaient de passer en France ont été refoulés, et les maires néerlandais n’ont pas apprécié. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Bisbilles au sein de la coalition. L’initiative du chancelier autrichien Sebastian Kurz contre le plan de relance européen Merkel-Macron était une « erreur », a déclaré le leader des Verts autrichiens dans une interview télévisée samedi 30 mai. Lorsque la coalition des conservateurs et des Verts autrichiens a été inaugurée en janvier, les observateurs ont prédit que la politique européenne pourrait devenir une pomme de discorde entre les deux partis. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Nouvel accord sur les élections. Le Royaume-Uni et la Pologne ont signé un traité qui garantit aux citoyens britanniques et polonais le droit de se présenter et de voter aux élections locales dans leur pays d’accueil après la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Le traité signé à Varsovie le 29 mai fait de la Pologne le quatrième pays de l’UE à signer un traité sur le droit de vote avec le Royaume-Uni, après l’Espagne, le Portugal et le Luxembourg l’année dernière. Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré dans un communiqué que l’accord concernerait « près d’un million de citoyens britanniques et polonais » installés respectivement en Pologne et au Royaume-Uni.

MADRID

Ultime prolongation du confinement. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a confirmé dimanche 31 mai qu’il demanderait une sixième et dernière prolongation de 15 jours de l’état d’urgence, qui est entré en vigueur le 14 mars, jusqu’au 21 juin. Le gouvernement défend cette mesure comme étant le seul moyen de garantir que le processus de déconfinement reste ordonné. Elle devrait être adoptée par les législateurs cette semaine avec le soutien du parti basque PNV. Le parti catalan de gauche ERC a accepté de s’abstenir. (Euroefe)

ROME

L’application de traçage des cas de COVID-19 lancée dans quatre régions. L’essai d’« Immuni », l’application mobile italienne permettant de suivre les contacts des personnes ayant été testées positives au COVID-19, a été officiellement lancée lundi 1er juin dans les régions des Pouilles, des Abruzzes, des Marches et de la Ligurie.

Une fois installée, l’utilisateur devra saisir des données telles que sa ville de résidence. Ensuite le système générera automatiquement et anonymement des codes qui pourront être échangés entre les smartphones. L’application a été approuvée ce lundi 1er juin par le gouvernement. (Valentina Iorio, Euractiv Italie)

ATHÈNES

Qui peut se rendre en Grèce ? Le ministère des Affaires étrangères a publié une déclaration indiquant que jusqu’au 15 juin, la règle selon laquelle tous les visiteurs, quelle que soit leur nationalité, même les Grecs venant de l’étranger, doivent être contrôlés, restait toujours d’application. Si le résultat est négatif (le jour suivant), ils doivent rester isolés pendant sept jours. Si le test est positif, les voyageurs doivent être mis en quarantaine pendant 14 jours.

VARSOVIE

Sondages présidentiels. Bien que le président polonais Andrzej Duda reste en tête des sondages à l’approche des élections présidentielles qui auront probablement lieu le 28 juin, sa position s’affaiblit à chaque scrutin. Selon un sondage, Andrzej Duda dispose actuellement de 32 % d’intentions de vote, alors que le nouveau venu dans la course, le maire de Varsovie, Rafał Trzaskowski, est à 25 %. Le candidat indépendant, Szymon Hołownia, qui est une personnalité de la télévision, bénéficie d’un soutien de 22 %. Un autre sondage crédite toujours Andrzej Duda de 42 % des intentions de vote, tandis que Rafał Trzaskowski est à 23 %. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

LJUBLJANA

La Slovénie intensifie les contrôles. La police slovène va renforcer les contrôles aux frontières de mardi 2 juin à vendredi 5 juin, en raison du nombre plus élevé de migrants sur la route dite des Balkans (ils arrivent principalement de Grèce et passent par la Macédoine du Nord, l’Albanie et la Serbie), suite aux ordres du chef de la police d’État Anton Travner, a rapporté l’agence de presse d’État STA. (Zoran Radosavljević, Euractiv.com)

BELGRADE

Les Serbes ne pourront pas venir au Monténégro. Alors que le Monténégro a ouvert ses frontières à certains de ses voisins lundi 1er juin, les citoyens serbes ne sont pas encore autorisés à entrer dans le pays. En effet, le gouvernement monténégrin a décidé d’ouvrir ses frontières aux citoyens et aux résidents de 131 États qui déclarent moins de 25 cas de coronavirus pour 100 000 habitants, et la Serbie n’en fait pas partie. (Euractiv Serbie, betabriefing.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER