La Hongrie interdit aux citoyens de changer légalement de sexe

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUDAPEST

Interdiction du changement de genre. Le président hongrois, Ader Janos, a approuvé une loi qui interdit aux citoyens de changer légalement de sexe, une décision que les critiques considèrent comme une violation des droits des transgenres. La norme, qui change la mention « sexe » en « sexe à la naissance » sur les certificats de naissance, freine les progrès juridiques réalisés à ce jour en la matière en interdisant tout amendement du texte. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

BRUXELLES

La crise du Fonds pour une transition juste se poursuit. Jeudi 28 mai, la Commission européenne a dévoilé son plan d’investissement du nouveau Fonds pour une transition juste, qui s’élève à 40 milliards d’euros répartis entre les États membres. Les discussions se poursuivent sur l’élargissement du champ d’application du fonds à d’autres régions, qui pourraient nécessiter une aide sur le plan écologique. (Sam Morgan | Euractiv.com)

Par ailleurs, en Belgique, la ministre de l’Économie, Nathalie Muylle, a annoncé que le secteur de l’Horeca ne rouvrirait pas avant le 8 juin — une décision qui sera réexaminée lors de la prochaine réunion du Conseil national de sécurité, le 3 juin. Mais selon une étude de l’Université de Gand, 85 % des propriétaires de restaurants et cafés s’attendent à accueillir moitié moins de clients que d’habitude lors de leur réouverture. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Le « désastre des péages ». Lors de sa comparution devant la commission d’enquête concernant sa responsabilité dans le « fiasco des péages » — qui pourrait coûter plusieurs centaines de millions d’euros aux contribuables —, le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, a affirmé ne pas savoir qu’il commettait personnellement une faute. L’homme politique a également déclaré qu’il était toujours favorable à l’instauration du péage routier controversé, qui ne s’appliquerait qu’aux étrangers. (Phillip Grüll | Euractiv Allemagne)

PARIS

Déconfinement maitrisé. Le Premier ministre français, Édouard Philippe, a annoncé le 2 juin une série de mesures visant à faciliter le déconfinement en France. Des plages, des parcs et des lacs seront rouverts et des entreprises pourront reprendre leurs activités dans la majorité du pays, mais les cinémas, les stades, les clubs sportifs et les discothèques resteront fermés jusqu’au 21 juin. Les Français qui souhaitent se rendre à l’étranger devront attendre le feu vert de l’UE après le 15 juin. (Euractiv France)

LONDRES

Suite de l’affaire Cummings. Jeudi, la police de Durham a conclu que Dominic Cummings, le conseiller de Boris Johnson, avait bien enfreint le confinement en parcourant 400 kilomètres avec sa famille pour se rendre dans une autre propriété, mais qu’il n’avait cependant pas dérogé à la loi. Le Premier ministre britannique a alors clamé que l’affaire était close, mais la controverse n’a pas manqué de mettre à mal la crédibilité de ce dernier. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

ROME

385 000 chômeurs de plus. En Italie, 2,2 % de la population active, soit 385 000 personnes, ont perdu leur emploi en raison des mesures de restriction imposées dans le pays, selon les estimations de l’Institut national italien des statistiques (Istat). Si l’industrie du tourisme, et en particulier les restaurants et les hôtels, a le plus souffert de la pandémie, les secteurs du commerce, de la production et des transports ont également été fortement touchés. (Euractiv Italie)

MADRID

Les îles Canaries espèrent relancer l’industrie touristique. Lorsque le gouvernement espagnol a mis le pays en quarantaine en mars pour contenir la propagation du coronavirus, le tourisme aux Canaries a rapidement disparu, bien que le territoire espagnol ait été peu touché par le COVID-19. Les îles espèrent maintenant redémarrer leur principale industrie le plus rapidement possible tout en garantissant la sécurité des visiteurs. (Euroefe)

LISBONNE

Fin du procès des clubs de football. Le procès des attentats du Sporting à Alcochete s’est terminé jeudi avec neuf peines de prison, 28 condamnations avec sursis, quatre amendes et trois acquittements, dont celui de Bruno de Carvalho, l’ancien président du club. Les juges ont accédé aux demandes du procureur presque à l’unanimité et ont prononcé des peines maximales de cinq ans avec sursis pour les accusés sans antécédents judiciaires, et effectives pour les accusés ayant un casier judiciaire.

Lors des dernières allégations du 11 mars, le procureur, Fernanda Matias, a également demandé l’acquittement de Bruno de Carvalho, Nuno Mendes « Mustafá » et Bruno Jacinto, qui étaient accusés d’avoir ordonné les attentats du 15 mai 2018. (Alexandra Oliveira | Lusa.pt)

VARSOVIE

Huit milliards d’euros pour la « transition juste ». D’après la proposition du Fonds pour une transition juste, la Pologne pourrait recevoir jusqu’à 20 % de l’ensemble du financement, soit 8 milliards d’euros (35,5 milliards de zlotys), ce qui représente le montant le plus élevé jamais accordé à un État membre. (Łukasz Gadzała | Euractiv Pologne)

BUDAPEST

Manifestations contre la « criminalité tsigane ». Des centaines de manifestants se sont rassemblés à la suite d’une attaque à l’arme blanche qui a fait deux morts dans la capitale la semaine dernière, malgré l’interdiction des rassemblements publics, pour protester contre ce qu’ils appellent la « criminalité tsigane », rapportent les médias locaux. Le mouvement d’extrême droite « Our Homeland Movement », l’organisateur de la manifestation, a maintenu le rassemblement malgré l’interdiction de la police. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

PRAGUE

Désaccord catégorique. Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, ne soutient pas l’idée d’une dette commune de l’UE et est en profond désaccord avec la répartition du nouveau fonds de relance. « Je rejette catégoriquement l’idée que le chômage doive jouer un rôle important dans ce dispositif », a déclaré l’homme politique, en affirmant que « les pays qui ont réussi à maintenir un faible taux de chômage même en période difficile ne doivent pas être sanctionnés ». Le ministre souhaite que la proposition soit calculée en fonction du revenu national brut (RNB) et non du produit national brut (PIB). (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

BUCAREST

Législation pour les saisonniers. Le Parlement européen débattra et votera une résolution concernant la situation des travailleurs saisonniers lors de sa session plénière de juin, a déclaré le président du groupe politique Renew Europe, Dacian Cioloș. Divers cas de travailleurs saisonniers roumains vivant dans de mauvaises conditions en Allemagne et aux Pays-Bas, notamment pendant la pandémie, ont été rapportés par les médias.

« Il est nécessaire d’avoir une législation plus claire dans l’UE concernant les contrats des travailleurs saisonniers, leurs droits sociaux et les conditions dans lesquelles ils travaillent, tant dans l’agriculture que dans la construction, le tourisme ou l’aide sociale », a soutenu Dacian Cioloș. L’eurodéputé roumain a déclaré que les problèmes récents rencontrés par les Roumains en Allemagne ont révélé le manque de normes communes en la matière, un problème que l’Europe met de côté depuis des années et qui ouvre la porte à des abus. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER