La Pologne appelle à l’abandon du projet Nord Stream 2

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

VARSOVIE

Le projet controversé du gazoduc Nord Stream 2 a déjà coûté trop cher à l’Europe, et les enjeux pour la sécurité, la crédibilité et l’indépendance de l’UE augmentent d’année en année, a déclaré dimanche (13 septembre) le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, appelant l’Allemagne à l’abandonner.

Le pipeline « fait exploser la politique énergétique de l’UE de l’intérieur », a écrit M. Morawiecki dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung.

La Pologne, qui importe de Russie la majeure partie du gaz qu’elle consomme, s’oppose depuis longtemps au projet Nord Stream 2, arguant qu’il renforcerait la position déjà dominante de Moscou sur le marché du gaz de la région.

Le gazoduc sous-marin, conçu pour acheminer le gaz de Russie vers l’Allemagne, est achevé à 90 % et devrait entrer en service l’année prochaine.

« Il rend le navire européen dépendant à l’approvisionnement gazier russe, et ce, en prévoyant des apports financiers aux oligarques russes », a indiqué M. Morawiecki. « [De plus], il présente un grand danger : sous le couvert de la coopération économique, la Russie pourrait influencer les actions de l’un des plus importants partenaires économiques et politiques de l’UE et de l’OTAN – l’Allemagne », a-t-il déploré.

Mais, les politiques allemands ont laissé entendre qu’ils pourraient refuser leur soutien après l’empoisonnement présumé du leader de l’opposition Alexei Navalny, actuellement soigné en Allemagne.

« La seule solution rationnelle devrait être de mettre un terme à la mise en œuvre du projet NS2. Ce n’est pas seulement l’avis de la Pologne, de nombreux politiques allemands abondent également dans ce sens », a soutenu M. Morawiecki.

« Le bloc est de nouveau confronté à un grand défi. Nous devons faire preuve de courage et de leadership, sans nous soumettre aux actions agressives de Moscou », a-t-il insisté. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN

La CDU s’assure une victoire nette en Rhénanie-du-Nord–Westphalie. L’Union chrétienne-démocrate (CDU) s’est imposée sans conteste en Rhénanie-du-Nord–Westphalie avec 36,2 % des voix lors des élections municipales de dimanche (13 septembre). D’ailleurs, même si le ministre-président du Land et candidat à la tête de la CDU, Armin Laschet, n’était pas sur les bulletins de vote, ce suffrage témoigne de ses chances de réussite en tant que successeur potentiel d’Angela Merkel. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Les gilets jaunes de retour. Samedi (12 septembre), environ 8 500, dont 2500 à Paris selon le ministère de l’Intérieur, ont manifesté dans plusieurs grandes villes de France pour la première fois depuis le début de la pandémie. Près de deux ans après sa naissance, le mouvement a rassemblé cette fois-ci peu de membres. Gérald Darmanin a indiqué qu’il y avait eu « à peu près 300 interpellations » en France. Tout ceci s’est déroulé en respectant les gestes barrières, avec des interdictions de manifester dans certains lieux. (Anne Damiani, Euractiv France)

VIENNE

L’Autriche « traverse » une deuxième vague. « Ce que nous vivons maintenant, c’est le début de la deuxième vague », a déclaré le Premier ministre autrichien Sebastian Kurz lors d’une conférence de presse dimanche, ajoutant que « bientôt, nous aurons atteint un millier de nouvelles infections par jour ». Alors que l’Autriche a enregistré plus de 850 nouvelles contaminations entre vendredi et samedi, les dernières semaines ont vu une augmentation des nouveaux cas de Covid-19.

De ce fait, le port du masque va devenir obligatoire dans tout le pays pour la plupart des lieux publics, tels que les écoles et les musées. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

STOCKHOLM

L’immigration met en péril l’unité du gouvernement. Il existe un lien entre l’augmentation de l’immigration et la recrudescence de la violence des gangs dans les villes suédoises, a déclaré le Premier ministre Stefan Löfven aux chefs de partis lors d’un débat puis à la télévision suédoise mercredi (9 septembre). Attention à ne pas faire de liens entre la foi religieuse, la couleur de la peau et les activités criminelles, a-t-il poursuivi, ajoutant que le pays n’avait pas réussi à intégrer les nouveaux arrivants dans la société. (Pnekka Vänttinen, Euractiv.com)

MADRID

Covid-19 : la deuxième vague. Le nombre d’admissions à l’hôpital a augmenté ces dernières semaines en Espagne et représente maintenant 7,5 % de tous les patients, contre 4 % il y a seulement 20 jours, a indiqué le Dr Antonio Román, directeur de l’hôpital Vall d’Hebron à Barcelone. Le calcul du taux d’occupation des unités de soins intensifs constitue la meilleure façon d’analyser le risque sanitaire de la pandémie, affirme le Dr Román, et les dernières données du ministère de la Santé montrent qu’il y a actuellement 8 658 patients atteints du coronavirus dans les hôpitaux du pays, dont 1 181 en soins intensifs. (Euroefe)

BUDAPEST

Le « plan de guerre » de Viktor Orbán. Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban prévoit de mettre en place un « plan de guerre » pour protéger la vie des citoyens tout en assurant le fonctionnement continu du pays, a déclaré M. Orbán à la radio lors d’une interview samedi (12 septembre). « Nous ne voulons pas introduire un couvre-feu, nous ne voulons pas de restrictions de mouvement. Nous voulons que tout se passe comme cela devrait normalement se passer », a-t-il ajouté. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

PRAGUE

Deuxième vague. La République tchèque connaît une deuxième vague de la pandémie de coronavirus, a confirmé Roman Prymula, actuel épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, lors d’une interview pour la télévision tchèque. M. Prymula a averti que le nombre de personnes hospitalisées augmenterait dans les semaines à venir et que les capacités des hôpitaux pourraient être dépassées. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

SOFIA

Chantage entrepreneurial. Les organismes nationaux bulgares sont utilisés pour faire chanter et prendre le contrôle d’entreprises du pays, tandis que les forces de l’ordre sont déployées afin d’intimider et d’assurer l’obéissance politique, a averti la semaine dernière l’Association bulgare du capital industriel (BICA). L’organisation patronale, qui représente les trois quarts de l’économie du pays avec plus de 10 000 entreprises employant près de 500 000 personnes, a également déclaré que ces nouvelles « pratiques inquiétantes » éloignaient la Bulgarie des autres pays en transition de l’UE, notant que « le sentiment d’absence d’État de droit et de sécurité de la propriété privée [augmentait] ». (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

BELGRADE

Amitié serbo-israélienne. Les entretiens entre le président serbe Aleksandar Vucic et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou le 11 septembre témoignent de l’amitié que les deux pays se portent, a déclaré M. Vucic.

« C’était une excellente conversation téléphonique avec le Premier ministre Benjamin Netanyahou. L’amitié entre les peuples serbes et juifs, la Serbie et Israël, est assurée. Visite à Jérusalem et coopération à tous les niveaux, peut-être pour bientôt », a déclaré M. Vucic sur Instagram. (Euractiv Serbie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER