La renaissance nucléaire de l’UE est-elle financée par les États-Unis et la Russie ?

Des pays comme la Roumanie doivent remplacer leurs centrales électriques au charbon vieillissantes, ce qui devrait être fait avec un mélange d’énergies renouvelables, de centrales nucléaires et de centrales fonctionnant au gaz [Shutterstock/Nadezda Murmakova]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BRUXELLES

La renaissance nucléaire de l’UE est-elle financée par les États-Unis et la Russie ? Depuis maintenant plus d’un an, un combat a lieu à Bruxelles, mené publiquement dans les médias et en coulisses. Bruxelles doit-elle accorder au nucléaire un label d’investissement vert ?

Une coalition franco-est européenne de l’énergie nucléaire fait pression pour que la Commission européenne inclue le nucléaire et le gaz dans son acte délégué pour la taxonomie de l’UE, qui est attendu avant la fin de l’année.

La Commission est ainsi confrontée à la pression de la France et d’États comme la Roumanie, la Hongrie, la Pologne et la Bulgarie, qui comptent sur cette source d’électricité à faible teneur en carbone pour remplacer l’énergie du charbon, alors que d’importants flux de financement et de soutien politique de l’extérieur du bloc vers l’Europe de l’Est sont enregistrés.

Des pays comme la Roumanie doivent remplacer leurs centrales électriques au charbon vieillissantes, ce qui devrait être fait avec un mélange d’énergies renouvelables, de centrales nucléaires et de centrales fonctionnant au gaz.

La Roumanie cherche à utiliser les «  technologies les plus adéquates pour garantir la sécurité de l’approvisionnement et l’accès à une énergie abordable  », a expliqué Virgil Popescu, le ministre roumain de l’Énergie, sur Facebook à la suite de la réunion du Conseil du 2 décembre.

Dans cette optique, la Roumanie utilisera de l’énergie «  provenant de sources renouvelables, nucléaires et de gaz naturel  », a-t-il ajouté. C’est devant ces choix structurels que les États-Unis et la Russie voient une occasion de faire pression en faveur de l’énergie nucléaire.

La crise climatique présente « une opportunité de marché pour les technologies de réduction du carbone » telles que l’énergie nucléaire, a déclaré la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm, en évoquant un marché de 23 000 milliards de dollars d’ici à 2030 aux pays d’Europe centrale et orientale en septembre.

En Hongrie, une extension de 12,5 milliards d’euros de la seule centrale nucléaire du pays, construite par la société d’État russe Rosatom, a été financée par un prêt de 10 milliards d’euros de la Russie, sur la base d’un contrat attribué en 2014.

Alors que la Russie finance le nucléaire par des prêts, les États-Unis distribuent de l’argent sans contrepartie aux États d’Europe de l’Est pour renforcer leur appétit pour le nucléaire via le «  paquet sur l’avenir du nucléaire.  »

Les États-Unis fourniront 2 millions de dollars à la Roumanie et 10 millions de dollars à la Pologne rien qu’avec le Nuclear Futures Package, a déclaré un porte-parole du département d’État américain à EURACTIV.

L’argent sera utilisé pour faire de la Roumanie un «  centre d’éducation et de formation SMR dans la région. » En Pologne, l’argent américain sera dépensé pour «  les travaux de première phase pour le déploiement de six réacteurs  », a déclaré le porte-parole.

En Bulgarie, la holding énergétique nationale (BEH) et l’entreprise américaine Fluor ont signé un protocole d’accord le 1er novembre pour planifier et construire de nouvelles installations nucléaires avec la technologie SMR.

En octobre 2020, la Roumanie a signé un accord de 8 milliards de dollars avec les États-Unis pour construire deux nouveaux réacteurs dans l’unique centrale nucléaire du pays, à Cernavoda. La centrale compte deux réacteurs de 700 MW, qui couvrent ensemble environ un cinquième de la consommation d’électricité du pays.

Au total, la Commission est «  au courant de plusieurs contacts et initiatives du gouvernement américain dans le domaine nucléaire avec un certain nombre de pays d’Europe de l’Est, y compris un certain nombre d’accords intergouvernementaux et/ou de protocoles d’accord signés  », a déclaré un fonctionnaire de la Commission à EURACTIV.

Alors que le porte-parole du département d’État a confirmé les fonds américains pour la Roumanie et la Pologne, il a refusé de révéler si les États-Unis allaient injecter des fonds supplémentaires dans des projets nucléaires dans d’autres pays d’Europe de l’Est.

Il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis continuent à s’immiscer dans le mix énergétique des États de l’UE. Cependant, il est clair que la renaissance nucléaire européenne a été en partie financée par les deux grandes puissances nucléaires traditionnelles : la Russie et les États-Unis.

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV.com, Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie, Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BERLIN

Les socialistes et les libéraux soutiennent l’accord de coalition et ouvrent la voie au chancelier Scholz. Après le grand dévoilement de l’accord de coalition du gouvernement «  feu tricolore  », les membres des partis ont eu le dernier mot ce week-end sur la question de savoir si le SPD social-démocrate, les Verts et le FDP, libéral et favorable aux entreprises, devaient former le premier gouvernement tripartite de l’histoire de l’Allemagne.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne

PARIS

Valérie Pécresse candidate Les Républicains (LR) pour l’élection présidentielle. La présidente de la région Île-de-France a été désignée candidate samedi 4 décembre, par les membres du parti de droite des Républicains, à l’élection présidentielle de 2022. Valérie Pécresse, qui l’a emportée face à Éric Ciotti avec 61% des voix, a promis de « restaurer la fierté française et protéger les français ». C’est la première fois que le parti LR présente une femme comme candidate dans la course à l’Élysée.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

VIENNE

Le remaniement du gouvernement autrichien se terminera avec l’investiture de Karl Nehammer. Le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer prêtera serment en tant que nouveau chancelier lundi 6 décembre. Son investiture devrait mettre fin à la crise gouvernementale déclenchée par le départ de l’ancien chancelier Sebastian Kurz. Lire plus.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

DUBLIN 

L’Irlande réintroduit l’aide au chômage liée à la pandémie alors que les restrictions augmentent. L’Irlande a réintroduit son indemnité de chômage liée à la pandémie (PUP) pour les personnes ayant perdu leur emploi en raison de la réintroduction des restrictions.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

La Finlande répond à l’appel de la Russie concernant les garanties contre l’expansion de l’OTAN vers l’est. L’appel de la Russie en faveur de garanties contre l’expansion de l’alliance de l’OTAN vers l’est a suscité une réponse rapide du président finlandais Sauli Niinistö, qui a publié une déclaration soulignant la « marge de manœuvre nationale » de la Finlande, y compris la possibilité d’un alignement militaire et d’une demande d’adhésion à l’OTAN. Lire plus.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD 

ROME

Selon un ministre italien, la vaccination obligatoire n’est pas nécessaire dans le pays. Il n’est pas nécessaire de rendre le vaccin obligatoire en Italie, a déclaré dimanche le ministre de l’Administration publique Renato Brunetta, ajoutant que les mesures actuellement en place permettent déjà d’augmenter le taux de vaccination et de bien contenir la propagation du virus — du moins par rapport aux autres pays européens.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

Huit régions espagnoles rendent le passe sanitaire obligatoire. Huit régions espagnoles ont commencé la semaine dernière à mettre en œuvre l’utilisation obligatoire du passe sanitaire, dans un effort de dernière minute pour freiner la récente augmentation des cas de coronavirus, dans le but de «  sauver  » Noël, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Sommet de Varsovie : Les partis populistes d’extrême droite européens s’opposent à la fédéralisation de l’UE. Les conservateurs européens doivent élaborer une nouvelle proposition pour le continent, a déclaré Jarosław Kaczyński, chef du parti au pouvoir en Pologne, Droit et Justice (PiS), lors d’un sommet samedi 4 décembre à Varsovie réunissant des dirigeants européens conservateurs et de droite. M. Kaczyński a également critiqué les récentes tendances favorisant l’évolution vers une UE plus fédérale.

(Mateusz Kucharczyk | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Le gouvernement intérimaire et le futur gouvernement tchèques s’opposent sur la vaccination obligatoire. Le futur gouvernement a déclaré vouloir annuler la mesure de l’actuel ministère de la Santé qui impose la vaccination obligatoire contre la Covid-19 à partir de mars 2022 pour les personnes de plus de 60 ans et pour des groupes spécifiques de travailleurs comme les médecins, les infirmières ou les policiers. Il a déclaré qu’il le ferait immédiatement après son arrivée au pouvoir.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Le parti satellite du Fidesz se plaint que Donald Tusk ait invité le leader de l’opposition hongroise à rejoindre le PPE. Le partenaire minoritaire de la coalition du parti au pouvoir Fidesz, le Parti populaire chrétien-démocrate (KDNP), a écrit une lettre exprimant ses préoccupations à Donald Tusk, président du Parti populaire européen (PPE), concernant la rencontre avec le candidat commun de l’opposition hongroise au poste de Premier ministre et maire indépendant, Péter Márky-Zay, à Varsovie jeudi 9 décembre, rapporte Telex via l’agence de presse nationale MTI.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

La Slovaquie constate une augmentation des campagnes de désinformation, chinoises notamment. Le nombre de campagnes de désinformation a augmenté en Slovaquie, écrit le service d’information du pays (SIS) dans son rapport annuel pour 2020. Il a constaté une accélération de l’activité de la Chine et des acteurs agissant en son nom. Lire plus.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie compte réduire l’administration d’État de 15 % en un an. D’ici à la fin de 2022, l’administration de l’État en Bulgarie sera réduite de 15 %, a annoncé dimanche Asen Vassilev, coprésident de la coalition «  Continuons le Changement  ». M. Vassilev sera très probablement désigné vice-premier ministre et ministre des Finances dans le nouveau gouvernement.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

Le variant Omicron entraîne de nouvelles restrictions en Roumanie. Les premiers cas d’infection par le nouveau variant du coronavirus ont été confirmés en Roumanie, et le gouvernement s’apprête à adopter de nouvelles restrictions pour les voyageurs.

(Bogdan Neagu | EURACTIV. Roumanie)

LJUBLJANA | ROME

Des militaires italiens mobilisés pour aider la Slovénie à faire face à la Covid-19. Six médecins et infirmiers militaires italiens sont arrivés en Slovénie dimanche pour aider à traiter les patients atteints de la Covid-19 et neuf autres les rejoindront lundi, selon un accord conclu récemment par les ministres de la Défense des deux pays.

(Eva Horvat | sta.si)

BELGRADE 

Manifestations dans plus de 50 villes serbes. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue samedi à travers la Serbie et ont bloqué les principaux axes de circulation et les ponts dans plus de 50 villes, y compris à Belgrade pendant deux heures, pour protester contre un projet minier de la société Rio Tinto et une nouvelle législation sur l’expropriation et les référendums.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

PRISTINA

Une décision de justice jugée «  sexiste  » dans un procès pour viol suscite la controverse au Kosovo. Un tribunal de Gjilan, au Kosovo, a suscité la controverse en déclarant cinq violeurs non coupables et en affirmant que la jeune fille était consentante car était montée dans un taxi avec eux.

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA:

  • Roumanie : Le Parlement tiendra une réunion spéciale à l’occasion de l’anniversaire des 30 ans de l’adoption de la première Constitution de l’ère post-communiste.
  • Croatie : Le Premier ministre Andrej Plenković tient la réunion semestrielle avec les représentants de la Conférence épiscopale croate.
  • Slovénie : La procureure en chef européenne Laura Codruta Kövesi se rendra en Slovénie pour des entretiens sur la coopération des procureurs du pays avec le parquet européen (OEPP).
  • Serbie : Conférence de presse des familles albanaises et serbes de personnes disparues, à la veille de la Journée internationale des droits de l’homme. La conférence est organisée par l’Association serbe des familles des victimes du Kosovo, en coopération avec le Centre albanais de ressources pour les personnes disparues à Pristina.
  • Macédoine du Nord : Gabriel Escobar, envoyé spécial des États-Unis pour les Balkans occidentaux, visite le pays.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe