La Serbie condamnera la Russie si le président ukrainien condamne l’agression de l’OTAN de 1999

Cette déclaration intervient en réponse à l’ambassadeur ukrainien Alexandre Alexandrovitch qui a déclaré que l’Ukraine et le peuple ukrainien s’attendaient à ce que la Serbie condamne la reconnaissance de l’indépendance du Donbass par la Russie.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BELGRADE

La Serbie condamnera la Russie si M. Zelensky condamne l’agression de l’OTAN de 1999. Le président serbe Aleksandar Vučić a déclaré qu’il condamnerait la reconnaissance de l’indépendance des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine si le président Volodymyr Zelensky condamnait à la télévision l’agression de l’OTAN contre la Serbie en 1999.

Cette déclaration intervient en réponse à l’ambassadeur ukrainien Alexandre Alexandrovitch qui a déclaré que l’Ukraine et le peuple ukrainien s’attendaient à ce que la Serbie condamne la reconnaissance de l’indépendance du Donbass par la Russie.

«  Nous sommes un petit pays et nous ne voulons pas supprimer la possibilité de poursuivre nos amitiés avec certains [pays] et nous ne décidons en aucun cas du sort de l’Ukraine. Cependant, si c’est ainsi, j’invite M. Aleksandrovich à appeler le président de son pays, M. Zelensky, et à lui demander de condamner dès ce soir à la télévision l’horrible et tragique agression contre la Serbie par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et d’autres pays, et je suis sûr qu’il le fera. Dès qu’il le fera, j’accepterai volontiers son invitation et répondrai à ses appels  », a déclaré M. Vučić à Pink TV mardi à Monaco.

Le président serbe a également réaffirmé que son pays était militairement neutre, mais que ses politiques ne l’étaient pas et qu’il ne renoncerait pas aux amitiés traditionnelles. «  La Serbie a toujours soutenu l’intégrité de l’Ukraine et il n’y a pas eu de changement à cet égard  », a-t-il ajouté.

Des pressions ont déjà été exercées sur la Serbie pour qu’elle impose des sanctions contre la Russie en raison de la crise ukrainienne, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’attend à ce que la pression augmente.

M. Vučić a également déclaré qu’il n’avait subi aucune pression à ce sujet lors de cet entretien lundi avec son homologue français Emmanuel Macron, notant que les questions relatives aux Balkans occidentaux étaient sur la table.

La décision de la Russie de reconnaître l’indépendance des régions séparatistes ukrainiennes de Donetsk et de Louhansk pourrait changer la structure globale de la sécurité mondiale, a-t-il ajouté, exprimant ses inquiétudes sur la situation et soulignant que la position de la Serbie était plutôt inconfortable.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

PRÉSIDENCE DE L’UE

Forum ministériel de coopération dans la région Indo-Pacifique. Le forum ministériel de coopération dans la région Indo-Pacifique s’est tenu mardi à Paris dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’UE. C’était l’occasion pour les pays de l’UE de «  démontrer la force des liens qui existent entre l’UE et les pays de l’Indo-Pacifique et notre volonté de les approfondir  », selon le ministère français des Affaires étrangères. Lire plus (en anglais).

(Davide Basso | EURACTIV France)

BERLIN

Les dépérissements forestiers en Allemagne beaucoup plus drastiques que prévu. Près de 5 % des zones forestières totales de l’Allemagne ont été détruites depuis 2018, selon de nouvelles données basées sur des images satellites, ce qui fait des dépérissements forestiers un problème bien plus important que ce qui était jusqu’alors envisagé. Lire plus (en anglais).

(Julia Dahm | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Le ministre français de la santé expose les critères de la suppression du passe vaccinal. Le ministre français de la Santé Olivier Véran a exposé les critères qu’il juge nécessaires à la suppression du passe vaccinal lors d’une audition de la commission d’enquête du Sénat mardi. Lire plus (en anglais).

(Davide Basso | EURACTIV France)

VIENNE

L’Autriche ouvre ses portes aux voyageurs non vaccinés. Les personnes non vaccinées pourront voyager en Autriche à partir du 1er mars à condition de présenter un test négatif, alors que la saison de ski touche à sa fin. Lire plus (en anglais).

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne


ROYAUME-UNI – IRLANDE

LONDRES

La Grande-Bretagne déstabilisée un an après le Brexit. Bien que le Brexit soit une réalité depuis plus d’un an et que la plupart des politiciens de l’opposition ne veuillent plus en parler, il n’est cependant toujours pas bien accepté par l’opinion publique britannique. Telle est la conclusion tirée des données présentées mardi lors d’une conférence organisée par le groupe de réflexion universitaire Britain in a Changing Europe. Lire plus (en anglais).

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

Le Premier ministre met en garde contre l’«  effet paralysant  » des actions russes pour les petits États européens. L’annonce par la Russie de l’envoi de troupes en Ukraine crée un «  effet de refroidissement pour de nombreux petits États du continent européen  », a déclaré mardi le Premier ministre Micheál Martin. Lire plus (en anglais).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI | STOCKHOLM

La Finlande et la Suède contestent l’embargo sur les armes en Ukraine. Le débat sur la question de savoir si l’escalade actuelle de la situation en Ukraine justifierait de faire une exception et d’autoriser les livraisons d’armes gagne du terrain en Finlande et en Suède, pays dont la politique d’exportation d’armes est traditionnellement réticente. Lire plus (en anglais).

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM

Les politiciens suédois condamnent les actions de la Russie à l’unanimité. Plusieurs hauts responsables politiques suédois, dont la première ministre Magdalena Andersson, ont condamné la reconnaissance par le président russe Vladimir Poutine des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine. Lire plus.

(Charles Szumski | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

L’ambassadeur italien tué pour 50  000 dollars au Congo. L’enquête sur le meurtre de l’ambassadeur Luca Attanasio et du carbiniere Vittorio Lacovacci lors de leur voyage au Congo le 22 février 2021 a été clôturée lundi. Il a en effet été constaté que leurs ravisseurs voulaient 50 000 dollars. Rocco Leone, directeur adjoint du Programme alimentaire des Nations unies, et son collaborateur Mansour Rwagaza sont accusés d’homicide involontaire pour ne pas avoir respecté les protocoles de sécurité lors de la préparation du voyage. Lire plus (en anglais).

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

L’Église catholique espagnole veut faire toute la lumière sur les cas d’abus sexuels sur des enfants. Les autorités catholiques espagnoles ont chargé mardi un cabinet d’avocats de mener une vaste enquête sur les cas d’abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé et des travailleurs d’autres institutions liées à l’Église, telles que les écoles religieuses. Lire plus (en anglais).

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Le Portugal condamne la reconnaissance «  illégitime et illégale  » des territoires séparatistes par la Russie. Le Portugal est solidaire de l’Ukraine, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères Augusto Santos Silva, qualifiant d’«  illégitime et illégale  » la reconnaissance par le président russe Vladimir Poutine de l’indépendance des territoires séparatistes pro-russes. Lire plus (en anglais).

(Ana Matos Neves, Lusa.pt)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Le gouvernement polonais approuve le projet de loi sur la défense nationale dans le contexte de la crise ukrainienne. Le gouvernement a approuvé mardi le «  projet de loi sur la défense nationale  », qui permet de renforcer rapidement les forces polonaises dans le contexte de l’agression russe en Ukraine voisine, a informé le ministre de la Défense Mariusz Błaszczak. Lire plus (en anglais).

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Le monde n’est pas en sécurité, selon le commandant de l’armée tchèque. Les événements en Ukraine indiquent que le monde ne sera pas un endroit sûr dans les années à venir, a déclaré mardi le chef de l’armée tchèque Aleš Opata, ajoutant que la République tchèque ne peut pas se comporter comme si elle n’était pas concernée par la crise en Ukraine. Lire plus (en anglais).

(Ondřej Plevák | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST 

La Hongrie déploie des troupes à la frontière ukrainienne. Le ministère hongrois de la Défense va envoyer des troupes dans sa région orientale, a annoncé le ministre de la Défense Tibor Benkő après avoir reçu des instructions en ce sens du Premier ministre Viktor Orbán. Lire plus (en anglais).

(Silvia Ellena | EURACTIV.com)

BRATISLAVA

Le gouvernement slovaque condamne fermement l’«  occupation  » russe. Les politiciens slovaques n’ont pas hésité à commenter la reconnaissance par la Russie des républiques séparatistes d’Ukraine orientale. Même une partie de l’opposition, habituellement plus compréhensive envers la politique étrangère russe, a parlé d’agression et de violation du droit international. Lire plus (en anglais).

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Les socialistes bulgares refusent de condamner les actions de la Russie en Ukraine. Le Parti socialiste bulgare a pris ses distances avec ses partenaires de la coalition au pouvoir et a refusé de condamner sans équivoque l’invasion russe du Donbas et la reconnaissance de l’indépendance des territoires contrôlés par les séparatistes. Lire plus (en anglais).

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

ZAGREB | SARAJEVO 

La Croatie souhaite que le prochain sommet de l’UE aborde la question de la Bosnie-Herzégovine. La Croatie a demandé que des discussions sur la Bosnie-Herzégovine (BiH) aient lieu lors du prochain sommet de l’UE prévu en mars, au cours d’une réunion des ministres des affaires étrangères de l’UE. Lire plus (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SARAJEVO 

La présidence tripartite de la Bosnie-Herzégovine profondément divisée sur la crise Ukraine-Russie. La présidence tripartite de Bosnie-Herzégovine (BiH), qui a besoin de l’unanimité pour décider des situations internationales, est actuellement incapable de prendre des décisions relatives à la crise Ukraine-Russie car elle reste profondément divisée sur la question. Lire plus (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

Des ressortissants afghans transférés temporairement en Macédoine du Nord partent pour le Canada. Vingt-deux civils afghans, employés et associés de l’organisation internationale Open Government Partnership, ainsi que les membres de leur famille, qui avaient été transférés temporairement en Macédoine du Nord, sont partis pour le Canada. Cette opération s’inscrit dans la continuité de la mission consistant à régler définitivement le statut de la population civile d’Afghanistan qui fuyait le régime des Talibans. Lire plus (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Le Kosovo préoccupé par la Russie et la Serbie dans le contexte de la crise ukrainienne. Le président du Kosovo, Vjosa Osmani, s’est inquiété du fait que la Russie utilise la Serbie, son plus proche allié dans la région, pour déstabiliser les Balkans occidentaux. Lire plus (en anglais).

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA:

  • UE : Les ambassadeurs de l’UE signeront le paquet de sanctions contre la Russie dans l’après-midi / La Commission européenne dévoilera la loi sur les données et le paquet sur l’économie durable / La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen rencontrera le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Store / Une délégation du Parlement européen tiendra une conférence de presse à Varsovie après une visite sur l’État de droit / Sommet extraordinaire du Parti populaire européen (PPE) sur la situation en Ukraine.
  • Allemagne : La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock rencontre son homologue français Le Drian à Berlin.
  • Pays-Bas : Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, rencontre le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, à La Haye.
  • Serbie : le président Aleksandar Vučić se rend en Espagne pour une visite de travail d’une journée où il aura des entretiens séparés avec le roi Felipe et le premier ministre Pedro Sanchez, et assistera à la signature d’un accord sur l’achat de deux avions de transport Airbus C-295 Casa.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe