La Suède se dit défavorable à l’idée d’une force européenne de réaction rapide

Cette déclaration est conforme à l’opinion des États baltes et de la Pologne. La Finlande voisine a été un plus grand défenseur d’une force de réaction rapide européenne. [Shutterstock/wideshuts]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook : la recherche se développe avec Facebook

Le programme Data for Good de Facebook utilise des données dont la confidentialité est protégée pour traiter certains enjeux sociaux de notre planète. En Allemagne, le statisticien Cornelius Fritz de la LMU analyse les données agrégées de près de 10 millions d’utilisateurs de Facebook pour prévoir le nombre de nouveaux cas de Covid-19 au niveau local. En savoir plus.


Aujourd’hui, dans Les Capitales

STOCKHOLM

La Suède se dit défavorable à l’idée d’une force européenne de réaction rapide. La proposition faite par les ministres de la défense de l’UE de créer une force de réaction rapide européenne pour répondre rapidement aux crises après l’Afghanistan n’a pas été accueillie favorablement par tous, y compris par le ministre suédois de la défense, Peter Hultqvist.

La coopération avec les États-Unis est l’épine dorsale de la sécurité européenne, a déclaré le ministre de la défense à la radio suédoise.

Le lien outre-Atlantique reste particulièrement important pour l’équilibre et la stabilité «  de notre partie du monde  », a-t-il déclaré, ajoutant que ce qui se passe en Russie constitue «  une menace  » pour la Suède, qui continue de s’accrocher à son statut de pays non membre de l’OTAN.

Cette déclaration est conforme aux vues des États baltes et de la Pologne. La Finlande voisine a été un plus grand défenseur d’une force de réaction rapide européenne.

L’idée d’une telle force a plus de 20 ans. Après la crise du Kosovo, les dirigeants européens ont pris la décision de créer une unité commune de quelque 50 000 soldats d’ici 2003, mais ce projet ne s’est jamais concrétisé. Par la suite, le bloc a créé les groupements tactiques européens en 2005, qui eux non plus n’ont jamais été utilisés dans le cadre d’opérations. (Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

PRÉSIDENCE DE L’UE

MM. Janša et Borrell ont discuté de l’Afghanistan et des Balkans occidentaux. Le Premier ministre slovène, Janez Janša, a reçu le Haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, pour un dîner de travail à Ljubljana, samedi soir, afin de discuter de l’Afghanistan et des Balkans occidentaux, a indiqué le bureau de M. Janša. Les deux hommes ont discuté des défis les plus actuels de l’UE, en mettant l’accent sur la situation en Afghanistan à la suite de l’arrivée au pouvoir des talibans et sur les défis migratoires qui en découlent.

Les Balkans ont été abordés dans le cadre de la préparation d’un sommet de l’UE avec les pays des Balkans occidentaux que la présidence slovène de l’UE accueillera en octobre, a ajouté le bureau du premier ministre. MM. Janša et Borrell se sont rencontrés après que M. Borrell a participé à plusieurs réunions informelles des ministres des Affaires étrangères et des ministres de la Défense de l’UE en Slovénie en début de semaine. L’Afghanistan a occupé une place importante lors de ces deux réunions. (Sebastijan R. Maček | STA)

BERLIN

La ministre allemande de la Défense s’en prend à M. Scholz sur la question des drones.Ce week-end, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU), a publiquement attaqué le candidat du SPD à la chancellerie, Olaf Scholz (SPD), en déclarant qu’il ne devrait pas « tricher ni tromper » lorsqu’il s’agit du débat national actuel sur les drones armés. Lire plus. (Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne

PARIS

Premier débat télévisé des candidats écologistes. A une dizaine de jours de la primaire écologiste, Delphine Batho, Jean-Marc Governatori, Yannick Jadot, Eric Piolle et Sandrine Rousseau se sont affrontés ce dimanche (5 septembre) pour défendre leurs programmes en vue de la présidentielle en 2022. Alors que ce premier débat sera encore suivi de deux autres avant la primaire (qui doit se dérouler du 16 au 29 septembre), les candidats ont pour cette fois évité de se montrer divisés, insistant sur l’urgence climatique, le «  droit au blasphème  » et la nécessité de sortir du nucléaire. (Magdalena Pistorius | EURACTIV France)

VIENNE | BELGRADE

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s’engage à soutenir l’adhésion de la Serbie à l’UE et salue la coopération en matière de migration. Lors d’une visite d’État en Serbie samedi, le chancelier Sebastian Kurz a déclaré qu’il continuerait à soutenir le processus d’adhésion de la Serbie à l’UE, soulignant la bonne coopération entre la Serbie et l’Autriche dans la lutte contre l’immigration clandestine.

«  Ensemble, nous luttons contre le phénomène des migrations clandestines, ce qui est d’autant plus important à la lumière des récents développements en Afghanistan  », a déclaré M. Kurz sur Twitter. «  En outre, nous soutenons la Serbie et tous les États des Balkans occidentaux pour qu’ils mettent en œuvre les réformes nécessaires à leur adhésion à l’UE  », a-t-il ajouté. (Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


EUROPE DU SUD

ROME

Le ministre italien de la Santé espère que le G20 débouchera sur un pacte pour vacciner le monde entier. L’Italie espère que la réunion des ministres de la Santé du G20, qui s’est ouverte dimanche (5 septembre) à Rome, débouchera sur un « Pacte de Rome pour vacciner les habitants du monde entier », a déclaré le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, dans une interview au Corriere della Sera dimanche. Lire plus. (Daniele Lettig | EURACTIV Italie)

MADRID

L’Espagne fixe son nouvel objectif de vaccination à 90 % de la population. Le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sánchez, a défini un nouvel objectif consistant à faire en sorte que 90 % de la population soit entièrement vaccinée contre la Covid-19 dès que possible. Il n’a cependant pas fixé de date limite pour la réalisation de cet objectif.


GROUPE DE VISEGRAD

VARSOVIE

Le taux de vaccination polonais est désormais inférieur à la moyenne européenne. La Pologne, qui affichait l’un des taux de vaccination les plus élevés de l’UE il y a deux mois à peine, n’atteint pas la moyenne européenne actuelle de 77 %, puisque seuls 60 % des Polonais sont vaccinés avec au moins une dose, selon les chiffres du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC). (Piotr Maciej Kaczyński, EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque pourrait lever l’obligation de porter un masque lorsque 75 % de la population sera vaccinée. L’obligation de porter un masque pourrait être levée en République tchèque une fois que 75 % de la population adulte aura été vaccinée, a déclaré dimanche (5 août) le ministre tchèque de la Santé, Adam Vojtěch, à la télévision tchèque, ajoutant qu’une telle couverture pourrait être atteinte d’ici à la fin de l’automne. Lire plus. (Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST 

Crise permanente : pour la cinquième fois consécutive, le gouvernement prolonge l’état d’urgence en matière d’immigration. Le gouvernement prolonge une nouvelle fois l’état d’urgence dit d’immigration massive, a rapporté Telex via l’agence de presse étatique MTI. Ce régime juridique d’exception a été déclaré pour la première fois par le gouvernement en mars 2016, et depuis lors, il a été prolongé tous les six mois.

Selon une dernière annonce, l’état d’urgence sera prolongé de six mois en raison de la pression migratoire croissante à la frontière et des événements en Afghanistan, auxquels s’ajoute la crainte que des extrémistes islamistes tentent d’entrer en Europe. (Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

Les personnes non vaccinées pourront assister à la visite du pape en Slovaquie sur présentation d’un test négatif. Les personnes non vaccinées ayant obtenu un test négatif ou s’étant rétablies du virus au cours des six derniers mois auront la possibilité d’assister à la visite du pape François en Slovaquie du 12 au 15 septembre, a annoncé la Conférence des évêques slovaques au cours du week-end, après que des évêques et surtout des politiciens chrétiens ont demandé l’assouplissement des règles annoncées en juillet, selon lesquelles seules les personnes vaccinées pouvaient assister à la visite.
(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)

[Edité by Alexandra Brzozowski, Sarantis Michalopoulos, Daniel Eck, Zoran Radosavljevic, Josie LeBlond]

Subscribe to our newsletters

Subscribe