La taxe numérique européenne considérée comme la meilleure ressource propre de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PARIS | LJUBLJANA

Taxe numérique. Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré à la télévision nationale mardi 21 juillet qu’il envisageait une taxe numérique à l’échelle européenne pour les grandes multinationales technologiques, sur le modèle de la taxe que la France a indiqué vouloir imposer cette année. En janvier dernier, le président français avait décidé de reporter la mise en place d’une taxe sur certaines des plus grosses firmes de la Silicon Valley, après que Washington avait menacé de taxer davantage les produits français exportés aux États-Unis.

Le Premier ministre slovène, Janez Janša, a lui aussi défendu la taxe Gafa. Selon lui, elle représenterait une ressource financière idéale pour l’UE. « Les subventions devront être remboursées. L’un des principaux changements réside dans […] les ressources propres de l’UE, car dans sept ans, lorsque nous négocierons le prochain budget, elles joueront un rôle clé », a déclaré le ministre mardi 21 juillet.

Il a souligné que la taxe sur le numérique constituait potentiellement la « ressource propre » la plus importante de l’UE et a ajouté que la taxation des émissions et des plastiques posait problème pour les pays ayant déjà inclus ces ressources dans leur politique fiscale nationale. (Anne Damiani et Zoran Radosavljevic | Euractiv.com)

BERLIN

L’agresseur de Halle en procès. Neuf mois après ce qui a été qualifié de pire attaque antisémite de l’histoire allemande de l’après-guerre, le procès de l’agresseur présumé, connu dans la presse allemande sous le nom de Stephan B., a débuté mardi. Le suspect est accusé d’avoir tué deux personnes dans une friterie à Halle, dans l’est du pays. Il est aussi accusé de tentative de meurtre de 68 personnes, parce qu’il avait d’abord tenté d’entrer dans une synagogue, mais n’y est pas arrivé. Le procès se déroule actuellement dans la plus grande salle d’audience de la région, afin d’accueillir les nombreux plaignants et représentants des médias. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Préparation à une nouvelle vague. Après que les autorités sanitaires ont fait état d’une augmentation quotidienne de 89 % des infections liées au COVID-19, pour atteindre une moyenne journalière de 184 nouveaux cas, le comité de consultation belge s’est entretenu sur le renforcement des mesures et les scénarios possibles en cas de deuxième vague. Ces dispositions incluent notamment la réduction des contacts sociaux, un confinement local et un suivi accru des contacts. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

LUXEMBOURG

Présence du coronavirus dans les eaux usées. Le virus est « présent dans presque toutes les eaux usées et une forte augmentation de sa concentration est observée dans le sud du pays », selon un récent rapport publié par l’Institut luxembourgeois des sciences et technologies (LIST). « Ces observations corroborent l’évolution du nombre de cas confirmés par des tests cliniques effectués à grande échelle au Grand-Duché et confirment que la méthode de surveillance de l’eau est un système d’alerte efficace pour [constater] la résurgence du virus dans la population », conclut le rapport. (Anne Damiani | Euractiv.com)

HELSINKI

La Finlande est satisfaite de l’accord de relance. Conformément aux objectifs de la Finlande, un tiers des fonds versés au pays sera destiné à la lutte contre le changement climatique, et le financement de la recherche sera augmenté de quelque 25 %. « Il était judicieux de parvenir à un accord qui soit durable et acceptable pour tous, mais qui défende aussi les intérêts nationaux », a déclaré la Première ministre finlandaise, Sanna Marin, lors d’une conférence de presse mardi à Bruxelles. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

LONDRES

Pas d’accord commercial à temps. La Grande-Bretagne et l’UE ne parviendront pas à signer un accord commercial post-Brexit avant l’échéance fixée à la fin du mois de juillet par le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a rapporté le Telegraph mardi. Le gouvernement britannique part du principe qu’il n’y aura pas d’accord, bien qu’une entente « de base » puisse encore être conclue si l’UE fait des concessions à l’automne, a déclaré le journal anglais, citant des sources gouvernementales. Londres prévoit de commercer avec l’Europe aux conditions de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à la fin de la période de transition, ajoute le Telegraph. (Euractiv.com)

DUBLIN

Assouplissement des restrictions de voyage. Mardi, le gouvernement irlandais a déclaré que les restrictions de déplacement seraient levées pour les personnes originaires de pays dont le taux d’infection est similaire ou inférieur à celui de l’Irlande. La quarantaine de 14 jours sera également abolie pour les voyageurs en provenance des 15 pays européens figurant sur la « liste verte ». (Euractiv.com)

ROME

L’Italie salue la « victoire » à Bruxelles. Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, s’est montré satisfait de l’accord conclu à Bruxelles mardi 21 juillet, qui n’a pas touché aux chiffres totaux du fonds de relance et a accordé près de 209 milliards d’euros à l’Italie, ce qui est encore plus que prévu. « Nous sommes satisfaits du résultat des négociations », a déclaré le ministre. « Nous allons maintenant créer un groupe de travail pour la mise en œuvre des réformes », a-t-il ajouté. (Alessandro Follis | Euractiv Italie)

LISBONNE

Le Portugal va recevoir 45 milliards d’euros. Le Portugal recevra 15,3 milliards d’euros de subventions au travers du fonds de relance, ainsi que 29,8 milliards d’euros d’aides dans le cadre du budget à long terme de l’UE. Le pays « se bat pour continuer à contenir la pandémie, pour maintenir en vie les entreprises, les emplois et les revenus des familles », a déclaré le Premier ministre portugais António Costa. Mardi, le gouvernement portugais a présenté sa « Vision stratégique pour le plan de relance 2020/2030 », qui servira de base au plan présenté à la Commission européenne en octobre. (Ana Matos Neves et Denise Fernandes | Lusa.pt)

ATHÈNES

Ankara doit mettre un terme aux « provocations » en Méditerranée. « En ce qui concerne les forages de la Turquie en Méditerranée orientale, nous adoptons une position très claire — le droit international doit être respecté, donc les relations UE-Turquie ne peuvent s’améliorer que si Ankara arrête les provocations [dans la région] », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, lors d’une visite à Athènes. (Euractiv Grèce)

PRAGUE

Priorité à l’automobile. L’industrie automobile tchèque a été sévèrement touchée par la pandémie. Le gouvernement veut donc soutenir l’industrie avec l’argent du fonds de relance. Les autres priorités d’investissement sont les soins de santé et la numérisation. « Nous devons résoudre les gros problèmes de notre industrie automobile. Nous devons restructurer le système de santé et investir massivement dans celui-ci. Nous devons nous attaquer à la numérisation. Nous devons soutenir en priorité le secteur de la construction. Nous devons investir pour sortir de la crise », a déclaré le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, mardi. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Viktor Orbán se proclame vainqueur. « Toutes les tentatives visant à lier les fonds européens aux critères de l’État de droit ont été déjouées », a affirmé le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, lors d’une conférence de presse avec son homologue polonais, Mateusz Morawiecki, mardi matin. « Nous avons non seulement réussi à obtenir un bon paquet d’argent, mais nous avons défendu la fierté de notre nation et clairement indiqué qu’il n’[était] pas acceptable que quiconque, en particulier ceux qui ont hérité de l’État de droit, nous critique, nous les combattants de la liberté », a ajouté Viktor Orbán. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

BELGRADE

Mauvaise gestion de la crise sanitaire. Quelque 350 médecins demandent le licenciement du comité sanitaire national dans une lettre ouverte envoyée au gouvernement serbe et aux autres institutions concernées. Les signataires évoquent « un désastre de santé publique » en Serbie. (Euractiv Serbie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER