Le Fidesz ferait-il encore partie du Parti populaire européen s’il n’y avait pas eu le Covid-19 ?

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l'info à travers l'Europe.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUDAPEST

S’il n’y avait pas eu d’épidémie, l’assemblée du Parti populaire européen (PPE) de centre droit aurait déjà décidé d’exclure le parti Fidesz de Viktor Orbán, a déclaré Manfred Weber, le leader du groupe au Parlement européen, au quotidien belge De Standaard, a fait savoir le média hongrois Népszava.

« En raison de la pandémie, nous ne pouvons pas tenir de réunion sur l’expulsion totale du Fidesz, sinon une décision aurait déjà été prise », a indiqué M. Weber. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BRUXELLES

La police sera déployée pour faire respecter les règles de Noël, mais avec des limites. Les forces de l’ordre du pays seront en patrouille pendant la période de Noël pour s’assurer du respect des règles sur les rassemblements. « Si nécessaire, en cas de nuisances sonores par exemple, la police sonnera aux portes. Mais, entrer dans les maisons n’est pas une priorité. La loi ne le permet d’ailleurs pas non plus », a expliqué la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN

Nouveau programme pour les Verts. Après leur conférence virtuelle de trois jours, les Verts allemands ont adopté un nouveau programme fondamental. Destiné à guider le parti pendant les 15 à 20 prochaines années, ce document ne comporte toutefois pas de lignes directrices spécifiques pour les élections fédérales de 2021, qui seront adoptées dans le courant de l’année prochaine. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Liberté de la presse. Des affrontements ont eu lieu à Paris samedi (21 novembre) entre les forces de l’ordre et des manifestants venus défendre la liberté de la presse et exprimer leur opposition à la loi « sécurité globale », actuellement débattue à l’Assemblée nationale. 23 personnes avaient été interpellées en fin de journée et un policier, légèrement blessé, a indiqué la Préfecture de police. À l’issue d’un débat tendu, l’article 24 de la loi, particulièrement décrié par des sociétés de journalistes et des défenseurs des libertés publiques, a été voté vendredi soir.

Ce dernier vise à pénaliser d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » des forces de l’ordre en intervention quand elle porte atteinte à leur « intégrité physique ou psychique », dans un contexte où de très nombreux cas de violences policières ont été recensés par des journalistes ou d’autres témoins, notamment durant la crise des gilets jaunes.

Selon le classement 2020 de la liberté de la presse réalisé par Reporters sans frontières, la France se place en 34e position sur 180 pays, soit une perte de deux places par rapport à l’année dernière. (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

VIENNE

Pas de déconfinement en décembre ? Il n’est « pas certain » que le confinement prendra fin le 7 décembre comme prévu initialement, a déclaré le vice-chancelier autrichien Werner Kogler (Verts) dans une interview à la chaîne ORF. À un mois environ de la période de Noël, le gouvernement s’efforcera de faire en sorte que les entreprises soient ouvertes autant de jours que possible. Pour cela, cependant, le taux de reproduction du Covid-19 devra être inférieur à 1 pendant plusieurs jours, a ajouté M. Kogler. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Le Canada va reconduire les termes de l’accord commercial de l’UE avec le Royaume-Uni. Le Canada est le dernier pays à avoir accepté de reconduire les termes de son accord commercial avec le Royaume-Uni après la fin de la période de transition du Brexit, le 31 décembre.

L’accord ne donne aux entreprises de part et d’autre de l’Atlantique aucun avantage supplémentaire, mais garantit que les échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et le Canada ne seront pas menés selon les conditions de l’Organisation mondiale du commerce. Le Canada a été désigné comme l’un des premiers pays avec lesquels le Royaume-Uni cherchera à conclure des accords de libre-échange post-Brexit. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

HELSINKI

La Finlande ne veut pas que le Belarus accueille le championnat de hockey sur glace. La Finlande souhaite que les États membres de l’UE signent une pétition officielle commune en faveur du respect des droits de l’homme et de la non-discrimination dans tous les secteurs de la société, y compris dans le sport. Le président finlandais Sauli Niinistö et le président finlandais de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), Kalervo Kummola, se sont en effet prononcés contre le fait que le Belarus accueille le Championnat du monde de hockey sur glace en 2021. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

ROME

Noël : le gouvernement italien envisage un système de « cashback ». Le gouvernement italien envisage un système de bonus de cashback pour encourager les citoyens à acheter avec des cartes de crédit, des cartes de débit et des applications de paiement. La première prime de 150 euros devrait déjà être versée en février prochain pour les dépenses de Noël. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

Madrid scelle toutes ses frontières dans l’espoir de « sauver » Noël. La Communauté de Madrid fermera ses frontières avec d’autres régions espagnoles le mois prochain pendant 10 jours pour réduire les taux d’infection pendant un long week-end de vacances. (Euroefe)

ATHÈNES

Les hôpitaux grecs dans le rouge. Les lits disponibles pour les cas graves de coronavirus sont en baisse constante et se rapprochent du niveau « rouge », a indiqué le site d’information News247.gr. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Le cinquième corps de l’armée américaine est officiellement établi en Pologne. L’inauguration du commandement avancé du Ve Corps de l’armée américaine, qui contribuera à porter le nombre de soldats américains en Pologne à environ 5 500, a eu lieu vendredi (20 novembre) à Poznań. (Mateusz Kucharczyk, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Les experts suggèrent d’exclure les entreprises russes et chinoises des appels d’offres nucléaires. Avant la réunion du Conseil national de sécurité tchèque de lundi (23 novembre), le consortium d’experts en sécurité, rejointe par les ministères tchèques des affaires étrangères et de l’Intérieur, a averti que les entreprises chinoises et russes – qui ont été « identifiées comme un risque » – devraient être exclues d’un appel d’offres pour la construction de nouveaux blocs de la centrale nucléaire de Dukovany.

Le ministre des Affaires étrangères Tomáš Petříček a déjà confirmé pour le site web Seznam Zprávy qu’il est prêt à soutenir cette recommandation. La République tchèque souhaite lancer l’appel d’offres avant la fin de l’année. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

Le chef des services de renseignement slovaque « crache le morceau » sur la Chine. Les diplomates chinois essaient d’établir des contacts avec des députés et des hauts fonctionnaires en leur offrant des prostituées et des voyages gratuits en Chine, a déclaré le directeur du service de renseignement slovaque (SIS), Vladimír Pčolinský, à la télévision Markíza. « C’est une situation plutôt embarrassante. C’est pourquoi, nous mettons en garde les députés concernés », a-t-il ajouté, expliquant que l’objectif chinois n’était pas de faire du chantage, mais plutôt d’échanger des informations, d’établir des relations et de créer des contacts d’affaires. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer