Le nouveau gouvernement allemand fera pression en faveur d’une fédération européenne

Selon l’accord de coalition qui a été présenté mercredi 24 novembre, la coalition veut utiliser la conférence en cours sur l’avenir de l’Europe comme point de départ pour réformer l’UE. [EPA-EFE/CLEMENS BILAN]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook

Collecter des fonds en Europe avec Facebook.

Au Portugal, Vamos Ajudar o Diogo utilise Facebook pour collecter des fonds et sensibiliser l’opinion publique à FOXP1, une maladie génétique rare. Plus de 27 millions de personnes dans l’UE ont créé des collectes de fonds Facebook ou fait un don pour des causes qui leur tiennent à cœur. En savoir plus.


Aujourd’hui dans les Capitales

BERLIN

Le nouveau gouvernement allemand fera pression en faveur d’une fédération européenne. Les sociaux-démocrates, les Verts et le parti libéral FDP ont annoncé qu’une coalition dite «  feu tricolore  » entre les trois partis ferait pression en faveur du développement d’une fédération européenne à part entière.

Selon l’accord de coalition présenté mercredi, la coalition veut utiliser la conférence en cours sur l’avenir de l’Europe comme point de départ pour réformer l’UE.

La conférence devrait déboucher sur un processus constitutionnel et, à terme, sur un État fédéral européen, indique le document.

«  Une Europe souveraine est la clé de notre politique étrangère  », a déclaré Olaf Scholz, qui sera probablement investi en tant que chancelier au cours de la deuxième semaine de décembre.

«  En tant que pays économiquement fort et le plus peuplé d’Europe, il est de notre mission de permettre, de favoriser et de faire progresser une Europe souveraine  », a-t-il ajouté.

La coalition «  feu tricolore  » prévoit également de renforcer le Parlement européen en lui donnant le droit d’initier une législation, un privilège actuellement réservé à la Commission européenne.

Udo Bullmann, qui a dirigé les négociations de la coalition sur les affaires européennes pour le SPD, a souligné que la proposition est un «  signal  » fort sur la manière dont les trois partis veulent faire évoluer l’Union.

De nouvelles étapes d’intégration sont nécessaires car «  le temps l’exige  » et «  les gens l’attendent  », a déclaré M. Bullmann.

Si la route est encore longue et semée d’embûches pour obtenir l’adhésion de tous les États membres au lancement d’un processus constituant pour l’Europe, la coalition souhaite également exploiter le potentiel des procédures existantes.

Jusqu’à présent, le Conseil — qui se compose des ministres des États membres de l’UE — a souvent décidé par consensus, même si les traités autorisent le vote à la majorité qualifiée.

Dans les domaines où cela est déjà possible, «  nous voulons utiliser la majorité qualifiée au Conseil  », a déclaré M. Bullmann.

Des réactions «  opportunes  » aux violations de l’État de droit

Un autre sujet brûlant de l’accord de coalition allemand est l’abandon de l’approche plus conciliante de la chancelière sortante Angela Merkel face aux violations de l’État de droit en Hongrie et en Pologne.

La future coalition veut demander à la Commission européenne d’utiliser plus rapidement et plus rigoureusement les instruments de l’État de droit existants.

Nicola Beer, qui a co-négocié la section Europe de l’accord de coalition pour le FDP, a souligné que « tous ceux qui ont rejoint le club ont souscrit à ses règles, et cela inclut certainement l’indépendance du pouvoir judiciaire », a-t-elle déclaré.

Cela s’appliquera également au fonds de relance de la lutte contre la pandémie, dont la coalition dite «  feu tricolore  » veut conditionner les versements au respect de l’État de droit.

Si les «  erreurs dans le domaine de l’État de droit  » ne sont pas suffisamment corrigées, la Pologne ne devrait pas recevoir d’argent du fonds de relance, a déclaré M. Beer.

Toutefois, M. Beer a également souligné que le futur gouvernement allemand adoptera une approche double à l’égard de la Pologne, qui abordera plus rigoureusement les questions d’État de droit tout en intensifiant les relations dans d’autres domaines, comme la migration.

«  J’ai bon espoir que cette combinaison aboutisse à de meilleurs résultats que l’approche du laissez-faire de ces dernières années  », a-t-elle conclu.

(Oliver Noyan | EURACTIV.com)

PARIS

Nouvelles mesures face à l’épidémie de Covid-19. Alors que le nombre de cas de Covid-19 ne cesse de grimper en France, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a annoncé de nouvelles « orientations » pour freiner l’épidémie et « sauver les fêtes de fin d’année ». Les gestes barrières seront ainsi à nouveau renforcés, tout comme les règles du passe sanitaire. Enfin, le gouvernement souhaite accélérer la campagne de rappel vaccinal afin d’endiguer la cinquième vague.

(Magdalena Pistorius | EURACTIV France)

VIENNE

L’augmentation massive des demandeurs d’asile suscite la controverse en Styrie. En novembre, 30 000 personnes avaient demandé l’asile en Autriche, alors qu’elles n’étaient que 15 000 en 2020, ce qui a obligé les centres d’accueil pour réfugiés comme celui de Steinhaus et Leoben à rouvrir. En raison de l’afflux de demandeurs d’asile, les centres sont au-dessus de leur capacité, ce qui inquiète les résidents qui s’y trouvent.

(Nikolaus J. Kurmayer, Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

LONDRES

L’accord irlandais pourrait être un modèle pour Gibraltar. Un accord entre Londres et Bruxelles sur le protocole de l’Irlande du Nord pourrait ouvrir la voie à un accord qui résoudrait le problème de pénurie de produits auquel est confronté Gibraltar, a déclaré mercredi 24 novembre le ministre en chef de la péninsule. Lire plus.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

Les transporteurs protestent contre la hausse des prix du carburant à Dublin. La circulation s’est arrêtée à Dublin mercredi, alors qu’un convoi de camionneurs et de transporteurs s’est rassemblé dans la ville pour protester contre la hausse record des prix du carburant cette année.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES 

STOCKHOLM

La présidente nouvellement élue du parti social-démocrate, Magdalena Andersson, est devenue mercredi 24 novembre la première femme Première ministre de Suède, avant de démissionner quelques heures seulement après sa nomination. Lire plus.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

L’Italie va imposer un confinement pour les non-vaccinés et des rappels pour les 18-39 ans. Le Conseil des ministres italien a voté mercredi pour réduire la validité du laissez-passer Covid de 12 à neuf mois et pour n’autoriser que les personnes vaccinées ou ayant récupéré du virus à accéder aux bars, restaurants et autres centres de loisirs.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

Des métallurgistes s’affrontent avec la police à Cadix. L’Espagne a connu mercredi une nouvelle vague de protestations et d’affrontements entre des métallurgistes et les forces de police à Cadix, en Andalousie, faisant quelques blessés et suscitant une controverse politique sur le déploiement par la police locale d’un char mobile léger (BMR) pour contenir les manifestants, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.


(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Le taux de vaccination élevé du Portugal rend la Commission confiante dans la reprise. La Commission européenne reste confiante quant à la réussite de la reprise de l’économie portugaise, d’autant plus que le taux de vaccination contre la Covid-19 est très élevé dans le pays.

(André Campos, Ana Matos Neves | Lusa.pt)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

La moitié des Polonais considèrent que les institutions de l’UE sont «  trop faibles  » face au conflit sur l’État de droit. «  Les institutions de l’UE réagissent trop tard et trop faiblement face aux violations du droit communautaire par les gouvernements  », selon 48 % des Polonais, d’après un nouveau sondage de l’Institut des affaires publiques (ISP). Seuls 22 % des personnes interrogées ne sont pas d’accord avec cette affirmation.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Un institut de recherche basé à Budapest est soupçonné d’espionner la région d’Europe centrale et orientale pour la Chine. Le CEE-China Institute, un institut de recherche basé à Budapest, est soupçonné d’espionner la région d’Europe centrale et orientale. L’institut se présente comme un organisme de recherche indépendant alors qu’il collecte en réalité des informations pour le gouvernement chinois.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Le procureur général de Hongrie nie avoir commis des actes répréhensibles malgré un arrêt de la CJUE. Le procureur général nie avoir violé les règles de l’Union européenne en dépit de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne qui a déclaré le résultat de ses actions illégal mardi 23 novembre, rapporte Telex.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

Viols : selon la police slovaque, les femmes ne devraient pas «  provoquer  » les hommes. Les femmes doivent éviter les endroits sombres après le coucher du soleil et les fêtes où l’on consomme de l’alcool ou des drogues, car ils peuvent «  susciter des comportements violents  », selon les recommandations de la police slovaque pour la prévention du viol publiées sur son site officiel. Les femmes ne doivent pas non plus «  donner des signaux sexuels contradictoires et provoquer inutilement  ». Lire plus.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovakia)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Les réacteurs nucléaires russes pourraient affecter de façon majeure la stabilité du futur gouvernement bulgare. La décision d’utiliser les deux réacteurs nucléaires russes déjà payés et livrés sera un problème majeur pour la stabilité de la future coalition gouvernementale en Bulgarie. L’autre problème majeur est le veto à l’intégration européenne de la Macédoine du Nord.

(Emiliya Milcheva, Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

Du carburant d’une valeur de 2 millions de dollars volé sur une base militaire américaine en Roumanie. Des membres d’un groupe criminel organisé auraient volé, en quatre ans, du carburant d’une valeur de 2 millions de dollars sur une base militaire américaine située dans le sud-est de la Roumanie, selon des procureurs roumains.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB | PARIS

Le Premier ministre Plenkovic attend un soutien ferme de la France pour l’entrée dans l’espace Schengen. Le sujet a été évoqué lors du dîner du président Macron, en visite à Zagreb mercredi 24 novembre, avec le Premier ministre Andrej Plenković.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

La Slovénie soutient la position de la Pologne sur la protection des frontières. La Slovénie a exprimé son soutien à la position de la Pologne en matière de protection des frontières, alors que le Premier ministre Janez Janša recevait mercredi 24 novembre son homologue polonais Mateusz Morawiecki.

(Ajda Ana Zupančič | sta.si)

BELGRADE 

Kremlin : MM Poutine et Vucic discuteront du Kosovo et de la situation énergétique. Les présidents de Russie et de Serbie, Vladimir Poutine et Aleksandar Vučić, se rencontreront jeudi à Sotchi pour discuter des chances de parvenir à une solution à la crise du Kosovo, a rapporté l’agence de presse russe TASS, citant un communiqué du Kremlin. La Slovénie a exprimé son

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

L’accord de coalition allemand comprend une courte note sur les Balkans occidentaux. Les sociaux-démocrates allemands (SPD), les Verts et le FDP, parti libéral favorable aux entreprises, ont finalisé leur accord de coalition pour un nouveau gouvernement, qui comprend une courte note sur les Balkans occidentaux. «  Nous soutenons le processus d’adhésion à l’UE des six États de la région des Balkans occidentaux et les réformes nécessaires pour remplir tous les critères de Copenhague. Dans ce cadre, nous appelons au renforcement de la société civile et au soutien de nouvelles étapes de pré-adhésion  », peut-on lire.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)


AGENDA:

  • UE : Les ministres de la concurrence de l’UE doivent prendre position sur des règles historiques en matière de technologie/Le sommet Asie-Europe (ASEM) a lieu/L’UE dévoile des réformes pour stimuler les finances et les investissements transfrontaliers.
  • Allemagne | Pologne : Le Premier ministre Mateusz Morawiecki en visite à Berlin.
  • France : La CEDH se prononce sur les allégations d’anciens prisonniers de Guantanamo selon lesquelles la France a utilisé des aveux obtenus sous la torture.
  • Portugal : Le Premier ministre Costa commentera les chiffres de la Covid-19 avant d’éventuelles nouvelles restrictions. Le Conseil des ministres se réunira pour décider des mesures à adopter pour faire face au nombre croissant de cas au Portugal.
  • Croatie | Italie : Le président français Macron se rend en Croatie, poursuit son voyage à Rome pour signer un nouveau traité avec l’Italie, cimentant les liens entre deux membres fondateurs de l’UE.
  • République tchèque : le président Miloš Zeman va sortir de l’hôpital après près de deux mois d’hospitalisation.
  • Bulgarie : les quatre partis qui négocient un accord de coalition tiendront des consultations sur la «  sécurité intérieure  », l’«  écologie  », le «  développement régional  » et la «  culture  ». Les négociations ont commencé mercredi, divisées en 16 panels — 4 jours de 4.
  • Roumanie : Le Parlement organise un vote de confiance pour le nouveau gouvernement
  • Croatie : Le Réseau des femmes de Croatie organise une conférence de presse à l’extérieur du parlement pour demander l’adoption du principal document stratégique sur la protection des droits des femmes — une politique nationale pour l’égalité des sexes.
  • Serbie : Conseil national pour la coordination de la coopération avec la Russie et la Chine —Le président du Conseil, l’ancien président serbe Tomislav Nikolić, rencontre l’ambassadeur russe en Serbie, Alexander Botsan-Kharchenko.
    ***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe