Le nouveau ministre des Affaires étrangères tchèque entend cibler les investissements chinois

Le président tchèque serait prêt à bloquer la formation du nouveau gouvernement tchèque uniquement pour empêcher M. Lipavský de devenir ministre des affaires étrangères. [EPA-EFE/MADOKA IKEGAMI]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook

Collecter des fonds en Europe avec Facebook.

Au Portugal, Vamos Ajudar o Diogo utilise Facebook pour collecter des fonds et sensibiliser l’opinion publique à FOXP1, une maladie génétique rare. Plus de 27 millions de personnes dans l’UE ont créé des collectes de fonds Facebook ou fait un don pour des causes qui leur tiennent à cœur. En savoir plus.


Aujourd’hui dans les Capitales

L’EDITO

La bataille pour la Méditerranée expose l’illusion de l’autonomie stratégique de l’UE. La «  guerre  » silencieuse en cours pour savoir quel État de l’UE aura la région méditerranéenne dans sa sphère d’influence menace l’objectif de l’UE d’adopter une approche plus coordonnée en matière de politique étrangère. Lire la suite (en anglais).

(Sarantis Michalopoulos | EURACTIV.com)

PRAGUE

Le nouveau ministre des Affaires étrangères tchèque entend cibler les investissements chinois. Le potentiel prochain ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, Jan Lipavský (Parti Pirates, affilié aux Verts/ALE), veut changer le cours de la politique étrangère du pays et donner la priorité aux droits de l’homme sur les intérêts économiques.

EURACTIV République tchèque a appris que M. Lipavský est devenu une épine dans le pied du président tchèque Miloš Zeman, bien connu pour ses positions pro-russes et pro-chinoises. M. Zeman serait même prêt à bloquer la formation du nouveau gouvernement tchèque uniquement pour empêcher M. Lipavský de devenir ministre des Affaires étrangères.

M. Lipavský, ancien vice-président des commissions des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement tchèque, a toujours critiqué l’implication des entreprises russes et chinoises dans des projets d’infrastructure tchèques cruciaux, y compris dans la construction d’unités nucléaires.

«  La Chine reste un partenaire commercial important. Toutefois, ce pays ne peut plus être considéré comme un partenaire important lorsqu’il s’agit d’investissements étrangers  », a déclaré M. Lipavský dans une récente interview pour le quotidien Deník N.

«  Des activités spécifiques entreprises par la Russie ou la Chine sur le territoire tchèque pourraient être définies comme hostiles ou comme des menaces. Par exemple, l’affaire de Vrbětice (explosion d’un dépôt de munitions causée par des agents russes en 2014), les activités chinoises dans la sphère universitaire tchèque ou l’établissement de réseaux influents travaillant pour ces puissances sur notre territoire  », a ajouté M. Lipavský.

M. Lipavský a souligné que les droits de l’homme doivent être privilégiés par rapport aux intérêts commerciaux et à la diplomatie économique. Ces dernières années, il a été l’un des principaux partisans de la loi dite Magnitsky. Ce texte prévoit d’appliquer des sanctions financières et des interdictions de visa contre les fonctionnaires russes suspectés d’être impliqués dans le décès de l’avocat Sergueï Magnitski, symbole de la lutte contre la corruption du système politique, dans la prison de la Boutyrka de Moscou en 2009.

M. Zeman devrait nommer le futur Premier ministre tchèque, Petr Fiala (ODS, ECR), vendredi 26 novembre. M. Fiala a déjà publié la liste des candidats aux postes ministériels.

«  J’ai présenté à Monsieur le Président la proposition des futurs ministres qui est basée sur notre accord de coalition. Je considère que cette proposition est de bonne qualité, et je ne pense pas à la modifier  », a déclaré M. Fiala.

L’approbation du président est une étape nécessaire pour former le gouvernement. Les constitutionnalistes tchèques ont souligné que si M. Zeman refuse de nommer le gouvernement, M. Fiala devrait demander à la Cour constitutionnelle de résoudre la situation.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BERLIN

L’Allemagne réfléchit à rendre la vaccination obligatoire. Avec la récente flambée des cas de Covid-19 et la raréfaction des lits d’hôpitaux, plusieurs figures politiques allemandes de premier plan se prononcent en faveur d’une obligation vaccinale — ce qui était initialement considéré comme un tabou. Lire plus

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne

PARIS

Pêche : la France promet de « poursuivre le combat ». La ministre de la Mer Annick Girardin a déclaré aux pêcheurs, lors d’un déplacement dans le nord de la France dimanche (21 novembre), que l’exécutif « ne lâchera rien du tout » dans le conflit avec le gouvernement britannique concernant les licences de pêche. Lire plus.

(Mathieu Pollet | EURACTIV France)

VIENNE

Des milliers de personnes à Vienne protestent contre la vaccination obligatoire. Environ 40 000 personnes ont défilé dans les rues de Vienne pour protester contre le confinement qui doit être instauré pour tous à partir de lundi, ainsi que contre les nouvelles mesures qui rendront les vaccins obligatoires à partir de février 2022.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

DUBLIN

Un convoi de tracteurs proteste contre la PAC à Dublin. Des agriculteurs de toute l’Irlande se sont rassemblés dimanche pour protester contre la politique agricole commune (PAC) de l’UE, arrivant dans la capitale avec un convoi de tracteurs.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

Une startup finlandaise ouvre la voie à la production d’aliments sans recours à la terre ni au bétail. Solar Foods, une startup née en 2017 du projet de recherche du centre de recherche technique VTT et de l’université LUT dans l’est de la Finlande, a trouvé une méthode pour produire des protéines unicellulaires durables et pures à partir de dioxyde de carbone et d’électricité, sans avoir recours à la terre et au bétail.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Selon les syndicats italiens, le contrôle des passes sanitaires dans les transports publics est impossible. Il est actuellement impossible de contrôler les passes sanitaires dans les transports publics car il n’y a pas assez de personnel pour effectuer cette tâche, ont déclaré les syndicats à Rome.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

L’Espagne entend demander à la Commission d’activer le Fonds de solidarité de l’UE pour les dégâts causés par le volcan de La Palma. L’Espagne va demander officiellement à la Commission européenne d’activer le Fonds de solidarité de l’UE afin d’obtenir des ressources supplémentaires pour la reconstruction des dégâts causés par l’éruption volcanique sur l’île de La Palma, a annoncé le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez à La Palma vendredi 19 novembre.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

ATHENES 

Le Premier ministre grec Mitsotakis demande le retour des marbres du Parthénon. Le Premier ministre grec Kiriakos Mitsotakis a demandé une nouvelle fois le retour des marbres du Parthénon dans un article publié dimanche dans le Daily Mail. Ces sculptures de marbre furent envoyé à Londres en 1801 – 1802 par Lord Elgin, ambassadeur britannique à Constantinople. La restitution de ces artéfacts historiques à la Grèce est un point d’achoppement entre Londres et Athènes.

(Matthaios Tsimitakis | EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Selon Mateusz Morawiecki, l’Europe est «  menacée  ». «  L’Europe est menacée  », a déclaré le Premier ministre polonais Mateusz Morawieck dans une vidéo publiée dimanche, en référence à la crise à la frontière entre la Pologne et le Bélarus. « Aujourd’hui, la cible est la Pologne. Demain, ce sera l’Allemagne, la Belgique, la France ou l’Espagne », a-t-il ajouté.

Dans la vidéo, le Premier ministre a affirmé que la guerre hybride de la Biélorussie d’Aleksandr Loukachenko contre l’Union européenne est soutenue par la Russie de Poutine. Il s’agit d’une crise politique créée dans un but précis : déstabiliser l’Europe.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

BRATISLAVA

Le Premier ministre slovaque, M. Heger, plaide pour une vaccination obligatoire dans un contexte d’effondrement des soins de santé. «  Pour moi, l’idéal serait une vaccination obligatoire pour les personnes de plus de 65 ou 60 ans. Cela dépend des experts. Je pense que même les personnes de plus de 50 ans seraient concernées, mais attendons ce que disent les experts  », a déclaré le Premier ministre Eduard Heger, alors que le pays enregistre le pire taux de nouveaux cas de Covid-19 pour 1 000 personnes et que son système de santé s’effondre. M. Heger a également déclaré qu’il discutait d’une telle option avec des avocats constitutionnels.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Le président bulgare Rumen Radev élu pour un second mandat. Rumen Radev a remporté un second mandat présidentiel lors d’un second tour contre le candidat soutenu par le GERB, Anastas Gerdjikov, avec un taux de participation très faible d’à peine plus de 30 %. Selon les données de Gallup International Balkan issues des sondages de sortie des urnes, M. Radev a obtenu 65,8 % des voix contre 31,8 % pour M. Gerdjikov au second tour. Lire plus.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

La Roumanie est sur le point d’avoir un nouveau gouvernement. La nouvelle coalition gouvernementale est prête, il ne lui manque que la bénédiction du président. Et un premier ministre. Les partis de centre-droit PNL et UDMR ont conclu un accord avec les socialistes du PSD pour former le nouveau gouvernement, mais le nom du premier ministre n’est toujours pas connu.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Un journaliste agressé lors d’une manifestation anti-vax à Zagreb. Le journaliste de la télévision RTL Goran Latković a été agressé lors d’une manifestation contre les passes sanitaires obligatoires à Zagreb, samedi, alors qu’il couvrait l’événement.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

M. Zaev démissionnera dès que la majorité au Sobranje sera confirmée. Les médias de Macédoine du Nord ont confirmé que le Premier ministre Zoran Zaev démissionnera dès que la majorité au Parlement, le Sobranje, sera consolidée et renforcée.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

Les demandes d’asile albanaises augmentent, atteignant 1 400 en août. Plus de 1 400 Albanais ont demandé l’asile dans les États membres de l’UE en août 2021, soit une augmentation de 46 % par rapport à juillet et plus du double par rapport à juin, selon les données de l’UE, rapporte Exit.al.

(Alice Taylor | Exit.al/en)


AGENDA:

  • Croatie : Le Premier ministre Andrej Plenković reçoit le juge Carmel Agius, président du Mécanisme international résiduel pour les tribunaux pénaux (MICT), qui a succédé au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Le président, le commandant suprême des forces armées et le ministre de la Défense, Mario Banožić, assistent à la cérémonie de départ du 36e contingent de troupes croates de la mission de la KFOR dirigée par l’OTAN au Kosovo.
  • Slovénie : Le Parlement votera une motion de défiance à l’encontre du ministre de la Justice, Marjan Dikaučič, en raison de problèmes concernant la nomination de procureurs délégués européens.
  • Serbie : l’archevêque Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les relations avec les États au sein de la Secrétairerie d’État du Saint-Siège, est en visite en Serbie. Dans la gare ferroviaire de Novi Sad, le président serbe Aleksandar Vučić assistera à une cérémonie de pose de la première pierre du tronçon Novi Sad-Kelebija, qui fait partie du projet de train à grande vitesse Belgrade-Budapest. Le ministre hongrois des affaires étrangères et du commerce, Peter Szijjarto, et l’ambassadeur de Chine à Belgrade, Chen Bo, seront également présents.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe