Le paysage médiatique grec fait sourciller Bruxelles

Le nouveau code pénal comprend un article qui précise que «  les fake news qui peuvent causer de l’anxiété ou de la peur chez les citoyens […] sont passibles de poursuites judiciaires  » et prescrit des peines de prison d’au moins trois mois. [Shutterstock / Henryk Ditze]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

ATHENES

Le paysage médiatique grec fait sourciller Bruxelles. La législation des États membres qui vise à lutter contre les fake news pendant la pandémie, ne devrait pas entraver la pratique du journalisme, ni dissuader les «  sources  » de parler aux journalistes, a déclaré une source de la Commission à EURACTIV Grèce, alors que le parlement grec a adopté jeudi une nouvelle loi contre les fake news. La question de la liberté des médias en Grèce semble toutefois être plus étendue.

Le nouveau code pénal comprend un article qui précise que «  les fake news qui peuvent causer de l’anxiété ou de la peur chez les citoyens […] sont passibles de poursuites judiciaires  » et prescrit des peines de prison d’au moins trois mois.

«  Le fait que nos concitoyens meurent en ce moment parce que certains les persuadent de ne pas se faire vacciner ne devrait pas être traité par la justice ?  ». a demandé le ministre de la Justice Costas Tsiaras.

L’opposition et le syndicat des journalistes des quotidiens d’Athènes (ESIEA) se sont fermement opposés à cette loi, estimant qu’elle était trop vague et qu’elle pourrait avoir un impact sur la liberté de la presse.

L’ESIEA a déjà informé la Fédération européenne des journalistes et la Fédération internationale des journalistes de cette loi. Elle a également l’intention de s’adresser au Parlement européen pour un débat sur la question des fake news.

Maria Antoniadou, présidente de l’ESIEA, a déclaré à EURACTIV Grèce que son association serait d’accord avec une loi qui définirait mieux ce que sont les fake news et quand il y a un problème, mais la discussion sur les fake news et la désinformation ne s’arrêtera pas là.

«  Au lieu de cela, la question de la gouvernance de l’Internet et de la réorganisation de la production et de la diffusion d’informations qui en résulte est évoquée  », a-t-elle ajouté.

Un problème plus large

Le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières place la Grèce, pour la période 2013-2021, dans la catégorie des pays en «  situation problématique  », alors qu’elle était en «  situation bonne à très bonne  » il y a dix ans. En 2021, la Grèce se classera au 70e rang sur 180 pays, suivie de la Hongrie (92).

À la question de savoir si l’exécutif européen était inquiet de ces classements, une source de la Commission européenne a déclaré à EURACTIV Grèce que «  l’indice de liberté des médias est une source importante pour la Commission afin d’informer son travail et nous y prêtons une attention particulière  ».

«  Ces classements sont systématiquement mentionnés dans le rapport de la Commission sur l’État de droit pour tous les États membres de l’UE, y compris la Grèce  », a ajouté la source.

Pour Mme Antoniadou, la faible position du pays dans les classements internationaux est due à la crise économique et à la pandémie de COVID-19 qui a suivi.

«  Les politiciens ont toujours voulu contrôler la presse, mais la situation s’aggrave dans le monde entier  », a déclaré Antoniadou.

L’année 2021 a également été marquée par l’assassinat du journaliste Giorgos Karaivaz. Reporter spécialisé dans les affaires policières et criminelles, il a été abattu devant son domicile à Athènes et ce crime n’a toujours pas été élucidé. La vice-présidente de la Commission, Vera Jourova, a fait part de son choc et a déclaré que la justice devait être rendue et la sécurité des journalistes garantie.

EURACTIV Grèce a également soulevé auprès de la Commission la question des dizaines de millions d’euros distribués par le gouvernement conservateur grec aux médias lors de la pandémie pour sensibiliser à la Covid-19 et à la nécessité vaccinale.

Le quotidien anti-gouvernemental Documento a été exclu de ce financement tandis qu’Alter Ego, un grand groupe de médias, a rendu l’argent, laissant entrevoir un manque de transparence dans l’attribution des fonds publics.

«  Nous sommes au courant des rapports sur la question. La publicité dans les médias d’État est l’une des questions que la Commission examine dans le cadre de ses rapports annuels sur l’État de droit, et elle sera également examinée dans le rapport 2022  », a déclaré une source de la Commission.

La source a souligné que, comme le souligne le plan d’action européen pour la démocratie, le soutien financier de l’État par le biais de la publicité d’intérêt public peut être crucial, notamment pour les médias à but non lucratif, les médias communautaires et d’autres formes de journalisme moins commerciales.

«  Néanmoins, des garanties appropriées sont nécessaires pour protéger la liberté et le pluralisme des médias, c’est pourquoi la Commission encourage tous les États membres à adopter des règles transparentes et des critères équitables pour l’attribution de la publicité  », a ajouté la source.

Avec les voix de tous les partis d’opposition, la Chambre grecque devrait décider vendredi 12 novembre de créer une commission d’enquête parlementaire sur cette question.

Une étrange incidence

Le partenaire médiatique d’EURACTIV, le quotidien croate Jutarnji list, a rapporté fin 2020 que la commissaire européenne chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová, a déclaré à un groupe d’eurodéputés que certains gouvernements de l’UE acheminent l’argent national uniquement vers les médias qui sont les «  serviteurs volontaires de la propagande d’État  ».

Mme Jourová aurait déclaré que de tels cas ont été observés en Pologne, en Slovénie, en Hongrie et en Grèce. La nouvelle a fait des vagues en Grèce, mais peu après, un porte-parole de l’UE a déclaré que les rapports étaient inexacts.

«  Nous avons vu certains rapports trompeurs sur une réunion interne avec les députés européens, mais je tiens à préciser que la vice-présidente Jourová n’a pas commenté la situation en Grèce spécifiquement au cours de ce débat  », a déclaré le porte-parole.

Plusieurs fonctionnaires ayant pris part à cette réunion interne ont confirmé à EURACTIV le contenu des commentaires de la vice-présidente, y compris sa mention explicite des quatre pays où cette pratique de financement a été constatée.

(Matthaios Tsimitakis | EURACTIV Grèce,  Sarantis Michalopoulos | EURACTIV.com)

BERLIN

La bataille pour le leadership conservateur en Allemagne débute. Alors que les conservateurs allemands de la CDU continuent de subir la pire défaite électorale de leur histoire lors des élections de septembre, Helge Braun, allié de longue date de Mme Merkel et ministre de la chancellerie par intérim, et Norbert Röttgen, expert en politique étrangère, sont les premiers candidats à se battre pour la direction du parti. Lire plus.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Emmanuel Macron salue le retour des États-Unis « dans le club du multilatéralisme ». « Je crois que [le multilatéralisme] est la place légitime des États-Unis d’Amérique », a déclaré Emmanuel Macron, devant la vice-présidente des États-Unis Kamala Harris, dans son discours d’ouverture du Forum de Paris sur la paix qui s’est ouvert jeudi 11 novembre.

(Mathieu Pollet | EURACTIV France)

VIENNE

Une région autrichienne va mettre en place un confinement pour les personnes non vaccinées. La Haute-Autriche va mettre en place un véritable confinement pour les personnes non vaccinées à partir de lundi, a-t-il été annoncé jeudi. Cette annonce intervient un jour après que le gouverneur du Land, Thomas Stelzer, a déclaré mercredi que «  personne n’a besoin d’un confinemen  ».

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN

Selon le Premier ministre irlandais, la menace de l’article 16 s’éloigne. Les tensions liées au déclenchement imminent par le Royaume-Uni de l’article 16 du protocole sur l’Irlande du Nord s’apaisent, pour l’instant, a déclaré le Premier ministre irlandais Micheál Martin, qui craignait qu’une telle décision n’entraîne une guerre commerciale avec l’UE.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

La société de livraison finlandaise Wolt entre dans l’histoire économique finlandaise. La startup tech Wolt, fondée en 2014 et connue pour son application de livraison de nourriture va être rachetée par le géant américain de la livraison DoorDash, apprend-on mardi 9 novembre. L’opération a été saluée non seulement par le monde des affaires mais aussi par l’ensemble du spectre politique, notamment par la ministre des Finances Annika Saarikko.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Selon Mario Draghi, les municipalités recevront 50 milliards d’euros du plan de relance. «  Les municipalités et les villes métropolitaines devront administrer près de 50 milliards d’euros en tant qu’exécutants du plan de relance national  », a déclaré jeudi 11 novembre le Premier ministre Mario Draghi dans un discours prononcé à l’issue de la 38e édition de l’assemblée annuelle de l’association italienne des conseils municipaux ANCI.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

Madrid et la Commission européenne s’accordent sur l’instrument de financement du plan de relance de l’Espagne. Le gouvernement espagnol de gauche a signé avec la Commission un accord détaillant tous les instruments opérationnels du plan de relance national du pays, une étape formelle qui permettra à Madrid de demander, sous peu, la première « tranche » semestrielle de 10 milliards d’euros de ressources communautaires.

(Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

LISBONNE

Selon le ministre portugais de l’Environnement, l’UE ne devrait pas financer de projets nucléaires «  dangereux  ». L’UE ne devrait pas financer les projets d’énergie nucléaire qui ne sont pas sûrs, pas durables et trop dispendieux, a déclaré le ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique, João Pedro Matos Fernandes, lors d’un événement en marge de la COP26 à Glasgow.

(Bruno Manteigas | Lusa.pt)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

La marche d’extrême droite du Jour de l’Indépendance se poursuit malgré la décision du tribunal. Alors que la Pologne célébrait sa fête de l’indépendance, la marche annuelle de l’indépendance s’est déroulée à Varsovie, en présence d’environ 150  000 personnes, malgré l’interdiction maintenue par le tribunal de district qui avait été imposée par le maire de la ville et ex-candidat à l’élection présidentielle Rafal Trzaskowski.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque en retard sur la voie de la transition équitable. La République tchèque doit éliminer progressivement le charbon dès que possible afin d’atteindre les objectifs climatiques européens. Cependant, la transition équitable vers une économie verte est encore loin d’être une réalité.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

La Hongrie fixe le prix de l’essence. Le gouvernement va fixer le prix de l’essence et du diesel à 95 octanes à 480 HUF (1,34 €) le litre, a annoncé jeudi le ministre en charge du cabinet du Premier ministre, Gergely Gulyás, rapporte Telex.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

L’OEPP va enquêter sur l’un des plus grands projets numériques slovaques financés par l’UE. Le Bureau du Procureur européen (OEPP) va passer au crible l’un des plus grands projets numériques de la Slovaquie, d’un montant de plus de 50 millions d’euros, exécuté par le précédent gouvernement de Peter Pellegrini.

(Marián Koreň| EURACTIV Slovaquie).


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie accuse Lukoil d’abuser de sa position dominante. La Commission bulgare pour la protection de la concurrence (CPC) a estimé que Lukoil Bulgaria abusait de sa position dominante sur le marché des carburants du pays. Lire plus.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

Une nouvelle loi roumaine introduit une taxe sur les producteurs d’énergie verte. Une loi récente qui met en place un système de compensation des consommateurs pour les prix élevés de l’énergie a également introduit une taxe de 80 % des revenus supplémentaires générés par les producteurs d’électricité. Toutefois, cette surtaxe ne s’applique qu’aux producteurs d’énergie verte, les producteurs de combustibles fossiles en étant exemptés.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

L’OEPP accuse l’ex-ministre, le directeur de l’agence et deux entrepreneurs d’avoir détourné 1,8 million d’euros. Le Parti social-démocrate (SDP) de l’opposition et le Bloc vert-gauche ont annoncé qu’ils allaient initier la formation d’une commission d’enquête pour examiner l’absorption des fonds de l’UE. Cette information fait suite à un scandale baptisé Software dans lequel Gabrijela Žalac, membre de la présidence de l’Union démocratique croate (HDZ) au pouvoir et ex-ministre des Fonds de l’UE, a été arrêtée.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

Un scandale risque de balayer le ministre de de l’Environnement slovène. Le ministre de l’Environnement Andrej Vizjak, un proche collaborateur du premier ministre slovène, semble sur le point de quitter ses fonctions après qu’un partenaire junior du gouvernement minoritaire a déclaré qu’il ne le soutenait plus à la suite des déclarations qu’il a faites dans une conversation divulguée avec un patron d’entreprise il y a 14 ans.

(Sebastijan R. Maček | sta.si)

PRISTINA 

Selon Donald Trump, la paix, la normalisation économique entre la Serbie et le Kosovo sont possibles. «  Les grands peuples de Serbie et du Kosovo ont surmonté d’énormes obstacles dans leur quête de normalisation économique. Les accords que mon administration a négociés (à Washington, le 4 septembre 2020) sont historiques et ne doivent pas être abandonnés, de nombreuses vies sont en jeu  », a déclaré l’ancien président américain Donald Trump dans un communiqué.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)


AGENDA:

  • France : Paris convoque une conférence internationale sur la Libye.
  • Bulgarie : le Premier ministre intérimaire Stefan Yanev répondra aux questions des citoyens et des médias lors d’une émission en direct sur la page Facebook du Conseil des ministres.
  • Croatie : L’association d’éleveurs Baby Beef organise une conférence annuelle sur la situation difficile du secteur de l’élevage bovin, les tendances mondiales et une éventuelle hausse des prix de la viande.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe