Marine Le Pen prise en plein mensonge sur l’UE et le coronavirus

[EPA/YOAN VALAT]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PARIS

Marine Le Pen lit-elle les infos sur l’UE ? Apparemment non. Ou elle le fait, mais déforme la vérité. Interrogée sur le coronavirus, Marine Le Pen, la cheffe du Rassemblement national, le parti d’extrême droite français, a déclaré mercredi à France Inter que « l’Union européenne n’a pas dit un mot dans cette affaire ». « Donc on ne sait pas à quoi elle sert. Le seul propos qu’elle a tenu, c’est de condamner ceux qui envisageraient de maîtriser des frontières, y compris de manière temporaire », a-t-elle affirmé. L’exécutif européen a au contraire été très présent sur ce sujet, activant dès le mois de janvier des moyens spéciaux pour rapatrier les Européens de Chine, puis des fonds pour la recherche, avant de rappeler aux Etats-membres le besoin de coordination.  (Euractiv France)

BERLIN

Autorisation au suicide assisté. Le 26 février, la Cour constitutionnelle allemande a jugé inconstitutionnelle une loi en vigueur depuis 2015 interdisant le recours au suicide assisté. Auparavant, les patients allemands qui choisissaient l’aide au suicide devaient se rendre en Suisse ou aux Pays-Bas. La Cour a désormais annulé la loi, estimant que la Constitution confère aux citoyens le droit de s’ôter la vie et de le faire en utilisant les services volontaires d’autrui. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

VIENNE

Leonore Gewessler prend des mesures. La ministre autrichienne des Transports, Leonore Gewessler (Verts), a démis de ses fonctions Siegfried Stieglitz, le président du conseil de surveillance de l’ASFINAG (une société autoroutière publique) après que sa nomination a été éclaboussée par des allégations de corruption. Il avait été nommé en 2017 par le ministre de l’époque, Norbert Hofer (FPÖ), aujourd’hui à la tête du parti. Peu avant et après sa nomination, l’ex-président avait fait un don de 20 000 euros à l’association « Austria in Motion », qui fait actuellement l’objet d’une enquête pour avoir secrètement acheminé de l’argent au FPÖ. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

STOCKHOLM

Les relations entre la Suède et la Chine s’enveniment. Les relations diplomatiques et politiques entre les deux pays ont touché le fond après la condamnation par la Chine du libraire Gui Minhai, citoyen suédois depuis les années 1990, à dix ans de prison. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

LONDRES

Keir Starmer toujours en tête du Parti travailliste. Keir Starmer reste en pole position pour remporter la course à la direction du parti travailliste, selon un nouveau sondage réalisé par YouGov et Sky News. L’homme politique recueillerait 53 % des voix, soit suffisamment pour l’emporter au premier tour, indique le sondage mené auprès de membres du parti et de syndicalistes affiliés. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

ROME

Le gouverneur de la Lombardie en isolement. Le gouverneur de la Lombardie, Attilo Fontana, s’est imposé l’auto-isolement après que l’un de ses proches collaborateurs a contracté le coronavirus. Bien qu’il ait été testé négatif, Attilo Fontana souhaite respecter la sécurité de ses employés et suivra les instructions données.

La Lombardie est la région la plus touchée d’Italie avec 258 cas, mais seuls 4 % d’entre eux sont positifs, a déclaré le chef de la protection civile Angelo Borrelli. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com)

LISBONNE

Transition écologique à 80 millions d’euros. Le mercredi 26 février, la Commission européenne a versé 79,2 millions d’euros au Portugal pour que le pays ferme deux centrales thermoélectriques et réduise les émissions de deux usines pétrochimiques. La proposition émane du Fonds pour une transition juste, créé par l’exécutif européen pour soutenir le démantèlement des industries polluantes et la décarbonisation des régions dépendantes des combustibles fossiles. (Ana Matos Neves | Lusa.pt)

PRAGUE

Pas de rencontre avec les eurodéputés. Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš et le ministre de l’Agriculture Miroslav Toman ont refusé de rencontrer les eurodéputés de la Commission du contrôle budgétaire (CONT), en visite à Prague le 26 février pour vérifier comment les fonds européens sont dépensés en République tchèque. Andrej Babiš est encore poursuivi pour fraude aux subventions de l’UE, tandis que Miroslav Toman est soupçonné de conflits d’intérêts concernant les fonds de l’UE. (Lukáš Hendrych | Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Les Hongrois n’y échappent pas. Alors qu’aucun cas de coronavirus n’a encore été signalé en Hongrie, deux citoyens hongrois ont contracté le virus à l’étranger, a déclaré Gergely Gulyás, le ministre du cabinet du Premier ministre, lors d’une conférence de presse spéciale dans la matinée du 26 février. Plus tard dans la journée, l’une de ces deux personnes actuellement en Autriche a confirmé que son test s’était avéré négatif, selon le quotidien Index. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

BUCHAREST

Un Roumain testé positif au coronavirus. Le ministre roumain de la Santé par intérim, Victor Costache, a annoncé le 26 février qu’un patient roumain avait été testé positif au coronavirus. L’homme est un parent d’un citoyen italien qui avait visité la Roumanie pendant le week-end et a été déclaré comme atteint du virus à son retour à Rimini. La dizaine de personnes avec qui l’Italien est entré en contact ont été testées par les autorités roumaines, mais seul l’un de ces tests s’est avéré positif jusqu’à présent. (Euractiv Roumanie)

SOFIA

Semestre européen. Les perspectives de croissance de la Bulgarie restent favorables, mais la solidité et la compétitivité de son économie ouverte pourraient encore être renforcées de façon générale, indique la Commission européenne dans son Rapport 2020 pour le pays publié le 26 février. Ce document analyse les principaux défis socio-économiques auxquels sont confrontés les États membres de l’UE. Si la croissance du PIB a été régulière ces dernières années, elle n’a pas permis de déclencher un rapide « processus de rattrapage », car l’insuffisance des investissements freine la modernisation de l’économie du pays. (Dnevnik.bg)

BELGRADE

Le ministre des Affaires étrangères fier de se rendre en Chine. Ivica Dačić, le ministre serbe des Affaires étrangères, s’est rendu à Pékin pour y rencontrer son homologue chinois Wang Yi, et ce malgré l’épidémie de coronavirus. Là-bas, Ivica Dačić a annoncé que le président serbe Aleksandar Vucic était prêt à participer à un sommet entre la Chine et les pays d’Europe centrale et orientale, qui doit se tenir en Chine les 15 et 16 avril. Le ministre serbe a également déclaré dans un communiqué qu’il était fier d’être le premier parmi ses homologues à se rendre en Chine dans ces graves circonstances. Pour lui, sa visite confirme que les deux pays entretiennent une relation stratégique exceptionnelle et une amitié « faite d’acier », et prouve à quel point la Serbie fait confiance à la Chine pour contenir cette « maladie démoniaque », telle que la qualifie le président chinois Xi Jinping. (Euractiv Serbie, Betabriefing.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER