Le Portugal met fin aux visas dorés pour Lisbonne et Porto

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

LISBONNE

Visas « dorés » délivrés au compte-goutte. Mercredi 5 février, le Parlement portugais a approuvé une mesure limitant la délivrance des « visas dorés » pour les investissements immobiliers réalisés sur le littoral, y compris à Lisbonne et à Porto. Cela signifie que les investissements immobiliers ne pourront bénéficier du régime que pour les municipalités de l’intérieur du pays, ainsi que pour les régions autonomes des Açores et de Madère.

La mesure vise à promouvoir l’investissement dans les régions à faible densité et à soulager la pression du marché immobilier dans des régions telles que Lisbonne et Porto (les deux plus grandes villes portugaises).

Pour le Portugal, le régime de visa de séjour « doré » pour les étrangers a rapporté 742 millions d’euros rien qu’en 2019. Les principaux bénéficiaires de ce programme sont la Chine (4 467), le Brésil (863), la Turquie (380), l’Afrique du Sud (320) et la Russie (296). (Denise Fernandes, Lucília Tiago,  Lusa.pt)

BERLIN

Séisme électoral en Thuringe. Le 5 février, Thomas Kemmerich, le chef du groupe parlementaire du parti libéral démocrate libre (FDP), est devenu le nouveau ministre-président de Thuringe, devançant de façon surprenante le président sortant Bodo Ramelow (Die Linke) avec l’aide des démocrates-chrétiens (CDU) et de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Le vote a mis fin à la coalition minoritaire attendue, composée de Die Linke, des Verts et des sociaux-démocrates (SPD). C’est la première fois dans l’histoire de l’Allemagne d’après-guerre qu’un chef de gouvernement est élu avec des voix d’extrême droite. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Paris se détend (un peu) sur l’élargissement. Après avoir bloqué l’ouverture des négociations d’adhésion de l’Albanie et de la Macédoine du Nord en octobre dernier, le gouvernement français a accueilli avec prudence les propositions de Bruxelles sur la réforme du processus d’élargissement de l’UE annoncées le 5 février.

« La proposition de la Commission est un grand pas en avant. Elle est positive, mais il n’y a pas d’automaticité », a déclaré Amélie de Montchalin, la secrétaire d’État chargée des affaires européennes. La France a également déclaré qu’il fallait approuver l’accord d’ouverture des négociations avec l’Albanie et la Macédoine du Nord « sans [qu’il soit] dénaturé ». « Nous devons obtenir un accord des 27 membres de l’UE sur cette nouvelle proposition sans qu’elle soit dénaturée », a-t-elle expliqué.

BRUXELLES

Pas d’argent pour le climat en Flandre ? Alors que 0,9 % (68 millions d’euros) du Fonds de transition équitable de l’UE est destiné à la Belgique, les critères de la Commission européenne pour ce fonds menacent de se transformer en « gueule de bois financière » pour la Flandre, a averti le ministre flamand de l’Environnement, Zuhal Demir (N-VA), au sein de la commission de l’environnement du parlement belge, une affirmation qui menace d’intensifier le débat sur les disparités régionales en Belgique. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Sebastian Kurz satisfait des négociations sur le budget de l’UE. Lors d’une conférence de presse avec son homologue allemande Angela Merkel il y a quelques jours à peine, le chancelier Sebastian Kurz réitérait son opposition farouche à la proposition budgétaire actuelle de la Commission européenne visant à porter les contributions des États membres à 1,1 % de leur PIB. Il avait alors rappelé aux dirigeants européens que l’Autriche refusait de payer plus de 1 %. Mais le 5 février, le chancelier avait changé de ton et semblait plus satisfait de la manière dont les négociations se déroulaient. Après une réunion avec le président du Conseil européen, Charles Michel, le dirigeant autrichien a déclaré être « vraiment satisfait des négociations pour le moment », exprimant l’espoir que la proposition soit mise à jour et qu’elle serve de « bonne base de négociation » pour le sommet spécial sur le budget de l’UE du 20 février. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Alerte concernant la BBC. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi 5 février son intention de ne plus poursuivre les personnes qui ne paient pas la redevance obligatoire de la BBC, suscitant des inquiétudes quant au futur modèle de financement du radiodiffuseur.

VARSOVIE

Élections présidentielles en mai. La Pologne organisera son premier tour des élections présidentielles le 10 mai, un second tour pouvant avoir lieu le 24 mai. Alors que les partis ayant des représentants au parlement ont déjà annoncé leurs candidats, le président sortant, Andrzej Duda ne s’est pas encore officiellement porté candidat à sa réélection. Son porte-parole a cependant déclaré à la radio Polskie que « ce moment viendra[it] ». (Mateusz Kucharczyk, Euractiv Pologne)

PRAGUE

La République tchèque renonce à son engagement de 2% en faveur de  l’OTAN. « Augmenter les dépenses de défense à 2 % du PIB n’est pas une bonne décision dans la situation actuelle », a déclaré au quotidien Lidové noviny le ministre de l’Intérieur social-démocrate, Jan Hamáček. Le ministre a ajouté que l’argent serait mieux utilisé dans d’autres domaines et a souligné que consacrer 1,4 % du PIB du pays à l’armée semblait plus réaliste. Le Premier ministre, Andrej Babiš, n’est pas non plus très enthousiaste à l’idée de respecter la promesse de 2 % faite à l’OTAN, bien qu’il ait déclaré l’inverse lors de sa rencontre avec le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche l’an dernier. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUCAREST

Le gouvernement roumain s’effondre après trois mois de mandat. Le Parlement roumain a renversé le gouvernement de centre droit formé par le PNL (PPE) mercredi 5 février avec 261 voix, soit nettement plus que les 233 suffrages nécessaires, après que le parti socialiste PSD et le parti de la minorité hongroise UDMR, ont lancé un vote de défiance suite au projet du gouvernement de réformer la législation sur les élections municipales. Le gouvernement n’était au pouvoir que depuis trois mois, après un précédent vote de défiance en octobre de l’année dernière, qui avait conduit à la chute du gouvernement du PSD. (Bogdan Neagu, Euractiv Roumanie)

LJUBLJANA

La Slovénie accueille favorablement la proposition de réforme de l’élargissement de l’UE. La Slovénie accueille favorablement la proposition de la Commission européenne visant à modifier le processus d’élargissement, a annoncé le ministère slovène des Affaires étrangères. Il a souligné que le processus de mise à niveau devrait se dérouler parallèlement à la prise de décision la plus rapide possible sur l’ouverture des négociations avec la Macédoine du Nord et l’Albanie. (Željko Trkanjec Euractiv Croatie)

ZAGREB 

Nouvelle méthodologie d’élargissement saluée. Le gouvernement croate est convaincu que la nouvelle méthodologie d’élargissement de l’UE proposée par la Commission européenne permettra au Conseil européen de rectifier la décision de l’année dernière et d’ouvrir des négociations avec la Macédoine du Nord et l’Albanie. « Il s’agit d’une bonne étape dans la poursuite de l’évolution du processus de négociation, qui prend en compte, de manière égale, les intérêts de toutes les parties, pays candidats et membres de l’Union européenne », a déclaré le gouvernement. (Karla Junicic, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.