Les Polonais comptent sur Tusk pour empêcher la sortie du pays de l’UE

Seulement à Varsovie, environ 100  000 personnes se sont rassemblées sur la place Zamkowy, selon les estimations de la ville. [Photo de Piotr Maciej Kaczynski, EURACTIV.pl]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

VARSOVIE

Les Polonais comptent sur Tusk pour empêcher la sortie du pays de l’UE. Dimanche 10 octobre, quelque 200  000 personnes ont manifesté dans 126 villes, tant en Pologne, que dans le reste de l’Europe et du monde. Elles ont protesté contre la décision prise la semaine dernière par le tribunal constitutionnel polonais, qui a jugé que les traités fondamentaux de l’UE étaient partiellement illégaux.

À Varsovie, environ100 000 personnes se sont rassemblées sur la place Zamkowy, dans la vieille ville. Donald Tusk, l’ancien président du Conseil européen et actuel président du Parti populaire européen, a appelé à la manifestation pour manifester l’unité de l’opposition à cette décision. Les critiques estiment que le Tribunal constitutionnel est contrôlé par le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS) et qu’il poursuit activement une politique de sortie de l’Union, appelée «  Polexit  ».

«  Nous restons  », «  La Pologne est uniquement européenne  », «  Nous sommes l’Europe  » étaient les slogans populaires de la foule pro-UE rassemblée à Varsovie. Au cours de la manifestation, un groupe de nationalistes (non affiliés au PiS) a tenté de faire échouer le rassemblement dirigé par M. Tusk. Alors qu’elle s’exprimait depuis le podium, Wanda Traczyk-Stawska, une vétéran de la Seconde Guerre mondiale âgée de 94 ans, s’est adressée au leader des nationalistes en disant : «  Tais-toi, mon garçon  ! L’Europe est aussi ma mère  ».

Donald Tusk a décrit les récents verdicts du TC comme émanant «  d’un groupe de personnes déguisées qui violent la constitution polonaise et ont décidé que la Pologne devait quitter l’UE.  » Il a fait allusion au fait que certains membres du Tribunal de Varsovie n’ont pas été nommés de manière appropriée. «  Il n’y a pas de conflit entre la Constitution polonaise et les traités de l’UE  », a-t-il ajouté.

Parmi les nombreux intervenants à Varsovie figurait Marta Lempart, chef de file de la Grève des femmes, une coalition d’ONG qui protestent contre une précédente décision du TC restreignant les lois sur l’avortement l’année dernière. «  Nous défendons les valeurs européennes en permanence  », a-t-elle affirmé. «  Les politiciens, les institutions européennes, ils ont l’obligation de nous aider. Nous sommes la forteresse des valeurs européennes  », a déclaré Mme Lempart, affirmant que tant que les citoyens polonais sont des citoyens de l’UE, les institutions européennes doivent défendre leurs droits et leurs combats.

M. Tusk a terminé la réunion en déclarant : «  Affaire à suivre  ».

Le gouvernement PiS nie qu’il mène une politique de sortie de l’Union.

(Piotr Maciej Kaczynski, EURACTIV Pologne)

BERLIN

Les ministres allemands de la Défense et de l’Économie renoncent à leur mandat au Bundestag. Des membres influents de l’union conservatrice allemande CDU/CSU, Annegret Kramp-Karrenbauer et Peter Altmaier, ont annoncé qu’ils renonçaient à leur mandat au Bundestag pour permettre aux jeunes membres de rajeunir leur parti. Lire plus.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne

PARIS

Edouard Philippe vient de lancer son parti «  Horizons  ». L’ancien premier ministre a dévoilé le nom de sa formation politique ce samedi (9 octobre) au Havre. M. Philippe a toutefois exclu une course à la présidentielle, affirmant que «  mon objectif est qu’en 2022, Emmanuel Macron soit réélu  ». Dans le manifeste de son nouveau parti de droite, l’ex-premier ministre, qui se dit «  loyal mais libre  », explique vouloir bâtir «  une nouvelle offre politique fondée sur l’ouverture et le refus du sectarisme  ».

(Magdalena Pistorius | EURACTIV France)

VIENNE

Accusé de corruption, le chancelier autrichien Sebastian Kurz démissione. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé sa démission samedi soir (9 octobre) à la suite d’allégations de corruption et d’une crise gouvernementale imminente. Selon les experts, il agira en tant que chancelier fantôme et pourrait revenir au pouvoir une fois blanchi des allégations. Lire plus.

(Oliver Noyan | EURACTIV.com)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN 

Le ministre irlandais des Affaires Etrangères met en garde contre une «  ligne rouge  » dans le conflit sur le protocole d’Irlande du Nord. Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a accusé le gouvernement britannique de créer une «  ligne rouge empêchant tout progrès  » dans les négociations post-Brexit sur le protocole d’Irlande du Nord.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

La Finlande fait pression pour que l’énergie nucléaire soit déclarée source d’énergie durable. Suite à une décision d’abord tenue secrète, le gouvernement finlandais a décidé de faire pression sur l’Union européenne pour que l’énergie nucléaire soit déclarée source d’énergie durable.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD 

ROME

Les appels au démantèlement des mouvements d’extrême droite se multiplient après que la manifestation anti-vax en Italie a tourné à la violence. Une manifestation contre les mesures anti-Covid à Rome, qui a attiré environ 10 000 manifestants, s’est soldée par l’attaque et le pillage du siège romain du syndicat national CGIL, 38 policiers ont été blessés et 12 manifestants ont été arrêtés.

(Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

MADRID 

Le taux d’incidence du COVID-19 en Espagne passe à un niveau de risque faible, incitant les régions à lever les restrictions. Quelque 21 millions de personnes en Espagne ne sont plus soumises à des restrictions sanitaires, le taux d’incidence dans le pays étant passé à un niveau de risque faible pour la première fois en quinze mois.

(EuroEFE.EURACTIV.es)


GROUPE DE VISEGRAD

PRAGUE

La République tchèque devient conservatrice avec la défaite d’Andrej Babiš aux élections. Les Tchèques ont voté pour un changement conservateur, les sociaux-démocrates et le parti communiste n’ayant pas atteint le seuil de 5 % à l’issue des élections de vendredi (8 octobre). Cela signifie que le parti au pouvoir dirigé par le Premier ministre Andrej Babiš est de fait évincé du Parlement tchèque. Lire plus.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Le deuxième tour des primaires de l’opposition hongroise débute après le retrait surprise du maire de la capitale. Le deuxième tour des primaires de l’opposition a débuté dimanche (10 octobre) et se poursuivra jusqu’à samedi prochain. La social-démocrate européenne et députée européenne fédéraliste Klára Dobrev affrontera le maire indépendant conservateur chrétien Péter Márki-Zay pour mener l’opposition à Viktor Orbán lors des élections parlementaires de 2022.

(Vlagyiszlav Makszimov, EURACTIV.com avec Telex)

BRATISLAVA

La disponibilité de l’avortement légal en Slovaquie pose problème. Selon une étude sur la disponibilité de l’avortement en Slovaquie réalisée par l’organisation féministe Possibility of Choice, un tiers des hôpitaux et des établissements médicaux interrogés refusent de procéder à des avortements, pourtant légaux dans le pays. Les établissements médicaux appliquent ce que l’on appelle l’objection de conscience.

(Lucia Yar | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

BALKANS 

Une étude déboulonne le stéréotype des Balkans comme région violente. Le stéréotype centenaire selon lequel les Balkans sont une région où la violence est omniprésente a récemment été contredit dans un livre de la criminologue croate Anna-Marie Getoš Kalac. Le livre montre que la violence dans les Balkans est un peu plus présente qu’en Europe du Nord, de l’Ouest et centrale, mais moins présente qu’en Europe de l’Est, en Amérique et en Asie.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SOFIA

La Bulgarie envisage 2040 pour la fin du charbon. Le gouvernement envisage trois échéances possibles pour la fermeture des centrales électriques au charbon — en 2035, 2038 ou 2040, a annoncé le ministre de l’Énergie, Andrey Zhivkov, cité par la Radio nationale bulgare (BNR).

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

ZAGREB

Des officiers anti-émeute suspendus en Croatie pour avoir violemment repoussé des migrants. Le directeur de la police, Nikola Milina, a déclaré que trois officiers de police, qui ont été reconnus comme certaines des personnes dans les enregistrements vidéo montrant de violentes poussées contre les migrants illégaux, ont été suspendus, et d’autres mesures disciplinaires seront prises.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Albin Kurti demande que les fonds européens soient liés au progrès. Le Premier ministre kosovar, Albin Kurti, a demandé samedi à l’UE de subordonner le versement des fonds européens au respect de l’État de droit et à la lutte contre la corruption.

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA:

  • UE/Bruxelles : L’UE et la Grande-Bretagne entament des discussions sur Gibraltar.
  • Luxembourg : Les ministres européens de l’Agriculture et de la Pêche se réunissent à Luxembourg/La CJCE entend le recours de la Pologne et de la Hongrie qui lie les fonds de relance de l’UE au respect de l’État de droit.
  • Allemagne : Le SPD, le FDP et les Verts sont en pourparlers pour former une coalition après les résultats serrés des élections allemandes.
  • Autriche : Le président Alexander van der Bellen prête serment au ministre autrichien des Affaires étrangères Alexander Schallenberg en tant que nouveau chancelier après la démission de Sebastian Kurz/Le Forum européen des droits fondamentaux se tient à Vienne.
  • Estonie : Alar Karis prend la tête de la présidence du pays.
  • Suède : Le prix Nobel d’économie sera annoncé à Stockholm.
  • Portugal : Le gouvernement s’apprête à soumettre son projet de loi de finances 2022 au parlement.
  • République tchèque : La vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Vĕra Jourová, s’exprime à Prague lors de la 25e conférence du Forum 2000.
  • Croatie : La conférence « Railways for the Future », organisée par Hanza Media, partenaire d’EURACTIV, discutera des investissements dans le secteur ferroviaire, avec un discours principal du ministre croate des Transports et des Infrastructures, Oleg Butković.
  • Roumanie : Le président Klaus Iohannis tient des consultations avec les partis politiques sur la formation d’un nouveau gouvernement.
  • Serbie : la session du jubilé du Mouvement des non-alignés, consacrée au 60e anniversaire de la fondation du Mouvement, sera suivie par plus de 100 délégations étrangères, dont une quarantaine de ministres des Affaires étrangères.

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe