Les progressistes italiens envisagent un virage à gauche après une défaite électorale

giusepe-800x450

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ROME

Lendemain d’élections. Après les élections régionales en Calabre et en Émilie-Romagne, une enquête a été ouverte sur les effets de celle-ci sur la coalition au pouvoir dans le pays. Le Premier ministre Giuseppe Conte a déclaré que les résultats des élections régionales ne modifieraient pas l’équilibre de l’actuelle coalition, mais les autres partis ne sont pas d’accord. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com).

BERLIN

Commémoration de la libération d’Auschwitz. À l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a mis en garde contre la résurgence de l’antisémitisme dans un discours prononcé hier (27 janvier) (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne).

VIENNE

Extension du réseau 5 G. La ministre de l’Économie Margarete Schramböck, du parti conservateur ÖVP, a déclaré que l’extension du réseau mobile 5G dans toute l’Autriche sera l’une de ses priorités. Le gouvernement s’est déjà engagé à investir 1 milliard d’euros dans le projet, et plusieurs entreprises ont annoncé verser 4 milliards supplémentaires, à condition qu’il soit « favorable aux investisseurs », indique Thomas Arnoldner, directeur de Telekom-Austria et membre de l’une de ces multinationales. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

PARIS

Macron à Varsovie. Le président français Emmanuel Macron se rendra en Pologne la semaine prochaine pour rencontrer le président polonais Andrzej Duda et le Premier ministre Mateusz Morawiecki, afin de tenter de renforcer les relations diplomatiques avec un pays qui s’est opposé à lui sur des sujets tels que l’État de droit et le climat. (Euractiv France)

BRUXELLES

N-VA, ça ne va pas. Alors que les informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD & V) devraient présenter, une fois de plus, leurs conclusions finales sur la formation d’un gouvernement fédéral au Roi mardi, le leader socialiste Paul Magnette (PS) a publiquement mis un point d’arrêt à toutes les futures tentatives de gouvernement PS-N-VA. « Je ne vois aucun moyen de former un gouvernement avec la N-VA. Ça ne va pas », a déclaré Magnette. « Nous respectons les missions royales, mais nous avons déjà eu plus de 30 réunions avec la N-VA et cela n’aide pas ». (Alexandra Brzozowski |Euractiv.com)

HELSINKI

L’industrie forestière frappée en grève. Quelque 9 000 travailleurs se sont mis en grève après que l’organisation patronale des industries forestières finlandaises et le syndicat du papier n’aient pu parvenir à un accord. Une action syndicale de trois semaines est prévue, et les perspectives à court terme ne semblent pas prometteuses. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

LONDRES

La publicité mensongère commence. La campagne publicitaire de plusieurs millions de livres sterling menée par le gouvernement pour préparer le public à quitter l’UE a été fortement critiquée par le National Audit Office. Selon ce dernier, bien que 46 millions de livres aient été dépensés pour la campagne « Préparez-vous pour Brexit » avant le départ du Royaume-Uni prévu pour la fin octobre dernier, il n’était « pas clair » qu’elle ait permis aux gens de se « préparer bien mieux ».

Le gouvernement peut blâmer les législateurs pour cette confusion. La campagne publicitaire a été arrêtée trois jours avant le départ du Royaume-Uni, après que les députés aient voté pour une nouvelle prolongation de trois mois. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

DUBLIN

Réunion Varadkar-Barnier. Michel Barnier, négociateur en chef de l’UE pour le traité de Brexit, a rencontré hier le Taoiseach irlandais Leo Varadkar, alors que les deux hommes discutaient de la prochaine phase des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE. Mais qu’a dit Barnier à Varadkar ? (Samuel Stolton | Euractiv.com).

MADRID

Le secteur agricole doit être protégé. Les principaux syndicats agricoles espagnols ont exhorté la coalition gouvernementale des socialistes (PSOE) et des gauchistes (Unidas Podemos/United We Can), lundi 27 janvier, à prendre des mesures urgentes pour défendre le secteur (Euroefe)

ATHÈNES

Les Grecs à Paris. Une rencontre officielle entre le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis et le Président français Emmanuel Macron est prévue à Paris mercredi, après quoi M. Mitsotakis devrait se rendre à Bruxelles pour rencontrer le Président du Conseil européen Charles Michel.

Jusqu’à présent, le Premier ministre grec s’est concentré sur la question de l’agression de la Turquie en Méditerranée orientale, de la migration et des investissements étrangers en Grèce. Comme Macron a fortement soutenu la Grèce sur ces questions, le Premier ministre grec espère que Paris délivrera un nouveau message ferme contre les récents mouvements d’Ankara. (Théodore Karaoulanis|Euractiv Grèce)

BRATISLAVA

Alerte au fascisme. « Le fascisme est toujours vivant dans notre pays, dans notre société. C’est pourquoi il est très important de lutter pour qu’il ne monte pas au pouvoir », a déclaré la présidente slovaque Zuzana Čaputová lors de sa visite à Auschwitz-Birkenau à l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp de concentration. Le parti d’extrême droite, le SNS (parti populaire – Notre Slovaquie) se classe actuellement en deuxième position dans les sondages à l’approche des élections de février.

La présidente a également indiqué que si le SNS remportait les élections, elle s’entretiendrait avec le chef du parti, mais elle n’a pas révélé si elle lui demanderait officiellement de former un gouvernement. (Zuzana Gabrižová | Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Démission en raison de la vente aux enchères des fréquences 5 G. Le chef de l’Office tchèque des télécommunications, Jaromír Novák, a démissionné lundi (27 janvier) après que le gouvernement a reporté la mise aux enchères des fréquences 5G en réponse aux objections soulevées par la Commission européenne pour des raisons de concurrence. Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Karel Havlíček, a admis que les conditions de la vente aux enchères devaient être modifiées parce que les soumissionnaires étrangers n’avaient pas manifesté d’intérêt, tandis qu’il n’y avait qu’un seul soumissionnaire de la République tchèque. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

BUCAREST

Pas d’autre option. « Il n’y a pas d’autre option pour la Roumanie que de rejoindre la zone euro », a déclaré le ministre des Finances, Florin Citu, à la chaîne de télévision Digi24, ajoutant que le calendrier actuel pourrait être un peu trop ambitieux. La Roumanie prévoit de rejoindre le mécanisme MCE-II (mécanisme de taux de change européen) en 2024, mais doit auparavant résoudre le déséquilibre de ses finances publiques. Bucarest ne respecte pas les règles de l’UE en matière de déficit public, son déficit budgétaire dépassant les 3 % du PIB en 2019 et en 2020. Selon M. Citu, le déficit budgétaire repassera sous la barre des 3 % du PIB en 2022. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.