Plusieurs régions italiennes cherchent à conclure des accords séparés sur les vaccins

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l'info à travers l'Europe [Shutterstock/MikeDotta]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

ROME

Covid-19 : les régions du nord de l’Italie envisagent l’achat de vaccins supplémentaires. Cinq régions du nord de l’Italie ont annoncé leur intention d’acheter des doses supplémentaires de vaccins contre la Covid-19, indépendamment des actions gouvernementales. (Daniele Lettig, Euractiv Italie)

BERLIN | PRAGUE | VIENNE

Les nouveaux contrôles aux frontières de l’Allemagne critiqués par l’Autriche et la République tchèque. La fermeture des frontières pour les voyageurs en provenance de la République tchèque et du Land autrichien du Tyrol, annoncée la semaine dernière par le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, est entrée en vigueur dimanche (14 février), suscitant de vives critiques de la part de l’Autriche, la République tchèque et l’industrie automobile allemande. (Sarah Lawton & Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

Lire également : Virus : l’Allemagne ferme ses frontières et s’attire des critiques de l’UE

PARIS

Nouvelle vague #metoo. Alors qu’une nouvelle vague #metoo déferle en France avec plusieurs affaires d’inceste très médiatisées, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a annoncé hier qu’il souhaitait fixer un seuil de non-consentement de 18 ans pour l’inceste, comme demandé par des personnalités du monde artistique dans une tribune signée par plus de 50 000 personnes.

Par ailleurs, il s’est prononcé en faveur d’« une prescription graduée, échelonnée » pour les affaires de violences sexuelles. « Vous avez quatre affaires prescrites commises par le même auteur, donc quatre victimes qui n’auront pas droit à la justice. Puis vous avez une autre affaire commise par le même, celle-là n’est pas prescrite. Je souhaite que les cinq affaires soient jugées et que les quatre victimes qui n’avaient droit à rien soient reconnues par la justice comme des victimes », a-t-il expliqué au micro de RTL/LCI. (Mathieu Pollet, Euractiv France)

BRUXELLES

Les voyages non essentiels pourraient être autorisés avant avril. L’interdiction des voyages non essentiels pourrait être levée avant le 1er avril, a déclaré le ministre-président wallon Elio Di Rupo sur la chaîne belgo-luxembourgeoise RTL-TVI dimanche (14 février). Lire plus… (Euractiv.com)

LUXEMBOURG

Monica Semedo gardera son siège au Parlement européen. La députée européenne luxembourgeoise Monica Semedo, qui avait été suspendue par le Parlement européen en janvier dernier pour 15 jours en raison d’allégations de « harcèlement psychologique » de la part de ses assistants, restera députée européenne pendant les trois années de son mandat qui lui restent, a-t-elle déclaré à Paperjam vendredi. Lire plus… (Anne Damiani, Euractiv.com)

LONDRES

Covid-19 : contre un assouplissement des restrictions. Les ministres britanniques se sont prononcés contre les appels à l’assouplissement des restrictions en matière de confinement. Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, a insisté dimanche (14 février) sur le fait qu’ils ne prendraient pas d’« engagement arbitraire ». (Benjamin Fox, Euractiv.com)

HELSINKI

Les Finlandais sont de plus en plus divisés sur l’Union européenne. Alors que 32 % des Finlandais affirment que leur perception de l’UE s’est affaiblie au cours de l’année dernière, contre 6 % qui pensent qu’elle s’est renforcée, 55 % estiment que l’UE ne répond pas à ses citoyens et 51 % suggèrent même d’affaiblir le rôle du Parlement européen, selon un sondage réalisé par le Parlement européen et publié vendredi (12 février). La Finlande se place ainsi au bas de l’échelle des 27 États membres de l’UE, moins optimiste que ses voisins nordiques, la Suède et le Danemark.

Parmi les citoyens européens, les Finlandais sont également les plus critiques à l’égard du plan de relance pour l’Europe, puisque seulement 62 % de la population soutient ledit plan et 72 % pensent qu’il permettra de stimuler l’économie. Toutefois, malgré ces critiques acerbes, 69 % des Finlandais estiment que le pays a réellement tiré profit de son adhésion à l’UE. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

MADRID

Les séparatistes catalans renforcent leur majorité, un dialogue avec Madrid est en vue. Les partis séparatistes ont remporté suffisamment de sièges dimanche (14 février) au parlement régional de Catalogne pour renforcer leur majorité, bien que la forte présence de la branche locale des socialistes au pouvoir en Epagne laisse présager un dialogue, plutôt qu’une rupture avec Madrid. (Euroefe)

LISBONNE

Le plan de relance du Portugal fera l’objet d’un débat public. Le Premier ministre portugais, António Costa, a déclaré que le gouvernement soumettra son plan national de relance et de résilience à une audition publique lundi (15 février), dans l’espoir de remettre la version finale à la Commission européenne « dans les trois semaines ». (André Curvelo Campos, Lusa.pt)

VARSOVIE

La Pologne va-t-elle revendre le vaccin à l’Ukraine ? « La Pologne n’a revendu aucun vaccin à quiconque à ce jour », a déclaré dimanche (14 février) le ministère de la Santé à la journaliste de RMF FM Katarzyna Szymańska-Borginon, à la suite de commentaires du vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis concernant l’aide apportée par la Commission à la Pologne pour la revente de 1,2 million de doses du vaccin AstraZeneca/Oxford. Le ministère de la Santé a toutefois confirmé avoir reçu une offre de l’Ukraine pour la revente d’un certain nombre de doses. (Mateusz Kucharczyk, Euractiv Pologne)

PRAGUE

AstraZeneca a proposé à la République tchèque une offre de vaccins supplémentaires. Insatisfait du nombre de vaccins contre la Covid-19 livrés dans le cadre des accords européens conclus jusqu’à présent, le gouvernement tchèque a lancé des négociations parallèles avec la société pharmaceutique britanno suédoise AstraZeneca tout en envisageant l’achat du vaccin russe Spoutnik V, a déclaré le ministère de la Santé.

« Le ministère de la Santé a été approché par les représentants de la société AstraZeneca en République tchèque avec une offre de vaccins supplémentaires. Nous sommes en contact avec AstraZeneca et nous négocions des détails supplémentaires, en particulier sur le nombre de doses, la date de livraison et le prix », a fait savoir Barbora Peterová, porte-parole du ministère de la Santé, à Seznam Zprávy.

Le gouvernement tchèque évalue actuellement si cette offre est conforme aux accords de l’UE. Toutefois, la société n’a pas confirmé les discussions officielles concernant un accord séparé avec Prague.

Cette remarque fait suite aux révélations du Premier ministre tchèque Andrej Babiš, avançant la semaine dernière que des vaccins AstraZeneca supplémentaires avaient été offerts à la République tchèque par un « intermédiaire » de Dubaï. Lire plus… (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer