L’Espagne a connu une hausse des pensées suicidaires chez les enfants à cause de la pandémie de Covid-19

La pandémie a entraîné une réduction du nombre de diagnostics et un engorgement toujours plus important des services de santé mentale pour les enfants et les jeunes. [Shutterstock/Dragana Gordic]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook
Facebook aide les entreprises en Europe à accomplir davantage.
AgriCam, une société irlandaise de vidéosurveillance des animaux, a utilisé les applications et services Facebook pour accroître ses ventes domestiques de 70 %. En savoir plus.

Aujourd’hui dans les Capitales

MADRID

Selon une ONG, 3 % des enfants en Espagne ont eu des pensées suicidaires à cause de la pandémie. Le nombre de troubles mentaux et comportementaux chez les enfants a triplé pendant la pandémie de Covid-19, et 3 % d’entre eux ont eu des pensées suicidaires en 2021. C’est ce qu’a indiqué mardi la branche espagnole de l’ONG Save the Children.

La pandémie a entraîné une réduction du nombre de diagnostics et un engorgement toujours plus important des services de santé mentale pour les enfants et les jeunes. Ces faits sont rapportés par EFE, partenaire d’EURACTIV.

Selon le rapport analysant la santé mentale et le suicide chez les enfants et les adolescents espagnols, les enfants vivant dans des ménages à faibles revenus sont quatre fois plus susceptibles de souffrir de troubles mentaux et/ou comportementaux que ceux des ménages à hauts revenus.

Le rapport indique que les troubles mentaux en Espagne ont connu une augmentation de 1 % à 4 % chez les enfants âgés de 4 à 14 ans et les troubles du comportement ont quant à eux augmenté de 2,5 % à 7 % par rapport aux données officielles de 2017.

« La pandémie a fait naître de nouvelles inquiétudes, peurs ainsi que de nouveaux mal-être dans la vie des enfants et a mis en évidence l’ampleur des problèmes de santé mentale en Espagne », a déclaré le directeur général de Save the Children en Espagne, Andrés Conde.

« Les situations qui conduisent les enfants au suicide sont les conflits familiaux graves et les divorces, les problèmes de harcèlement par leurs pairs, les humiliations et les abus, la solitude, les déceptions amoureuses, la mort de membres de la famille, l’échec scolaire et la pression pour éviter cet échec, mais également la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle », a-t-il expliqué.

L’enquête a également révélé que 3 % des enfants avaient eu des pensées suicidaires en 2021. En 2020, 61 enfants se sont suicidés dans le pays, a indiqué l’ONG.

« Aujourd’hui (en Espagne), il y a moins de suicides qu’il y a 30 ans, cette diminution est très nette jusqu’en 2008. Toutefois, à partir de cette année-là, il y a eu une recrudescence des suicides qui a duré une décennie », a ajouté l’expert.

L’Espagne est l’un des pays de l’OCDE où le taux de suicide des enfants est le plus faible, bien qu’il s’agisse de la deuxième cause de mortalité chez les enfants pour des raisons externes, après les accidents de la route, rappelle l’ONG dans son rapport, qui indique également que les pensées suicidaires augmentent à l’adolescence et que les pourcentages sont plus élevés dans les familles à faible revenu.

Le système de santé espagnol et les services de santé mentale pour les enfants et les jeunes ne sont pas suffisamment équipés pour relever le défi qui les attend, souligne l’ONG.

Dans certaines régions comme Murcie, dans le sud-est, ou encore Madrid, obtenir une consultation avec un psychiatre peut prendre plus de deux mois. Seuls 60 % des hôpitaux publics disposent de services de soins psychologiques et le ratio de psychiatres par habitant est parmi les plus faibles de l’UE.

« Les listes d’attente pour bénéficier de soins psychologiques ou psychiatriques deviennent très problématiques car les troubles s’aggravent souvent ou deviennent chroniques », ajoute l’ONG.

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

BERLIN

La nouvelle ministre des Affaires étrangères déclare que l’Allemagne est « engagée » dans le partage du nucléaire. L’Allemagne est attachée à ses engagements auprès de l’OTAN, y compris au partage et au désarmement nucléaires, selon la ministre des Affaires étrangères et co-leader des Verts, Annalena Baerbock, qui s’est rendue à Stockholm mardi (14 décembre). Lire la suite.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Une journée inédite de mobilisation pour la justice. Magistrats, avocats, greffiers : tous sont appelés à se rassembler aujourd’hui (mercredi 15 décembre) devant les tribunaux pour manifester. Les magistrats sont également invités à renvoyer massivement les audiences.

(Nelly Moussu | EURACTIV France)

VIENNE

L’Autriche s’oppose au boycott des Jeux olympiques. L’Autriche s’oppose à un boycott politique et à la « politisation des Jeux ». C’est ce qu’a déclaré le chancelier Karl Nehammer, notant qu’aucun politicien autrichien de haut rang ne se rendra en Chine pour assister aux Jeux en raison de la situation relative à la Covid-19.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

L’organisme de défense des citoyens européens lance une action en justice contre le ministère britannique de l’Intérieur. L’organisme chargé de protéger les droits des citoyens de l’UE vivant au Royaume-Uni a engagé une procédure judiciaire contre le gouvernement britannique au sujet du statut de 2,5 millions de citoyens de l’UE ayant obtenu un droit de séjour temporaire au Royaume-Uni. Lire la suite.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

Tous les ménages irlandais recevront 100 € à la suite de la hausse mondiale des prix de l’énergie. Tous les ménages irlandais recevront automatiquement une subvention de 100 € au printemps prochain dans le cadre de la hausse internationale des prix de l’énergie, qui a par ailleurs été décrite par le gouvernement comme « sans précédent ».

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

En Finlande, « celui qui murmurait à l’oreille de Poutine » tente de résoudre la crise ukrainienne par la diplomatie au téléphone. Le président Sauli Niinistö, que l’hebdomadaire Sunday Times a récemment surnommé « celui qui murmurait à l’oreille de Poutine », a passé des appels téléphoniques avec Washington et le Kremlin afin de tenter de trouver une solution diplomatique à la situation tendue à la frontière ukrainienne.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Pour la Commission, l’Italie doit justifier la quarantaine et les tests obligatoires pour les voyageurs. L’Italie doit justifier sa nouvelle mesure imposant une quarantaine obligatoire pour les personnes non vaccinées ainsi que des tests obligatoires pour les voyageurs vaccinés. C’est ce qu’a déclaré mardi la vice-présidente de la Commission, Věra Jourová, à l’issue du Conseil européen consacré aux affaires générales.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

ATHENES

La Commission voit des progrès dans les réformes du Fonds pour la relance de la Grèce. EURACTIV Grèce a été informé que Bruxelles et Athènes ont surmonté leurs désaccords initiaux sur les réformes requises pour débloquer la première tranche du Fonds pour la relance pour la Grèce. Cependant, selon des sources, ces négociations ressemblaient à celles de la crise et des sauvetages.

(EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD 

BUDAPEST

La ministre de la Justice hongroise affirme que l’UE ne débloquera pas les fonds Covid qu’après les élections. La Commission européenne attendra de voir comment se dérouleront les élections législatives d’avril prochain en Hongrie avant d’envisager de donner sa bénédiction au plan de relance de Budapest, a déclaré la ministre de la Justice Judit Varga aux journalistes à Bruxelles mardi (15 décembre). Lire la suite

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com)

VARSOVIE

En Pologne, un nouveau projet de loi risque de faire obstacle à l’hommage rendu par Varsovie aux droits des femmes. Le ministère polonais des Affaires étrangères a promis de présenter une loi qui interdirait « d’effacer les héros nationaux » en réponse aux conseillers municipaux de Varsovie, dirigés par l’opposition, qui ont voté en faveur du changement de nom d’un rond-point en l’honneur des femmes qui ont manifesté lors des rassemblements pour le droit à l’avortement l’année dernière.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque demande à l’UE de donner à l’énergie nucléaire un statut « habilitant ». Le parlement tchèque a publié une résolution appelant à un soutien de l’UE sur l’énergie nucléaire, soulignant que « l’énergie nucléaire doit être pleinement reconnue comme faisant partie de la solution pour une économie à faible émission de carbone » et « comme un outil permettant la transition vers une économie à faibles émissions de carbone ».

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BRATISLAVA

Le parlement slovaque adopte la première réforme du plan de relance. Le Parlement a adopté une loi réformant les hôpitaux. Il s’agit de la première réforme réalisée dans le cadre du plan de relance.

(Michal Hudec |  EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Le nouveau gouvernement bulgare va faire pression sur les entreprises pour qu’elles introduisent le certificat COVID. Le nouveau gouvernement bulgare a clairement indiqué qu’il ferait pression sur les entreprises privées pour qu’elles augmentent le nombre de vaccinations contre la Covid-19 en introduisant un certificat COVID. Cependant, le gouvernement ne rendra pas ce certificat obligatoire car certains partis de la coalition quadripartite s’y opposent.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

ZAGREB

Le Premier ministre croate demande que des modifications du traité européen soient discutées après la pandémie. Après deux ans de pandémie, il serait nécessaire de réfléchir à l’opportunité de modifier les traités fondamentaux [de l’UE]. « Cette question sera au cœur de la présidence française de l’UE », a déclaré le Premier ministre Andrej Plenković, en évoquant les défis de 2022.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

///

Pas de plan B pour le site de stockage des déchets nucléaires. Le ministre croate de l’Économie et du Développement durable, Tomislav Ćorić a déclaré qu’il y avait eu des discussions au sujet du stockage prévu des déchets nucléaires sur le mont Trgovska Gora, qui se trouve à environ 130 kilomètres au sud de Zagreb, près de la ville de Dvor à la frontière avec la Bosnie-Herzégovine, lors d’une réunion avec les ministres de Bosnie-Herzégovine.

« Il n’y a pas de plan B. Nous voulons construire une installation dans un endroit sûr et répondant aux normes les plus élevées pour le stockage non seulement des déchets de la centrale nucléaire de Krško (en Slovénie, dont la Croatie est copropriétaire), mais également d’un large éventail de factions de ces déchets qui sont présentes dans toute la Croatie », a-t-il ajouté. Selon le ministre, la Croatie a fourni à la Bosnie-Herzégovine tous les documents relatifs à la construction d’une installation de stockage pour les déchets faiblement et moyennement radioactifs.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

Selon la Première ministre, la Serbie considère l’ouverture du groupe quatre avec l’UE comme une reconnaissance. Mercredi, alors qu’elle était en visite à Bruxelles, la Première ministre Ana Brnabić a déclaré que l’ouverture du groupe quatre dans les négociations d’adhésion avec l’UE constituait une grande reconnaissance pour la Serbie, ajoutant qu’environ 10 milliards d’euros seraient nécessaires pour que la Serbie s’harmonise avec la transformation écologique dans l’UE au cours des prochaines décennies.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Les sanctions de l’UE seraient dévastatrices pour la Republika Srpska. Selon des informations fournies par klix.ba, des sanctions de l’UE seraient dommageables pour la Republika Srpska (RS, entité serbe) car il s’agit de son plus grand marché commercial. « Si l’Allemagne impose des sanctions, nous riposterons », a déclaré Milorad Dodik, membre serbe de la présidence tripartite de la Bosnie-Herzégovine et personnage clé derrière la décision de la Republika Srpska de prendre le relais des autorités de Bosnie-Herzégovine en matière de finances, de sécurité et de défense.

Au cours de l’année précédant la pandémie, la RS a exporté 74 % de ses produits vers les États membres de l’UE, et environ 57 % des produits et services ont été importés de ce marché. Les principaux partenaires commerciaux étrangers au cours des six premiers mois étaient la Serbie (16,48 %), l’Italie (14,86 %), la Croatie (10,21 %), l’Allemagne (9,72 %), la Slovénie (9,37 %), l’Autriche (5,28 %) et la République populaire de Chine (4,16 %). Si seules l’Allemagne et l’Italie imposent des sanctions aux autorités de la RS, 24,58 % du commerce extérieur serait en jeu. Les plus grandes entreprises, associées au régime au pouvoir et aux particuliers, seraient donc touchées.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

Le gouvernement de Macédoine du Nord gèle les prix du riz, des pâtes et des œufs. Le gouvernement de Macédoine du Nord a modifié la décision relative à la fixation des prix les plus élevés de certains produits dans le commerce de gros et de détail, en y ajoutant le riz, les œufs et les pâtes qui sont trois produits alimentaires de base largement utilisés dans le régime de la population. Selon la décision, les prix de ces produits sont désormais gelés au niveau des prix du 1er décembre et seront en vigueur jusqu’au 31 janvier 2022, afin de prévenir d’éventuelles augmentations des prix des produits alimentaires de base.

Les prix du pain, du sucre, de la farine, de l’huile, du lait, de la viande fraîche et de la charcuterie, du fromage et du fromage blanc étaient également gelés auparavant.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PODGORICA 

Selon une étude, le parti d’opposition DPS du Monténégro est actuellement le plus populaire. Le Parti démocratique des socialistes (DPS), successeur de l’ancien Parti communiste, serait le parti le plus populaire si des élections étaient organisées maintenant. C’est ce qu’il ressort de la dernière enquête du Centre pour la démocratie et les droits de l’Homme (CEDEM).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Le Kosovo est toujours épargné par la quatrième vague de la Covid-19. Le Kosovo, qui compte 1,87 million d’habitants, a jusqu’à présent administré quelque 1,6 million de doses de vaccins contre la Covid-19, et environ 771 941 personnes ont déjà reçu deux doses, selon l’Institut national de santé publique du pays.

(Alice Taylor | Exit.al)

TIRANA

Le procureur demande l’extradition pour le procureur fugitif. Le bureau du procureur spécial contre la corruption (SPAK) d’Albanie a annoncé des procédures d’extradition formelles contre l’ancien procureur général Adriatik Llalla après son arrestation en Italie.

(Alice Taylor | Exit.al)

///

L’ancien ministre de l’Environnement arrêté pour délit financier. L’ancien ministre de l’Environnement Lefter Koka a été arrêté par le Tribunal spécial pour le crime organisé et la corruption (SPAK) d’Albanie pour délit financier.

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA:

  • UE : le sommet du Partenariat oriental se déroule à Bruxelles/ Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, rencontre le président géorgien Irakli Garibashvili au siège de l’OTAN / La Commission européenne présente des propositions sur l’énergie et le climat ainsi que sur le renforcement de la protection de l’environnement par le droit pénal / Cérémonie du Prix Sakharov à Strasbourg / Les commissaires Didier Reynders et Ylva Johansson en visite à Washington / Le Parlement européen vote sur la loi sur les marchés numériques (DMA).
  • Allemagne : le chancelier Olaf Scholz s’adresse au Bundestag / Verdict attendu dans le procès de l’agent russe Vadim Krasikov, accusé d’avoir tué un citoyen géorgien en 2019 / Début de la campagne de vaccination des enfants de 5 à 12 ans contre la Covid-19.
  • France : le rappel du vaccin contre la Covid-19 devient obligatoire pour les plus de 65 ans afin de pouvoir conserver le certificat COVID / Le Président Emmanuel Macron donne une interview télévisée.
  • Pays-Bas : le législateur Thierry Baudet comparaît devant le tribunal pour avoir comparé les restrictions du Covid à l’Holocauste.
  • Grèce : début de la campagne de vaccination des enfants de 5 à 11 ans contre la Covid-19.
  • Espagne : début de la campagne de vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans contre la Covid-19.
  • Pologne : les entrepreneurs pour le mur à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie doivent être sélectionnés / Les nouvelles restrictions relatives à la Covid entrent en vigueur aujourd’hui.
  • Roumanie : réunion du gouvernement où seront discutées les augmentations des pensions et des allocations familiales.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe