L’Espagne distribue des kits de dépistage rapide du coronavirus

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

MADRID

Dépistage rapide dans les zones les plus touchées. L’Espagne a commencé à distribuer des kits de dépistage rapide lundi 23 mars, afin d’accélérer les diagnostics dans les secteurs les plus exposés et les plus vulnérables de la société, alors que l’épidémie se poursuit.

Les premiers kits seront utilisés sur les travailleurs du secteur de la santé, qui représentent 11,8 % de tous les cas de COVID-19 en Espagne, selon le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa. (Euroefe)

INSTITUTIONS DE L’UE

La « maladie des blancs ». On estime que 300 000 citoyens de l’UE cherchent actuellement à être rapatriés en raison de l’épidémie de coronavirus et sont confrontés à la discrimination.

Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’UE, a fustigé « la tentative évidente de discréditer l’Union européenne, en allant jusqu’à stigmatiser les citoyens européens à l’étranger, en présentant le coronavirus comme une sorte de « maladie des blancs » et en blâmant les citoyens européens ». (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

Premier décès de coronavirus signalé dans les institutions de l’UE. Un contractant externe de 41 ans travaillant au Parlement européen est mort dimanche 22 mars de complications respiratoires après avoir contracté le virus, a confirmé l’institution le 23 mars. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

BERLIN

Des aides de plusieurs milliards d’euros. Le gouvernement allemand a accepté lundi diverses mesures visant à soutenir financièrement les travailleurs et les hôpitaux pendant toute la durée de la pandémie de coronavirus, avec des paquets de mesures se chiffrant en milliards d’euros. Preuve que le gouvernement change de stratégie et renonce à son credo, jusqu’alors strict, de faire face à la crise en restant dans le cadre de budgets équilibrés. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Des stocks de masques détruits sans être remplacés ? Un stock d’environ 6 millions de masques de type FFP2 achetés au moment de la grippe A/H1N1 a été détruit l’année dernière pour le compte du gouvernement belge après que les masques ont dépassé leur date d’expiration, a constaté Le Vif. Selon le journal, les stocks stratégiques en Belgique n’ont pas été reconstitués depuis lors. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

PARIS

Les agriculteurs français à la recherche de bras supplémentaires. D’ici au mois de mai, les agriculteurs français auront besoin de plus de 200 000 travailleurs saisonniers dans toute la France pour assurer la récolte des fruits et légumes de saison. Le principal syndicat agricole du pays, la FNSEA, a publiquement fait appel aux étudiants disponibles, aux personnes en chômage partiel et aux travailleurs indépendants pour donner un coup de main au secteur agricole français. « Nous avons besoin de bras pour remplir vos assiettes », a déclaré Christiane Lambert, présidente du syndicat . Alors que les travailleurs étrangers viennent généralement en France pour des travaux saisonniers dans les champs, la crise du coronavirus et les restrictions aux frontières ont rendu impossible leur entrée sur le territoire. (Euractiv France)

VIENNE

Pâques sous cloche. Alors que les cas confirmés en Autriche ont atteint 3 611 et 16 décès lundi 23 mars, et que le pays a connu une augmentation de 19% des cas après avoir enregistré un creux historique au cours du week-end selon le ministre de la Santé, Rudolf Anschober (Verts), les mesures de restriction de la vie publique ont été prolongées jusqu’au dimanche de Pâques, le 13 avril. (Philipp Grüll et Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

DUBLIN

Des mesures supplémentaires ? Des experts en santé publique vont s’entretenir avec des membres du gouvernement ce mardi 24 mars, et discuter d’une éventuelle série de mesures supplémentaires visant à freiner la propagation du COVID-19 en Irlande. De nouvelles restrictions concernant les voyages non essentiels et certaines activités commerciales et sociales sont attendues, selon le Irish Times. Lundi 23 mars, deux hommes sont morts des suites du COVID-19 dans l’est de l’Irlande. Le nombre total de décès dans le pays s’élève désormais à six. Ce jour a également été celui de la plus forte augmentation des cas signalés, soit 219, ce qui porte le total à 1 125. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

LONDRES

« Vous devez rester à la maison ». Le Premier ministre britannique Boris Johnson a sommé ses compatriotes de « rester chez [eux] » et a drastiquement restreint les déplacements lundi 23 mars au soir, afin de freiner la propagation du coronavirus. Au cours du week-end, les craintes que les gens ne respectent pas suffisamment les directives sur la distanciation sociale se sont accrues. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Le Premier ministre italien demande aux pays de l’UE d’adopter des mesures restrictives. Alors que l’augmentation quotidienne des infections en Italie a atteint un niveau historiquement bas (4 789) depuis le début de l’épidémie, le pays a enregistré 50 418 cas globaux, 6 077 décès et 7 432 guérisons lundi 23 mars. Lors de sa rencontre avec les partis d’opposition, lundi, le Président du Conseil, Giuseppe Conte, a cependant répété que tous les pays de l’UE devaient adopter des mesures restrictives. Il a ajouté qu’il existait la possibilité de déployer le fonds de sauvetage de la zone euro, mais que les conditions n’étaient pas réunies pour l’instant. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

ATHÈNES

La Grèce satisfaite de l’activation de la « clause de sauvegarde ». À l’issue d’une téléconférence du Conseil ECOFIN, le ministre des Finances, Christos Staikouras, a déclaré lundi 23 mars au soir que le pays disposait « de la flexibilité nécessaire pour faire face à la pandémie ». Les États membres de l’UE ont approuvé la proposition de la Commission européenne d’activer pour la première fois la « clause de sauvegarde générale » qui met « en pause » les ajustements que les États membres doivent faire pour atteindre leurs objectifs budgétaires et qui leur permet de dépenser « autant que nécessaire ».

BUDAPEST

L’opposition rejette le plan Orbán. Les députés de l’opposition ont voté contre la loi qui maintiendra en vigueur les décrets sur l’état d’urgence jusqu’à la fin de la crise sanitaire, de crainte que ces derniers ne demeurent « indéfiniment » en force. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Achat de matériel médical contesté. Le nouveau gouvernement a voté le renvoi du chef des réserves matérielles de l’État, Kajetán Kičura. Diverses autorités ont commencé à se pencher sur de récents achats publics douteux et apparemment surévalués de matériel médical, de masques de protection et de tests COVID-19 effectués sous son autorité. Entre-temps, les médias ont découvert que le fils de Kajetán Kičura, âgé de 20 ans, avait récemment acquis deux appartements sans hypothèque dans un quartier de la capitale où le prix de l’immobilier est élevé. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

ZAGREB  

Séisme et coronavirus. Le gouvernement croate s’efforce de faire face aux dégâts causés par le tremblement de terre de 5,5 sur l’échelle de Richter survenu dimanche 22 mars et de protéger simultanément les citoyens contre l’épidémie de coronavirus. (Karla Juničič, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER