L’extrême droite finlandaise veut sortir de la zone euro

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

HELSINKI

Le parti des Finlandais réclame la sortie de la zone euro. Le gouvernement constitué de cinq partis, dirigé par la Première ministre Sanna Marin (SDP), devrait immédiatement commencer à préparer la sortie de la Finlande de la zone euro, selon Jussi Halla-Aho, détracteur de l’UE et président du parti des Finlandais, une formation populiste qui se trouve actuellement dans l’opposition. Selon Jussi Halla-Aho, la Finlande distribue l’argent des contribuables finlandais pour payer les dettes des autres pays, et leur donne le contrôle politique de son propre budget. Ses commentaires ont été suscités par la proposition franco-allemande de mettre à disposition 500 milliards d’euros pour aider l’économie européenne, qui, si elle est mise en œuvre, reposera sur l’octroi de subventions et la création d’une dette commune. (Pekka Vänttinen, Euractiv.com)

INSTITUTIONS DE L’UE

Rappel de masques défectueux. « Environ 1,5 million de masques, qui ont été distribués, ne peuvent être utilisés. Ces masques ont été testés dans quatre États membres et les résultats sont négatifs », stipule un courriel interne du Comité de sécurité sanitaire (CSS) de l’UE, qu’Euractiv a pu consulter. Le stock de masques a été acheté à un fournisseur chinois via un fonds d’acquisition de l’UE. « Nous sommes en train d’organiser le rappel des produits des pays destinataires. Veuillez donc continuer à vous abstenir d’utiliser ces masques et, en temps utile, ils seront récupérés», précise le message du CSS. « À l’avenir, nous nous efforcerons de garantir une résolution adéquate de ce problème de qualité, ce qui impliquera également, avant les futures distributions, qu’un test de contrôle de la qualité du lot soit effectué dans l’UE ». La Commission européenne n’écarte pas une évetuelle action en justice. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

BERLIN / VIENNE

La Lufthansa reçoit 9 milliards d’euros du gouvernement. La compagnie aérienne allemande Lufthansa va recevoir 9 milliards d’euros d’aides d’État après de longues négociations menées au sein de la grande coalition allemande. En échange, le gouvernement reprendra 20 % des actions de la compagnie et nommera deux membres au conseil de surveillance de la compagnie (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

Austrian Airlines doit économiser 300 millions d’euros. Alors que les négociations sur un éventuel renflouement entre Austrian Airlines (AUA), propriété de la Lufthansa, et le gouvernement autrichien sont toujours en cours, AUA a déjà annoncé qu’elle économiserait 300 millions d’euros, principalement en réduisant les salaires du personnel. Les représentants des travailleurs ont accepté ces réductions jeudi 21 mai. « Ces mesures nous permettent de garder le plus grand nombre possible d’employés pendant la crise », a écrit Jens Ritter, directeur général d’AUA, dans un communiqué. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

PARIS

Une prime pour les voitures thermiques. Le gouvernement français devrait annoncer dès lundi 25 mai un nouveau programme d’incitation à l’achat de véhicules destiné à aider le secteur automobile. Une annonce qui devrait susciter la controverse. L’idée initiale, qui était de ne soutenir que les véhicules électriques et hybrides, a été revue afin que les véhicules thermiques soient également inclus dans le plan, selon le journal Les Échos. Les distributeurs automobiles affirment avoir une énorme flotte de voitures à vendre, qui serait à 96% thermique. Le ministère français des Finances insiste sur le fait que seuls les véhicules thermiques les plus propres seront inclus dans ce nouveau dispositif. Mais l’idée d’aider à l’achat de nouvelles voitures fait frémir les écologistes, car le transport est la principale source d’augmentation des émissions de CO2 en France. (Euractiv France)

BRUXELLES

L’UE critique le système de santé belge. La Belgique doit s’attaquer à sa pénurie structurelle de personnel de santé et au besoin de garantir un approvisionnement adéquat en produits médicaux essentiels, a déclaré la Commission européenne. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Boris Johnson fait volte-face sur la surtaxe santé. Le gouvernement de Boris Johnson a effectué un revirement surprise en supprimant la redevance que les migrants non européens doivent payer pour recourir au service national de santé (NHS) s’ils travaillent pour ce dernier ou comme soignants. Cette décision est intervenue le lendemain du jour où Boris Johnson a fermement défendu la surtaxe, qui rapporte 900 millions de livres sterling par an, en réponse aux demandes d’abolition du dirigeant travailliste Keir Starmer. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Divergence de chiffres. L’Italie a enregistré 47 000 décès de plus en mars et avril de cette année qu’en 2019, a déclaré jeudi 21 mai l’institut de sécurité sociale et de retraite INPS. En comparaison, le nombre de décès liés au COVID-19 officiellement reconnus par le département de la protection civile du pays s’élève à environ 28 000, dont la plupart sont survenus dans le Nord, relève une étude de l’INPS intitulée « Analyse de la mortalité dans l’épidémie de COVID-19 ». (Valentina Iorio, Euractiv Italie)

LISBONNE

Il faut vaincre la résistance des « quatre radins». Le Premier ministre portugais a déclaré qu’il était essentiel de « surmonter la résistance » de quatre des 27 États membres de l’UE qui tentent de freiner les progrès de l’Union. Soit tous les pays sortiront de la crise actuelle, soit personne ne le fera, a-t-il averti. Commentant le plan franco-allemand de création d’un fonds de relance européen de 500 milliards d’euros fondé sur des subventions, Antonio Costa a estimé qu’il s’agissait d’une excellente proposition, en dépit de certaines lacunes. (Pedro Morais Fonseca, lusa.pt)

ATHÈNES

Des aides d’État sans contrepartie ? La compagnie aérienne grecque Aegean Airlines a demandé une aide d’État pour l’aider à faire face aux conséquences économiques de la pandémie, mais elle ne veut pas que cette aide soit liée à une prise de participation de l’État grec dans la compagnie. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

VARSOVIE

Sondages préélectoraux. À un mois de l’élection présidentielle prévue le 28 juin, le président sortant, Andrzej Duda, est en tête avec 39 % dans le dernier sondage réalisé par Kantar. Bien que le score d’Andrzej Duda soit maintenant inférieur à celui des sondages précédents où il dépassait les 40%, le maire libéral de Varsovie et nouveau venu dans la course, Rafał Trzaskowski, et le centriste Szymon Hołownia sont toujours loin derrière avec respectivement 18 % et 15 % des intentions de vote. (Łukasz Gadzała, Euractiv Pologne)

BUDAPEST

La Hongrie ne peut qu’accepter l’arrêt de la CJUE. Bien que le gouvernement ne soit pas d’accord avec l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) de la semaine dernière, selon lequel le fait de maintenir les migrants et les demandeurs d’asile dans une zone de transit équivaut à une détention, il est lié par cette décision et n’a pas d’autre choix que de fermer ces zones, a déclaré le ministre du cabinet du Premier ministre, Gergely Gulyás. Il a ajouté que les 280 demandeurs d’asile qui avaient été détenus dans des zones de transit avaient été transférés dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Le gouvernement hongrois a l’intention de faire adopter une législation obligeant les personnes souhaitant demander l’asile en Hongrie à le faire uniquement dans les délégations hongroises à l’étranger. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

ZAGREB  

Soutien gouvernemental à la proposition franco-allemande. Le gouvernement a annoncé son soutien au programme de relance de 500 milliards d’euros proposé lundi 18 mai par le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, rapporte le quotidien Jutarnji List. Le gouvernement a proposé que l’argent obtenu grâce à ce fonds puisse être utilisé pour aider les secteurs du tourisme et des transports à se remettre sur pied, alors que le pays se prépare à ouvrir ses frontières aux citoyens slovaques, tchèques, hongrois et autrichiens à partir du 29 mai, a déclaré mercredi le ministre du Tourisme, Gari Cappelli. (Karla Junicic, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer