L’Italie reporte une nouvelle fois la décision sur le fonds de sauvetage de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

ROME

Nouvel ajournement. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a reporté une nouvelle fois la décision sur l’utilisation du mécanisme européen de stabilité (MES), jusqu’à « la fin des négociations européennes sur le fonds de relance ».

En Italie, le MES est un sujet qui divise, car les deux partis au pouvoir ne sont pas d’accord sur son utilisation. Au sein même des partis, il existe des désaccords, car certains membres du Mouvement Cinq étoiles (M5S) y sont favorables tant qu’il est attribué sans conditions.

« Il est légitime d’ouvrir le débat sur l’utilisation du MES au public », a déclaré le Premier ministre Giuseppe Conte, ajoutant que « lorsque nous aurons terminé les négociations européennes, alors nous évaluerons nos options avec transparence, en tenant compte de chaque opinion ».

En attendant, Giuseppe Conte a déclaré que « l’Italie serait en mesure de se remettre par elle-même » de la prochaine crise, en réponse aux propos du Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans une interview.

Mark Rutte a déclaré qu’« il [était] crucial que l’Italie soit capable de réagir seule à la prochaine crise », lorsqu’il a été interrogé sur son aversion pour une répartition équilibrée entre les subventions et les prêts dans le cadre du Fonds européen de relance proposé. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

BERLIN

Le Bundestag allemand approuve la pension de base. Le Parlement allemand a finalement approuvé jeudi 2 juillet l’accord promettant une pension de base, qui avait été conclu par la CDU/CSU et le SPD à la mi-février. Le Bundesrat votera la loi vendredi 3 juillet. Si elle est adoptée, la réforme bénéficiera à 1,3 million de personnes ayant une petite pension et entrera en vigueur le 1er janvier 2021. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La réforme de la santé est reportée. Les négociations qui ont débuté fin mai entre le ministère français de la Santé et les syndicats d’infirmières, qui devaient permettre de remédier à la pénurie de personnel hospitalier et améliorer les salaires – un processus connu sous le nom de « Ségur de la santé » – ont échoué. Bien que le personnel infirmier se soit régulièrement mis en grève pour protester contre la pénurie de personnel et le niveau des salaires, les syndicats ont déclaré que les 6,8 milliards d’euros proposés par le ministre de la Santé, Olivier Véran, n’étaient « pas suffisants ». Une annonce concernant la réforme proposée sera faite par le président Emmanuel Macron le 15 juillet. (Euractiv France)

LONDRES

Licenciements à la BBC. Un employé sur six de la BBC England (soit un total de 450 emplois) sera licencié dans le cadre des coupes sombres effectuées dans les services régionaux de télévision et de radio du radiodiffuseur financé par les contribuables. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

VIENNE

Nouveau programme de dépistage. Alors que l’Autriche a enregistré sa première augmentation à trois chiffres depuis des semaines avec plus de 100 cas de coronavirus enregistrés du mardi 30 juin au mercredi 1er juillet, principalement en raison de nouveaux foyers en Haute-Autriche et à Salzbourg, le ministre de la Santé, Rudolf Anschober (Verts,) a annoncé un nouveau programme de dépistage pour contenir la propagation.

Le nouveau programme comprendra jusqu’à 30 000 tests volontaires par semaine, qui seront également accessibles aux personnes ne présentant pas de symptômes et travaillant dans des zones à haut risque potentiel. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

VILNIUS

La protection de l’OTAN est cruciale pour la région. Après que l’OTAN a finalement approuvé des plans de défense actualisés pour la Pologne et les États baltes, les responsables lituaniens ont salué cette étape, la qualifiant de cruciale pour la sécurité régionale, selon le Baltic News Network. Cette semaine, l’OTAN a clôturé le processus d’approbation des plans après avoir trouvé un compromis avec la Turquie, qui était le seul pays à bloquer le processus. (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

MADRID

L’Espagne a perdu 8 millions de touristes et 8 milliards d’euros en mai. Le secteur du tourisme, un pilier de l’économie espagnole, a été fortement affecté en mai par la pandémie de COVID-19. Le pays a perdu un total de 8 millions de touristes et plus de 8,1 milliards d’euros en mai, selon de nouvelles statistiques publiées jeudi 2 juillet par l’Institut national espagnol de la statistique. En avril (la phase la plus critique de la pandémie) et en mai, l’Espagne a perdu plus de 15 millions de touristes. Comme ces derniers dépensent en moyenne 1 000 euros par personne dans le pays, la perte totale sur les deux mois a été estimée à environ 15 milliards d’euros. (Fernando Heller, Euroefe)

LISBONNE

L’État détiendra 72,5 % de la compagnie aérienne TAP. Le gouvernement portugais a annoncé jeudi 2 juillet qu’il avait conclu un accord avec les actionnaires privés de sa compagnie nationale, la TAP. Le gouvernement a offert 55 millions d’euros en échange desquels il détiendra 72,5 % du capital de la compagnie, contre 50 % actuellement. « Afin d’éviter l’effondrement de la compagnie, le gouvernement a choisi de conclure un accord pour 55 millions d’euros », a déclaré le ministre des Finances, João Leão, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des infrastructures et du logement, Pedro Nuno Santos.

Le gouvernement, dirigé par le Premier ministre António Costa, a également approuvé jeudi 2 juillet une résolution reconnaissant l’intérêt public qui sous-tend l’opération de soutien à la TAP à hauteur de 1,2 milliard d’euros. (Lucília Tiago, Lusa.pt)

PRAGUE

Entreprises sous la loupe. Le quartier général national contre le crime organisé (NCOZ), chargé d’examiner les achats d’équipements de protection pendant l’état d’urgence, a effectué une descente dans plusieurs entreprises privées jeudi 2 juillet et a demandé des documents au ministère de la Santé.

Au cours des derniers mois, l’opposition a attiré l’attention sur les circonstances suspectes dans lesquelles des équipements de protection, notamment des masques faciaux et des respirateurs, avaient été achetés depuis l’émergence de l’épidémie de coronavirus. Par exemple, une société connue sous le nom de LA Factory a vendu des masques de protection au ministère pour 1,2 milliard de CZK (50 millions d’euros), alors qu’elle était presque inactive avant l’épidémie, ne réalisait pas de ventes et n’avait pas d’employés, écrit Aktuálně.cz. (Lukáš Hendrych, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

La Hongrie refuse d’ouvrir ses frontières.  « À l’exception de la Serbie, nous ne pouvons pas encore répondre à la demande de l’Union d’admettre des citoyens de pays extérieurs à l’UE, car cela serait contraire aux intérêts sanitaires du peuple hongrois », a déclaré le Premier ministre Viktor Orbán, jeudi 2 juillet. Le Conseil de l’UE a approuvé mardi 30 juin une « liste pour les voyages sûrs », comprenant 15 pays tiers à partir desquels il sera possible de voyager en Europe à partir du 1er juillet. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

LJUBLJANA

La Slovénie retire trois États de l’UE de la liste des pays « sûrs ». La Croatie, la France et la République tchèque seront retirées de la liste des pays sûrs concernant le COVID-19 à partir de samedi 4 juillet, a déclaré un porte-parole du gouvernement, ajoutant qu’inversement, la Belgique et les Pays-Bas seraient ajoutés à la liste verte. Le ministère de la Santé va également mettre en place un système permettant de signifier les décisions de quarantaine obligatoire aux voyageurs qui arrivent à la frontière.

Le taux d’infection au COVID-19 en Slovénie est en augmentation, avec 21 nouveaux cas confirmés mercredi 1er juillet, liés à des cas importés de Serbie et de Bosnie-Herzégovine, a déclaré l’Institut de santé publique. (Zoran Radosavljević, Euractiv.com)

L’Italie reporte une nouvelle fois la décision sur le fonds de sauvetage de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

ROME

Nouvel ajournement. Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a reporté une nouvelle fois la décision sur l’utilisation du mécanisme européen de stabilité (MES) jusqu’à « la fin des négociations européennes sur le fonds de relance ».

En Italie, le MES est un sujet qui divise car les deux partis au pouvoir ne sont pas d’accord sur son utilisation. Au sein même des partis, il existe des désaccords, car certains membres du Mouvement Cinq étoiles (M5S) y sont favorables tant qu’il est attribué sans conditions.

« Il est légitime d’ouvrir le débat sur l’utilisation du MES au public », a déclaré le Premier ministre Giuseppe Conte, ajoutant que « lorsque nous aurons terminé les négociations européennes, alors nous évaluerons nos options avec transparence, en tenant compte de chaque opinion ».

En attendant, Giuseppe Conte a déclaré que « l’Italie serait en mesure de se remettre par elle-même » de la prochaine crise, en réponse aux propos du Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans une interview.

Mark Rutte a déclaré qu’« il [était] crucial que l’Italie soit capable de réagir seule à la prochaine crise », lorsqu’il a été interrogé sur son aversion pour une répartition équilibrée entre les subventions et les prêts dans le cadre du Fonds européen de relance proposé. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

BERLIN

Le Bundestag allemand approuve la pension de base. Le Parlement allemand a finalement approuvé jeudi 2 juillet l’accord promettant une pension de base, qui avait été conclu par la CDU/CSU et le SPD à la mi-février. Le Bundesrat votera la loi vendredi 3 juillet. Si elle est adoptée, la réforme bénéficiera à 1,3 million de personnes ayant une petite pension et entrera en vigueur le 1er janvier 2021. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La réforme de la santé est reportée. Les négociations qui ont débuté fin mai entre le ministère français de la Santé et les syndicats d’infirmières, qui devaient permettre de remédier à la pénurie de personnel hospitalier et améliorer les salaires – un processus connu sous le nom de « Ségur de la santé » – ont échoué. Bien que le personnel infirmier se soit régulièrement mis en grève pour protester contre la pénurie de personnel et le niveau des salaires, les syndicats ont déclaré que les 6,8 milliards d’euros proposés par le ministre de la Santé, Olivier Véran, n’étaient « pas suffisants ». Une annonce concernant la réforme proposée sera faite par le président Emmanuel Macron le 15 juillet. (Euractiv France)

LONDRES

Licenciements à la BBC. Un employé sur six de la BBC England (soit un total de 450 emplois) sera licencié dans le cadre des coupes sombres effectuées dans les services régionaux de télévision et de radio du radiodiffuseur financé par les contribuables. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

VIENNE

Nouveau programme de dépistage. Alors que l’Autriche a enregistré sa première augmentation à trois chiffres depuis des semaines avec plus de 100 cas de coronavirus enregistrés du mardi 30 juin au mercredi 1er juillet, principalement en raison de nouveaux foyers en Haute-Autriche et à Salzbourg, le ministre de la Santé, Rudolf Anschober (Verts,) a annoncé un nouveau programme de dépistage pour contenir la propagation.

Le nouveau programme comprendra jusqu’à 30 000 tests volontaires par semaine, qui seront également accessibles aux personnes ne présentant pas de symptômes et travaillant dans des zones à haut risque potentiel. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

VILNIUS

La protection de l’OTAN est cruciale pour la région. Après que l’OTAN a finalement approuvé des plans de défense actualisés pour la Pologne et les États baltes, les responsables lituaniens ont salué cette étape, la qualifiant de cruciale pour la sécurité régionale, selon le Baltic News Network. Cette semaine, l’OTAN a clôturé le processus d’approbation des plans après avoir trouvé un compromis avec la Turquie, qui était le seul pays à bloquer le processus. (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

MADRID

L’Espagne a perdu 8 millions de touristes et 8 milliards d’euros en mai. Le secteur du tourisme, un pilier de l’économie espagnole, a été fortement affecté en mai par la pandémie de COVID-19. Le pays a perdu un total de 8 millions de touristes et plus de 8,1 milliards d’euros en mai, selon de nouvelles statistiques publiées jeudi 2 juillet par l’Institut national espagnol de la statistique. En avril (la phase la plus critique de la pandémie) et en mai, l’Espagne a perdu plus de 15 millions de touristes. Comme ces derniers dépensent en moyenne 1 000 euros par personne dans le pays, la perte totale sur les deux mois a été estimée à environ 15 milliards d’euros. (Fernando Heller, Euroefe)

LISBONNE

L’État détiendra 72,5 % de la compagnie aérienne TAP. Le gouvernement portugais a annoncé jeudi 2 juillet qu’il avait conclu un accord avec les actionnaires privés de sa compagnie nationale, la TAP. Le gouvernement a offert 55 millions d’euros en échange desquels il détiendra 72,5 % du capital de la compagnie, contre 50 % actuellement. « Afin d’éviter l’effondrement de la compagnie, le gouvernement a choisi de conclure un accord pour 55 millions d’euros », a déclaré le ministre des Finances, João Leão, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des infrastructures et du logement, Pedro Nuno Santos.

Le gouvernement, dirigé par le Premier ministre António Costa, a également approuvé jeudi 2 juillet une résolution reconnaissant l’intérêt public qui sous-tend l’opération de soutien à la TAP à hauteur de 1,2 milliard d’euros. (Lucília Tiago, Lusa.pt)

PRAGUE

Entreprises sous la loupe. Le quartier général national contre le crime organisé (NCOZ), chargé d’examiner les achats d’équipements de protection pendant l’état d’urgence, a effectué une descente dans plusieurs entreprises privées jeudi 2 juillet et a demandé des documents au ministère de la Santé.

Au cours des derniers mois, l’opposition a attiré l’attention sur les circonstances suspectes dans lesquelles des équipements de protection, notamment des masques faciaux et des respirateurs, avaient été achetés depuis l’émergence de l’épidémie de coronavirus. Par exemple, une société connue sous le nom de LA Factory a vendu des masques de protection au ministère pour 1,2 milliard de CZK (50 millions d’euros), alors qu’elle était presque inactive avant l’épidémie, ne réalisait pas de ventes et n’avait pas d’employés, écrit Aktuálně.cz. (Lukáš Hendrych, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

La Hongrie refuse d’ouvrir ses frontières.  « À l’exception de la Serbie, nous ne pouvons pas encore répondre à la demande de l’Union d’admettre des citoyens de pays extérieurs à l’UE, car cela serait contraire aux intérêts sanitaires du peuple hongrois », a déclaré le Premier ministre Viktor Orbán, jeudi 2 juillet. Le Conseil de l’UE a approuvé mardi 30 juin une « liste pour les voyages sûrs », comprenant 15 pays tiers à partir desquels il sera possible de voyager en Europe à partir du 1er juillet. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

LJUBLJANA

La Slovénie retire trois États de l’UE de la liste des pays « sûrs ». La Croatie, la France et la République tchèque seront retirées de la liste des pays sûrs concernant le COVID-19 à partir de samedi 4 juillet, a déclaré un porte-parole du gouvernement, ajoutant qu’inversement, la Belgique et les Pays-Bas seraient ajoutés à la liste verte. Le ministère de la Santé va également mettre en place un système permettant de signifier les décisions de quarantaine obligatoire aux voyageurs qui arrivent à la frontière.

Le taux d’infection au COVID-19 en Slovénie est en augmentation, avec 21 nouveaux cas confirmés mercredi 1er juillet, liés à des cas importés de Serbie et de Bosnie-Herzégovine, a déclaré l’Institut de santé publique. (Zoran Radosavljević, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER