L’Italie se rapproche d’un référendum sur la dépénalisation du cannabis

Le référendum vise à modifier une loi datant de 1990 qui rend la vente de cannabis passible de deux à six mois de prison et la possession d’herbe pour usage personnel passible de suspension du permis de conduire.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook : la recherche se développe avec Facebook

Le programme Data for Good de Facebook utilise des données dont la confidentialité est protégée pour traiter certains enjeux sociaux de notre planète. En Allemagne, le statisticien Cornelius Fritz de la LMU analyse les données agrégées de près de 10 millions d’utilisateurs de Facebook pour prévoir le nombre de nouveaux cas de Covid-19 au niveau local. En savoir plus.


Aujourd’hui, dans Les Capitales

ROME

L’Italie se rapproche d’un référendum sur la dépénalisation du cannabis. Un référendum visant à dépénaliser la culture et la consommation de cannabis en Italie a été signé par plus de 420 000 personnes en quatre jours seulement. Au rythme actuel, il devrait atteindre les 500 000 signatures nécessaires pour être considéré comme valide bien avant la date limite du 30 septembre.

Le référendum vise à modifier une loi datant de 1990 qui rend la vente de cannabis passible de deux à six mois de prison et la possession d’herbe pour usage personnel passible de suspension du permis de conduire.

«  Ce succès s’explique par plusieurs facteurs  », a déclaré à EURACTIV l’Italien Giuseppe Civati, fondateur de Possibile, un parti progressiste qui promeut le référendum aux côtés de nombreuses autres associations et mouvements.

«  D’un point de vue technique, la mise en place de référendums et leurs signature sont devenues beaucoup plus faciles grâce à l’introduction des signatures numériques, qui ont sérieusement réduit les coûts d’organisation  », a-t-il déclaré.

D’un point de vue politique, a-t-il ajouté, la question du cannabis est désormais mature.

«  Il y a environ un million de consommateurs de cannabis en Italie. Les personnes qui en consomment ne sont pas des membres marginalisés de la société comme les décrivent les partis de droite, et de nombreuses régions des États-Unis l’ont également légalisé par référendum  ».

Selon Civati, les récents progrès réalisés pour faire avancer les référendums sont profondément ancrés dans l’immobilisme notoire de la politique italienne lorsqu’il s’agit de questions qui remettent en cause les normes autour de la moralité.

«  La politique nationale est depuis longtemps complètement bloquée sur les sujets considérés comme tabous dans une logique purement électorale, et le gouvernement actuel — incluant tout le monde de gauche à droite — n’aide pas », a-t-il déclaré. « Par conséquent, les citoyens sont laissés à eux-mêmes  ».

L’Italie a pris certaines de ses mesures les plus progressistes, comme la légalisation du divorce et de l’avortement, par référendum. Les citoyens italiens redécouvrent aujourd’hui le référendum comme un moyen de mettre à l’ordre du jour politique des questions que le parlement parvient rarement à traiter.

En août, un référendum très attendu visant à rendre l’euthanasie légale dans le pays a atteint le seuil des 500 000 signatures, et il en compte désormais plus de 700 000.

Le processus a été considérablement simplifié par l’introduction récente des signatures numériques, un type de signature électronique officielle qui garantit son authenticité et son unicité. Le référendum sur la légalisation du cannabis, par exemple, ne peut pour l’instant être signé que numériquement.

Parmi les États membres de l’UE, le Portugal, la République tchèque et l’Estonie ont déjà dépénalisé l’usage du cannabis. La dépénalisation du cannabis a également été proposée en début de semaine par le parti écologiste finlandais, ce qui a suscité une vive réaction chez les autres partis de la coalition au pouvoir. (Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

BERLIN 

Emmanuel Macron fait presque ses adieux à Angela Merkel lors d’un dîner. Alors que la chancelière allemande Angela Merkel termine sa tournée d’adieu à travers l’Europe, elle a rendu visite à Emmanuel Macron à Paris jeudi (16 septembre). Lire plus. (Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne, Alexandra Brzozowski | EURACTIV.com)

PARIS

Vaccination obligatoire des soignants : Oliver Véran annonce 3000 suspensions de personnel médical non vaccinés. « Il y a eu hier quelque 3000 suspensions qui ont été signifiées à du personnel des établissements de santé ou médico-sociaux qui n’étaient pas encore rentrés dans un parcours de vaccination sur 2,7 millions de salariés », a déclaré jeudi (16 septembre) matin le ministre de la Santé Oliver Véran à la radio (RTL). (Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

BRUXELLES

Les jeunes adultes belges confrontés à la dépression post-pandémique. Les jeunes adultes (18-29 ans) sont toujours les plus touchés par l’anxiété (27%) et les symptômes dépressifs (24,5%), tandis que les personnes âgées (65 ans et plus) sont les moins touchées (7% et 6% respectivement), selon une nouvelle enquête de Sciensano, l’institut national de santé publique de Belgique. Lire plus. (EURACTIV.com)


ROYAUME UNI ET IRLANDE

DUBLIN

Le ministre irlandais des affaires étrangères résiste au vote de défiance. Le ministre des affaires étrangères, Simon Coveney, a remporté un vote de défiance à son encontre au parlement irlandais mercredi. (Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

Un nouveau rapport sur la défense met l’accent sur le cyber-espace et l’Arctique. Selon le nouveau rapport de défense du gouvernement, le milieu de la défense finlandais est «  tendu  » et «  difficile à prévoir  ». Les milieux de la cybernétique et de l’information ainsi que le domaine spatial y sont présentés comme des domaines à part entière, aux côtés des corps d’armée traditionnels : terre, marine et air. L’activité des superpuissances dans l’Arctique est considérée comme un défi croissant pour la Finlande et l’Europe du Nord dans son ensemble. La montée en puissance de la Chine et ses moyens d’influence sont mentionnés séparément. (Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ATHENES

Un incident raciste sans précédent met le Premier ministre grec à l’épreuve. Un député du parti conservateur au pouvoir, Nouvelle Démocratie (PPE), a provoqué des remous dans la politique grecque après avoir retweeté un article qui rendait publique une liste de noms d’enfants mineurs «  étrangers  » dans un jardin d’enfants.

Le but de l’article était de montrer que les étrangers prennent le contrôle des écoles grecques. D’un point de vue juridique, l’affaire s’est aggravée jeudi, un procureur étant intervenu. Sur le plan politique, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis est désormais acculé et accusé de vouloir flatter l’électorat d’extrême droite en ne voulant pas renvoyer son député. (Sarantis Michalopoulos | EURACTIV.com)

MADRID

Les prix de l’énergie en Espagne continuent d’atteindre des sommets malgré l’intervention du gouvernement. La flambée apparemment inarrêtable des prix de gros de l’énergie en Espagne s’est poursuivie jeudi (16 septembre) avec un nouveau record de 188,18 euros par mégawattheure, soit une hausse de 22 % cette semaine, malgré les efforts du gouvernement pour faire baisser les coûts dans un contexte de mécontentement public généralisé, a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV. (Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)


GROUPE DE VISEGRAD

BRATISLAVA

«L’île dans la tempête illibérale  » s’agrandit. Vingt autres villes du monde entier ont rejoint l’initiative du Pacte des villes libres lancée en 2019 par les maires de Bratislava, Budapest, Prague et Varsovie. Face à des gouvernements conservateurs illibéraux, ces villes ont lancé une initiative pour promouvoir la démocratie et la transparence contre le populisme et le nationalisme. Mais il semble désormais que leur voix ait été entendue au-delà même de l’Europe. (Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)

VARSOVIE

En Pologne, le personnel médical se met en grève. « Vous serez pendu », a déclaré le législateur d’extrême droite Grzegorz Braun (Konfederacja) au ministre de la Santé Adam Niedzielski lors d’un débat sur la situation du secteur de la santé, jeudi (16 septembre), au Sejm, la chambre basse du parlement polonais. Lire plus. (Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Chemin de fer tchèque : Faible qualité, forte densité. La République tchèque est l’un des leaders de l’UE en matière de densité du réseau ferroviaire. Avec 9 277 kilomètres de voies ferrées dans le pays, il serait difficile de trouver un État plus connecté au sein de l’UE. En termes de qualité, cependant, des lacunes importantes existent, a déclaré Emanuel Šíp, président de la section transport de la Chambre de commerce tchèque, à EURACTIV République tchèque. (Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

«  Ne soyez pas les idiots de l’Europe  », avertit l’inspecteur sanitaire en chef de la Bulgarie. «  Si nous continuons à nous comporter comme les idiots de l’Europe, nous porterons un coup terrible à notre économie et à notre tourisme  », a déclaré l’inspecteur sanitaire en chef Angel Kunchev, qui propose des mesures restrictives contre la Covid-19 dans le pays. (Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

LJUBLJANA

Le Premier ministre slovène appelle les États membres à soutenir la Lituanie dans son différend avec la Chine. Le Premier ministre slovène, Janez Janša, a appelé les autres dirigeants de l’UE à soutenir la Lituanie dans son différend avec la Chine lorsqu’ils se réuniront en Slovénie début octobre, déclarant que le pays était confronté à des «  défis sans précédent et regrettables vis-à-vis de la Chine  ». La Chine a condamné cette déclaration. (Sebastijan R. Maček | STA)

BUCAREST

Le président Iohannis souhaite que Romgaz extraie le gaz de la mer Noire. Le président roumain Klaus Iohannis a soutenu le partenariat entre OMV Petrom et Romgaz, le principal fournisseur de gaz naturel de Roumanie, dans le projet offshore Neptun Deep. Le périmètre en eaux profondes de la mer Noire, qui est actuellement détenu à parts égales par OMV Petrom et le géant américain ExxonMobil, possède des réserves estimées à 42-84 milliards de mètres cubes de gaz. (Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Zoran Radosavljevic]

Subscribe to our newsletters

Subscribe