L’UE prépare une campagne de vaccination en Europe de l’Est

L’exécutif européen prépare actuellement une campagne de sensibilisation sous forme de vidéos pour sensibiliser à la nécessité de se faire vacciner. Elle sera adaptée aux besoins et aux particularités de l’Europe de l’Est.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Un message de Facebook
Facebook aide les entreprises en Europe à accomplir davantage.

AgriCam, une société irlandaise de vidéosurveillance des animaux, a utilisé les applications et services Facebook pour accroître ses ventes domestiques de 70 %. En savoir plus.

Aujourd’hui dans les Capitales

INSTITUTIONS EUROPEENNES

En étroite coordination avec les gouvernements d’Europe de l’Est et du Sud-Est, la Commission européenne prépare actuellement de vastes campagnes de sensibilisation sur la nécessité de se faire vacciner. C’est ce qu’a récemment découvert EURACTIV.com. Par ailleurs, d’autres médicaments contre la Covid-19 devraient être approuvés cette semaine dans un contexte de nouvelles tensions faisant suite à une décision prévoyant que même les journalistes vaccinés devront présenter un test PCR négatif afin de participer au Conseil de l’Union européenne qui aura lieu plus tard dans la semaine. EURACTIV vous en parle en détail.

Une source européenne a confié à EURACTIV que l’exécutif européen prépare actuellement une campagne de sensibilisation qui se présentera sous la forme de vidéos pour sensibiliser à la nécessité de se faire vacciner. Elle sera adaptée aux besoins et aux particularités de l’Europe de l’Est.

La source a précisé que le projet n’en est qu’à ses débuts, mais Bruxelles souligne son importance compte tenu du fait que l’écart entre l’Europe de l’Est et de l’Ouest reste important en termes de vaccination.

Selon l’ECDC, le taux de vaccination des États membres de l’Est et du Sud-Est de l’UE reste bien inférieur à la moyenne de l’UE (66,9 % de la population totale étant vaccinée). « Nous ne pouvons pas continuer comme cela. Si l’Europe de l’Est ne passe pas à la vitesse supérieure, jamais nous ne mettrons fin à la pandémie », a expliqué la source.

Les chiffres sont particulièrement décevants dans des États comme la Bulgarie et la Roumanie, où seuls 26,9 % et 39 % de la population ont été vaccinés.

Selon les conclusions possibles d’un sommet qui se tiendra plus tard dans la semaine, les dirigeants de l’UE sont prudents quant à la formulation utilisée dans le débat sur la vaccination obligatoire.

La semaine dernière, le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas, avait indiqué à EURACTIV que le sommet serait une « occasion » pour les dirigeants de discuter de la question.

« Le Conseil européen réaffirme l’importance cruciale de la vaccination dans la lutte contre la pandémie. La généralisation de la vaccination à tous et le déploiement des doses de rappel sont des éléments essentiels. Dans ce contexte, il est particulièrement important de vaincre l’hésitation de certains à se faire vacciner, notamment en luttant contre la désinformation », peut-on lire dans les conclusions possibles.

La source européenne a déclaré que l’approche utilisée serait soit la « méthode autrichienne », avec le recours à la vaccination obligatoire et l’imposition d’amendes, soit une approche similaire à la méthode italienne, avec le « Super COVID Pass » qui entrave la vie quotidienne des personnes non vaccinées.

Selon les conclusions, le Conseil de l’UE appelle également à la mise en œuvre rapide des recommandations révisées du Conseil sur les voyages au sein et à destination de l’UE, y compris en ce qui concerne la validité des certificats de vaccination.

EURACTIV a été informé que pour qu’un certificat COVID soit valable pour voyager, une troisième dose devra être reçue dans les neuf mois suivant la dernière dose. Cette mesure s’appliquera à partir de février 2022.

Le certificat COVID de l’UE n’est pas valable pour les sommets de l’UE

Alors que les dirigeants européens devraient aborder la question de la vaccination obligatoire, la décision des services de presse du Conseil de l’UE de ne pas accepter le certificat COVID de l’UE pour les journalistes participant au sommet européen des 16 et 17 décembre a suscité une certaine colère.

À l’approche de deux réunions de haut niveau à Bruxelles, à savoir une réunion des dirigeants de l’Union européenne le jeudi 16 décembre et un sommet avec leurs homologues des pays de l’Est la veille, l’équipe de presse du Conseil de l’UE a envoyé un courriel à tous les représentants des médias accrédités leur indiquant que leurs journalistes devaient « avoir effectué un test PCR négatif, réalisé le plus près possible des dates des réunions et pas plus de 48 heures avant le début de la réunion ».

Cela signifie concrètement que le certificat COVID des journalistes, même s’ils sont entièrement vaccinés, ne sera pas reconnu.

Les journalistes pourraient également choisir « d’avoir obtenu un certificat d’un médecin attestant du rétablissement de la personne de la Covid-19 au cours des six derniers mois au maximum ».

EURACTIV a alors demandé si l’utilisation d’un certificat de rétablissement de l’UE au lieu d’un certificat délivré par un médecin non spécifié serait valable, ce à quoi l’équipe de presse a répondu : « vous auriez toujours besoin d’un test PCR négatif ».

Les nouveaux médicaments contre la Covid-19 seront approuvés cette semaine

Pendant ce temps, une source européenne a révélé à EURACTIV.com que l’Agence européenne des médicaments (EMA) devrait approuver d’autres médicaments pour lutter contre la Covid-19.

L’EMA a approuvé quatre médicaments, et quatre autres ont été soumis pour une autorisation de mise sur le marché, tandis qu’un autre est toujours en examen.

Toutefois, la source européenne a précisé que les citoyens ne devaient pas compter sur les médicaments, précisant que « la priorité absolue reste de se faire vacciner ».

(Sarantis Michalopoulos | Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com)

PARIS

Élection présidentielle 2022 : Yannick Jadot refuse la primaire de gauche proposée par Anne Hidalgo. Lundi matin (13 décembre) sur France Info, le candidat des Verts Yannick Jadot a clairement exprimé son opposition à l’organisation d’une primaire à gauche pour désigner un candidat commun. « Aujourd’hui, la dynamique, c’est l’écologie. Et c’est autour de cette écologie que je veux rassembler tous les progressistes, tous les humanistes, pour gagner », a-t-il déclaré.

Alors que sept candidats sont déclarés à gauche pour l’élection présidentielle d’avril 2022, dimanche (12 décembre), en marge d’un meeting à Perpignan, la candidate socialiste et maire de Paris Anne Hidalgo a appelé à l’unité : « la division c’est la résignation, c’est l’impuissance, c’est l’abstention, alors réveillez-vous ! », a-t-elle déclaré.

Jusqu’ici, son appel a été ignoré par la plupart de ses adversaires.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

BERLIN

L’assouplissement des règles budgétaires n’est « pas urgent », déclare Bruno Le Maire à Christian Lindner. Lors de la troisième récente visite allemande à Paris, les sujets de discussion ont porté sur la progression du tandem France-Allemagne et les divergences de vues sur le nucléaire, le gaz et le charbon. Les règles fiscales, en revanche, n’ont pas été jugées urgentes. Lire la suite.

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne)

VIENNE

L’Autriche veut devenir un « faiseur de ponts » dans le conflit ukrainien. Le chancelier Karl Nehammer a déclaré que l’Autriche souhaite jouer un rôle de médiateur dans le conflit ukrainien afin d’éviter une escalade et de ramener les deux parties à la table des négociations.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

Vladimir Poutine pousse Boris Johnson à discuter de l’OTAN. Lundi, lors d’une rare conversation téléphonique entre les deux dirigeants, le président russe Vladimir Poutine a déclaré au Premier ministre britannique Boris Johnson qu’il souhaitait engager immédiatement des pourparlers afin d’obtenir des accords juridiques clairs garantissant que l’OTAN n’étendra pas ses activités en Europe de l’Est.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

Une manifestation contre les prix élevés du carburant provoque des embouteillages à Dublin. À Dublin, une manifestation contre les prix élevés du carburant organisée par des camionneurs a provoqué des embouteillages dans la ville. C’est la deuxième fois que cela se produit en un mois.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

La Finlande envisage d’introduire un dispositif d’urgence pendant les vacances de Noël. La Finlande connaît une recrudescence des cas de Covid-19, et les autorités sanitaires décideront dans les prochains jours s’il est nécessaire d’introduire un « dispositif d’urgence » ou non.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Le gouvernement italien envisage de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’à la fin mars. Mardi, le gouvernement pourrait décider de prolonger l’état d’urgence sanitaire actuel jusqu’à la fin mars 2022. Le Premier ministre Mario Draghi fait pression pour une prise de décision rapide et la plupart des dirigeants politiques de la coalition majoritaire semblent partager son avis.

(Alessandro Follis | EURACTIV Italie)

MADRID

Les résidents de La Palma confinés alors que du gaz toxique balaie l’ouest de l’île. Lundi, les autorités de l’île espagnole de La Palma ont confiné les habitants des villes voisines du volcan Cumbre Vieja en raison de la mauvaise qualité de l’air.

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

LISBONNE

Le Portugal reçoit 273 musiciens et artistes afghans. Le Portugal a ouvert ses portes à 273 citoyens afghans, dont la plupart sont des artistes et des musiciens, suite à une opération réalisée conjointement avec l’Institut national de musique d’Afghanistan.

(Lusa Portugual)


GROUPE DE VISEGRAD 

BUDAPEST

Le Fidesz rend la vie dure aux chaînes de supermarchés internationales. Un nouveau projet de loi pourrait contraindre les grandes chaînes de supermarchés à faire don à l’État des denrées alimentaires approchant de la date de péremption dans le but de réduire le gaspillage alimentaire. C’est ce que rapporte Telex.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com)

VARSOVIE

Le parlement polonais doit se prononcer sur un amendement controversé de la loi sur l’éducation. Un amendement controversé à la loi sur l’éducation, surnommé « lex Czarnek » du nom de l’impopulaire ministre de l’Éducation Przemysław Czarnek, a été soumis au parlement. La première lecture est prévue pour mardi et un vote sur le projet de loi devrait avoir lieu dès cette semaine.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Le nouveau Premier ministre tchèque se montre ferme lors de son premier affrontement avec le président. Le président tchèque Miloš Zeman s’apprête à nommer le nouveau gouvernement tchèque vendredi (17 décembre). Pour le Premier ministre désigné Petr Fiala (ODS, ECR), il s’agit d’une victoire importante. Le président tchèque était auparavant réticent à nommer Jan Lipavský (Pirates, Verts) au poste de ministre des Affaires étrangères en raison de leurs opinions divergentes sur Israël et la coopération de Visegrad. Lire la suite.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BRATISLAVA

La Slovaquie ne terminera pas sa partie du couloir autoroutier européen à temps. Il est déjà clair que la Slovaquie ne terminera pas sa partie du couloir autoroutier du réseau transeuropéen de transport (RTE-T) devant aller jusqu’à la frontière ukrainienne avant 2030, date à laquelle le RTE-T est par ailleurs censé être achevé.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Après des mois de crise politique, la Bulgarie se dote enfin d’un dirigeant et d’ungouvernement pro-européens. Lundi, le Parlement a finalement élu un gouvernement régulier dirigé par le Premier ministre réformateur pro-européen Kiril Petkov. Le pays sera dirigé par une majorité multipartite complexe impliquant deux coalitions, à savoir les pro-européens « Continuons le changement » et « Bulgarie démocratique » soutenus par le Parti socialiste bulgare, et « Il y a un tel peuple » avec son leader, le showman Slavi Trifonov.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCHAREST

Le président de la Roumanie réitère son soutien à l’énergie nucléaire et au gaz naturel. Lors d’une discussion avec le président du Conseil européen Charles Michel, le président Klaus Iohannis a réitéré le soutien de son pays à l’énergie nucléaire et au gaz naturel, en tant qu’options pour une transition énergétique abordable, alors que la Commission européenne prépare de nouvelles propositions législatives. Lire la suite.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Les motifs pour lesquels les Croates ne se font pas vacciner ont été révélés. Les personnes qui pensent que le risque de contracter la Covid-19 est faible sont les plus réticentes à se faire vacciner. C’est ce qu’il ressort d’une étude dont la publication dans le Croatian Medical Journal a été approuvée. Ces faits ont été rapportés par le partenaire d’EURACTIV, Jutarnji List.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

L’UE va lancer le quatrième groupe de négociations avec la Serbie lors de la conférence intergouvernementale. La conférence intergouvernementale qui aura lieu mardi à Bruxelles abordera l’ouverture du groupe quatre dans les négociations d’adhésion de la Serbie à l’UE.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

BELGRADE  | ZAGREB

La Croatie veut que Belgrade montre des résultats dans les procès pour crimes de guerre. Le ministre croate des Affaires étrangères, Gordan Grlić-Radman, a déclaré lundi qu’en réponse à la décision d’ouvrir un nouveau pôle dans les négociations d’adhésion de la Serbie à l’UE, son pays exprimait des « préoccupations claires » quant aux résultats tangibles que Belgrade doit encore présenter dans les procès pour crimes de guerre, la recherche des personnes disparues et les droits des minorités.

Lors d’une conférence ministérielle à Bruxelles, M. Grlic-Radman a déclaré que Zagreb avait exprimé « les préoccupations claires de la Croatie » en juin et que ce message restait d’actualité, ajoutant qu’il était temps pour Belgrade de montrer des résultats tangibles en ce qui concerne les procès pour crimes de guerre, la recherche des personnes disparues et la protection des droits des minorités. Le ministre des Affaires étrangères a poursuivi en disant que la Croatie reconnaissait les progrès du Monténégro dans les négociations d’adhésion à l’UE. La Serbie ouvrira quant à elle le groupe quatre lors de la conférence intergouvernementale UE-Serbie qui se tiendra mardi à Bruxelles.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO | BERLIN

La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères appelle à des sanctions contre Milorad Dodik. La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères et co-dirigeante du parti des Verts, Annalena Baerbock, a demandé que des sanctions soient appliquées à l’encontre du dirigeant de la Republika Srpska, Milorad Dodik, après avoir participé lundi à son premier Conseil des affaires étrangères de l’UE.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

La Macédoine du Nord pourrait entamer les négociations avec l’UE avant la fin de l’année. « Le Conseil espère tenir les premières conférences intergouvernementales avec la République de Macédoine du Nord et l’Albanie dès que possible cette année, après que le cadre de négociation ait été approuvé par le Conseil », peut-on lire dans les conclusions possibles du Conseil de l’UE divulguées par l’agence de presse MIA.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PODGORICA 

L’opposition monténégrine retire sa motion de défiance contre le gouvernement. L’opposition a retiré une motion de défiance à l’égard du gouvernement, bien qu’elle ait affirmé qu’elle aurait suffisamment de voix pour renverser le cabinet de Zdravko Krivokapić.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

Le Comité de la Convention de Berne appelle à la protection de la rivière Vjosa. Le Comité permanent de la Convention de Berne a appelé le gouvernement albanais à classer la rivière Vjosa et ses environs comme parc national ainsi qu’à réévaluer la situation de l’aéroport international de Vlora.

(Alice Taylor | Exit.al)

///

Un procureur albanais recherché pour corruption arrêté en Italie. L’ancien procureur général d’Albanie, en cavale depuis septembre, a été arrêté par la police italienne et attend une audience d’extradition. Adriatik Llalla avait été condamné à une peine de prison pour corruption, mais avait quitté le pays avant que les autorités ne puissent le retrouver. Il a été reconnu coupable de ne pas avoir déclaré ses biens et les autorités ont saisi 22 000 mètres carrés de terrain ainsi qu’un appartement. Il a affirmé que sa condamnation était motivée par des raisons politiques et certains médias ont rapporté qu’il avait demandé l’asile politique en Italie.

(EURACTIV.com)


AGENDA:

  • UE : les ministres des Affaires européennes se réunissent pour discuter de l’élargissement, de l’État de droit et de la CoFoE / La Commission européenne présente une mise à jour du code frontalier Schengen et du paquet sur la mobilité verte / Le résultat du vote de la commission du Parlement européen sur la loi sur les services numériques (DSA) est attendu.
  • Pays-Bas : le Premier ministre Mark Rutte donne une conférence de presse sur les mesures Covid.
  • Royaume-Uni : les députés votent sur les nouvelles restrictions Covid du gouvernement.
  • Danemark : le tribunal clôt le procès du fournisseur de carburant Dan-Bunkering, accusé d’avoir violé l’embargo européen sur la Syrie.
  • Suède : le ministre ukrainien de la Défense, Oleksii Reznikov, est en visite à Stockholm.
  • Italie : le Conseil des ministres doit se prononcer sur la prolongation de l’état d’urgence jusqu’à la fin du mois de mars.
  • Chypre : le nouveau chef de mission de l’ONU, Colin Stewart, reçoit le président chypriote Nicos Anastasiades et le dirigeant chypriote turc Ersin Tatar.
  • Serbie : la conférence intergouvernementale sur l’adhésion de la Serbie à l’UE se déroule à Bruxelles.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe