L’unité des pays nordiques se craquelle face à la crise du COVID-19

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

PAYS SCANDINAVES

Bisbilles au sein de la famille nordique. La communauté nordique, constituée de la Suède, de la Finlande, du Danemark et de la Norvège, entretient généralement des relations harmonieuses et affiche son unité. Mais elle a réagi de manière contrastée à la crise sanitaire du COVID-19. Les reproches ont commencé à fuser entre les capitales, ce qui a surpris les observateurs et les politiciens. Alors que le Danemark et la Norvège ont rapidement adopté des mesures strictes, la Finlande a davantage tardé, suivant ainsi l’exemple de la Suède : elle n’a adopté des restrictions sévères que mardi 17 mars. (Pekka Vänttinen)

INSTITUTIONS DE L’UE

Réseaux internes surveillés. Dans le cadre de son programme de télétravail, la Commission européenne a dû apporter un certain nombre de modifications à la manière dont les employés pouvaient effectuer leurs tâches. La sécurité des réseaux internes a été mise en péril en raison du nombre élevé de personnes travaillant à distance et, dans cette optique, l’exécutif « surveille » constamment la situation. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

BERLIN

Des plans gouvernementaux ambitieux. Alors que le nombre de cas de COVID-19 a atteint 8 757 mardi 17 mars, le gouvernement allemand a mis en place deux nouveaux plans pour faire face à la propagation du virus, l’un pour ramener chez eux les Allemands bloqués dans des pays étrangers, et l’autre pour augmenter de manière drastique la capacité médicale du pays. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Confinement belge. La Belgique, qui avait été critiquée pour la lenteur de sa réaction initiale à l’épidémie de coronavirus, a déclaré un confinement qui s’appliquera à l’ensemble du pays à partir du mercredi 18 mars à midi et durera jusqu’au 5 avril. Le pays a suivi l’exemple de plusieurs pays européens, dont la France voisine, qui ont pris la même décision en début de semaine. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Opérateur de télécommunications espion. L’opérateur de télécommunications A1 a commencé à fournir volontairement les données de ses utilisateurs au gouvernement, sans qu’ils le sachent. L’opérateur de télécommunications a plaidé vouloir aider le gouvernement à contrôler l’efficacité de ses mesures visant à maintenir les citoyens chez eux.

DUBLIN

« Flambée » de coronavirus à venir. Dans une émission spéciale diffusée le mardi 17 mars au soir, le Premier ministre (Taoiseach), Leo Varadkar, a averti les citoyens irlandais que le pays était actuellement en situation de « calme avant la tempête. Et l’onde de choc va arriver », car 69 nouveaux cas ont été identifiés dans la République, ce qui porte le nombre total à 292. Leo Varadkar a déclaré que d’ici à la fin du mois, il pourrait y avoir jusqu’à 15 000 cas en Irlande et que la crise devrait se poursuivre pendant une bonne partie de l’été. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

LONDRES

Négociations post-Brexit annulées. Les négociations post-Brexit ont été annulées en raison de la crise du COVID-19, confirme le Royaume-Uni. Les responsables britanniques et européens ont annulé mardi 17 mars le deuxième cycle de négociations commerciales prévu pour cette semaine en raison de la crise du coronavirus. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Des « obligations corona ». Le Président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a enjoint ses homologues européens à envisager des moyens extraordinaires, notamment l’émission d’instruments de dette communs sous la forme d’« obligations corona », afin d’enclencher la reprise économique et de sortir de la crise du COVID-19. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

MADRID

Moratoire sur les hypothèques. Alors que la crise du COVID-19 s’aggrave en Espagne, le gouvernement a décidé d’accorder un moratoire hypothécaire aux familles les plus touchées par la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus, ont déclaré des sources gouvernementales à EFE mardi 17 mars. Le moratoire permettra aux familles les plus touchées par cette crise, y compris celles qui perdent leur emploi à la suite d’un plan de licenciement temporaire (Expediente de Regulación de Empleo, ERTE), de ne pas payer la majeure partie des frais liés à leur hypothèque pendant quelques mois, ont indiqué des sources gouvernementales. Les sources officielles ont souligné qu’il était fort probable que le moratoire soit prolongé de plusieurs mois ou au moins aussi longtemps que les conséquences économiques de cette nouvelle crise se feront sentir.

Par ailleurs, plusieurs corps d’armée ont déployé 1 820 hommes dans 28 villes espagnoles, mardi 17 mars, pour désinfecter les installations et prévenir les rassemblements, afin de lutter contre la pandémie de coronavirus et d’éviter de nouvelles infections. (Fernando Heller, Euroefe)

ATHÈNES

Médecins et infirmières en quarantaine. 21 membres du personnel de l’hôpital général « Hippocrate » d’Athènes ont été mis en quarantaine, car un médecin de la clinique d’oto-rhino-laryngologie aurait été déclaré positif au coronavirus.

Le chercheur en maladies infectieuses Nikolaos Sypas a déclaré que la propagation du coronavirus en milieu hospitalier, qui touche les médecins et les infirmières, est un problème important qui doit être résolu de toute urgence. « C’est pourquoi les citoyens ne devraient pas se rendre à l’hôpital avec des symptômes légers », a-t-il déclaré.

PRAGUE

Andrej Babiš critiqué pour sa mauvaise gestion de la crise. Les médias tchèques ont rapporté que les médecins généralistes, les dentistes, mais aussi les médecins dans les hôpitaux et d’autres travailleurs de la santé sont confrontés à un manque grave d’équipements de protection malgré les affirmations du gouvernement selon lesquelles ils disposent de suffisamment de matériel pour faire face à la crise du COVID-19.

Alors que le Premier ministre, Andrej Babiš, a présenté ses premières excuses pour la situation actuelle mardi 17 mars, tout en soulignant que rien de plus ne pouvait être fait puisque les contrats de livraison avaient été annulés, le ministre de la Santé, Adam Vojtěch, a commencé à blâmer les hôpitaux de ne pas assurer eux-mêmes la fourniture d’équipements de protection. (Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Les autorités refusent d’informer. Les autorités hongroises refusent de rendre publiques les informations sur les villes ou les régions où les nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés, ce qui rend difficile de savoir où la maladie se propage en Hongrie. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

ZAGREB

Nouvelles mesures contre la pandémie. Le gouvernement croate a adopté 63 mesures pour soutenir l’économie tout au long de l’épidémie de coronavirus. Le Premier ministre, Andrej Plenković, a également annoncé que d’autres mesures pour la réduction des contacts sociaux seraient adoptées dans un avenir proche. (Tea Trubić Macan, Euractiv Croatie)

SOFIA

La ville de Bansko verrouillée. La célèbre station de ski est totalement fermée depuis mardi, et les 200 étrangers restants qui y sont bloqués devraient être évacués ce 18 mars. Bansko est l’endroit où l’on trouve la plus forte concentration de coronavirus. La quarantaine devrait durer 14 jours. Le nombre total de cas de coronavirus confirmés était de 81 mercredi 17 mars (62 la veille). L’un des nouveaux cas concerne Kiril Domuschiev, un magnat du transport maritime, propriétaire du club de football Ludogorets et de Nova TV, considéré comme l’un des trois hommes les plus riches de Bulgarie. (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.