Macédoine du Nord : la crise politique en Bulgarie anéantit les espoirs européens de Skopje

Le député bulgare Radan Kanev (Bulgarie démocratique, PPE) rejette la possibilité qu’un gouvernement provisoire nommé par le président donne la réponse finale à Skopje. [Shutterstock/alexfan32]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui, dans Les Capitales

SOFIA

Macédoine du Nord : la crise politique en Bulgarie anéantit les espoirs européens de Skopje. La crise politique actuelle en Bulgarie ne présage pas de levée de veto à Sofia concernant l’intégration européenne de la Macédoine du Nord d’ici la fin de l’année, selon des politiciens et des analystes d’EURACTIV Bulgarie.

«  Skopje peut obtenir une réponse de Sofia en décembre si la Bulgarie a un gouvernement avec un mandat clair, mais les chances sont très faibles  », a déclaré à EURACTIV Vessela Tcherneva, directrice adjointe du Conseil européen des relations étrangères, un groupe de réflexion spécialisé dans les affaires étrangères de l’UE.

Selon Mme Tcherneva, les autorités de Skopje doivent attendre les résultats des élections présidentielles en Bulgarie, prévues le 14 novembre, car la position du président sera très importante.

L’actuel président Rumen Radev a toutes les chances de remporter un second mandat. Il est une figure importante à Sofia depuis avril, car son gouvernement intérimaire dirige le pays en l’absence d’un cabinet régulier.

«  Si M. Radev ne participe pas de manière constructive à ce sujet, le problème sera très difficile à résoudre  », a ajouté Mme Tcherneva.

Mains liées

Le député bulgare Radan Kanev (Bulgarie démocratique, PPE) rejette la possibilité qu’un gouvernement provisoire nommé par le président donne la réponse finale à Skopje.

«  La crise des relations avec la République de Macédoine du Nord nécessite non seulement un gouvernement régulier, mais aussi un parlement stable en Bulgarie avec une majorité claire et des relations décentes entre les partis qui le composent  », a déclaré M. Kanev à EURACTIV.

Il a rappelé que le parlement bulgare a une position-cadre restrictive pour la Macédoine du Nord, qui «  lie les mains de tout gouvernement, surtout un gouvernement intérimaire.  »

«  La seule issue passe par des négociations diplomatiques très délicates et un accord qui permettra à la fois de protéger l’intérêt national bulgare dans le processus d’intégration de Skopje et de prévenir le risque que les Balkans occidentaux tombent dans les combines de Belgrade, qui nous sont ouvertement hostiles (en Bulgarie)  », a-t-il déclaré.

Il part du principe qu’une telle diplomatie nécessite un mandat du parlement bulgare ainsi qu’un très large soutien politique et un consensus national.

«  Dans une république démocratique parlementaire, le consensus est trouvé au parlement, en coopération avec le président et en utilisant les opportunités que les deux institutions offrent pour les négociations et les compromis. La crise des relations avec la République de Macédoine du Nord et l’isolement de la Bulgarie dans l’UE se poursuivront jusqu’à la formation d’un gouvernement régulier stable  », a déclaré M. Kanev.

Le politologue Georgi Kiryakov prévoit qu’après les prochaines élections anticipées de novembre, les troisièmes en un an, une autre élection pourrait suivre au début de 2022. Pour l’instant, il ne voit aucune possibilité de changer la situation politique instable à Sofia, sauf si les nationalistes radicaux du parti « Revival » (Vazrazhdane) finissent par entrer au parlement.

«  Tant que cette situation politique problématique à Sofia ne sera pas résolue, le problème de l’intégration européenne de la Macédoine du Nord restera entier  », a-t-il déclaré, ajoutant toutefois que si la Bulgarie parvient à former un gouvernement sans la participation des nationalistes, elle pourrait également donner le feu vert à Skopje.

«  Dans tous les cas, les chances de former un gouvernement régulier stable en Bulgarie cette année sont très minces  », a déclaré M. Kiryakov, estimant qu’il était très probable que le dossier Skopje soit reporté à 2022.

Une source de l’UE qui s’est adressée à EURACTIV a déclaré que la position de la Commission n’avait pas changé et qu’une solution devait être trouvée le plus rapidement possible.

La même source a ajouté que l’exécutif continuera à travailler dans cette direction avec la présidence slovène du Conseil de l’UE afin de trouver une solution d’ici 2021. Cependant, elle a admis que les élections bulgares compliquent les choses car tout dépendra du niveau de «  gouvernabilité  ».

Un diplomate européen a fait remarquer que le précédent gouvernement intérimaire s’était montré «  vraiment peu constructif  » sur la question. «  La Bulgarie est désormais considérée comme un trouble-fête de l’UE en matière d’élargissement, ce qui sape ses efforts dans la région  », a déclaré le diplomate. (Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie – Reportage complémentaire de Sarantis Michalopoulos | EURACTIV.com)

BERLIN

Les conservateurs allemands s’accrochent à une victoire municipale de justesse. Confrontés à des sondages d’opinion historiquement bas, les conservateurs allemands, menés par le candidat à la chancellerie Armin Laschet, ont réussi à enregistrer une victoire aux élections municipales en Basse-Saxe.

PARIS

Le gouvernement souhaite doubler la part des marchandises transportées par voie ferroviaire d’ici 2030. Le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a annoncé ce lundi (13 septembre) un plan de soutien au fret ferroviaire à hauteur de 170 000 euros par an jusqu’en 2024 afin de soutenir l’exploitation des services liés à ce mode de transport de marchandises écologique. Le doublement du fret ferroviaire d’ici 2030 fait partie des objectifs de la loi climat. (Magdalena Pistorius | EURACTIV France)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

Andrew Neil quitte l’antenne. La chaîne d’information GB News, qui s’est positionnée comme une rivale conservatrice de la BBC et de Sky News, a subi un revers majeur lundi lorsque son présentateur vedette, Andrew Neil, a démissionné de son poste de président et de présentateur principal, trois mois seulement après le lancement de la chaîne. (Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN

L’Irlande va prolonger le programme de subventions salariales Covid jusqu’en 2022.  Le programme de subvention salariale à l’emploi (Employment Wage Subsidy Scheme, EWSS), mis en place au début de la pandémie de COVID-19, offre aux employeurs dont le chiffre d’affaires a été fortement touché par la crise une subvention hebdomadaire pour leur permettre de continuer à payer leur personnel. (Molly Killeen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Le sénateur d’extrême-droite Matteo Salvini attaque le gouvernement Draghi, qu’il soutient. L’agression à l’arme blanche de cinq personnes — dont un enfant de six ans — dans la ville côtière italienne de Rimini, par un demandeur d’asile somalien, est devenue le dernier point de discorde au sein de la coalition au pouvoir qui soutient le gouvernement de Mario Draghi. Ces tensions croissantes interviennent dans un contexte de progression dans les sondages du parti d’extrême droite Lega de Salvini et du parti d’opposition Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni. (Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

MADRID

Le dialogue politique entre le gouvernement central espagnol et la Catalogne doit commencer jeudi ou vendredi. Les contacts politiques entre le gouvernement central espagnol et l’exécutif indépendantiste de la Catalogne devraient commencer jeudi ou vendredi, les deux parties exprimant des points de vue opposés sur des questions sensibles telles que l’indépendance de la prospère région espagnole, une ligne rouge pour Madrid, a rapporté lundi EFE, partenaire d’EURACTIV.

LISBONNE

Plus de 130 000 adolescents vaccinés au cours du week-end. Plus de 130 000 jeunes âgés de 12 à 15 ans ont été vaccinés contre le Covid-19 au cours du week-end, la grande majorité ayant ainsi finalisé leur vaccination, a annoncé lundi la task force qui coordonne le processus. (Pedro Caetano | Lusa.pt) 

Par ailleur, un juge haut placé s’inquiète de l’avenir de ses collègues féminines en Afghanistan. L’Association internationale des magistrats (UIM) a alerté la communauté internationale et les gouvernements respectifs sur le « terrible problème » des femmes juges afghanes dont la vie est en danger sous le nouveau régime taliban dans le pays, a déclaré lundi le président de l’UIM.  (Fernando Carneiro | Lusa.pt)


GROUPE DE VISEGRAD

PRAGUE

Le nutri-score est discriminatoire envers les aliments traditionnels, selon le ministère de l’Agriculture tchèque. Le ministère de l’Agriculture tchèque s’oppose au « nutri-score », un système d’étiquetage qui convertit la valeur nutritionnelle des aliments en une note globale de A à E. Selon le ministère, le nutri-score est trop simpliste car il ne tient pas compte de la taille des portions et de la composition générale des aliments. Lire plus. (Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

VARSOVIE

La Pologne se passera du gaz russe de Gazprom. À la veille de l’inauguration du nouveau gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne sous la mer Baltique, le plénipotentiaire polonais pour les infrastructures énergétiques, Piotr Naimski, a confirmé que la Pologne deviendra indépendante des approvisionnements en gaz russe à partir de 2023. Lire plus. (Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

BRATISLAVA

Le Premier ministre Heger s’est excusé pour le Code juif en vigueur pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Premier ministre slovaque Eduard Heger et son cabinet ont présenté leurs excuses pour l’ordonnance sur le statut juridique des Juifs, également connue sous le nom de Code juif. Cette législation a été adoptée par l’État slovaque de guerre, allié des nazis, qui a existé de 1939 à 1945. (Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

BELGRADE 

Mme Merkel estime que la question du Kosovo doit être réglée avant l’adhésion de la Serbie à l’UE. La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré à Belgrade le 13 septembre que la Serbie avait progressé dans ses réformes, mais que le pays et l’ensemble de la région avaient encore un long chemin à parcourir pour adhérer à l’UE. (EURACTIV Serbie, BETA)

ZAGREB

Les partis de droite lancent une campagne contre l’euro en Croatie. Les Souverainistes croates, un parti politique de droite radicale, ont déclaré qu’ils ne renonceraient pas à la kuna sans un combat démocratique. (Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

 

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Zoran Radosavljevic]

Subscribe to our newsletters

Subscribe