Moscou utilise la désinformation pour saper le soutien des Polonais aux réfugiés ukrainiens

Mariusz Ciarka, inspecteur de police polonais, a souligné que les tentatives de provoquer des émeutes nationales et ethniques en période de guerre juste au-delà de la frontière orientale avec la Pologne serviraient les intérêts du président russe Vladimir Poutine, en sapant la réputation du pays qui cherche à accueillir les réfugiés. [EURACTIV - Sarantis Michalopoulos]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

PRZEMYŚL

La Russie utilise la désinformation pour miner le soutien des Polonais aux réfugiés ukrainiens. Nos journalistes Alexandra Brzozowski et Sarantis Michalopoulos se trouvent actuellement à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. Voici les informations qu’ils ont pu rassembler sur place.

Le chef de la police de Przemyśl, la ville polonaise où les réfugiés ukrainiens arrivent en train, a confié à EURACTIV que les signalements de désinformation sur les réseaux sociaux polonais avaient augmenté, certains messages suggérant par exemple que « les migrants commettent des crimes ». Il a sous-entendu que les Russes tentent de retourner la population locale contre les réfugiés ukrainiens, même si, en réalité, cette tentative semble avoir échoué puisque les Polonais ont fait preuve d’une solidarité considérable.

EURACTIV s’est également entretenu avec Iryna, une citoyenne ukrainienne qui a fui la guerre dans son pays et s’est réfugiée en Pologne. Iryna a expliqué en détail comment les Russes tentent de semer la panique au sein de la population, par exemple au moyen des fake news faisant état de bébés affamés dans les abris.

Récemment, l’agence de presse OKO a rapporté un incident au cours duquel des nationalistes polonais ont attaqué un groupe de réfugiés non blancs qui avaient franchi la frontière en début de semaine.

Les agresseurs, vêtus de noir et appartenant probablement à un groupe d’extrême droite appelé Przemyśl Toujours Polonais (Przemyśl Zawsze Polski), auraient repéré des groupes de réfugiés non blancs devant la gare de Przemyśl lundi (1er mars) et auraient agressé trois d’entre eux avant que la police n’intervienne.

La police polonaise a lancé un avertissement suite à l’incident, indiquant que des groupes liés à l’extrême droite diffusent déjà des fake news sur des crimes prétendument commis par les réfugiés fuyant la guerre en Ukraine.

Des bénévoles ont toutefois assuré à EURACTIV qu’il s’agissait là d’un incident plutôt isolé. Jusqu’à présent, tous les réfugiés ont été bien traités par les autorités polonaises et la population de la ville, avec une volonté d’apporter une aide concrète.

Interrogé sur l’incident, l’inspecteur de police polonais Mariusz Ciarka a déclaré que les autorités de la région n’avaient pas enregistré d’augmentation du nombre d’incidents violents à ce jour.

« Des fake news selon lesquelles de graves infractions pénales ont eu lieu à Przemyśl et dans les régions frontalières sont diffusées sur les réseaux sociaux : cambriolages, agressions et viols », a indiqué M. Ciarka, ajoutant que la population de la ville ne croit pas à ces affirmations.

« Nous — la police polonaise, le gouvernement polonais et toute l’Europe — devons lutter contre la désinformation et les fake news liées à cette situation qui pourraient provoquer une escalade de certains comportements », a-t-il ajouté.

Il a souligné que les tentatives de provoquer des émeutes nationales et ethniques en période de guerre juste au-delà de la frontière orientale avec la Pologne serviraient les intérêts du président russe Vladimir Poutine, en sapant la réputation du pays qui cherche à accueillir les réfugiés.

En outre, cela semble alimenter un discours plus large que la propagande russe utilise contre la Pologne — qui est le pays qui a, pour rappel, demandé les sanctions les plus sévères du bloc — pour faire passer le pays pour raciste.

Semer la panique parmi les Ukrainiens

Iryna, 27 ans, qui a fui la ville de Kharkiv, en Ukraine et qu’EURACTIV a rencontré dans une auberge de la banlieue polonaise de Rzeszów, a confirmé que du côté ukrainien de la frontière, la désinformation et les fake news sur les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés pour attirer les personnes en fuite vers des endroits qui pourraient être dangereux.

« Nous utilisons Telegram pour communiquer entre nous, avec les volontaires, avec ceux qui organisent les évacuations, mais nous ne communiquons pas les itinéraires empruntés, les endroits où nous nous rendons, ni les informations sensibles comme celles indiquant quelle personne se cache dans quel endroit », a-t-elle expliqué.

Dans les jours qui ont suivi l’invasion russe, de faux canaux sur les réseaux sociaux ont fait leur apparition, a-t-elle indiqué.

« Il y a eu des messages de plus en plus suspects sur des bébés affamés dans des abris qui avaient besoin de nourriture, appelant les gens à venir à un certain endroit pour sauver les enfants », a poursuivi Iryna, qui a essayé d’entrer en contact avec eux et a même fourni certains de ses contacts proches pour mobiliser de l’aide.

« Mais d’autres personnes m’ont dit qu’il s’agissait probablement d’un message envoyé par les Russes, puisqu’il y avait eu des cas similaires dans les environs ». Elle expliqué que ce type de message était « probablement utilisé pour semer la panique au sein de la population », ajoutant qu’elle a ensuite trouvé des messages très similaires en ligne, avec les mêmes numéros de téléphone et les mêmes adresses.

« Je ne veux pas imaginer ce qui est arrivé aux contacts que j’ai fournis », a-t-elle dit.

(Alexandra Brzozowski, Sarantis Michalopoulos | EURACTIV.com)

PARIS

La guerre en Ukraine marque un « changement d’époque » pour l’Europe, selon Emmanuel Macron. La guerre en Ukraine marque un « changement d’époque » pour l’Europe, qui doit désormais accepter de devenir une force plus souveraine et de construire une défense européenne, a déclaré le président français Emmanuel Macron dans son adresse à la nation mercredi. Lire la suite.

(Davide Basso | EURACTIV France)

BERLIN

Les sanctions contre la Russie affecteraient deux tiers des entreprises allemandes. Environ deux entreprises allemandes sur trois, soit 64 % des entreprises du pays, se disent touchées par les sanctions prises par l’Union européenne à l’encontre de la Russie dans le cadre de sa guerre contre l’Ukraine ainsi que par les contre-sanctions annoncées par Moscou en réponse. C’est ce que révèle un récent sondage. Lire la suite (en anglais).

(Julia Dahm | EURACTIV Allemagne)

VIENNE

L’Autriche va ouvrir une enquête sur les richesses détenues par les oligarques. Le vice-chancelier autrichien, Werner Kogler, s’est prononcé en faveur de la sanction envers les oligarques, alors que le secteur bancaire du pays est menacé par les sanctions russes. Lire la suite (en anglais).

(Nikolaus J. Kurmayer | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN

Des protestations aux sièges de big tech à Dublin concernant la désinformation en Ukraine. Des manifestants se sont rassemblés mercredi devant le siège de Meta à Dublin avant de se rendre à celui de Google pour appeler à l’action afin de lutter contre la désinformation liée à la guerre en Ukraine par les médias d’État russes. Lire la suite (en anglais).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

Le train Saint-Pétersbourg–Helsinki est la seule liaison directe entre la Russie et l’UE pour le transport de passagers. L’Union européenne ayant interdit les vols russes dans son espace aérien, le trajet en train entre les deux villes, d’une durée de trois heures et demie, est vraisemblablement la seule liaison ferroviaire directe pour les personnes souhaitant faire la liaison entre la Russie et l’Union. Lire la suite (en anglais).

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

STOCKHOLM

La Première ministre suédoise s’en prend à la Russie avec une « rhétorique de Guerre froide » dans une adresse à la nation. La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a critiqué Moscou pour son offensive contre l’Ukraine en utilisant une rhétorique qui, selon les experts, n’a pas été utilisée dans le pays depuis la Guerre froide. Lire la suite (en anglais).

(Charles Szumski | EURACTIV.com)

VILNIUS

Les Ukrainiens résidant légalement en Lituanie peuvent commencer à travailler immédiatement. Les Ukrainiens ayant un permis de séjour en Lituanie pourront commencer à travailler dès que possible « s’ils le souhaitent », a déclaré la ministre de la Sécurité sociale et du Travail Monika Navickienė lors d’une conférence de presse mercredi. Lire la suite (en anglais).

(Giedre Peseckyte | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

LA VALETTE

Malte met fin à son programme d’octroi de la citoyenneté aux Russes, sous la supervision de la Commission européenne. Le gouvernement maltais a décidé de mettre fin à son programme d’échange de passeports contre de l’argent pour les citoyens russes et biélorusses suite aux pressions de l’Union européenne, d’organisations locales et internationales. Ces dernières craignaient que, via ce système, des oligarques russes liés au Kremlin n’achètent leur entrée dans l’Union. Lire la suite (en anglais).

(Alice Taylor | EURACTIV.com)

MADRID

La coalition espagnole divisée sur la décision du Premier ministre de livrer des armes létales à l’Ukraine. Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a confirmé mercredi que l’Espagne allait bientôt envoyer des armes létales pour soutenir la résistance de l’Ukraine contre l’invasion russe, mais sa position plus musclée dans la crise a suscité des critiques dans les rangs de son partenaire de coalition de gauche, « Unis, nous pouvons » (Unidas Podemos). Lire la suite (en anglais).

(Fernando Heller | EFE)

LISBONNE

Le géant énergétique portugais Galp cesse d’acheter des produits pétroliers russes. Galp a annoncé mercredi avoir suspendu l’achat de produits pétroliers en provenance de Russie et a dit regretter les « actes d’agression contre le peuple ukrainien », indique un communiqué envoyé à la Commission portugaise du marché des valeurs (CMVM). Lire la suite (en anglais).

(Maria João Pereira | Lusa Portugal)

///

Le service frontalier portugais va ouvrir des guichets pour les Ukrainiens. Au Portugal, service des étrangers et des frontières (SEF) propose à partir d’aujourd’hui (jeudi 3 mars) des guichets exclusivement réservés aux citoyens ukrainiens. C’est ce qu’a annoncé le SEF mercredi. Lire la suite (en anglais).

(Célia Paulo| Lusa Portugal)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Le Premier ministre polonais demande une interdiction totale des combustibles fossiles russes. La Commission européenne devrait interdire les importations de combustibles fossiles russes, à commencer par le charbon, a estimé le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki lors d’une réunion avec le président du Conseil européen Charles Michel qui a eu lieu mercredi. Lire la suite (en anglais).

(Bartosz Sieniawski | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque déclare l’état d’urgence et s’attend à un afflux massif de réfugiés ukrainiens. Le gouvernement tchèque a déclaré l’état d’urgence dans le pays, s’attendant à un afflux massif de réfugiés ukrainiens. Environ 30 000 Ukrainiens sont déjà entrés en République tchèque depuis que la Russie a lancé son offensive militaire contre l’Ukraine il y a une semaine (jeudi 24 février). Lire la suite (en anglais).

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

En Hongrie, Audi se prépare aux retombées de la guerre. En raison de sa dépendance à l’égard des fournisseurs ukrainiens, l’usine d’Audi à Győr, en Hongrie, s’attend à d’importants problèmes d’approvisionnement en pièces détachées dans les jours à venir, a rapporté mercredi Telex. Lire la suite (en anglais).

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com avec Telex)

BRATISLAVA

La Slovaquie ferme l’un des plus grands sites web conspirationnistes du pays. Le Bureau national de sécurité (NBÚ) a fermé mercredi l’un des sites Internet conspirationnistes les plus importants et les plus influents du pays Hlavne správy (À la une). Lire la suite (en anglais).

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Un général bulgare accusé d’espionnage pour la Russie. Le bureau du procureur bulgare a mis au jour un nouveau scandale d’espionnage russe impliquant des diplomates de l’ambassade russe à Sofia ainsi qu’un ancien général bulgare. Lire la suite (en anglais).

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

La Roumanie soigne ses deux premiers patients blessés d’Ukraine. Deux citoyens ukrainiens blessés pendant la guerre qui se déroule actuellement en Ukraine ont été admis dans un hôpital de l’est de la Roumanie.

Le ministère de la Défense a indiqué que les premiers patients transférés d’Ukraine — une femme de 44 ans et son fils de 19 ans, tous deux blessés par balle — ont été admis dans un hôpital militaire de Galati, à quelques kilomètres de l’Ukraine.

Selon le ministère de la Santé, la Roumanie a prévu plus de 3 000 lits pour les blessés ukrainiens dans les hôpitaux du pays.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

///

Un MiG-21 roumain est porté disparu, l’hélicoptère envoyé en mission de sauvetage s’écrase peu après. Un MiG-21 Lancer roumain a cessé toute communication radio et a disparu des radars mercredi soir. Un hélicoptère de sauvetage parti à la recherche de l’avion de chasse s’est écrasé environ une heure plus tard, tuant ainsi les sept personnes à son bord.

L’hélicoptère IAR 330 — Puma était en mission de recherche et de sauvetage pour retrouver le pilote de l’avion de chasse qui avait disparu. Avant le crash, le pilote de l’hélicoptère a déclaré que les conditions météorologiques étaient défavorables et qu’il avait reçu l’ordre de retourner à la base.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Pour le Premier ministre croate, l’avenir de l’Europe dépend du sort de Kiev. L’avenir de l’Europe dépend du sort de Kiev, a expliqué mercredi le Premier ministre croate Andrej Plenković aux législateurs croates. Il a une fois de plus condamné l’agression de la Russie en des termes très fermes et a félicité l’armée et le peuple ukrainiens pour leur résistance héroïque. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

///

La HPB rachète la Sberbank pour 9,46 millions d’euros. La Banque postale croate (HPB) a acheté la Sberbank Croatia pour 71 millions de kunas (soit 9,46 millions d’euros). Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA 

La Slovénie demande une compensation après la destruction du consulat de Kharkiv par un missile russe. Le ministère des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur russe en Slovénie, Timur Eyvazov, mercredi, exigeant des excuses ainsi qu’une compensation financière après qu’un missile russe a détruit le bâtiment abritant le consulat slovène à Kharkiv. Lire la suite (en anglais).

(Sebastijan R. Maček | sta.si)

BELGRADE 

La Serbie tiendra des élections présidentielles le 3 avril. Le président du Parlement Ivica Dačić a demandé que les élections présidentielles en Serbie soient organisées le 3 avril. Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

///

La Russie est pleinement préparée pour toute attaque, mais elle n’utilisera pas les armes nucléaires en premier, selon l’ambassadeur russe. La Russie est tout à fait prête à répondre à toute attaque, mais elle n’utilisera pas les armes nucléaires en premier lieu, a indiqué mercredi à Belgrade l’ambassadeur russe en Serbie, Alexander Botsan-Kharchenko. Lire la suite (en anglais).

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Milorad Dodik tente de faire pression pour que la BiH adopte une position neutre vis-à-vis de la Russie. Milorad Dodik, membre serbe de la présidence tripartite de Bosnie-Herzégovine (BiH), a quitté une session de la présidence en demandant que le pays adopte une position neutre vis-à-vis de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine, le jour même où le pays a voté en faveur de la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies condamnant la Russie. Lire la suite (en anglais).

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Le Premier ministre du Kosovo crée un fonds pour l’armée kosovare et invite les citoyens à y contribuer. Le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, a créé un fonds de sécurité afin de collecter des fonds pour l’armée du pays et a appelé les citoyens à y contribuer dans un contexte de craintes pour la sécurité du pays suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Lire la suite (en anglais).

(Exit.al)

TIRANA

Le Parlement albanais va voter une résolution sur la guerre en Ukraine. Le gouvernement albanais a rédigé une résolution sur la guerre en Ukraine qui devrait être votée au parlement dans les prochains jours, après avoir déclaré précédemment qu’une telle résolution n’était pas nécessaire. Lire la suite (en anglais).

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA

  • UE : les ministres de la Justice et des Affaires intérieures se réunissent à Bruxelles / La Première ministre islandaise Katrín Jakobsdóttir rencontre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et la présidente du Parlement européen Roberta Metsola / La commission du Parlement européen vote sur la pêche UE-Royaume-Uni.
  • Moldavie : visite des commissaires Josep Borrell, Olivér Várhelyi et Janez Lenarčič ainsi que du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.
  • France : les ministres des Affaires européennes se réunissent à Arles.
  • Lettonie/Lituanie : visite de la délégation LIBE du Parlement européen.
  • Roumanie : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rendra en Roumanie et rencontrera le président roumain Klaus Iohannis / Les gouvernements de la Roumanie et de la Pologne tiennent une réunion conjointe à Varsovie.
  • Serbie : la Première ministre Ana Brnabić rencontrera le ministre britannique de l’Énergie, de la Croissance propre et du Changement climatique, Gregory Hands.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe