Pedro Sanchez veut ouvrir un dialogue « direct » avec les Catalans

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

MADRID

Le dialogue entre Pedro Sanchez et Quim Torra aura-t-il lieu? Le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sánchez, a proposé mercredi 19 février de mener un dialogue bilatéral avec le président séparatiste catalan, Quim Torra, pour résoudre la « crise politique » en Catalogne lundi 24 février, a rapporté Euroefe. Mais le gouvernement régional catalan, connu sous le nom de Generalitat, s’en est pris à Pedro Sánchez pour avoir divulgué la date de la rencontre. La Generalitat avait précédemment proposé de convoquer la « Mesa de Diálogo » (table de négociation) en mars, le mois au cours duquel la coalition gouvernementale de gauche (formée du PSOE et de Unidas Podemos) entend présenter un projet de budget. La survie de la coalition dépend de l’approbation du budget par le Parlement. Des élections sont également prévues en Catalogne après l’été. (Euroefe)

BERLIN

Norbert Röttgen en lice pour succéder à AKK à la tête de la CDU. Le président de la commission des affaires étrangères du Bundestag, Norbert Röttgen, s’est lancé dans la course pour devenir le nouveau chef du parti conservateur au pouvoir, la CDU, après qu’Annegret Kramp-Karrenbauer a annoncé son intention de démissionner de son poste de chef du parti le 10 février. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Bruno Le Maire et Peter Altmaier applaudissent la stratégie de Bruxelles en matière de données. Le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, et son homologue allemand, Peter Altmaier, ont publié une déclaration commune dans laquelle ils saluent la stratégie de la Commission européenne en matière de données et félicitent la nouvelle Commission d’avoir inscrit les questions numériques à son ordre du jour. « L’Allemagne et la France soutiennent le processus européen sur les données par le biais d’initiatives communes en matière de politique industrielle et d’une infrastructure européenne de données », a relevé M. Altmaier, tandis que M. Le Maire a déclaré qu’il s’attendait à ce que la nouvelle stratégie permette à l’UE de développer un secteur de l’IA qui puisse être compétitif au niveau mondial. (Euractiv France)

LONDRES

Le débat sur l’immigration prend de l’ampleur. La réaction aux nouvelles règles strictes du gouvernement en matière d’immigration s’intensifie, notamment en Écosse, où les chefs d’entreprise et les industriels se sont joints aux politiciens pour condamner le projet qui obligera les candidats à l’immigration, originaires de l’UE ou d’ailleurs, à présenter une offre d’emploi d’une valeur minimale de 25 600 livres sterling. Les organismes industriels représentant le tourisme, l’agriculture, la pêche et les soins ont déclaré que le refus du gouvernement Johnson de tenir compte de la dépendance de l’Écosse à l’égard des travailleurs migrants renforçait les arguments en faveur d’une politique d’immigration « différenciée » en Écosse. Le mois dernier, la Première ministre, Nicola Sturgeon, a demandé que l’Écosse puisse lancer son propre « visa écossais » pour encourager la migration en provenance de l’UE. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

VIENNE

Airbus communique les noms des bénéficiaires des « contributions politiques ». Dans ce qui est devenu l’un des plus grands scandales de corruption en Autriche, les noms de 14 personnes liées à l’affaire de l’achat par l’Autriche de 18 avions Eurofighter en 2003, pour lesquels Airbus a admis avoir versé 55 millions d’euros de « contributions politiques », ont été soumis au procureur à sa demande. Bien que les noms n’aient pas encore été rendus publics, un porte-parole d’Airbus a exprimé sa surprise, affirmant que les noms étaient connus du procureur depuis le début. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Sabine Laruelle prend les choses en main. Sabine Laruelle (MR) devient la première femme à la tête d’une mission royale dans les négociations de la coalition du gouvernement fédéral. Avec Patrick Dewael (Open VLD), elle fera rapport au roi le 9 mars. Auparavant, le Roi avait soigneusement choisi un duo politiquement équilibré. Cette fois, il a nommé deux libéraux pour ce poste. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

HELSINKI

Le ministre des Affaires étrangères sur la sellette. Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Pekka Haavisto, des Verts, fait l’objet d’enquêtes menées par la commission des affaires constitutionnelles du parlement et par le procureur général en coopération avec la police. Bien que Haavisto ait figuré en tête des sondages pour devenir le prochain président de la Finlande et ait reçu le soutien du Premier ministre et du président de son parti, il fait actuellement l’objet d’une enquête pour avoir renvoyé un haut fonctionnaire ministériel qui avait refusé de rapatrier des femmes et des enfants finlandais du camp de réfugiés d’al-Hol en Syrie. (Pekka Vänttinen)

ATHÈNES

Le gouvernement insiste sur la création de camps fermés pour les migrants et les réfugiés. Le gouvernement est déterminé à poursuivre son projet de construire des installations d’accueil fermées pour les réfugiés et les migrants, a déclaré le ministre suppléant des Migrations, Giorgos Koumoutsakos, à la station de radio AMNA, mercredi 19 février. (Théodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

LISBONNE

Le parlement se penche à nouveau sur l’euthanasie. Le parlement portugais débat et vote ce jeudi 20 février sur cinq projets de loi visant à dépénaliser l’euthanasie. De leur côté, les groupes qui s’y opposent exercent une pression toujours plus forte sur les autorités pour qu’elles organisent un référendum sur le sujet. La dernière fois que le débat sur l’euthanasie a eu lieu au parlement, c’était en 2018. La dépénalisation avait alors été rejetée par cinq voix. Aujourd’hui, plus de la moitié de la population portugaise se dit favorable à la dépénalisation. Les partis qui la soutiennent au parlement sont convaincus que les projets de loi seront adoptés. (Sónia Ferreira et Susana Oliveira, lusa.pt)

BUDAPEST

La Hongrie interdira les plastiques à usage unique l’an prochain. Lors de la conférence de presse présentant le plan d’action hongrois pour la protection du climat et de la nature, le ministre de l’Innovation et de la Technologie, László Palkovics, a expliqué que l’année prochaine, le gouvernement interdirait la vente au détail de plastiques à usage unique et prendrait des mesures pour remplacer les produits jetables produits en masse par des produits réutilisables et recyclables. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.