Pologne. Les avis divergents sur l’État de droit menacent la coalition au pouvoir

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe. [EPA-EFE/Radek Pietruszka]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VARSOVIE

Avis divergents. Alors que le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a célébré l’accord du sommet européen sur le mécanisme de l’État de droit comme une « double victoire », son ministre de la justice Zbigniew Ziobro, un partenaire de coalition junior du gouvernement PiS au pouvoir, a déclaré qu’il ne s’alignait pas sur la décision de son supérieur et son interprétation du droit européen. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com | Monika Mojak, Euractiv Pologne)

INSTITUTIONS EUROPÉENNES

Les dirigeants européens débloquent l’accord budgétaire historique de 1 800 milliards d’euros. Les leaders du bloc ont accepté le compromis conclu entre l’Allemagne, la Hongrie et la Pologne pour débloquer le paquet budgétaire de l’UE d’un montant total de 1 800 milliards d’euros, tandis que la Commission européenne a précisé que le mécanisme de l’État de droit sera valable à partir du 1er janvier. (Jorge Valero, Euractiv.com)

BERLIN

Un confinement strict en vue. La chancelière Angela Merkel et les dirigeants des Länder travaillent sur des plans visant à instaurer un confinement plus strict, selon des rapports publiés dans le Süddeutsche Zeitung. Les détails devraient être mis au point au cours du week-end. Cette décision intervient, tandis que le pays continue d’enregistrer une augmentation des infections par le nouveau coronavirus en dépit des mesures en place plus « légères » depuis début novembre. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Nouveau couvre-feu, mais pas de Nouvel An. Un couvre-feu de 20 h à 6 h sera mis en place à partir du 15 décembre, sauf le soir du réveillon de Noël, si toutefois la règle des « pas plus de six adultes à la fois » est respectée. Le réveillon du 31 décembre sera en revanche concerné par le couvre-feu.

« Nous ne sommes pas encore au bout de cette deuxième vague et nous ne serons pas le 15 décembre à l’objectif que nous nous étions fixé de passer en dessous des 5 000 nouveaux cas par jour », a expliqué le Premier ministre Jean Castex lors de son point hebdomadaire jeudi (10 décembre). (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

BRUXELLES            

La Wallonie menace de mettre son veto à l’accord sur le Brexit. Le ministre-président de la Wallonie, Elio Di Rupo (PS), a déclaré qu’il n’excluait pas de bloquer de futurs accords commerciaux, comme l’a fait un précédent gouvernement régional wallon il y a quelques années avec le CETA.

« Cela fait des mois que vivons au gré des sauts d’humeur de Boris Johnson. Son attitude ne nous permet pas de voir clair en l’avenir des relations entre l’UE et du Royaume-Uni », a tweeté le politique mercredi (9 décembre). (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Le Parlement autrichien approuve la loi sur les discours de haine. Un projet de loi controversé réglementant les discours de haine en ligne a été approuvé par le Parlement autrichien jeudi (10 décembre). Conçu d’après la loi allemande NetzDG, il oblige les plateformes telles que Facebook et Twitter à supprimer tout contenu ayant été marqué comme discours de haine dans les 24 heures, bien que les sections de commentaires des journaux, par exemple, ne soient pas concernées.

Dans les cas peu clairs, les plateformes disposent d’une semaine pour décider de supprimer ou non le contenu. Alors que l’opposition libérale NEOS a critiqué le projet de loi pour son impact possible sur les petits concurrents européens par rapport aux grandes entreprises, le FPÖ de droite ressent une menace pour la liberté d’expression. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

UE-GB : des plans d’urgence post-Brexit. La Commission européenne a présenté jeudi (10 décembre) des mesures d’urgence visant à assurer une connectivité aérienne et routière réciproque de base entre l’UE et le Royaume-Uni, et a évoqué la perspective d’un accès réciproque temporaire des navires de pêche aux eaux de l’autre partie, alors que la perspective d’un « non-deal » se profile à l’horizon. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

HELSINKI

Plus vous gagnez, plus vous êtes imposé. La politique fiscale de la Finlande est caractérisée par une forte progression et des impôts marginaux élevés, ce qui signifie qu’elle « nage à contre-courant » en matière d’imposition des salaires, révèle une étude de l’Association des contribuables finlandais (TAF) publiée jeudi (10 décembre), qui compare 18 pays européens de l’OCDE. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

ROME

L’Italie pourrait modifier ses mesures de Noël. Le gouvernement italien – qui est désormais fortement soutenu par les administrations régionales et l’opposition – envisage d’adopter un nouveau décret ou de faire interpréter le décret actuel pour lever l’interdiction controversée de tout mouvement entre les municipalités le jour de Noël, le lendemain de Noël et le jour de l’An. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

Covid-19 : un système de dépistage plus rapide et moins cher pour les voyageurs aériens. L’Espagne a modifié ses exigences en matière de test de dépistage pour les voyageurs aériens, ce qui signifie qu’en plus d’un test PCR négatif, les passagers pourront également présenter des tests TMA négatifs à partir de mercredi, qui sont moins chers et plus rapides. (Euroefe)

LISBONNE

Début de vaccination prévu pour janvier. Le premier lot de vaccins contre la Covid-19 sera – en principe – administré à la population à risque du Portugal début janvier, un ou deux jours après son arrivée au pays, a prédit le coordinateur du plan national de vaccination, Francisco Ramos. (Fernando Carneiro, Lusa.pt)

ATHÈNES | BRUXELLES

Angela Merkel et Boyko Borissov auraient bloqué les sanctions de l’UE contre la Turquie. L’Allemagne et la Bulgarie ont été les pays de l’UE qui ont le plus bloqué les sanctions contre la Turquie lors du sommet européen du 10 décembre, ont déclaré des sources proches du dossier à Euractiv. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

PRAGUE

Seznam.cz a maille à partir avec Google. La plus grande entreprise tchèque internet, Seznam.cz, a demandé au géant de la technologie Google de verser 342 millions d’euros de dommages et intérêts pour avoir prétendument bloqué la concurrence dans le domaine des recherches en ligne, sous peine de porter l’affaire devant les tribunaux. L’entreprise accuse Google d’abuser de sa position dominante sur le marché en ce qui concerne l’octroi de licences pour les systèmes d’exploitation des smartphones et les applications pour les appareils Android. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Péter Szijjártó dénonce les services secrets ukrainiens. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, s’est entretenu par téléphone avec la secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Marija Pejcinovic Buric, pour l’informer des « actions d’intimidation des services secrets ukrainiens contre les communautés hongroises de Transcarpathie » que Budapest considère comme « inacceptables et scandaleuses ». (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Réticence à la vaccination en Slovaquie. Près de deux tiers des Slovaques ne seraient pas vaccinés contre la Covid-19, selon un nouveau sondage de Globsec. Un répondant sur cinq craint que le vaccin soit accompagné d’implants de puces, ce qui confirme les résultats précédents selon lesquels la Slovaquie occupait la position délicate de leader parmi les pays où une grande partie de la population croit aux théories du complot. Il n’est donc pas surprenant que la volonté de se faire vacciner augmente parmi les personnes qui ont davantage confiance dans l’État. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer