Le Portugal, l’Espagne et l’Italie réclament un revenu européen minimum

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

LISBONNE

Proposition de revenu minimum commun. Les ministres des gouvernements portugais, espagnol et italien réclament la création d’un système européen de revenu minimum, et appellent à la solidarité pour minimiser les conséquences de la crise sanitaire.

D’après les trois pays, l’UE nécessite un revenu minimum commun qui ne se limite pas au niveau de survie ou au taux de pauvreté calculés sur la base du revenu moyen européen, mais qui dépend plutôt d’un cadre juridiquement contraignant. Cela permettrait à tous les États membres d’établir un revenu minimum adéquat et adapté au niveau de vie de chaque pays, affirment-ils. (Euractiv.com)

BRUXELLES

BCE versus Allemagne. La Commission a indiqué dimanche 10 mai qu’elle pourrait ouvrir une procédure judiciaire contre l’Allemagne après que la Cour constitutionnelle du pays a décidé que la Banque centrale européenne (BCE) outrepassait son mandat en achetant des obligations.

En outre, l’exécutif européen va commander une étude de 600 000 euros sur le contrôle du marché qu’exercent les plates-formes en ligne, afin de rassembler des preuves qui pourraient alimenter la prochaine législation sur les services numériques, révèlent des documents consultés par Euractiv. (Euractiv.com)

BERLIN

Protestation contre les mesures restrictives. Ce week-end, des milliers d’Allemands ont protesté dans plusieurs villes du pays contre les restrictions liés au coronavirus, refusant de respecter les règles de distanciation sociale ou de porter des masques. Ces personnes accusent les politiciens et les experts médicaux de semer la peur et de restreindre les droits fondamentaux, et ce malgré le récent assouplissement des mesures prises en Allemagne. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

PARIS

Le déconfinement commence dans un pays très divisé. La France a lancé son plan de déconfinement progressif le 11 mai. Toutefois, les risques posés par cette mesure ont été critiqués par la droite, l’extrême droite, l’extrême gauche, mais aussi par les enseignants et la CGT-FO, l’une des cinq grandes confédérations syndicales du pays. (Euractiv France)

HELSINKI

L’UE perd en popularité. La gestion peu satisfaisante de la crise du coronavirus a eu un effet négatif sur la popularité de l’Union européenne en Finlande, selon une enquête publiée la semaine dernière par le groupe de réflexion EVA sur les entreprises et la politique. D’habitude, la Finlande se classe pourtant parmi les États membres les plus pro-européens du bloc. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

LONDRES

Déconfinement progressif. Dimanche, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé que le Royaume-Uni commencerait à assouplir progressivement les mesures de confinement dès cette semaine, en encourageant le retour au travail et en autorisant l’exercice physique toute la journée. Mais ce plan a déjà suscité des critiques de la part des politiciens et des syndicats de l’opposition. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

DUBLIN

Impossible de respecter le calendrier de Brexit. Selon le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, à cause de la pandémie, il a été « presque impossible » d’établir un calendrier pour les négociations de l’après-Brexit entre le Royaume-Uni et l’UE.

S’exprimant lors d’une téléconférence vendredi 8 mai, l’Irlandais a déclaré que l’objectif du gouvernement britannique de conclure un accord commercial avant la fin de l’année risquait d’être largement compromis. « Compte tenu de la complexité [du sujet] et des autres complications […] liées au COVID-19, il est judicieux de prolonger un peu les délais », a-t-il indiqué. (Samuel Stolton | Euractiv.com)

ROME

Réouvertures différenciées. Le gouvernement italien prévoit de rouvrir des entreprises à partir du 18 mai dans certaines régions. Pour le ministre des Affaires régionales, Francesco Boccia, il faut discuter avec les régions sur la manière dont elles comptent reprendre les activités en fonction de l’évolution de la pandémie. Parallèlement, pour la première fois en deux mois, le nombre de cas quotidiens en Italie est passé sous la barre des 1000 personnes. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com)

MADRID

Le virus est « toujours là, caché ». Samedi 9 mai, le Premier ministre espagnol, Pedro Sánchez, a appelé les habitants des régions qui doivent entamer la première étape du déconfinement national à rester prudents, après avoir été cloitrés chez eux depuis le 14 mars. « Pour ceux d’entre vous qui entrent dans la phase 1 lundi, je demande prudence et précaution », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. Et d’ajouter que « le virus n’a pas disparu. Il est toujours là, caché ». (Euroefe)

ATHÈNES

Seuls les touristes testés pourront se rendre en Grèce cet été. Les passagers à destination de la Grèce devront passer un test de dépistage du COVID-19 au maximum 72 heures avant de monter à bord de l’avion, ont rapporté les médias grecs le week-end dernier. Le gouvernement grec doit présenter son plan pour le secteur touristique cette semaine.

Par ailleurs, le ministre grec du Tourisme, Charis Theocharis, a affirmé que les mesures de distanciation sociale dans les avions ne seraient pas appliquées, et ce afin d’assurer la viabilité financière des compagnies aériennes. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

LA VALETTE

Un ambassadeur maltais compare Angela Merkel à Hitler. L’ambassadeur de Malte en Finlande, Michael Zammit Tabona, a démissionné après avoir comparé la chancelière allemande Angela Merkel à Adolf Hitler sur Facebook, rapporte le Times of Malta. La publication a depuis lors été supprimée à la demande du Ministère maltais des Affaires étrangères, qui a indiqué que des excuses seraient envoyées à l’ambassade allemande. (Euractiv.com)

PRAGUE

Traitement du COVID-19 au Mali. Le nouveau commandant de la mission de l’UE au Mali, le général tchèque Frantisek Ridzak, a déclaré à l’Agence de presse tchèque qu’il s’occuperait non seulement de la formation des troupes maliennes et de l’avenir de la mission, mais aussi des mesures de quarantaine liées au coronavirus dans le pays. À partir du 12 juin, le général assumera pendant six mois le poste de commandant de la mission militaire de l’UE visant à contribuer à la formation des forces armées maliennes (EUTM Mali), qui compte plus de 700 soldats originaires d’une vingtaine de pays. (Ondřej Plevák | Euractiv République tchèque)

SOFIA

Aides d’État en faveur des compagnies aériennes locales. L’Association bulgare du capital industriel souhaite que l’État subventionne 6 000 euros pour chaque vol charter vers la Bulgarie opéré par une compagnie aérienne bulgare pendant deux ans après la levée de l’état d’urgence. Si le gouvernement accepte la proposition, il devra payer pour 900 à 1 000 vols par mois. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER