Pour la Lithuanie, l’UE doit renforcer son rôle en matière de sécurité chez ses voisins de l’Est

Margiris Abukevičius, vice-ministre lituanien de la Défense.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

VILNIUS

Si l’UE veut devenir un acteur géopolitique important, elle doit jouer un rôle non seulement en Afrique, mais également chez ses voisins orientaux. C’est ce qu’a indiqué le vice-ministre lituanien de la Défense, Margiris Abukevičius à EURACTIV, en marge de la réunion ministérielle de l’OTAN à Riga, en Lettonie.

Ses propos ont été tenus sur fond de tensions avec la Russie, de la situation à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, et du nouveau renforcement des troupes russes en Ukraine et aux alentours.

Interrogé sur les pressions exercées par le président français Emmanuel Macron en faveur d’une plus grande autonomie stratégique de l’UE en matière de défense, M. Abukevičius a déclaré que la Lituanie ne serait « pas la plus enthousiaste vis-à-vis de ce type de discours et de récit ».

« Nous ne sommes pas des adeptes de la discussion idéologique, tout ce que nous faisons dans l’UE devrait être ouvert à nos partenaires transatlantiques et devrait être fait en étroite collaboration avec eux », a-t-il déclaré.

« Toutefois, ce sur quoi nous sommes d’accord au sein de l’UE, c’est qu’il existe un consensus sur le fait qu’elle doit devenir plus active en termes de défense, qu’elle doit augmenter ses dépenses et développer ses capacités en termes de défense », a-t-il ajouté.

Le mois dernier, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l’UE ont reçu conjointement leur premier aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la future stratégie militaire de l’UE avec la boussole stratégique (Strategic Compass). Toutefois, certains États membres ont déjà signalé que des modifications seraient apportées lors des prochaines étapes du processus.

« Si l’UE prend au sérieux la sécurité et la défense, nous devrions vraiment nous appuyer sur une évaluation réaliste des menaces (…), et nous ne devrions pas nous leurrer en pensant que la Russie est une menace militaire principale pour l’UE », a-t-il déclaré.

« Si vous voulez vraiment que l’UE devienne un acteur géopolitique important, elle devrait également jouer un rôle non seulement en Afrique mais surtout dans son voisinage oriental, et ce par le biais de la sécurité et de la défense également », a déclaré M. Abukevičius.

M. Abukevičius a fait référence à la Facilité européenne de la paix (European Peace Facility), un instrument récemment adopté par l’UE qui a ouvert la porte au bloc pour fournir une aide militaire aux pays partenaires et financer le déploiement de ses propres missions militaires à l’étranger. Cet instrument commencera à fournir une aide à la sécurité à l’Ukraine, à la Géorgie et à la Moldavie à partir de l’année prochaine.

Dans le même temps, l’UE envisage une mission de formation militaire pour les officiers ukrainiens, alors que les relations entre Kiev et Moscou restent tendues.

M. Abukevičius a confirmé qu’aucune décision définitive n’avait encore été prise, les discussions sur la taille et la portée de la mission étant toujours en cours, mais il a ajouté qu’il s’agissait d’un autre domaine dans lequel « l’UE a vraiment la possibilité de jouer un rôle plus important dans son voisinage oriental et de prouver sa volonté par des décisions très concrètes ».

Déplacement de la frontière biélorusse ?

S’exprimant au sujet des menaces hybrides et de la situation actuelle à la frontière orientale de l’UE avec la Biélorussie, M. Abukevičius a déclaré que la visite conjointe de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, qui a eu lieu le week-end dernier en Lituanie et en Lettonie, avait envoyé « un signal très fort » indiquant que les deux organisations « ont un rôle à jouer dans la gestion des situations secondaires et qu’elles coopéreront dans ce domaine ».

Il a qualifié la situation actuelle à la frontière entre la Lituanie et la Biélorusse de « tendue », ajoutant que, actuellement du moins, le nombre de migrants demeurait relativement faible.

Le gouvernement lituanien a déclaré mercredi 1er décembre qu’il demanderait au Parlement de déclarer l’état d’urgence à sa frontière avec la Pologne à partir du 10 décembre, dans le cadre des efforts déployés pour empêcher le trafic de migrants à la frontière commune avec la Biélorussie.

Vendredi, le gouvernement demandera également au Parlement de prolonger l’état d’urgence existant à la frontière entre la Lituanie et la Biélorussie ainsi que dans les camps accueillant des migrants en provenance de cette dernière.

À la question de savoir s’il s’attend à ce qu’une situation similaire à celle que connaît actuellement la Pologne puisse bientôt se produire à la frontière de son pays, M. Abukevičius a répondu que la Biélorusse pouvait « facilement changer de voie » et qu’« aucun scénario ne doit être exclu, puisque M. Loukachenko a prouvé qu’il pouvait rapidement mener des actions ».

Selon Abukevičius, il est dans l’intérêt de Loukachenko de maintenir les tensions et les flux migratoires puisqu’il avait obtenu ce qu’il désirait de la sorte, à savoir que les dirigeants européens l’appellent à négocier.

« Il est certainement aussi dans l’intérêt de la Russie d’essayer de créer autant de points de pression que possible vers l’Occident », a conclu Abukevičius.

{Alexandra Brzozowski | EURACTIV.com)

INSTITUTIONS EUROPEENNES

Pegasus : les ONG demandent à l’UE de sanctionner le groupe israélien NSO. 85 ONG et experts ont demandé à la Commission européenne de sanctionner NSO Group et d’interdire la vente et l’utilisation de son logiciel espion Pegasus. Lire la suite.

(Mathieu Pollet | EURACTIV France)

BERLIN

L’Allemagne fait ses adieux à Angela Merkel. Les seize années de la chancelière Angela Merkel ont officiellement pris fin jeudi soir (2 décembre). La Bundeswehr, l’armée nationale, a fait ses adieux à la dirigeante de longue date, au son d’un tube pop est-allemand emblématique. Lire la suite.

(Nikolaus J. Kurmayer  | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Surprise chez les Républicains : Valérie Pécresse et Éric Ciotti au second tour. Jeudi, vendredi et samedi (2, 3 et 4 décembre), lors du congrès des Républicains, les adhérents au parti votent pour élire le candidat de droite qui se présentera aux élections présidentielles de 2022. Le premier tour s’est déroulé jeudi et, à la surprise générale, ce sont Valérie Pécresse et Éric Ciotti qui sont sortis vainqueurs, alors que Xavier Bertrand, pourtant favori, a été éliminé. Michel Barnier et Philippe Juvin étaient également en lice.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)


ROYAUME UNI – IRLANDE

LONDRES

Les agriculteurs sont payés pour protéger les sols durant l’hiver dans le cadre du nouveau régime de subventions post-Brexit. Après avoir quitté la politique agricole commune de l’UE, le gouvernement britannique a mis en place son propre système de subventions agricoles, conçu pour offrir « de l’argent public pour des biens publics ».

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN 

La pollution atmosphérique due au trafic a baissé en 2020 grâce aux restrictions sanitaires. La pollution atmosphérique causée par le trafic a diminué l’année dernière, et ce en grande partie grâce aux restrictions visant) endiguer la Covid-19. C’est ce qu’indique un nouveau rapport de l’Agence de protection de l’environnement (Environmental Protection Agency).

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

L’opposition finlandaise gagne en popularité alors que les Verts connaissent un sérieux déclin. Selon un nouveau sondage commandé par la société de radiodiffusion finlandaise (YLE), deux partis d’opposition ont gagné en popularité aux dépens du gouvernement, actuel. Les Verts, quant à eux, ont subi un véritable déclin, enregistrant les chiffres les plus bas depuis six ans.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

La région italienne de Vénétie met fin aux tests pour les non-vaccinées. Les autorités sanitaires de la région de Vénétie ont décidé de suspendre les tests pour les personnes non vaccinées afin de privilégier les personnes présentant des symptômes et les personnes les plus vulnérables. C’est ce qu’ont annoncé jeudi les autorités sanitaires régionales.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

L’Espagne enregistre sa plus forte baisse de chômage depuis 2008. Le nombre de chômeurs officiellement enregistrés en Espagne a diminué de 74 381 en novembre. Il s’agit de la plus forte baisse pour un même mois depuis 2008, selon les derniers chiffres publiés jeudi par le ministère espagnol du Travail et de la sécurité sociale. Ces faits sont rapportés par EFE, partenaire de EURACTIV.

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

LISBONNE

Des personnes ont atterri dans les aéroports portugais sans test négatif ni certificat de guérison. La police et les agents frontaliers portugais ont enregistré 152 personnes ayant atterri dans les aéroports portugais sans test Covid-19 négatif ni certificat de guérison mercredi, a indiqué le ministère de l’Administration interne au média Lusa jeudi.

(Célia Paulo | LUSA)


GROUPE DE VISEGRAD 

VILNIUS | VARSOVIE |  KIEV

La Pologne, la Lituanie et l’Ukraine appellent à des sanctions contre la Russie. De nouvelles sanctions contre la Russie devraient être imposées en réponse à son approche agressive envers l’Ukraine, selon le président polonais Andrzej Duda et ses homologues lituanien et ukrainien Gitanas Nausėda et Volodymyr Zelenskiy. Lire la suite.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

La République tchèque pourrait éliminer progressivement le charbon d’ici 2033 « au plus tard ». Le futur gouvernement tchèque veut accélérer la transition énergétique du pays et éliminer progressivement le charbon plus tôt que prévu. « Ce serait une réussite d’y parvenir d’ici à 2030, 2033 au plus tard », a déclaré la candidate au poste de ministre de l’Environnement Anna Hubáčkova (KDU-ČSL, PPE).

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

La Hongrie pense que les États-Unis ont de plus gros problèmes de démocratie qu’elle et bloque la position de l’UE au sommet sur la démocratie. Après avoir été le seul État membre de l’UE à ne pas être invité au sommet sur la démocratie organisé par le président américain Joe Biden qui se tiendra la semaine prochaine, la Hongrie s’efforce de bloquer la participation du bloc commun et affirme que Washington a de plus gros problèmes avec la démocratie que Budapest. C’est ce que rapporte Telex.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com avec Telex)

BRATISLAVA

Le ministère slovaque de la Santé introduit un système à points pour l’accès à l’aide respiratoire. Le ministre de la Santé a annoncé que, lorsque les hôpitaux seront remplis de patients atteints de la Covid-19, ce sera au système à points de décider qui obtiendra un lit dans l’unité de soins intensifs ou la ventilation par poumon artificiel.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie en revient à l’« Histoire » dans les négociations de veto avec la Macédoine du Nord. La Bulgarie n’a pas renoncé à ses revendications historiques sur la Macédoine du Nord, qui restent une condition à la levée de son veto sur Skopje. Lors d’entretiens avec le président français Emmanuel Macron et le président allemand Frank-Walter Steinmeier jeudi, le président bulgare Rumen Radev a évoqué les actions futures qu’il attend de Skopje.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCHAREST

Le variant Omicron se trouve probablement déjà en Roumanie. Il existe de « fortes probabilités » que deux des citoyens roumains revenus cette semaine d’Afrique du Sud soient infectés par le variant Omicron de la Covid-19. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le ministère de la Santé jeudi. Pendant ce temps, les représentants des cultes religieux souhaitent participer aux offices religieux sans certificat COVID.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Le ministre croate des Affaires étrangères demande que les abus contre les migrants aux frontières de l’UE cessent. Lors de la réunion du Conseil ministériel de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe à Stockholm, le ministre croate des Affaires étrangères Gordan Grlić Radman a déclaré que les abus contre les migrants aux frontières de l’UE doivent cesser sans délai.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BALKANS OCCIDENTAUX

Le Royaume-Uni nomme un envoyé spécial pour les Balkans occidentaux. Le maréchal en chef Sir Stuart Peach a été nommé par le Royaume-Uni au poste d’envoyé spécial pour les Balkans occidentaux.

Auparavant, Peach a travaillé en tant que chef d’état-major de la défense du Royaume-Uni et commandant aérien au QG de la KFOR (OTAN) au Kosovo. Il a également été président du Comité militaire de l’OTAN de 2018 jusqu’à sa récente démission. Selon le gouvernement, sa nomination montre la volonté du Royaume-Uni de s’engager pour la stabilité dans les Balkans occidentaux.

(EURACTIV.com)

BELGRADE 

La Première ministre serbe est satisfaite du rapport d’avancement de la Commission. Jeudi, la Première ministre serbe Ana Brnabić a déclaré qu’elle était globalement satisfaite du rapport de la Commission européenne sur les progrès de la Serbie dans le processus d’association avec l’UE, et que le gouvernement allait « se concentrer sur les recommandations » du rapport et continuer à travailler à leur réalisation.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

///

La Serbie va acquérir de nouveaux systèmes de défense aérienne Pantsir auprès de la Russie. Un bureau de représentation du ministère russe de la Défense sera bientôt ouvert à Belgrade. C’est ce qu’a annoncé le ministre serbe de l’Intérieur, Aleksandar Vulin, jeudi à Moscou, ajoutant que la Serbie achèterait de nouveaux systèmes russes de défense antiaérienne Pantsir.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

L’interdiction de porter la barbe dans l’armée de Bosnie-Herzégovine est jugée contraire à la Constitution. La Cour constitutionnelle a estimé que l’interdiction catégorique de porter la barbe dans les forces armées de Bosnie-Herzégovine, qui est imposée aux soldats en service et en uniforme, violait le droit à la vie privée et la liberté de religion garantis par la Constitution de Bosnie-Herzégovine et la Convention européenne.

Cette décision fait suite à une requête de Bakir Izetbegović, président du plus grand parti bosniaque, le SDA, et président de la Chambre des peuples de l’assemblée parlementaire de Bosnie-Herzégovine.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

Le parti Alternativa va décider de rejoindre le gouvernement de Macédoine du Nord. Le Conseil central du parti Alternativa décidera de sa participation au gouvernement dirigé par les sociaux-démocrates (SDSM) vendredi à Tetovo, la ville qui compte le plus grand nombre d’Albanais derrière Skopje.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA 

Le Kosovo n’a pas été officiellement invité à rejoindre « Open Balkan ». La ministre des Affaires étrangères Donika Gervalla a déclaré à la commission parlementaire des affaires étrangères que le Kosovo n’a jamais été informé ou invité à participer aux discussions sur l’initiative « Open Balkan ». L’initiative, initialement baptisée « Mini-Schengen », vise à faciliter la circulation des personnes et des biens entre la Serbie, la Macédoine du Nord et l’Albanie.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

TIRANA

Le gouvernement albanais distribue des rappels de vaccin contre la Covid-19 pour les plus de 18 ans. À partir de jeudi, suite à l’autorisation du ministère albanais de la Santé des rappels du vaccin contre la Covid-19, les adultes de plus de 18 ans pourront se faire vacciner. C’est ce que rapporte Exit.al, partenaire d’EURACTIV.

(Exit.al)


AGENDA:

  • UE : le Conseil Transports, Télécommunications et Énergie se poursuit / Le président du Parlement européen David Sassoli rencontre virtuellement la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi / Le vice-président de l’UE Maros Sefcovic et le ministre britannique du Brexit David Frost se rencontrent pour des discussions post-Brexit.
  • Allemagne : le ministre de la Santé Jens Spahn et le chef du RKI Lothar Wieler tiennent une conférence de presse sur la Covid-19.
  • Belgique : le Comité de concertation se réunit à nouveau pour discuter des restrictions liées à la Covid-19.
  • Espagne : le certificat COVID devient obligatoire pour entrer dans les salles de sport, les bars et les restaurants en Catalogne.
  • Pologne : la candidate d’extrême droite à la présidence française, Marine Le Pen, est en visite dans le pays.
  • Bulgarie : le Parlement se réunit pour la première fois après les élections générales.
  • Roumanie : le Premier ministre Nicolae Ciuca et les ministres du cabinet rencontrent les maires des grandes villes pour discuter des coûts de l’énergie thermique.
  • Croatie : la Commission intergouvernementale croato-russe pour la coopération économique et scientifico-technique tient sa dixième session. Elle est coprésidée par le ministre croate de l’Économie Tomislav Ćorić et le ministre russe de l’Agriculture Dmitry Patrushev.
  • Monténégro : le Premier ministre croate Andrej Plenković participe au sommet de l’Initiative centre-européenne.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe