Pour Wolfgang Schäuble, sauver des vies ne doit pas se faire à n’importe quel prix

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

BERLIN

Réévaluer l’équilibre entre santé et économie. Au cours du week-end des 25 et 26 avril, le président du Bundestag, Wolfgang Schäuble, de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), a plaidé pour un calcul plus équilibré entre la santé publique et les conséquences économiques et sociales d’un arrêt prolongé, craignant que les capacités de l’État se trouvent surchargées. Il s’est également opposé à la subordination de toutes les autres préoccupations à l’objectif de sauver des vies, dénonçant « un absolutisme » qui n’est « pas correct », car le droit à la dignité humaine figurant dans la Constitution allemande « n’exclut pas la possibilité que nous devions mourir ».

« Nous ne devons pas laisser les décisions aux seuls virologistes, nous devons également prendre en compte les énormes implications économiques, sociales, psychologiques et autres. Tout arrêter pendant deux ans aurait des conséquences terribles », a-t-il déclaré au Tagesspiegel, dans une interview publiée dimanche 26 avril. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

INSTITUTIONS DE L’UE

La Chine fait pression pour que l’UE cesse de critiquer la désinformation de Pékin sur le COVID-19. La Chine a cherché à bloquer un rapport de l’Union européenne alléguant que Pékin propageait des informations inexactes sur l’épidémie de coronavirus, selon quatre sources et la correspondance diplomatique examinée par l’agence Reuters.

PARIS

Les gouvernements renflouent Air France-KLM avec 10 milliards d’euros. Air France-KLM bénéficiera d’un renflouement soutenu par l’État sous forme de prêts et de garanties d’environ 10 milliards d’euros. Mais l’absence de conditions strictes dans les plans d’aide annoncés par les gouvernements français et néerlandais vendredi 24 avril, a déjà attisé les critiques. (Samuel Morgan, Euractiv.com)

Plan de déconfinement. Le Premier ministre français, Edouard Philippe, présentera au parlement le plan du gouvernement visant à mettre fin au confinement lié au coronavirus dans le pays mardi 28 avril. La présentation sera suivie d’un débat et d’un vote, a indiqué son cabinet dans un communiqué, selon l’agence Reuters.

LA HAYE

Idées vertes pour le fonds de relance de l’UE. Les Pays-Bas ont fait des propositions pour assurer une relance verte après la crise du COVID-19 dans l’Union européenne, en suggérant une « liste d’exclusion » de certaines activités économiques, telles que l’énergie nucléaire, auxquelles, selon eux, les fonds de l’UE devraient être interdits. (Davine Janssen, Euractiv.com)

BRUXELLES

Déconfinement en trois phases. Alors que les mesures de confinement actuelles se poursuivront jusqu’au 3 mai, la Belgique va entamer un déconfinement progressif avec une stratégie de sortie qui sera déployée avec les dates clés des 4, 11 et 18 mai, ainsi que du 8 juin, décidées avant le week-end par le Conseil national de sécurité. Les dates ne sont cependant « pas gravées dans le marbre », et le gouvernement « ne peut pas exclure de devoir faire marche arrière si le virus devait refaire surface », a déclaré la Première ministre Sophie Wilmès aux journalistes. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

DUBLIN

Les Verts à bord ? Plus de deux mois après des élections générales peu concluantes, le Parti des Verts pourrait rejoindre les dirigeants du Fianna Fáil et du Fine Gael la semaine prochaine pour aider à former un nouveau gouvernement, a déclaré le Taoiseach Leo Varadkar. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

LONDRES

Michel Barnier pointe du doigt le Royaume-Uni. Michel Barnier, le négociateur en chef de l’UE pour le Brexit, a failli accuser Londres de faire dérailler les négociations sur un futur pacte commercial entre l’UE et le Royaume-Uni vendredi 24 avril, avertissant qu’il y avait de « sérieuses difficultés à venir » si l’on voulait éviter un scénario de « non accord » dans les deux mois à venir. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

ROME

Assouplir le confinement. Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a annoncé dimanche 26 avril que l’Italie entrerait dans sa deuxième phase de levée de confinement le 4 mai. « Nous assouplissons le confinement, mais nous voulons garder la situation sous contrôle », a déclaré le Premier ministre. Bien que l’interdiction de se réunir soit maintenue, les gens seront autorisés à rendre visite à leurs proches en petit nombre. Les cérémonies d’enterrement pourront être célébrées avec un maximum de 15 personnes. (Gerardo Fortuna, Euractiv.com)

MADRID

Les enfants ont le droit de marcher et de jouer dehors. Les rues espagnoles se sont réveillées au son des enfants qui marchent et jouent à nouveau dehors dimanche 26 avril, après que des mesures strictes, en vigueur depuis le 14 mars, leur ont interdit de sortir de la maison, sauf circonstances exceptionnelles. Alors que l’Espagne continue d’enregistrer une tendance à la baisse, avec plus de guérisons que de nouvelles infections pour un troisième jour consécutif, ainsi que moins de décès, Fernando Simón, responsable du Centre de coordination des urgences sanitaires, a déclaré aux journalistes dimanche « qu’il n’y aura[it] pas de problème la semaine prochaine pour appliquer des mesures d’assouplissement ». (Euroefe)

PRAGUE

La crise sous contrôle ? La République tchèque a réussi à maîtriser la crise sanitaire liée aux coronavirus et peut maintenant se concentrer sur le retour à la normale, a déclaré le directeur de l’Institut d’information et de statistiques sanitaires, Ladislav Dušek, à la télévision tchèque dimanche 26 avril. « Les tests nous montrent chaque jour que la propagation n’est pas incontrôlable et même qu’elle ralentit », a déclaré Ladislav Dušek, admettant que la pandémie pourrait néanmoins ressurgir, peut-être seulement localement, mais que les Tchèques y étaient bien préparés. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUCAREST

Plus de 11 000 cas. Dimanche 26 avril, la Roumanie comptabilisait un total de 11 036 cas de COVID-19, 400 nouveaux cas ayant été enregistrés ce jour-là. Sur le nombre total de cas, 608 sont morts, tandis que 3 054 sont considérés comme guéris. Si les autorités de santé publique ont annoncé près de 10 000 nouveaux résultats de tests dimanche 26 avril par rapport à samedi 25 avril, elles ont néanmoins constaté que tous les tests n’avaient pas été effectués au cours des dernières 24 heures. Cela signifie que le nombre de tests quotidiens reste à environ 8 000. (Euractiv Roumanie)

LJUBLJANA

La Slovénie s’inquiète des manquements au confinement. 15 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés en Slovénie samedi 25 avril, soit davantage que ce qui avait été enregistré le jeudi précédent. Selon le Dr Milan Krek, des instituts nationaux de santé publique, les gens n’ont pas observé les mesures de confinement et d’éloignement pendant la période de Pâques. À l’approche du nouveau long week-end du 1er mai, il y a donc des raisons de s’inquiéter. (Zoran Radosavljevic, Euractiv.com)

ZAGREB  

Une dette de 400 millions d’euros pour l’agriculture biologique ? La ministre croate de l’Agriculture, Marija Vuckovic, a démenti les propos des médias selon lesquels seuls 2 % des fonds européens versés à la Croatie pour l’agriculture biologique étaient justifiés. Antun Vrakic, propriétaire de la société Agro-Palm et membre du conseil d’administration de la Chambre croate d’agriculture (HPK), a affirmé dans le quotidien Vecernji List, samedi 25 avril, que la Croatie devrait rembourser 3 milliards de kunas (400 millions d’euros) à l’UE car les inspecteurs de Bruxelles avaient constaté que seuls 2 % des fonds pouvaient être justifiés et que le reste de l’agriculture présentée comme biologique ne l’était pas réellement. (Karla Juničić, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.