La Roumanie suspend ses exportations de céréales

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUCHAREST

Suspension des exportations de céréales. Le gouvernement roumain a décidé d’interdire les exportations de blé, de maïs, de riz, de tournesol et d’autres céréales, mais aussi d’huile végétale, de sucre et de divers produits de boulangerie tant que l’état d’urgence ne sera pas levé.

La Roumanie est l’un des exportateurs de céréales de l’UE, et vend à la fois aux États européens et à d’autres marchés, notamment au Moyen-Orient. En 2018, le pays en a exporté 12 millions de tonnes.

En outre, la Roumanie a aussi interdit la vente de parts importantes de sociétés du secteur de l’énergie pendant la période d’état d’urgence — une décision surprenante et peu claire pour l’instant. (Bogdan Neagu | Euractiv Roumanie)

BERLIN

Lueur d’espoir. La chancelière allemande, Angela Merkel, ne voit pas la nécessité de renforcer davantage les mesures contre le coronavirus en Allemagne. « Les dernières évolutions fondent un espoir ténu », car le nombre de nouveaux cas diminue lentement, a-t-elle déclaré Merkel jeudi 9 avril. Toutefois, la chancelière a lancé un appel urgent aux citoyens pour qu’ils respectent les restrictions pendant les vacances de Pâques, déclarant que « nous ne devons pas avoir un faux sentiment de sécurité ». La discussion se poursuivra le 15 avril pour savoir si les restrictions sur la vie publique et économique peuvent être assouplies. En tout état de cause, « nous ne pourrons procéder que très lentement », a déclaré Angela Merkel. (Christina Goßner | Euractiv Allemagne)

VIENNE

Les Autrichiens opposés à la géolocalisation contre le COVID-19. La Croix-Rouge autrichienne a présenté une application pour smartphone qui permet aux utilisateurs d’informer automatiquement leurs contacts récents s’ils ont contracté le coronavirus. Dès le lancement de l’application, les militants pour la protection des données se sont dits inquiets du fait que cette technologie risque de rendre la collecte d’informations personnelles obligatoire. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

PARIS

Google sous pression. L’Autorité française de la concurrence a donné trois mois à Google pour trouver un accord sur la rémunération des contenus journalistiques qu’elle reprend sur sa plateforme, au titre de la loi relative aux droits voisins. Cette directive européenne, entrée en vigueur en juillet 2019 en France, établit un droit d’auteur pour la presse. L’issue des pourparlers aura par conséquent un impact significatif sur le reste du secteur journalistique. (Euractiv France)

BRUXELLES

Prolongement du confinement ? Le Conseil national de sécurité belge, qui a imposé le confinement dans le pays jusqu’au 19 avril, se réunira à nouveau mercredi prochain pour évaluer s’il convient de le prolonger éventuellement jusqu’au 3 mai. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

HELSINKI

Pénurie de saisonniers. Normalement, des milliers de personnes originaires d’Asie, d’Ukraine et de Russie viennent en Finlande durant l’été pour récolter les cultures dans les champs et les serres. Mais la fermeture des frontières en raison de la crise sanitaire risque de provoquer une grave pénurie de main-d’œuvre dans le secteur agricole finlandais. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

LONDRES

Le confinement prolongé. Le gouvernement va probablement prolonger le confinement après les vacances de Pâques, insistant sur le fait qu’il est trop tôt pour envisager la levée des restrictions. Une décision devrait être prise le 17 avril, mais les ministres ont laissé entendre que les restrictions sévères à la liberté de mouvement devraient rester en place au moins jusqu’au début du mois de mai.

Dominic Raab, le ministre des Affaires étrangères qui remplace Boris Johnson, le Premier ministre, le temps de son hospitalisation, souligne que le Royaume-Uni commence à « voir l’effet des sacrifices effectués ». Mais les ministres et les conseillers scientifiques du gouvernement britannique avertissent que le pays pourrait encore atteindre le pic de la pandémie dans une semaine. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

MADRID

Diminution du nombre de décès. Le gouvernement espagnol débat sur la prolongation du confinement, alors que le nombre de décès liés au COVID-19 commence à diminuer. Au total, le virus a fait plus de 15 000 victimes dans le pays, mais le taux de mortalité quotidien est tombé à 683 jeudi, contre 757 la veille, a déclaré le Ministère espagnol de la Santé. (Euroefe)

LISBONNE

Enseignement à distance. Tous les élèves portugais jusqu’à la troisième année de collège continueront à suivre leurs cours à distance jusqu’aux vacances d’été et ne passeront pas d’examens. L’enseignement à distance se fera aussi par la télévision.

Les élèves entre la 10e et la 12e année pourront peut-être reprendre leurs études en mai, en fonction de l’évolution de la propagation du nouveau coronavirus. En cas de réouverture des écoles, les élèves n’auront des cours que dans les 22 matières nécessitant des examens nationaux. (Lusa.pt)

ATHÈNES

Le gouvernement satisfait des conclusions de l’Eurogroupe. Le ministre grec de l’Économie, Christos Staikouras, a salué l’issue des négociations de l’Eurogroupe hier, qualifiant la décision de « bon résultat », car ils offrent de nouveaux instruments financiers. « Cela devrait être le point de départ de futures initiatives européennes encore plus ambitieuses, avec un regard attentif sur les effets du coronavirus, mais aussi en vue de ramener l’économie à la normale », a-t-il déclaré. (Euractiv Grèce)

VARSOVIE

La fermeture des écoles, la suspension du trafic aérien et du trafic ferroviaire international seront prolongées jusqu’au 26 avril. Pendant les 20 jours suivants, jusqu’au 3 mai, les frontières seront fermées. À partir de jeudi prochain (16 avril), il y aura une obligation de se couvrir la bouche et le nez dans les espaces publics. Dans le même temps, M. Morawiecki a suggéré, à titre provisoire, que certaines restrictions pourraient être levées après Pâques afin d’atténuer une partie de la crise économique. (Łukasz Gadzała | EURACTIV.pl)

PRAGUE

Assouplissement graduel des mesures. La République tchèque assouplit progressivement les mesures restrictives imposées en raison de la pandémie. Des magasins doivent rouvrir leurs portes après les vacances de Pâques et les institutions publiques pourront également reprendre du service d’ici au 20 avril. Cependant, Roman Prymula, un épidémiologiste membre de l’équipe de gestion de crise du pays, se montre plus prudent. Il indique que la situation se stabilise un peu plus chaque jour, et que si les règles instaurées sont respectées, le processus de déconfinement pourra être correctement mené malgré la présence du virus. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Prolongement indéfini des restrictions. « Nous prolongeons les restrictions de circulation [pour une durée indéfinie] », a déclaré jeudi le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán. Et d’ajouter que ces restrictions seront revues chaque semaine.

Cette prolongation indéfinie est rendue possible par la loi controversée adoptée par le Parlement hongrois le 30 mars, qui autorise le gouvernement à légiférer par décret indéfiniment pendant la crise sanitaire. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

LJUBLJANA

Les Roumains à la rescousse ? Le Ministère slovène de l’Agriculture travaille activement à la recherche de main-d’œuvre saisonnière pour travailler dans les champs, parce que le houblon, en particulier, doit être récolté d’ici peu. Mais la tâche s’avère compliquée en raison des restrictions de voyage. L’Association slovène des cultivateurs de houblon a toutefois déclaré jeudi que 193 travailleurs roumains devraient venir durant le week-end. (Zoran Radosavljevic | Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER