La Roumanie ferme les sites web diffusant des fake news

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BUCAREST

Stop à la désinformation. C’est une première en Roumanie : les autorités ont décidé de fermer les médias en ligne qui publient de fausses informations sur la pandémie.

La première victime de ce décret a été le site Internet stiridemoment.ro, le 18 mars dernier. Un article affirmait à tort que les chaînes de supermarchés Kaufland, Auchan, Metro, Carrefour et Lidl avaient été fermées en raison de la pandémie.

Le 17 mars, le même site Web avait publié un article intitulé « Le gouvernement prépare secrètement une méga-opération pour faire venir des Roumains de l’étranger dans le pays ».

Le ministère de l’Intérieur a invoqué ces deux articles, largement partagés sur les réseaux sociaux, pour demander la fermeture de la plateforme. (Euractiv Roumanie)

BRUXELLES

Hausse du budget européen de la défense. Les États membres devraient éviter de réduire leurs dépenses dans le domaine de la défense en raison des répercussions économiques du coronavirus, a déclaré le diplomate en chef de l’UE, Joseph Borrell, mardi 12 mai, en avertissant que la crise sanitaire pourrait causer des problèmes de sécurité imprévus. (Euractiv.com)

Par ailleurs, en Belgique, le Conseil national de sécurité se réunira aujourd’hui pour discuter de la phase 2 de la stratégie de déconfinement du pays, qui devrait débuter le 18 mai. La tendance positive des chiffres rend probable un nouvel assouplissement des mesures restrictives. (Alexandra Brzozowski | Euractiv.com)

BERLIN

Pression pour l’ouverture des frontières. Les frontières allemandes doivent être rouvertes ce vendredi 15 mai, mais le ministre conservateur de l’Intérieur, Horst Seehofer (CSU), souhaite prolonger cette échéance. La pression continue à monter sur l’homme politique pour ne pas proroger la date, d’autant plus que la Commission européenne présentera des directives ce 13 mai sur la façon de lever les contrôles actuellement en place aux frontières. (Sarah Lawton | Euractiv Allemagne)

PARIS

Twitter poursuivi en justice pour incitation à la haine. Quatre associations anti-discrimination poursuivent Twitter en justice à Paris, affirmant que le réseau social avait manqué « depuis longtemps et de manière persistante » à ses obligations en matière de modération des contenus, selon un document envoyé à l’AFP. (Euractiv France)

DUBLIN

Comité COVID-19. Le député indépendant Michael McNamara dirigera un nouveau comité parlementaire de 19 membres chargé d’examiner la réponse du gouvernement à la pandémie . Le groupe, qui s’est réuni pour la première fois mardi, se penchera sur la transparence du processus décisionnel du gouvernement en ce qui concerne les mesures sanitaires, et sur l’efficacité de ses plans de traçage des contacts et de tests. (Samuel Stolton | Euractiv.com)

HELSINKI

Davantage de télétravail. À la suite de la pandémie de COVID-19, les employés finlandais ont été les plus rapides à se mettre à travailler de chez eux, puisqu’ils étaient 60 % à faire du télétravail au printemps, contre 37 % en moyenne dans l’UE, selon une enquête publiée hier par Eurofound. (Pekka Vänttinen | Euractiv.com)

ROME

Lignes directrices « non durables ». L’autorité italienne pour l’indemnisation des travailleurs (INAIL) et l’Institut italien de la santé ont publié deux recommandations sur les mesures de sécurité requises pour la réouverture des plages et des restaurants. Cependant, les représentants des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie ont signalé au ministre du Développement économique, Stefano Patuanelli, que ces protocoles étaient « non durables » et qu’ils causeraient de « graves dommages » aux domaines. (Euractiv.com)

LISBONNE

Modification des critères du fonds de relance de l’UE. Le ministre portugais de la Planification, Nelson de Souza, a demandé mardi d’ajuster les critères de répartition du fonds de relance de l’UE, qui vise à financer les secteurs les plus touchés par le COVID-19. Le ministre a souligné que la crise économique frappait durement des secteurs tels que le tourisme, ainsi que la restauration ou l’aviation, mais aussi des secteurs exportateurs, comme la chaussure et le textile. (Maria de Deus Rodrigues | Lusa.pt)

ATHÈNES

La Grèce prête à faire cavalier seul. La Grèce attend de pied ferme les recommandations de la Commission sur le tourisme cet été, et a annoncé faire pression pour des accords bilatéraux avec d’autres pays si ces mesures étaient jugées insuffisantes. L’exécutif européen a quant à lui insisté sur le fait que les nouvelles dispositions en la matière devraient être harmonisées à l’échelle de l’UE.

Fin avril, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avait souligné que le marché unique européen ne servait pas seulement à la libre circulation des biens mais aussi à la circulation des personnes, en ajoutant que le soutien au tourisme dans le sud de l’Europe pouvait être « tangible ». (Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

BUDAPEST

Guerre des lettres. « Actuellement, la lutte contre l’épidémie consomme toute mon énergie et ma force », a écrit le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, en réponse à la lettre du Président du Parlement européen, David Sassoli, qui l’invitait personnellement à Bruxelles ce jeudi 14 mai pour participer au débat sur la loi controversée de Budapest sur le COVID-19. La ministre hongroise de la Justice, Judit Varga, représentera le gouvernement du pays lors du débat, a confirmé le Premier ministre. (Vlagyiszlav Makszimov | Euractiv.com)

PRAGUE

Lutte contre la sécheresse. La République tchèque est confrontée à la pire sécheresse dans le pays depuis 500 ans, ce qui a détourné l’attention du gouvernement et du public de la pandémie.

Le Ministère de l’Environnement du pays a proposé de modifier une loi afin que des systèmes de récolte des eaux de pluie soient installés sur chaque nouveau bâtiment — une mesure qui pourrait prendre effet à partir de janvier 2021. « Une évacuation des eaux de pluie vers le réseau d’égouts ne serait possible que dans ces cas-là, lorsqu’il n’y a pas d’autre solution de gestion de l’eau », a déclaré le ministre de l’Environnement, Richard Brabec. (Aneta Zachová | Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

La banque centrale slovaque défend la BCE. La BCE protège le projet européen, elle ne le met pas en danger, a déclaré Peter Kažimír, le gouverneur de la banque centrale de la Slovaquie et un membre du conseil des gouverneurs de la BCE, à Reuters. Ses propos faisaient référence à la récente décision de la Cour constitutionnelle allemande de condamner le programme de la BCE d’achat d’urgence de la dette au cours de la pandémie.

« La Cour de justice européenne est seule habilitée à décider des actions de la BCE », a indiqué Peter Kažimír, ajoutant que « la Banque centrale européenne [n’était] pas le méchant de l’Europe ou de l’européanisme, au contraire ». (Zuzana Gabrižová | Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER