Rome s’oppose aux accords bilatéraux sur le tourisme

tourism

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

ROME

L’Italie rouvrira ses frontières à toute l’Europe. « À partir du 3 juin, nous pourrons voyager dans les régions italiennes et nous sommes prêts à accueillir en toute sécurité les citoyens européens qui souhaitent passer leurs vacances dans notre pays, comme c’est le cas chaque année. Nos structures sont prêtes », a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, lors d’une vidéoconférence avec ses homologues de dix pays.

Luigi Di Maio a également déclaré qu’il ne devrait pas y avoir de « listes noires » parmi les pays européens.

« Si nous ne changeons pas de direction rapidement, il y aura de graves conséquences pour le secteur du tourisme dans tous les pays européens », a déclaré le ministre, ajoutant que « les accords bilatéraux sur les flux touristiques [étaient] contraires à l’esprit de l’UE ». L’Italie fournira à tous les pays un rapport hebdomadaire sur la situation de chaque région, a-t-il ajouté.

La Commission européenne a récemment présenté ses recommandations sur les vacances de cet été, en soulignant la nécessité d’harmoniser les règles, et de ne pas discriminer les citoyens européens en raison de la pandémie de COVID-19. L’Allemagne s’oppose également aux accords bilatéraux qui pourraient déclencher une « guerre du tourisme » et préconise une solution globale. (Valentina Iorio, Euractiv Italie, Aneta Zachová, Euractiv République tchèque)

BERLIN/PARIS

Un plan de relance franco-allemand de 500 milliards d’euros. Lundi 18 mai au soir, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont présenté leur initiative de relance pour faire face aux effets de la crise sanitaire. Ils proposent un plan de 500 milliards d’euros qui permettra à l’Europe de sortir de la crise en étant « unie et solidaire ». L’essentiel des financements seront octroyés aux pays et aux secteurs les plus touchés. Les deux dirigeants veulent aider l’UE à traverser la crise et « renforcer la résilience, la convergence et la compétitivité des économies européennes ». (Sarah Lawton et Christina Goßner, Euractiv Allemagne)

BRUXELLES

Réouverture des frontières. Le ministre belge des Affaires étrangères, Philippe Goffin (MR), a rencontré ses homologues français, néerlandais, allemand et luxembourgeois ces derniers jours pour envisager la levée progressive des restrictions sur les 1 385 km de frontière que la Belgique partage avec ces quatre pays. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

Début de la réouverture expérimentale des écoles. Sur quelque 700 000 enfants qui ont suivi des cours en ligne pendant des semaines, 350 000 ont retrouvé le chemin de l’école le 18 mai. La distance physique peut ainsi être maintenue et les élèves doivent porter des masques à tout moment.

Le ministre de l’Éducation, Heinz Fassmann (ÖVP), a déclaré qu’il s’agissait d’un test pour la rentrée scolaire de l’automne. Les écoles devraient alors rouvrir complètement, à moins que l’Autriche ne soit frappée par une deuxième vague de COVID-19 et ne doive retourner en confinement. Si cela devait être le cas, l’approche actuellement testée pourrait permettre aux écoles de rester ouvertes. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Premier feu vert au projet de loi visant à réduire la migration européenne. Le Royaume-Uni se prépare à mettre fin à la liberté de circulation, après que les législateurs britanniques ont donné leur premier feu vert au nouveau projet de loi sur l’immigration, par 351 voix contre 252, lundi 18 mai. Ce projet de loi, qui avait été mis en suspens avant les élections de décembre dernier, donne aux citoyens européens les mêmes droits de vivre et de travailler au Royaume-Uni qu’aux immigrants de pays tiers.

Le projet de loi vise à attirer des travailleurs « hautement qualifiés » au Royaume-Uni, en imposant des conditions aux candidats, notamment une offre d’emploi émanant d’un employeur agréé, avec un seuil salarial de 25 600 livres sterling. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Première phase de la levée des restrictions. L’Irlande a entamé la première étape de la levée des restrictions liées au COVID-19, avec la réouverture d’entreprises dans tout le pays. Les jardineries, les magasins d’électricité, les marchés de producteurs, les opticiens, les centres auditifs, les terrains de golf et une sélection d’installations sportives sont à nouveau libres d’ouvrir leurs portes, bien que des directives strictes en matière de distanciation sociale soient en place. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

MADRID

Confinement allégé pour 70 % des Espagnols. Depuis lundi 18 mai, environ 32 millions de personnes en Espagne, soit environ 70 % de la population du pays, bénéficient d’un assouplissement des mesures de confinement strictes qui avaient été mises en place le 14 mars.

Alors que la majorité de l’Espagne est entrée dans la première phase de la « transition vers une nouvelle normalité », Madrid et Barcelone, les deux régions les plus touchées, ainsi qu’un ensemble de provinces de Castille et Léon, restent en phase zéro. Quelques petites îles espagnoles, avec une population totale de 45 000 habitants, sont déjà passées à la phase deux du processus de déconfinement en quatre étapes.

Par ailleurs, le tourisme en Espagne pourrait redémarrer d’ici à la fin juin, date à laquelle le gouvernement espère avoir levé toutes les restrictions de voyage, a déclaré lundi le ministre des Transports, José Luis Ábalos, ajoutant que cela dépendrait du succès du déconfinement. (Euroefe)

BRATISLAVA

Début de la quatrième phase de déconfinement. Après dix semaines de fermeture, les jardins d’enfants et les lycées slovaques (de la première à la cinquième année) rouvriront le 1er juin dans le respect de mesures d’hygiène strictes. Toutefois, les parents peuvent décider si leur enfant retournera à l’école en juin ou non. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

ZAGREB  

Dissolution du parlement. Le Parlement croate, qui compte 151 sièges, a terminé sa dernière session lundi 18 mai. La majorité a voté pour sa dissolution avec 105 voix pour, huit contre et quatre abstentions. Il appartient maintenant au président Zoran Milanović de déterminer la date des élections législatives qui désigneront les membres du dixième parlement, ou Sabor, nommé depuis que la Croatie a obtenu son indépendance en 1991. (Karla Junicic, Euractiv Croatie)

SOFIA

Pulvérisation chimique contre le COVID-19. Le siège national de lutte contre le COVID-19 a averti que la pulvérisation de substances chimiques pour lutter contre la pandémie était inutile, voire dangereuse. Les autorités locales dans différentes régions du pays ont commencé à pulvériser des produits chimiques par camions et même par avion, parfois en ciblant les ghettos roms. Le siège national a également dénoncé la pratique des autorités locales consistant à fermer des ghettos roms entiers au lieu d’assurer le confinement des maisons et des familles. (Georgi Gotev, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER