La pandémie interroge la valeur sociale des professions

Le commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit. [Photo by Sarantis Michalopoulos]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BRUXELLES

Entretien avec Nicolas Schmit. La crise sanitaire a souligné l’importance de réévaluer la valeur sociale des professions dans la plupart des États membres, a indiqué Nicolas Schmit, commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux lors d’une interview pour Euractiv. Il estime que les professionnels de la santé ont été sous-payés et sous-évalués pendant trop longtemps par rapport à leur impact social.

« Nous ne […] devons pas nous contenter d’une hiérarchie des salaires qui ne correspond parfois pas à la valeur sociale [des emplois] », affirme le commissaire européen. Et d’ajouter que les problèmes existants sur le marché du travail de l’UE n’ont fait qu’être aggravés par la pandémie. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv.com)

En outre, le président du PPE au sein du Parlement européen, Manfred Weber, a appelé l’UE dimanche 17 mai à interdire temporairement les rachats chinois d’entreprises sous-évaluées ou qui rencontrent des problèmes commerciaux en raison de la crise sanitaire.

« Nous devons nous rendre compte que les entreprises chinoises essaient de plus en plus fréquemment, en partie grâce au soutien de fonds publics, de racheter des entreprises européennes bon marché ou qui connaissent des difficultés économiques à cause de la crise du coronavirus », prévient-il. (Euractiv.com)

VIENNE

Critique d’Ischgl. La semaine dernière, le magazine d’information Profil a publié un article accusant le gouvernement local du Tyrol d’avoir ignoré une directive du Ministère de la Santé en février concernant l’ancienne station de ski d’Ischgl. En mars, le désormais tristement célèbre village de montagne était devenu l’un des foyers du COVID-19. Les politiciens locaux font actuellement l’objet d’une enquête pour négligence présumée.

En réponse à l’article, les fonctionnaires ont « demandé » à Profil de publier un communiqué de presse dans les 24 heures indiquant la définition de « personne de contact » avait été modifiée quelque jours après la publication de la directive en mars. (Philipp Grüll | Euractiv Allemagne)

HELSINKI

La Suède est à la traîne. Après avoir levé les restrictions sur les déplacements professionnels et autres déplacements essentiels entre la Finlande, l’Estonie, la Norvège et la Suède jeudi 14 mai, les pays nordiques ont décidé vendredi 15 mai de ne pas autoriser les déplacements transfrontaliers de loisirs, car, s’ils ont réussi à stabiliser la propagation du COVID-19, la situation en Suède reste désastreuse. (Pekka Vantinnen | Euractiv.com)

LONDRES

« Différences philosophiques ». Dimanche, Michael Gove, le ministre du Bureau du Cabinet au Royaume-Uni, a enjoint l’UE à faire preuve de souplesse pour surmonter les « grandes différences philosophiques » entre les deux parties, après que les négociateurs en chef du Brexit ont admis que les discussions de la semaine dernière n’avaient pas permis de sortir de l’impasse. (Benjamin Fox | Euractiv.com)

DUBLIN

Première amende dans le cadre du RGPD. L’autorité irlandaise de régulation de la protection des données a infligé sa première amende en vertu du règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’UE. Tusla, l’agence pour l’enfance et la famille dans le pays, a reçu une contravention de 75 000 euros pour trois violations de données, rapporte le Times. Ce premier chef d’accusation est relativement faible, étant donné que les organismes publics peuvent se voir infliger des amendes allant jusqu’à 1 million d’euros en vertu du RGPD. (Samuel Stolton | Euractiv.com)

ROME

Levée des restrictions. Le gouvernement italien a décidé d’assouplir largement ses mesures restrictives prises pour contenir le virus. À partir de ce 18 mai, les magasins, les restaurants et même les salons de coiffure pourront reprendre leurs activités, mais les citoyens seront toujours tenus de respecter la distanciation sociale et de porter un masque dans les espaces clos. L’Italie est l’État membre qui a connu le plus long confinement de toute l’Europe. (Gerardo Fortuna | Euractiv.com)

MADRID

Un mois de plus. L’Espagne compte prolonger d’un mois l’état d’urgence décrété le 14 mars, et ce pour la dernière fois, a déclaré le gouvernement samedi 16 mai.

« [Cette prolongation] aura des caractéristiques très différentes des précédentes, car la situation en Espagne a changé », a déclaré le Premier ministre socialiste, Pedro Sánchez, aux journalistes d’Euroefe samedi. Si le pays ne connaît pas de seconde vague de COVID-19, un retour à la normale pourra être envisagé d’ici l’été, annonce-t-il, en rappelant toutefois que tant qu’un vaccin ne sera pas trouvé, il faudra « continuer à vivre avec le virus ». (Euroefe)

LISBONNE

Phase deux. Ce 18 mai, le Portugal va entrer dans sa deuxième phase d’assouplissement des mesures de confinement. « Les premières dispositions prises il y a quinze jours, entrées en vigueur au début du mois, n’ont pas altéré [notre capacité à contenir] la propagation du coronavirus », a déclaré le Premier ministre, António Costa, vendredi. Alors que le pays comptait un total de 29 036 infections et 1218 décès liés au virus dimanche, les cafés, restaurants, musées, crèches et certaines écoles du pays rouvriront aujourd’hui. Les visites aux maisons de retraite seront également autorisées. (Lusa.pt)

ATHÈNES

Électrification des transports. Le gouvernement grec prépare un programme de subventions publiques pour l’électrification des transports dès le mois de juin, selon le ministre de l’Environnement du pays, Costis Chatzidakis. Il indique que le programme concernera non seulement les voitures électriques, mais aussi les scooters et les vélos électriques. Étant donné que les pistes cyclables et les infrastructures pour voitures électriques sont peu nombreuses, voire inexistantes, en Grèce, cette initiative pourrait s’avérer difficile à concrétiser. (Sarantis Michalopoulos | Euractiv Grèce)

SOFIA

Nouvelle compagnie pétrolière publique. Le gouvernement bulgare va créer une « compagnie pétrolière d’État » qui construira ses propres stations-service, vendra du carburant à une marge minimale pour atténuer les tensions du marché et construira des stations de recharge pour les voitures électriques.

Selon le Premier ministre du pays, Boyko Borissov, cette démarche vise à permettre à l’État de garder la tête hors de l’eau en matière de vente de carburants lors de crises comme celle vécue actuellement. Toutefois, le gouvernement n’a pas encore calculé avec précision le coût de la mise en œuvre de cette idée. (Krassen Nikolov | Euractiv Bulgarie)

BUCAREST

Le relâchement, source d’augmentation du nombre de cas de COVID-19. Les autorités roumaines ont mis en garde sur l’application trop laxiste des mesures sanitaires, qui pourrait entraîner une augmentation du nombre de personnes infectées –, et ce malgré la baisse du nombre de nouveaux cas ces derniers jours. Après l’annonce de l’assouplissement des règles de confinement il y a quelques jours, les Roumains ont envahi les rues du pays le week-end dernier.

La distanciation sociale et le port du masque restent obligatoires dans tous les espaces publics depuis vendredi. Par ailleurs, les restaurants et les cafés sont toujours fermés et les rassemblements, interdits. Mais désormais, les citoyens peuvent quitter leur ville sans restriction et les hôtels sont ouverts. (Euractiv Roumanie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER