Terrorisme. L’UE redouble de vigilance

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV. [EPA-EFE/CHRISTIAN BRUNA]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VIENNE | BRUXELLES | ATHÈNES

Plus de vigilance. Les États membres de l’UE ont intensifié leurs enquêtes sur les activités terroristes dans l’ensemble du bloc à la suite d’une série d’attentats islamistes en France et en Autriche. L’un des quinze suspects arrêtés à ce jour en relation avec l’attaque de Vienne de lundi soir (2 novembre) a été arrêté en Suisse, a annoncé le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer.

En Autriche, huit des personnes détenues après la tragédie avaient déjà été condamnées, notamment pour des infractions à caractère terroriste, a déclaré M. Nehammer jeudi (5 novembre), alors que l’enquête se poursuivait à la Suisse et à un second pays non identifié.

Entre-temps, deux mineurs ont été arrêtés le week-end dernier en Belgique, soupçonnés de tentative d’attentat terroriste et de participation à une organisation terroriste, a confirmé le procureur fédéral à la RTBF. Ces arrestations ont eu lieu avant l’attentat perpétré lundi soir à Vienne par un sympathisant du groupe terroriste État islamique – il semblerait qu’il n’existe pas de lien.

L’Organe belge de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) maintient le niveau de la menace terroriste à 2 sur une échelle de 4, ce qui signifie « une menace peu probable, mais pas inexistante ».

De même en Grèce, un djihadiste de 27 ans originaire du Tadjikistan a été arrêté par le service antiterroriste grec, ont signalé les médias du pays jeudi (5 novembre).

La France et l’Allemagne ont récemment appelé à une coopération européenne plus étroite dans la lutte contre le terrorisme, mais mardi (3 novembre), le président français Emmanuel Macron a fait un pas de plus en demandant à l’Europe de repenser son espace Schengen, et ce en renforçant la protection aux frontières extérieures de la zone.

BERLIN

Les complotistes à l’égard du coronavirus « doxent » le chef de Thuringe. L’adresse du domicile du chef du Land de Thuringe, Bodo Ramelow, a été publiée par les membres du mouvement en ligne « Querdenken » (« penser autrement »), qui promeut des théories de conspiration niant l’existence de la Covid-19. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Interdire de filmer les policiers en France ? Voilà la proposition de loi qui est examinée en ce moment par les députés. Celle-ci prévoit d’interdire la publication d’images permettant d’identifier les forces de l’ordre, si le but de la diffusion est de porter atteinte à leur « intégrité physique ou psychique ». Une demande de longue date des syndicats de police.

Hier, la Défenseure des droits Claire Héron a publié un avis très critique vis-à-vis de cette proposition de loi. Considérant qu’elle comporte des « risques considérables d’atteinte à plusieurs droits fondamentaux », la Défenseure des droits a rappelé que « l’information du public et la publication d’images relatives aux interventions de police sont légitimes et nécessaires au fonctionnement démocratique ».

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin soutient pour sa part le texte. Il a d’ailleurs lancé une procédure accélérée, afin que le texte soit adopté à l’issue d’une seule lecture par les chambres du Parlement. (Lucie Duboua-Lorsch, Euractiv France)

LONDRES

L’Irlande du Nord n’est pas prête pour les contrôles commerciaux post-Brexit. L’Irlande du Nord ne sera pas prête à effectuer des contrôles sur certaines marchandises circulant entre la Grande-Bretagne et ses provinces à partir du 1er janvier, comme l’exige l’accord de divorce de Brexit, et étudie des plans d’urgence, a averti vendredi un rapport officiel. (Euractiv.com avec Reuters)

DUBLIN

Des ferries quotidiens pour éviter les embouteillages sur la route « transmanche ». Des traversées quotidiennes directes en ferry entre l’Irlande et la France commenceront à partir de janvier pour aider les commerçants et les transporteurs à contourner le Royaume-Uni, et ce afin d’éviter les retards causés par les contrôles aux frontières UE-Royaume-Uni après le Brexit, selon des rapports de l’Irish Times.

Toutefois, les services pourraient prendre au moins 18 heures, ce qui rendrait la traversée plus longue que l’itinéraire direct actuel, privilégié pour les livraisons urgentes. (Euractiv.com)

HELSINKI

Covid-19 : moins de fumeurs. Parmi les personnes qui ont arrêté de fumer en Finlande au cours de l’année dernière, 15 % l’ont fait à cause/grâce du/au nouveau coronavirus, selon une étude commandée par l’organisme finlandais de santé et réalisée auprès de citoyens âgés de 17 à 79 ans. (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

STOCKHOLM

Plus de contrôles aux frontières à partir du 12 novembre. Le gouvernement suédois a déclaré jeudi (4 novembre) qu’il allait étendre les contrôles à ses frontières à partir du 12 novembre jusqu’en mai de l’année prochaine.

« Le niveau de menace terroriste est toujours aussi élevé et notre jugement global est que les contrôles aux frontières de la Suède sont toujours nécessaires », a déclaré le ministre de l’Intérieur Mikael Damberg dans une déclaration. (Euractiv.com)

ROME

Covid-19 : les régions italiennes critiquent le nouveau « feu de signalisation ». Le Piémont, la Lombardie, la Calabre et le Val d’Aoste – les quatre régions italiennes classées « zones rouges » – demandent au gouvernement de fournir des éclaircissements sur cette décision. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

MADRID

Discipline collective. Le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sánchez a appelé mardi (3 novembre) à un effort collectif et à l’« autodiscipline » pour surmonter la crise économique et sanitaire du pays. (Euroefe)

LISBONNE

Un nouvel état d’urgence ? Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a proposé jeudi (5 novembre), dans un projet de décret présidentiel, un état d’urgence – cette fois sans confinement – qui durerait du 9 au 23 novembre. (Inês Escobar de Lima & Pedro Morais Fonseca, Lusa.pt)

VARSOVIE

Covid-19 : maintien de la fête de l’Indépendance ? Alors que de nouvelles restrictions entreront en vigueur samedi (7 novembre), les autorités polonaises hésitent à appliquer une interdiction de rassemblements en vue de la marche du 11 novembre, jour de l’indépendance du pays. (Karolina Zbytniewska, Euractiv Pologne)

PRAGUE

L’industrie énergétique sous pression. La crise actuelle est loin d’être terminée et seul le temps nous dira quels seront ses impacts économiques sur l’industrie énergétique, a déclaré le député européen tchèque Evžen Tošenovský (CRE).

« L’industrie est sous une double pression : les impacts de la pandémie, ainsi que les limites de plus en plus strictes et excessives de l’UE [réduction des émissions] », a déclaré M. Tošenovský, qui est également membre de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du Parlement européen, à Euractiv République tchèque. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BRATISLAVA

Opération « Purgatoire » contre les groupes criminels organisés. L’Agence nationale slovaque de lutte contre le crime organisé (NAKA) a fait une descente aux domiciles de plusieurs anciens hauts fonctionnaires de police, dont l’ancien président de la police Tibor Gašpar, l’ancien chef de la NAKA Peter Hraško et l’ancien chef de la lutte contre la corruption de la NAKA Robert Krajmer.

Les accusations portées contre ces hommes comprennent « l’organisation et le soutien d’un groupe de crime organisé ». L’opération a reçu le nom de code « Purgatoire ». (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

BUDAPEST

Le vaccin russe bientôt en Hongrie. La Hongrie recevra une petite livraison de vaccins contre la Covid-19 en provenance de Russie d’ici à décembre, suivie d’une « livraison en grande quantité » en janvier, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Péter Szijjártó dans une vidéo, qu’il a publiée sur Facebook. (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer