Un accord sur les migrations devrait être conclu après les élections françaises, selon le vice-président de la Commission

M. Schinas a critiqué ceux qui luttent contre le pacte migratoire, affirmant qu’il est dans l’intérêt tant des forces de centre-droit que de centre-gauche de soutenir un tel accord.

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

Avant de commencer à lire l’édition d’aujourd’hui des Capitales, vous pouvez jeter un coup d’œil au sondage d’EURACTIV sur les élections allemandes, en coopération avec Europe Elects. Vous pouvez trouver les versions anglaise et allemande ici.


Aujourd’hui dans les Capitales

ATHENES 

Un accord final sur le nouveau pacte migratoire européen pourrait être conclu peu après les élections présidentielles françaises prévues l’année prochaine, a déclaré Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne, à EURACTIV Grèce dans un entretien exclusif.

«  Les élections allemandes approchent et, peu après, aura lieu un processus de plusieurs mois pour former un gouvernement qui coïncidera essentiellement avec la campagne présidentielle en France  », a déclaré M. Schinas.

«  Je comprends que les mois à venir seront très difficiles pour arriver à un accord final, mais je crois qu’immédiatement après les élections françaises, nous entrerons dans un processus très rapide de convergence et qui pourra aboutir sur un accord final  », a-t-il dit, soulignant toutefois que «  le moment et l’élan politique nécessaire à cet accord se déroulent maintenant.  »

M. Schinas a également critiqué ceux qui luttent contre le pacte migratoire, affirmant qu’il est dans l’intérêt tant des forces de centre-droit que de centre-gauche de soutenir un tel accord.

«  Les opposants les plus farouches à la proposition de la Commission d’un nouvel accord sur les migrations sont non seulement l’extrême droite europhobe mais aussi la gauche anti-européenne. Les deux extrémités du spectre politique de l’UE veulent utiliser l’argument migratoire pour ensuite affirmer que l’Europe ne peut résoudre les problèmes des peuples européens  ».

M. Schinas a déclaré que, d’un côté, la droite europhobe ne veut pas de pacte sur les migrations, car elle ne veut que des frontières. De l’autre, la gauche europhobe vise l’ouverture totale des frontières.

«  Nous avons mis sur la table une proposition qui répond à tous les problèmes de migration […] qui contient le bon équilibre entre d’un côté contrôle et protection des frontières et de l’autre humanité et d’asile  », a-t-il déclaré.

Ce n’est pas un hasard si en France, la proposition est attaquée à la fois par Mme Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. La situation est similaire dans le sud de l’Europe, où des voix populistes de droite et de gauche dévalorisent la nécessité d’un accord européen. De telles voix existent principalement en Italie, mais aussi en Grèce, en Italie et en Espagne.

Refus et position de la Turquie

Interrogé sur les flux migratoires en provenance d’Afghanistan et le rôle de la Turquie, il a déclaré qu’Ankara semblait vouloir gérer ses frontières extérieures de manière à minimiser ou réduire les flux vers l’Europe ainsi qu’à briser le modèle des passeurs.

«  Nous devons voir si cet engagement deviendra une réalité, mais à ce stade, en effet, la Turquie envoie les bons messages dans la gestion des flux  », a-t-il souligné.

Invité à commenter les critiques selon lesquelles la Commission reste silencieuse sur les incidents de refoulements illégaux présumés en Grèce et en Croatie, il a répondu :

«  Toute plainte concernant de tels phénomènes a d’abord été discutée au sein du conseil d’administration de Frontex et de la commission spéciale du Parlement européen. Dans les deux cas, les conclusions n’ont pas le degré d’affirmation que vous décrivez  ».

EURACTIV a rapporté la semaine dernière que la Commission européenne avait demandé à la Grèce de mettre en place un mécanisme «  indépendant  » pour surveiller et éviter les refoulements de migrants à sa frontière, comme condition pour débloquer un financement supplémentaire de 15,83 millions d’euros pour la migration demandé par Athènes.

M. Schinas a déclaré que le nouveau pacte sur les migrations prévoit déjà un mécanisme permanent de contrôle du respect des droits fondamentaux aux frontières extérieures de l’UE.

«  Nous avons des contacts constructifs avec les gouvernements grec et croate pour voir comment certaines de ces réglementations peuvent être mises en œuvre dès maintenant  ».

Concernant la récente loi danoise sur le traitement des demandes d’asile en dehors de l’Europe, il a déclaré qu’il pensait que l’Europe ne pouvait pas « sous-traiter ses problèmes ».

«  Nous devons trouver des moyens de résoudre ces problèmes nous-mêmes et cette proposition danoise est restée à ce stade une simple idée. Je ne pense pas qu’elle ait progressé  », a déclaré M. Schinas. (Sarantis Michalopoulos | EURACTIV Grèce, EURACTIV.com)

PARIS

« Contrat du siècle » : les Européens doivent s’unir s’ils veulent « rester dans l’Histoire » selon Jean-Yves Le Drian. L’amertume ne redescend pas côté français. Interrogé samedi soir sur France 2, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a répété sa colère et sa déception face à la « rupture majeure de confiance » entre la France, l’Australie et les États-Unis. « Je pense que l’Europe est en train de sortir de l’innocence », a déclaré le chef de la diplomatie française, appelant à davantage d’unité au sein du bloc. « Si les Européens ne sentent pas que pour rester dans l’Histoire, il faut qu’ils s’unissent et défendent ensemble leurs propres intérêts, alors leur destin sera totalement différent », a-t-il ajouté. (Mathieu Pollet | EURACTIV France)

VIENNE

L’opposition autrichienne condamne la position de Sebastian Kurz sur la Hongrie et la Pologne. L’opposition au Parlement a condamné le chancelier Sebastian Kurz pour avoir appelé à une plus grande équité envers la Pologne et la Hongrie et pour avoir fait preuve de laxisme sur le respect de l’État de droit dans ces pays. (Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE 

LONDRES

Un sommet franco-britannique annulé à la suite du différend sur les sous-marins avec l’Australie. Un sommet franco-britannique sur la défense, prévu cette semaine, a été annulé en raison de la polémique sur l’accord controversé de coopération en matière de défense avec les États-Unis et l’Australie (AUKUS). Lire plus. (Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN

L’Irlande est désormais en tête de la liste des pays européens les plus vaccinés. Selon les dernières données du Centre européen de contrôle des maladies, l’Irlande a désormais vacciné 90 % des jeunes de plus de 16 ans, ce qui en fait le pays de l’UE présentant la plus forte proportion de vaccinations, suivi de près par Malte, le Danemark et le Portugal. (Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

L’UE invitée à rester à l’écart des forêts finlandaises. La sylviculture devrait être basée sur les conditions locales et le savoir-faire de chaque État membre, a déclaré vendredi (17 septembre) le comité ministériel du gouvernement finlandais sur les affaires européennes présidé par la Première ministre Sanna Marin, soulignant que la politique forestière relève des compétences des États membres. Lire plus. (Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

MADRID

Un volcan est entré en éruption sur l’île espagnole de La Palma — Sánchez suspend son voyage aux États-Unis. Un volcan est entré en éruption dimanche sur l’île de La Palma, dans l’archipel espagnol des Canaries, après une semaine d’activité sismique dans la région. (Fernando Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)


GROUPE DE VISEGRAD

VARSOVIE/PŁOŃSK

Donald Tusk offre au PiS une chance d’éliminer le « Polexit ». En plein débat national sur la sortie de l’UE — également connue sous le nom de « Polexit » — l’ancien président du Conseil européen, Donald Tusk, a proposé à son principal adversaire, le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), de l’aider à modifier la Constitution du pays afin de s’assurer qu’une telle décision ne soit pas possible sans une majorité des deux tiers au Parlement. Lire plus. (Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV. Pologne)

PRAGUE

La République tchèque va commencer à offrir une troisième injection de rappel de COVID-19 à tous ses citoyens. La République tchèque propose une troisième dose de vaccin à toutes les personnes qui ont été vaccinées il y a huit mois, malgré un récent rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) indiquant qu’il n’y a pas de besoin urgent de rappels pour les personnes entièrement vaccinées. (Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST 

Les primaires de l’opposition hongroise suspendues après une «  cyberattaque  ». Le jour du premier tour des primaires de l’opposition, le scrutin a été interrompu en début d’après-midi par une saturation du système informatique qui alimentait le vote, rapporte Telex. (Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

Des autoroutes qui se croisent mais ne se raccordent pas. La société nationale des routes ouvrira une nouvelle autoroute en Slovaquie le 26 septembre, mais elle ne prévoit pas de croisement avec la route D1, la principale route reliant l’ouest et l’est du pays. Les conducteurs devront donc trouver un autre moyen de passer d’une autoroute à l’autre. (Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

La Bulgarie lance une loterie pour stimuler les taux de vaccination. La Bulgarie envisage d’organiser une loterie avec des prix pour les personnes ayant été vaccinées, a annoncé la ministre intérimaire du Tourisme, Selta Baltova, dans une interview accordée à Nova TV, après qu’on lui ait demandé si son ministère envisageait de mettre en place des bons touristiques pour les vaccinations, alors que le pays se heurte à de très faibles taux de vaccination. (Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

ZAGREB

Selon la Défenseure des droits des femmes croate, l’éducation continue est la solution à la violence contre les femmes. La clé de la résolution du problème de la violence à l’égard des femmes réside principalement dans l’éducation continue de ceux qui appliquent les lois et les règlements, a déclaré la médiatrice pour l’égalité des sexes, Višnja Ljubičić, à l’approche de la Journée nationale de lutte contre les violences faites aux femmes, mercredi 22 septembre. (Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

Défilé des fiertés et rassemblement altermondialiste se déroulent en parallèle à Belgrade. Alors que la marche des fiertés de Belgrade se déroulait samedi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées lors d’un rassemblement altermondialiste dans le centre-ville de la ville, défilant dans les rues et scandant des insultes à l’encontre du président serbe Aleksandar Vučić et du Premier ministre Ana Brnabić devant le bâtiment de la présidence serbe. (EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

[Edité par Alexandra Brzozowski, Sarantis Michalopoulos, Daniel Eck, Zoran Radosavljevic]

Subscribe to our newsletters

Subscribe