Un incendie ravage le camp de réfugiés de Moria

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

ATHÈNES

Moria s’embrase. Un incendie s’est déclaré mercredi matin dans le camp de réfugiés surpeuplé de Moria, sur l’île de Lesbos, en Grèce, signale Reuters. Selon les médias grecs, le feu s’est répandu à la suite d’une révolte de certains des 35 demandeurs d’asile testés positifs au SARS-CoV-2 et donc contraints à la quarantaine. L’opposition de plusieurs d’entre eux face aux mesures d’isolement aurait alors mis le feu aux poudres. En tout, environ 12 000 personnes ont fui le camp.

D’après des sources grecques, l’incendie a presque complètement détruit le camp, forçant des milliers de réfugiés à se précipiter vers les montagnes environnantes. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

SOFIA

Manifestations : 62e jour. En ce 62e jour de manifestations en Bulgarie, qui visent à forcer la démission du Premier ministre Boïko Borissov, la pression monte sur le Parti populaire européen (PPE) de centre droit pour qu’il retire son soutien au GERB, le parti bulgare au pouvoir.

Le député européen Radan Kanev, de l’organisation « Democrats for Strong Bulgaria », un petit groupe bulgare de centre droit également affilié au PPE, a publié une lettre ouverte au président du PPE Donald Tusk et au président du groupe PPE Manfred Weber, dans laquelle il signale qu’ils risquent de perdre le soutien de la jeunesse bulgare s’opposant massivement à Boïko Borissov. (Georgi Gotev, Euractiv.com)

BERLIN

Affaire Navalny : la Russie affirme que l’Allemagne « bluffe ». Mardi (8 septembre), la Russie a exigé une rencontre avec l’ambassadeur allemand à Moscou Géza Andreas von Geyr et a accusé le pays de bluffer en réponse à la réaction de l’Allemagne à l’empoisonnement du dissident Alexei Navalny.

Lors de cette rencontre, prévue aujourd’hui (9 septembre), Moscou attend de l’Allemagne qu’elle présente ses conclusions qui, à ses yeux, constituent une campagne de diffamation politique. Sur Facebook, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a écrit qu’« il est temps de révéler les cartes, car il est clair pour tout le monde : Berlin bluffe ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le président Macron veut favoriser « l’égalité des chances ». En déplacement dans un lycée en Auvergne mardi (8 septembre), il a annoncé vouloir promouvoir les dispositifs qui permettent l’accès aux études supérieures pour les jeunes issus de milieux défavorisés. Ce dispositif, appelé “cordées de la réussite”, passera ainsi de 80 000 places à 200 000 places. “La promesse républicaine, c’est donner à chaque jeune les mêmes chances de réussir, quel que soit son lieu de naissance, son nom ou son milieu social”, a résumé Emmanuel Macron dans un tweet publié durant sa visite. (Anne Damiani, Euractiv France)

BRUXELLES

La formation gouvernementale belge contaminée par le coronavirus. Egbert Lachaert, leader de l’Open Vld, qui est actuellement chargé d’explorer les options d’une éventuelle coalition gouvernementale belge, a été testé positif au Covid-19 et sera mis en quarantaine pendant 14 jours. Une nouvelle qui vient s’ajouter au casse-tête politique belge. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VIENNE

La police continuera à utiliser la reconnaissance faciale après la période d’essai. Le ministère autrichien de l’Intérieur a décidé de continuer à utiliser un logiciel de reconnaissance faciale dans les caméras de surveillance après sa période d’essai, qui a débuté fin 2019 et s’est terminée début août.

Le logiciel n’identifie pas les visages en temps réel, mais compare les images de surveillance avec les photos des suspects déjà répertoriés dans la base de données de la police. Jusqu’à présent, il a été utilisé 581 fois et 83 suspects ont été identifiés, a déclaré un porte-parole du ministère. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

HELSINKI

Le fromage finlandais est le produit le plus recherché sur le marché noir russe. Le fromage finlandais, qui a longtemps été un must dans les paniers des touristes russes, est devenu le premier article de commerce illégal en raison des restrictions liées au Covid-19 interdisant les visites de l’autre côté de la frontière et des sanctions de l’UE interdisant l’exportation de ce mets délicat vers la Russie. (Pekka Vänttinen, Euractiv.com)

LONDRES

Les mesures de confinement seront à nouveau renforcées la semaine prochaine. Les rassemblements sociaux de plus de six personnes seront illégaux à partir du 14 septembre en raison de la forte augmentation des cas de coronavirus, a annoncé le gouvernement mardi (8 septembre).

La nouvelle limite légale s’appliquera aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais exemptera les écoles, les lieux de travail, les mariages, les funérailles et les sports d’équipe organisés. Les conseillers scientifiques du gouvernement sont préoccupés par l’augmentation des taux de contamination chez les jeunes. Au total, 8 396 nouveaux cas ont été signalés depuis dimanche — dont 2 460 mardi. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Mairead McGuinness entre à la Commission. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé mardi (8 septembre) que l’Irlandaise Mairead McGuinness devienne commissaire aux services financiers, succédant ainsi au vice-président exécutif Valdis Dombrovskis, qui assumera le portefeuille commercial laissé vacant par Phil Hogan. (Jorge Valero, Euractiv.com)

ROME

L’Italie détaille son propre plan de relance. Un document de 30 pages décrivant le plan de relance de l’Italie sera examiné aujourd’hui par le Comité interministériel italien des Affaires européennes. Six “missions” clés, dont la numérisation et l’innovation, la transition verte, la santé, les infrastructures durables, l’éducation et la recherche, ainsi que l’inclusion sociale et territoriale, sont mises en évidence dans le dossier. (Alessandro Follis, Euractiv Italie)

BRATISLAVA

Affaire Kuciak : non-coupables. La présidente du Sénat, Ružena Sabová, a démenti les informations diffusées par les médias selon lesquelles la décision d’acquitter les cerveaux présumés du double meurtre du journaliste Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová avait été prise par deux membres du Sénat, qui l’avaient mise en minorité.

“L’information répandue sur le vote des juges concernant le verdict du 3 septembre est fausse”, a déclaré Mme Sabová dans un communiqué. Les informations sur le vote du sénat ne sont pas rendues publiques. (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER