Une coalition allemande divisée sur la Russie et l’énergie

Depuis son entrée en fonction, Olaf Scholz a fait un certain nombre de commentaires suggérant qu’il souhaite prendre en main autant que possible les questions clés de la politique étrangère. [EPA-EFE/MICHELE TANTUSSI]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BERLIN

La coalition allemande se fissure et Olaf Scholz reprend le dossier russe à Annalena Baerbock. Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz veut traiter avec la Russie, ce qui signifie que le dossier sera retiré à la ministre des Affaires étrangères des Verts, Annalena Baerbock. Ces informations ont révélées par le journal allemand BILD. Cette discorde au sein du gouvernement allemand de feux tricolores intervient après que M. Scholz ait contredit les Verts sur des questions de premier plan telles que les relations avec la Russie et la taxonomie de la durabilité de l’Union européenne.

Cet évènement intervient dans un contexte d’inquiétude croissante quant à une éventuelle attaque russe en Ukraine, une question sur laquelle le chancelier social-démocrate et ses partenaires de coalition Verts ont des positions divergentes.

Les Verts ont été de fervents défenseurs d’une position ferme vis-à-vis de la Russie. En décembre, Mme Baerbock avait promis des « conséquences diplomatiques et économiques sévères » en cas d’ingérence de la Russie en Ukraine. Son collègue de parti, le ministre de l’Économie Robert Habeck, a également évoqué publiquement des conséquences pour le gazoduc Nord Stream 2 qui relie l’Allemagne et la Russie.

M. Scholz, pour sa part, a qualifié le Nord Stream 2 d’« initiative du secteur privé » qui ne doit pas être politisée. En prenant lui-même en main le dossier, il semble donc vouloir museler la position plus radicale des Verts.

Depuis son entrée en fonction, le chancelier a fait un certain nombre de commentaires suggérant qu’il souhaite prendre en main autant que possible les questions clés de la politique étrangère. Interrogé en décembre pour savoir si c’était Mme Baerbock qui dirigeait la politique étrangère de l’Allemagne, M. Scholz avait répondu que les actions du gouvernement « commencent avec le chancelier ».

Selon BILD, il souhaite un « nouveau départ » pour la politique allemande à l’égard de la Russie et pourrait prévoir une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine dès janvier.

En outre, lundi, un porte-parole du gouvernement a indiqué que le conseiller en politique étrangère de M. Scholz, Jens Plötner, devrait rencontrer ses homologues russe et français dans le courant de la semaine.

Cependant, la Russie n’est pas la seule question sur laquelle M. Scholz semble vouloir atténuer la position des Verts.

Lundi, le porte-parole du gouvernement Steffen Hebestreit a confié aux journalistes que, si M. Scholz « s’oppose » à l’inclusion de l’énergie nucléaire dans la taxonomie de la durabilité de l’UE, l’Allemagne ne se joindra pas à l’Autriche pour poursuivre la Commission européenne à ce sujet.

« La Commission européenne semble disposer d’une base juridique solide », a déclaré M. Hebestreit. Une action en justice ne serait possible que si la Commission avait outrepassé son mandat en proposant les règles, mais nous ne pouvons pas attaquer le contenu de celles-ci, a-t-il ajouté.

Les réactions proposées par les Verts vis-à-vis de ces règles de taxonomie ont quant à elles été beaucoup plus sévères.

La ministre de l’Environnement Steffi Lemke, par exemple, a indiqué au journal régional Rheinische Post que l’énergie nucléaire est « loin d’être durable et est également une technologie hautement risquée ». Elle a ajouté que la taxonomie risquait d’«entraver les investissements réellement durables au profit d’une énergie nucléaire dangereuse ». Elle a appelé à une « réaction rapide » à la proposition de la Commission européenne.

(Julia Dahm I EURACTIV Allemagne)

PARIS 

Plusieurs députés français menacés de mort en amont du vote sur le pass vaccinal. Alors que le nombre de cas de Covid-19 ne cesse de grimper en France, affectant la vie publique et politique, plusieurs députés de la majorité présidentielle ont reçu des menaces de mort en raison de la politique sanitaire du gouvernement français. Lire la suite.

(Magdalena Pistorius | EURACTIV France)

VIENNE

​​Le leader de l’extrême droite autrichienne poursuivi pour des allégations d’antisémitisme. Le syndicat des étudiants juifs autrichiens a intenté un procès à Herbert Kickl, chef du parti d’extrême droite FPÖ, pour avoir fait des déclarations antisémites lors d’une interview avec le média national autrichien ORF. Lire la suite.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME UNI – IRLANDE

DUBLIN

Les universités irlandaises promettent des congés payés pour les victimes de violences domestiques. Plusieurs universités irlandaises se sont engagées à introduire cette année une politique de congés payés pour le personnel confronté à des violences domestiques.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


SCANDINAVIE ET PAYS BALTES

HELSINKI

Les grèves du Nouvel An laissent le marché du travail finlandais dans un état chaotique. Alors que des grèves ont eu lieu au début de la nouvelle année, le pays, qui dispose d’une longue tradition de négociations collectives depuis la Seconde Guerre mondiale, semble connaître un changement culturel et des difficultés de croissance.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)

COPENHAGUE

Le Danemark promet des vols intérieurs « écologiques » d’ici 2030. Dans son discours du Nouvel An, le Premier ministre Mette Frederiksen a déclaré que les vols intérieurs seraient « entièrement écologiques » d’ici 2030, ajoutant que ces derniers deviendront plus chers à l’avenir.

(Charles Szumski | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

L’Italie maintient les cours en présentiel malgré la recrudescence du nombre de cas de Covid-19 chez les moins de 20 ans. Le gouvernement et les régions sont en conflit sur la date à laquelle les élèves doivent retourner à l’école pour les cours en présentiel, le gouvernement poussant pour que les élèves reviennent du 7 au 10 janvier et les régions demandant un délai de 20 à 30 jours supplémentaires.

(Eleonora Vasques | EURACTIV.com)

MADRID

L’Espagne a terminé l’année 2021 avec un nombre record de décès sur les routes migratoires périlleuses. Le nombre de morts et de disparus sur les routes migratoires maritimes menant les migrants à l’Espagne sur des bateaux de fortune — communément appelés « pateras » en espagnol — a doublé en 2021 pour atteindre au moins 4 404 personnes. C’est ce qu’a rapporté EFE, partenaire d’EURACTIV.

(Fernando Heller | EURACTIV Espagne)

LISBONNE

Des milliers de Juifs sépharades obtiennent la nationalité portugaise. Des dizaines de milliers de cas de Juifs sépharades ayant décidé de demander la nationalité portugaise sont passés par la communauté israélienne de Porto, dont celle de l’homme d’affaires russe Roman Abramovitch. Ces informations ont été obtenues du rabbin Daniel Litvak par Lusa.

(Ana Henriques | Lusa Portugal)


GROUPE DE VISEGRAD 

VARSOVIE

Le gouvernement polonais est accusé d’avoir acheté illégalement le logiciel Pegasus. L’utilisation par le gouvernement de 5,4 millions d’euros de fonds judiciaires pour acheter le logiciel israélien Pegasus afin d’enquêter sur une personne soupçonnée d’activités criminelles était illégale, affirme le grand quotidien Gazeta Wyborcza. Lire la suite.

(Aleksandra Krzysztoszek | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Les pronucléaires Tchèques s’inquiètent de voir l’énergie passer au vert dans la taxonomie européenne. La proposition de la Commission européenne de qualifier le gaz et l’énergie nucléaire d’investissements « transitoires » ou « verts » a d’abord été accueillie favorablement par les Tchèques pronucléaires. Les parties prenantes tchèques ont toutefois averti que les critères fixés par la taxonomie de l’UE sont trop stricts et pourraient même entraîner des complications majeures pour la transformation du secteur énergétique tchèque. Lire la suite.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Les influenceurs de Viktor Orban font pleuvoir de l’argent et deviennent les plus grands dépensiers des réseaux sociaux. Contournant les règles relatives aux publicités de campagne, un fonds hongrois finançant des personnalités progouvernementales sur les réseaux sociaux créé il y a environ un an est sur le point d’atteindre plus de un milliard de HUF de dépenses (soit 2,7 millions d’euros) d’ici les élections générales d’avril. Ces faits sont rapportés par Telex.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com avec Telex)

BRATISLAVA

Pour son plus gros achat dans le domaine de la défense, la Slovaquie doit choisir entre quatre États membres de l’UE et les États-Unis. Alors que la France, chef de file autoproclamé de la sécurité de l’Union européenne, prend la présidence du Conseil de l’UE, Bratislava cherche à déterminer chez qui elle va dépenser des millions d’euros dans le domaine de la défense. Cinq pays ont manifesté leur intérêt à proposer leurs véhicules blindés de combat sur roues 8×8.

(Lucia Yar | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Le chef d’un grand parti propose à Sofia d’échanger son veto sur les adhésions de Skopje à l’UE par l’adhésion à Schengen. L’animateur de télévision Slavi Trifonov, dont le parti « Il y a un tel peuple » fait partie de la coalition quadripartite actuellement au pouvoir en Bulgarie, a proposé un accord : que le veto de Sofia sur le début des négociations de l’adhésion à l’UE pour la Macédoine du Nord soit levé en échange de la suppression des visas américains pour les Bulgares et de l’adhésion de la Bulgarie à l’espace Schengen.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCHAREST

Le gouvernement roumain discute des mesures à prendre pour se préparer à la cinquième vague de Covid-19. Lors d’une réunion spéciale au siège du gouvernement, des mesures telles que la gratuité des masques pour les étudiants et la possibilité de réaliser des tests de dépistage de la Covid-19 dans les écoles ont été discutées.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Le Président et le Premier ministre de la Croatie sont en désaccord sur les véhicules de combat Bradley. Fin décembre, le président Zoran Milanović, qui est également le commandant en chef de l’armée, a critiqué le gouvernement et en particulier le ministre de la Défense Mario Banožić pour avoir entravé l’acquisition de véhicules de combat d’infanterie Bradley M2A2 ODS.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

///

Le ratio dette/PIB de la Croatie est de 82,4 %. La Banque Nationale croate (HNB) a publié des chiffres sur la dette du pays montrant que la dette totale s’élevait à 344,7 milliards de kunas (45,96 milliards d’euros) à la fin de septembre 2021.

« Mesurée par rapport au PIB annuel, la dette totale s’élevait à 82,4 % du PIB à la fin du mois de septembre 2021, et à 84,7 % du PIB à la fin du mois de septembre 2020, ce qui représente une diminution de 2,3 points de pourcentage au niveau annuel, mais aussi une diminution de 3,7 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent, où cette proportion était de 86,1 %. »

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

BELGRADE 

La Serbie cherche à atteindre les normes transitoires pour fermer le groupe sur l’État de droit. L’objectif de la Serbie pour 2022 est d’ouvrir les groupes de négociation restants dans le cadre de son adhésion à l’UE, en mettant l’accent sur la conformité aux normes transitoires et sur la fermeture du groupe 1, qui concerne les principes fondamentaux de l’État de droit. C’est ce qu’a déclaré la ministre serbe chargée du processus d’adhésion, Jadranka Joksimović, le 2 janvier.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

///

L’augmentation des salaires et des pensions ainsi que les achats d’armes visent à soutenir les élections. La décision d’augmenter les salaires et les pensions, les investissements publics et le budget d’acquisition d’armes, comme prévu par le projet de loi budgétaire 2022, a été prise pour soutenir les élections de cette année en Serbie. C’est en tout cas ce qu’a expliqué un associé de l’Institut viennois d’études économiques internationales (WIIW), Vladimir Gligorov, dans une interview pour BETA.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO 

Selon Šefik Dzaferovic, Viktor Orbán ne parviendra pas à sauver Milorad Dodik. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán tente de « sauver son allié politique », Milorad Dodik, membre de la présidence de la Bosnie-Herzégovine, afin de maintenir son influence dans la région. C’est ce que pense le collègue de Dodik au sein de la présidence tripartite de la Bosnie-Herzégovine, Šefik Džaferović. Ces faits sont rapportés par N1.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

L’avenir de la Macédoine du Nord dans l’UE est toujours incertain. L’avenir de la Macédoine du Nord sur la voie de l’adhésion à l’Union européenne est toujours incertain, et de nombreux acteurs s’expriment aujourd’hui sur ce qui devrait se passer ensuite. Lundi, l’ambassadeur de France en Albanie et un politicien de la coalition bulgare se sont exprimés sur le sujet.

(Alice Taylor | Exit.al)

PODGORICA 

Jens Stoltenberg, Secrétaire général de l’OTAN, est convaincu que le Monténégro restera un fidèle allié. Les États membres de l’OTAN ont beaucoup moins confiance dans le Monténégro après le changement de gouvernement du 30 août 2020, a déclaré le député Predrag Bošković du Parti démocratique des socialistes (DPS), la plus grande force d’opposition dirigée par le président Milo Đukanović.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

///

Selon l’ambassadeur du Royaume-Uni, les réformes au Monténégro nécessitent un gouvernement stable. Les réformes que le Monténégro doit mettre en œuvre pour se rapprocher de l’UE nécessitent un plan sur le long terme et un gouvernement stable, ou alternativement, le soutien du gouvernement et de l’opposition pour s’accorder sur une vision commune de l’avenir du pays. C’est ce qu’a déclaré l’ambassadeur du Royaume-Uni à Podgorica, Karen Maddocks.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

PRISTINA

Le Kosovo renforce les règles relatives à la Covid-19, seules les personnes vaccinées peuvent entrer dans le pays. À partir de lundi, toute personne souhaitant entrer au Kosovo devra fournir la preuve d’une vaccination complète, soit deux doses du vaccin contre la Covid-19.

(Alice Taylor | Exit.al)

TIRANA

Le gouvernement albanais va continuer à accorder des concessions à des entreprises impliquées dans des affaires de criminalité financière. Bien que les propriétaires des sociétés auxquelles ont été attribuées des concessions controversées d’incinérateurs de déchets soient recherchés pour corruption active et blanchiment d’argent, le gouvernement a confirmé qu’il continuerait à les financer.

(Alice Taylor | Exit.al)


AGENDA

  • UE : le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, entame une visite en Ukraine.
  • France : trois ans après l’adoption de la loi sur l’asile et l’immigration, les sénateurs français vont débattre aujourd’hui du niveau de contrôle de l’immigration par le gouvernement français.
  • Autriche : les ministres de l’OPEP+ se réunissent à Vienne pour évaluer l’assouplissement des réductions de la production de pétrole.
  • Croatie : le ministre de l’Économie et du Développement durable Tomislav Ćorić et ses collaborateurs présentent les résultats d’une enquête statistique sur le gaspillage alimentaire. / La nouvelle loi sur le droit d’auteur et les droits connexes est soumise à la Cour constitutionnelle pour une vérification de la constitutionnalité.

***

[Édité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Subscribe to our newsletters

Subscribe