Vaccination à travers l’UE : le plus dur commence

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l'info à travers l'Europe. [MBLifestyle/Shutterstock]

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BERLIN | PARIS | VIENNE | ROME

Vaccination : le plus dur commence. L’Agence européenne des médicaments devrait approuver le vaccin de Pfizer lors d’une réunion extraordinaire le 21 décembre, puis, dans les trois jours, la Commission européenne devrait donner son feu vert définitif. Toutefois, dans la pratique, tout dépend de l’état de préparation des États membres de l’UE en matière de logistique. (Réseau Euractiv)

Lire également : Le début de la vaccination est proche dans l’UE

BERLIN

Les vaccinations commenceront en Allemagne le 27 décembre. La Conférence des ministres de la Santé, composée de représentants des 16 Länder allemands, prévoit que les vaccinations commenceront le 27 décembre, selon les informations fournies par le ministre fédéral de la Santé Jens Spahn (CDU). L’annonce a été faite mercredi soir (16 décembre) par le Sénat de Berlin.

La vaccination des résidents des maisons de repos a été soulignée lors de sa déclaration, mais il n’existe pas encore de version définitive des recommandations préliminaires concernant les groupes prioritaires. Affaire à suivre. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

La stratégie vaccinale bientôt lancée. « Les premières vaccinations pourraient être réalisées en France dès la dernière semaine du mois de décembre avant de monter en puissance début janvier », a annoncé le Premier ministre Jean Castex, qui présentait la stratégie du gouvernement devant l’Assemblée nationale mercredi (16 décembre). Mais ce lancement devra d’abord obtenir l’autorisation de mise sur le marché de l’Agence européenne du médicament, « attendue pour le 21 décembre », et l’avis de la Haute Autorité de santé, qui sera rendu « dans la foulée », a précisé le chef de l’exécutif.

La France a commandé de quoi vacciner 100 millions de personnes. La phase 1 de la stratégie concernera les personnes prioritaires, à savoir les personnes âgées vivant en institution, par exemple les EHPAD, ainsi que les professionnels y travaillant et présentant un risque élevé. Le Premier ministre a également indiqué devant les députés qu’« aucune vaccination n’aura lieu sans que le consentement éclairé ait pu être exprimé », assure-t-il. « Une consultation médicale sera proposée en amont de la vaccination. » (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

BRUXELLES

Pas d’exception de couvre-feu pour les vacances. Il n’y aura pas d’exception au régime de couvre-feu de 22 h à 6 h imposé en Région bruxelloise, que ce soit à Noël ou à la veille du Nouvel An, a annoncé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. Cette décision intervient après que la Wallonie a décidé de reporter le début du couvre-feu à minuit le 24 décembre. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LA HAYE

Vacances : vols annulés aux Pays-Bas. Les organisations de voyages aux Pays-Bas, telles que TUI et Corendon, annulent pour l’instant tous les vols après avoir reçu plusieurs recommandations allant dans ce sens. Ces derniers jours, l’aéroport d’Amsterdam-Schipol a accusé de longues files d’attente.

La ministre néerlandaise des Infrastructures, Cora van Nieuwenhuizen, a déclaré qu’elle souhaitait introduire des mesures à l’issue desquelles les voyageurs devraient indiquer si le voyage qu’ils souhaitent effectuer est nécessaire ; une décision qui vise à décourager les gens de prendre l’avion si le voyage à l’étranger n’est pas indispensable. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

LONDRES

Brexit : pas de lumière au bout du tunnel. Les discussions entre la France et le Royaume-Uni sur la gestion du tunnel sous la Manche risquent d’échouer, car la partie britannique considère les projets de l’UE pour la liaison ferroviaire comme « absolument inacceptables », a déclaré un ministre du gouvernement britannique. (Sam Morgan, Euractiv.com)

DUBLIN

Le retard de l’accord post-Brexit préoccupe l’Irlande. Les longues files de camions dans les ports de la Manche – en raison des stocks de marchandises que les Britanniques font pour anticiper le Brexit – ont fait perdre du temps aux entreprises de transport irlandaises, ont alourdi leurs frais généraux et ont fait perdre de précieux créneaux de livraison, fait savoir l’Irish Times, citant les craintes croissantes que des heures de retard se transforment en jours à partir de janvier, une fois que les contrôles liés au Brexit auront commencé. (Euractiv.com)

HELSINKI

L’euroscepticisme s’accroît en Finlande. Alors que 38 % des Finlandais rejettent la participation du pays au plan de relance pour l’Europe à hauteur de 750 milliards d’euros, près de la moitié (49 %) estiment que l’influence de la Finlande sur l’UE est presque méconnaissable, selon un sondage publié mardi (15 décembre) par le Forum finlandais des affaires et de la politique (EVA). (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

VILNIUS

La Lituanie lance une enquête sur les crimes commis en Biélorussie. La Lituanie est devenue la première nation européenne à lancer une enquête sur les crimes contre l’humanité potentiellement commis par les forces de sécurité biélorusses.

Svetlana Tikhanovskaya, la principale dirigeante de l’opposition biélorusse qui a été contrainte de fuir en Lituanie, a appelé les autres États membres à suivre le pas.

L’enquête a été lancée par l’intermédiaire du principe de la compétence universelle et s’appuie sur une affaire antérieure : l’investigation lituanienne sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité lors de la répression soviétique à Vilnius le 13 janvier 1991 qui avait coûté la vie à 14 personnes. (Benas Gerdžiūnas, LRT.lt/en)

MADRID

Covid-19 : des mesures plus sévères en vue des fêtes de fin d’année ? Le virus ne disparaissant pas à l’approche de la période de Noël, le gouvernement espagnol est prêt à mettre en œuvre des mesures plus strictes, a déclaré le Premier ministre socialiste espagnol, Pedro Sánchez, au Parlement mercredi (16 décembre). (Euroefe)

LISBONNE

La première tranche du plan de relance prévue au début de 2021 ? Le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, espère que la première tranche du fonds de relance de l’UE parviendra aux États membres « au cours du premier semestre 2021 », a-t-il indiqué, précisant que le Portugal visait à atteindre la fin de sa présidence du Conseil de l’UE avec « l’approbation de tous les plans nationaux ». (Luísa Meireles & Maria de Deus Rodrigues, Lusa.pt)

ATHÈNES

La Grèce entre dans l’ère 5G. La vente aux enchères des réseaux de fréquences à large bande 5G s’est terminée mercredi (16 décembre) et les trois principales sociétés de téléphonie mobile – Cosmote, Vodafone et WIND – se sont vu attribuer une partie du spectre pour les réseaux de nouvelle génération. (Alexandros Fotiadis & Theodore Karaoulanis, Euractiv Grèce)

VARSOVIE

Le Parlement polonais modifie le champ d’application de la Convention d’Istanbul. Le Parlement polonais a adopté à une large majorité une loi modifiant le champ d’application de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, connue sous le nom de Convention d’Istanbul. (Anna Wolska, Euractiv Pologne)

PRAGUE

Covid-19 : début des tests de dépistage gratuits. Les tests antigéniques gratuits ont débuté mercredi (16 décembre) en République tchèque, et ce sur environ 2 000 sites, y compris dans les centres de dépistage et les cabinets médicaux existants.

Le programme, qui devrait couvrir jusqu’à 60 000 tests par jour, devrait se poursuivre jusqu’à la mi-janvier. Des milliers de personnes se sont déjà inscrites, la plupart des rendez-vous étant déjà complets jusqu’à Noël. (Ondřej Plevák, Euractiv République tchèque)

BUDAPEST

Le Groupe PPE dépouille le député européen Fidesz de ses droits, mais pas de son statut de membre. Avec 133 voix pour, 6 contre et 3 abstentions, le groupe du Parti populaire européen a retiré au chef de la délégation du Fidesz, le député européen Tamás Deutsch, le droit de s’exprimer en plénière au nom du groupe, d’être désigné pour mener des dossiers politiques au nom du groupe ou représenter le parti dans certaines affaires, mercredi (16 décembre). (Vlagyiszlav Makszimov, Euractiv.com)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer