Varsovie et Budapest s’opposent au budget septennal de l’UE

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’EURACTIV. [EPA-EFE/Tibor Illyes]

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

VARSOVIE | BUDAPEST

Veto au budget à long terme de l’UE. Dans une lettre aux dirigeants de l’UE, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki menace de mettre son veto au budget septennal de l’UE si l’octroi des fonds européens est subordonné au respect des principes de l’État de droit.

Avec cette mesure attendue, il fait écho aux précédentes intimidations du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, selon qui « bien que la Hongrie soit engagée en faveur de la coopération, à la vue des derniers développements, elle ne peut pas fournir l’unanimité requise pour le paquet adopté en juillet ».

Varsovie et Budapest s’opposent toutes deux au mécanisme, mais les commentaires de M. Morawieck étaient moins critiques et directs que ceux de son homologue hongrois. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com | Monika Mojak, Euractiv Pologne)

Lire également : La Pologne ne peut accepter un mécanisme lié à l’État de droit 

BERLIN

Loi du talion russe. La Russie a annoncé son intention d’imposer des sanctions à l’Allemagne et à la France dans le cadre de l’affaire Navalny. Il y a seulement un mois, l’UE a imposé des sanctions aux proches de Vladimir Poutine, notamment en raison de la pression exercée par Berlin et Paris. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les sanctions seraient dirigées contre « les membres dirigeants de l’appareil d’État en Allemagne et en France ». (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Règles de confinement inchangées, malgré le ralentissement de l’épidémie. « L’évolution du nombre des nouvelles contaminations a ralenti depuis une semaine », une baisse d’environ 16 %, a confirmé le Premier ministre Jean Castex lors de sa conférence de presse hebdomadaire, jeudi (12 novembre). Mais les règles du confinement resteront inchangées « au moins pour les 15 prochains jours ».

« Cette tendance récente est fragile et ne peut produire des résultats que si elle se confirme dans la durée », a-t-il prévenu. Le Premier ministre a en outre estimé que lever ou alléger le dispositif dès aujourd’hui serait « irresponsable », tout comme l’organisation de grandes fêtes de fin d’année. Un éventuel allégement strictement limité aux commerces pourrait toutefois être envisagé le 1er décembre, mais les bars et restaurants ne seront pas concernés. (Louise Rozès Moscovenko, Euractiv France)

VIENNE

Un tribunal de Vienne met prématurément fin à l’enquête sur Eurofighter. Un tribunal viennois a décidé de mettre fin prématurément à l’enquête pénale sur la fraude présumée d’Airbus SEAIR.PA et d’Eurofighter Jagdflugzeug GmbH en relation avec l’achat d’avions de chasse par le gouvernement en 2003, pour un montant de 2 milliards de dollars. (Philipp Grüll, Euractiv Allemagne)

LONDRES

Brexit : le parti travailliste doit s’excuser. Les divisions internes du parti travailliste à propos du Brexit ont été soulignées à nouveau par un rapport de Ian Lavery et Jon Trickett, membres du cabinet fantôme de l’ancien leader Jeremy Corbyn, qui ont demandé au parti de présenter des « excuses complètes » pour sa position sur le Brexit. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

DUBLIN

Brexit : les pressions américaines ? Le Premier ministre irlandais Micheal Martin a déclaré jeudi (12 novembre) que l’administration américaine du futur président Joe Biden souhaitait voir un accord commercial entre l’UE et le Royaume-Uni et que le gouvernement de Boris Johnson devrait commencer à travailler sérieusement pour en obtenir un. (Samuel Stolton, Euractiv.com)

HELSINKI

Les valeurs priment sur la géographie. La politique étrangère de la Finlande ne se concentrera plus sur les questions géopolitiques et la realpolitik comme elle le fait depuis des années en raison de sa situation géographique, mais élargira son champ d’action grâce à une approche fondée sur les valeurs, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto (Verts) au tabloïd Iltalehti lors d’une discussion sur la politique étrangère du pays et ses relations particulières avec les États-Unis, mercredi (11 novembre). (Pekka Vanttinen, Euractiv.com)

STOCKHOLM

Covid-19 : interdiction de vendre de l’alcool pour contrer l’augmentation des infections. Après l’approche suédoise d’« anti-confinement » lors de la première vague, les nouvelles infections et le nombre d’admissions à l’hôpital ont fait naître des doutes sur la légèreté des mesures prises jusqu’à présent. C’est pourquoi, afin de lutter contre la montée en flèche actuelle du nombre de contaminations par le SARS-CoV-2, le gouvernement a annoncé l’interdiction de vendre de l’alcool dans les bars, restaurants et discothèques après 22 heures. Cette décision sera d’application de fin novembre à fin février. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

ROME

Covid-19 : règles plus strictes. Trois régions italiennes, la Vénétie, l’Émilie-Romagne et le Frioul, ont décidé de renforcer les règles locales bien qu’elles soient étiquetées comme « zones jaunes », le plus bas des trois niveaux de risque en Italie. (Valentina Iorio, Euractiv Italie)

MADRID

Les conditions de vie dans les centres pour migrants des îles Canaries sont « inhumaines ». Human Rights Watch a dénoncé les conditions de vie dans un centre pour migrants installé sur un débarcadère au port d’Arguineguin, affirmant qu’il ne « respectait pas la dignité ni les droits fondamentaux des personnes ». (Euroefe)

ATHÈNES

Covid-19 : le Premier ministre grec blâme les jeunes. Le Premier ministre conservateur grec Kyriakos Mitsotakis a déclenché une vague de réactions après avoir déclaré jeudi (12 novembre) au Parlement que les jeunes étaient responsables de la situation critique dans le pays. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

BRATISLAVA

Le plan de relance est à la traîne. Le député européen de l’opposition Michal Šimečka (Renew, Progressive Slovakia) a critiqué le gouvernement slovaque pour son retard dans le plan de relance national. Cela aurait pour conséquence que la Slovaquie recevrait la première partie des fonds européens plus tard que d’autres pays, dont certains pourraient déjà être prêts en janvier, a-t-il ajouté.

Bien que le ministère des Finances du pays ait reconnu un retard probable de quatre mois (jusqu’à la dernière échéance en avril), il a également souligné l’importance de « la qualité du plan de relance, et non de l’alarmisme ». (Zuzana Gabrižová, Euractiv Slovaquie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer