Alabama Monroe, prix LUX 2013 du Parlement européen

Lux prize broken-circle-meltdown.jpg

Alabama Monroe, l’histoire d’amour d’un couple belge devant faire face à une perte tragique, vient de recevoir le prix LUX 2013 au Parlement européen à Strasbourg.

 

 

Les 766 eurodéputés ont sélectionné le lauréat de l’édition 2013 du prix LUX du Parlement : Alabama Monroe.

Ce film belge raconte l'histoire d'une romance entre Elise, la propriétaire d'un magasin de tatouage, et Didier, un joueur de banjo. Leur bonheur semble être à son comble lors de la naissance de leur fille. Mais la maladie de leur fille va faire vaciller leur couple.

Ce film a reçu des critiques dithyrambiques pour sa bande originale, une compilation de chansons country. Elles ont relancé l'intérêt pour ce style de musique dans le pays du réalisateur, la Belgique.

« Le film s'attaque à un sujet très sensible et l'aborde de manière irrésistible et touchante », déclare l'eurodéputée belge Kathleen Van Brempt du groupe Socialistes & démocrates au Parlement européen.  « Il se démarque nettement des autres concurrents », explique-t-elle à EURACTIV.

« Miele », un film franco-italien réalisé par Valeria Golino et le film anglais « Le géant égoïste » de Clio Bernard arrivent respectivement en 2e et 3e position.

Alabama Monroe a également remporté plusieurs prix lors de festivals de films internationaux au cours des derniers mois. Le 7 décembre, Veerle Baetens, l'actrice principale, a reçu le prix de la meilleure actrice lors du prix du cinéma européen à Berlin. Elle a devancé d'autres candidates prestigieuses comme Keira Knightley et Naomi Watts.

Le réalisateur, Felix Van Groeningen, a déclaré que le prix LUX « permet à des films d’atteindre des territoires et des pays différents, de sorte que beaucoup de personnes puissent les voir.

C’est la raison pour laquelle nous faisons des films. »

Gros plan sur les questions sociales

Le Parlement européen décerne chaque année ce prix. Son but est de mettre en évidence les questions sociales et politiques en Europe.

Les producteurs et les réalisateurs ne reçoivent aucune récompense financière. À la place, le Parlement européen fournit des sous-titres dans les 24 langues officielles de l'Union européenne. Le Parlement européen soutient également la projection du film dans toute l'Europe, ce qui permet de donner davantage de visibilité aux réalisateurs européens dans les autres pays.

« Les films traduits dans différentes langues trouvent en outre leur audience par les États membres en Europe », estime Kathleen Van Brempt. « Prenez les séries télévisées danoises, par exemple : elles se développent dans plusieurs États membres de l'UE. Cela montre que l'audience européenne est prête à regarder des films dans tout type de langues avec des sous-titres. »

Les trois films sélectionnés pour le prix LUX 2013 seront projetés jusqu'en janvier 2014 à travers des villes européennes à l’occasion d'évènements appelés « Lux Film Days ». 

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, (S&D) a félicité le lauréat. « En racontant des histoires sur qui nous sommes et qui nous pourrions être, les films européens contribuent à créer une conscience culturelle pour l’Europe.  Les réalisateurs n’ont pas besoin de nous, les politiciens européens, mais nous avons besoin de vous, réalisateurs. Les histoires et les émotions peuvent aider à développer l’identité. Les films européens stimulent un sentiment d’unité en Europe. »

Martin Callanan, le président du groupe des Conservateurs et Réformistes européens (CRE) ne partage pas ce point de vue : « Le Parlement européen ne devrait pas organiser son propre prix cinématographique. J'aimerais rencontrer un eurodéputé qui a regardé tous les films et a voté! »

Le prix LUX du Parlement européen a été créé en 2007.

« Lux » vient du latin et signifie « lumière ». Ce prix vise à lancer un débat public sur des questions européennes, comme l'intégration, et à améliorer la diffusion de films européens sur le Vieux-Continent.

Les films sélectionnés doivent répondre à un certain nombre de critères. Ils doivent relever de la fiction ou du documentaire (films d’animations y compris). Ils doivent durer au minimum 60 minutes et être produits ou coproduits dans un État membre de l'UE, en Islande, au Liechtenstein, en Norvège ou en Suisse.

Ils doivent également illustrer le caractère universel des valeurs européennes et les diversités culturelles du continent.

Les eurodéputés désignent le lauréat du prix.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer