L’anglais, lingua franca de la jeune génération

school istock small.jpg

 

Les élèves de l’UE sont très nombreux à apprendre l’anglais comme deuxième langue : 82 % d’entre eux en primaire et lors du premier cycle du secondaire, et 95 % lors du deuxième cycle de l'enseignement secondaire, selon une étude publiée hier (26 septembre) par Eurostat, à l’occasion de la dixième journée européenne des langues.

L'anglais surpasse de loin l'allemand et le français, qui ne sont étudiés par 27 % et 26 % respectivement des élèves du deuxième cycle du secondaire.

Cette tendance dans l’enseignement reflète une évolution linguistique et culturelle plus large en Europe. Un sondage de l'Eurobaromètre de 2006 a révélé que le nombre d'Européens affirmant être capables de tenir une conversation en anglais en tant que deuxième langue était passé de 32 % à 38 % entre 2001 et 2005, un nombre plus de deux fois plus élevé que pour le français ou l'allemand.

La prédominance de l'anglais a également été mise en exergue lors du dernier concours Eurovision en mai dernier, lors duquel 22 des 25 finalistes ont choisi de chanter en anglais.

Les chiffres d'Eurostat indiquent une variation régionale importante. En effet, l'allemand se révèle particulièrement populaire dans le deuxième cycle du secondaire des pays d'Europe centrale, tels que la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne, où cette langue est apprise par plus de la moitié des élèves.

En revanche, le français se porte beaucoup mieux en Europe occidentale. Il s'agit de la langue étrangère principale dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire en Grande-Bretagne (29 % des élèves) et en Irlande (58 %), mais le français est également populaire dans les pays latins, suivant l'anglais de près en Italie (20 %), en Espagne (27 %) et en Roumanie (85 %).

La quatrième langue la plus populaire est l'espagnol, une langue enseignée à 19 % des élèves du deuxième cycle du secondaire dans l'UE, et à notamment 65 % des élèves en France.

L'Union européenne souhaite promouvoir le multilinguisme et que chaque citoyen de l'UE parle au moins deux langues étrangères. Toutefois, dans la pratique, de nombreuses institutions et agences de l'UE se limitent à une ou plusieurs langues de travail.

La question de l'utilisation des langues est parfois controversée. Par exemple, les tentatives de créer un brevet européen qui ne serait qu'en anglais, français et allemand ont faire face aux ripostes de l'Italie et de l'Espagne, qui ont qualifié cette idée de discriminatoire.

La prédominance de l'anglais est surtout décriée par des associations francophones, telles que la Francophonie et l'Association de défense de la langue française. Cette dernière a souvent attribué son prix satirique à des fonctionnaires de l'UE, dont Romano Prodi et Jean-Claude Trichet, pour leur « utilisation abusive » de la langue anglaise.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.