L’UE lance le recrutement linguistique dynamique

multilingualism_02.jpg

Demain (13 juillet), les institutions européennes vont lancer des concours afin de recruter des traducteurs pour cinq langues. Ce geste sera suivi par des mouvements similaires une semaine plus tard dans le but de trouver des interprètes pour cinq langages, l’UE tentant de remédier au déficit de personnel imminent.

 

La recherche de traducteurs vers le danois, l’allemand, l’anglais, le français et le slovène débute demain, tandis que les concours pour recruter des interprètes vers le bulgare, l’anglais, le néerlandais, le roumain et le slovène commenceront une semaine plus tard.

Exposant brièvement le processus lors d’une conférence de presse à Bruxelles vendredi (9 juillet), le vice-président de la Commission européenne Maroš Šef?ovi?, responsable de l’administration de l’exécutif européen, a dit que ce serait le début d’un recrutement annuel dynamique pour les linguistes, qui aura lieu chaque été.

Nous nous attendons à un taux de participation élevé, comme cela a été le cas avec les concours pour les administrateurs, a dit M. Šef?ovi?.

Les concours à venir seront les premiers à avoir lieu sous le nouveau système simplifié de recrutement assisté par ordinateur de l’UE (EURACTIV 23/11/09), opérant depuis le mois de mars. Ce concours, conçu pour occuper les postes administratifs, a vu 37 000 personnes passer des tests en seulement deux mois.

Nos services de traduction sont les meilleurs au monde, et nous n’engageons que les meilleurs, les trouver sera donc notre défi (…) toutefois, je suis certain que nous y parviendrons, a affirmé le commissaire Šef?ovi?.

Faisant écho à ce point de vue, David Bearfield, directeur du European Personnel Selection Office (EPSO), qui supervise le recrutement, a dit : nous pouvons nous permettre d'être exigeants et de vouloir les meilleurs, car nous pouvons offrir ce qu'il y a de meilleur.

Nous tenons constamment à nous assurer que nous fournissons les bonnes personnes, en bon nombre, au bon moment. Un calendrier fixé sur une base annuelle facilite grandement la communication des offres d’emploi et l’entrée en contact avec des candidats dans les universités, aussi bien que par Facebook et Twitter, a ajouté M. Bearfield.

Le mois dernier, la Commission a rejoint d’autres organisations internationales pour réclamer que l’apprentissage des langues dans les écoles soit correctement financé et que les opportunités de carrière pour les professionnels comme les interprètes et les traducteurs soient mieux promues.

La déclaration de Paris a prévenu qu'une pénurie mondiale de linguistes qualifiés signifiait que sans une génération de professionnels formés avec les compétences linguistiques nécessaires, les organisations internationales ne pourraient pas mener à bien leurs tâches principales. (EURACTIV 29/06/10).

Nous faisons face à une vague de départs à la retraite et nous avons besoin de remplacer toute une génération, a expliqué vendredi Marco Benedetti, directeur général du département d’interprétation de la Commission européenne.

En effet, l’inquiétude que l’UE soit confrontée à une sérieuse pénurie d’interprètes dans les cinq à dix ans à venir, alors que le personnel actuel commence à partir à la retraite, a conduit les institutions à mener des campagnes d’information et de sensibilisation conjointes l’an passé, afin d’encourager les jeunes gens à envisager des carrières linguistiques à Bruxelles.

Des représentants de la Commission européenne étaient en France en novembre dernier, en même temps que leurs collègues du Parlement européen et de la Cour de Justice européenne afin de faire la promotion des carrières d’interprète au Salon de l’éducation européenne à Paris (EURACTIV 20/11/09). 

Les efforts fournis en novembre font suite à de précédentes initiatives visant à stimuler l’intérêt des anglophones de naissance pour les carrières linguistiques (EURACTIV 18/02/09), ainsi que chez les personnes de langue maternelle tchèque et lettonne, par peur d’une crise de la succession.  

Nous perdrons entre 40 et 50% de notre personnel dans les dix prochaines années, tandis que 22% de notre personnel anglophone et 12% de notre personnel francophone partira dans les prochaines années, a dit M. Benedetti de la DG (direction générale) Interprétation vendredi.

L’anglais, un problème particulier

L’anglais pose un problème particulier. Dans l’ensemble des pays anglophones, nombreux sont ceux qui pensent que parler anglais uniquement est suffisant, et ceux-ci ne peuvent donc pas devenir traducteurs ou interprètes, a-t-il expliqué.

Le vice-président de la Commission, M. Šef?ovi?, a révélé avoir discuté du manque de linguistes anglais avec le nouveau ministre britannique aux affaires européennes, David Lidington.

Nous pensons tous deux que nous devons faire un effort pour recruter plus de licenciés universitaires. Les nouvelles offres d’emploi au sein des institutions européennes sont très compétitives en comparaison à ce qui est offert aux jeunes gens au Royaume-Uni, a dit M. Šef?ovi?, expliquant qu’il était plus difficile pour l’UE de recruter des britanniques de plus de 30 ans en raison de l’attractivité du marché de l’emploi britannique à cette étape de leurs carrières.

Le directeur général pour l’interprétation est même allé plus loin, insistant sur le fait que les campagnes d’information et de sensibilisation dans les universités n’étaient pas suffisantes. Nous devons commencer bien plus tôt avec les jeunes gens, étant donné que dans certains pays l’apprentissage des langues n’est plus obligatoire passé un certain âge. Nous avons déjà entamé ce processus et voyons de bons résultats, a-t-il affirmé.

Les traducteurs seront recrutés au premier niveau (AD5), tandis que pour les interprètes, le recrutement prendra place aux niveaux AD5 et AD7, lequel requiert plus d’expérience.

Tous les candidats devront passer des tests d’aptitudes assistés par ordinateur. Les candidats reçus seront invités à passer une journée (pour les traducteurs) ou une journée et demie (pour les interprètes) à l'"assessment centre" de Bruxelles, où l’objectif sera d’évaluer l’aptitude à l’emploi plutôt que les connaissances factuelles.

Quarante à cinquante traducteurs et interprètes seront nommés à chacune des langues du concours, dans un processus qui devra durer 5 à 9 mois.

L’industrie linguistique européenne, qui vaut 8,4 milliards d’euros, devrait augmenter de 10% par an ces cinq prochaines années après avoir enregistré l’un des taux de croissance les plus importants de tous les secteurs industriels de l’UE malgré la crise économique, selon une étude commandée par la Commission européenne publiée en novembre dernier (EURACTIV 30/11/09).

Les institutions européennes emploient des traducteurs et des interprètes pour les 23 langues officielles du bloc, dépensant environ 1 milliard par an pour leurs services linguistiques (ce qui représente environ 1% du budget européen, soit 2,5 euros par citoyen).

72% des documents européens sont rédigés en anglais, 12% en français, et juste 3% en allemand, tandis que 88% des utilisateurs du site de la Commission européenne Europa parlent anglais, selon les chiffres de l'exécutif de l'UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.