Eurovision : on a compté les points

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Boris Duponchel

Boris Duponchel est secrétaire général du think-tank Point d’aencrage.

La chanson « 1944 » de la candidate ukrainienne Jamala faisant référence à la déportation des Tatars par Staline, le drapeau du Haut-Karabakh, brandi par Iveta, la chanteuse arménienne, ou encore la mise en scène suédoise ont beaucoup fait parler ces derniers jours sur la politisation de l’Eurovision.

La vraie polémique de cette édition concerne cependant le duel Kiev-Kremlin. En effet, c’est principalement autour de la question ukrainienne qu’a tourné l’enjeu de cette édition, mais que disent les votes ?

Si l’Ukraine remporte cette édition, montrant ainsi une Europe unie dans son soutien face à la Russie, c’est cette dernière qui obtient le plus de points des votes du public européen (361 points pour la Russie contre 323 pour l’Ukraine). En effet, depuis 2013 les points sont attribués pour moitié par le biais d’un jury national et pour moitié par le vote du public de chaque pays ; l’Ukraine se rattrape dans la première catégorie, obtenant 211 points, là ou la Russie n’en obtient que 130 et passe ainsi première au classement final.

Pour être tout à fait juste, et contrairement à ce que laisse entendre Russia Today, il est difficile de parler de complot contre la Russie, puisqu’une plus grande distorsion de votes entre le vote populaire et le vote du jury existe pour un autre pays, la Pologne. Arrivée 3ème au classement par vote populaire avec 222 points, elle finit 8ème, une fois pris en compte le vote des jurys qui ne lui apporte que 7 points supplémentaires. L’Australie, grande favorite avant la finale, a su mieux convaincre les jurys nationaux qui avaient délibéré avant la diffusion de la finale et lui avait accordé 320 points, la plaçant ainsi loin devant l’Ukraine ou la Russie, alors qu’elle n’emporte finalement que 191 points au vote populaire et termine 2ème, derrière l’Ukraine, mais loin devant la Pologne.

Le vote des jurys ukrainiens et russes reflète bien l’état de tension entre les deux pays, ceux-ci ne s’accordant mutuellement aucun point. Toutefois les habitants de ces deux pays rivaux votent indifféremment pour le candidat de l’un ou de l’autre. L’Ukraine arrive ainsi seconde des votes populaires russes et la Russie première des votes populaires ukrainiens.

On retrouve cette disparité du vote entre jury et population dans d’autres pays notamment d’Europe de l’est.

En Serbie le vote populaire met la Russie en tête alors que le jury lui place l’Ukraine en 1ère place ne donnant qu’un petit point à la Russie en la classant 10ème. Serait-ce une manière pour le jury, composé d’artistes serbes, de montrer un attachement pro-européen suite à la victoire des nationalistes aux dernières élections serbes ?

En Macédoine, si la Serbie arrive première du vote populaire, la Russie arrive tout de même en troisième place derrière la Bulgarie alors que le jury, lui, place l’Ukraine en tête, la Serbie en 4 et ne donne aucun point à la Russie.

En Croatie, le jury se prononce pour l’Australie en première place alors que la population place en trio de tête la Serbie, suivie de l’Ukraine et de la Russie.

En Biélorussie, si le jury et le vote populaire placent la Russie en tête, les votes du public mettent eux l’Ukraine en seconde position, les jurys choisissant la Lituanie.

En Moldavie, c’est l’Ukraine qui arrive en tête du jury et la Russie du vote populaire.

En Géorgie, le jury place l’Ukraine en tête, la population en seconde position (derrière l’Arménie voisine). Mais là où le jury n’accorde aucun point à la Russie, le vote populaire lui place la Russie tout de même 3ème.

En Pologne une situation tout à fait similaire avec un vote unanime du jury et de la population pour l’Ukraine en première place, mais là encore le jury ne donne aucun point à la Russie alors que le vote du public la place 3ème (derrière la Suède).

En Bulgarie, le jury place la Russie en 5ème position et n’accorde aucun point à l’Ukraine alors que la population par son vote place la Russie en tête, suivie immédiatement de l’Ukraine. L’Arménie recueillant la 1ère place du jury et la 3ème du vote populaire.

En Arménie de même : si le jury place la Russie en 9ème place, ne lui accordant que deux modestes points, la population vote en premier pour la Russie et en second pour l’Ukraine, plaçant la Géorgie 3ème alors qu’elle arrive 2ème du vote du jury derrière la France.

Il est à noter que 3 pays connaissent une situation où, alors que le jury n’a accordé aucun point à l’Ukraine, le vote populaire la place 1ère : c’est le cas en Tchéquie, en Finlande et au Danemark.

Enfin relevons une exception, l’Azerbaïdjan, où aucun différend politique entre jury et population n’apparaît puisque tous deux placent la Russie 1ère, l’Ukraine 2ème et la Bulgarie 3ème.

Les proximités culturelles, à en voir ces exemples, ressortent plus forte que les relations interétatiques qui si elles peuvent influencer les jurys n’affectent que très peu le vote du public qui peu indistinctement voté pour l’Ukraine et la Russie ou l’une ou l’autre sans prendre en considération la politique étrangère du pays.

Au-delà de la question ukrainienne, le rejet de l’Allemagne

On se moque souvent des performances de la France, mais que dire de l’Allemagne ? Si en 2010, elle remportait l’Eurovision, elle connaît depuis une chute brutale dans le cœur des votants du concours. Dernière cette année, comme l’an dernier où elle n’avait récolté aucun point, 18ème en 2014 et 2013, il faut remonter en 2012 pour voir l’Allemagne dans le top 10 du classement. Cette année, côté jury, seule la Géorgie lui a octroyé un petit point ; au vote du public ses voisins autrichiens et suisses lui attribuent respectivement 2 et 8 points, le pays helvétique la classant même à la 3ème place !

Doit-on croire tout simplement que, depuis 4 ans, l’Allemagne choisit très mal ses candidats ? Ou faut-il y voir une forme de rancœur des pays européens qui subissent les répercussions des positions allemandes sur les politiques d’austérité ? C’était en tout cas la piste qu’évoquaient déjà les représentants de la chaine ARD (diffuseur de l’Eurovision en Allemagne) suite à l’édition 2013 de l’Eurovision.

Pour ne prendre qu’un exemple symbolique, la Grèce n’accorde aucun point à l’Allemagne, préférant placer la Russie en première position du vote du jury et 2ème du vote populaire (derrière Chypre).

Petites curiosités des choix germaniques. Alors que le jury allemand choisit de mettre Israël en 1ère place en lui accordant ses 12 points, la population place, quant à elle, la Russie en tête de ses choix.

Israël et l’Europe

Si le candidat israélien se positionne en milieu du classement final (14ème place) ce n’est pas grâce aux votes populaires. Le pays ne recueille que 11 points grâce aux votes de l’Azerbaïdjan, de la France et de la Bulgarie, mais les jurys lui apportent un renfort important de 124 points provenant de 25 pays différents sur 26 candidats.

Enfin, particularité si l’on en croit les votes du public israélien, la France y est encore fortement populaire puisque les Israéliens sont les seuls à placer l’hexagone en tête de ses votes.

Si la majorité des Français perçoit ce programme comme un simple divertissement musical et juge peut-être réellement les capacités artistiques des représentants de chaque pays, le Concours de l’Eurovision peut être, comme le montrent les exemples précédents, révélateur de certaines réalités intra-européennes.

Les artistes français doivent-ils alors se rassurer en se disant que l’échec, édition après édition, de la France à l’Eurovision est plus le reflet de l’influence culturelle et économique du pays en Europe que de leur propre performance ? Mais finalement, les Français et les artistes qui les représentent au Concours devraient avoir meilleur moral cette année puisque le pays a regagné du terrain en terminant 6ème loin des dernières places où nous stagnions ces dernières années ! Quoique là encore le vote des jurys nationaux n’y est pas étranger, la France ne terminant que 16ème en fonction des votes du public.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER