Bruxelles dénonce la loi polonaise sur les médias

« Le pluralisme des médias et la diversité des opinions sont ce que les démocraties fortes accueillent, et non ce qu’elles combattent », a tweeté Věra Jourová la vice-présidente de l’exécutif bruxellois chargée des valeurs. [EPA-EFE/JOHANNA GERON]

La Commission européenne a dénoncé jeudi (12 août) « le signal négatif » pour la liberté de la presse envoyé par le vote d’une loi controversée sur les médias en Pologne.

« Le projet de loi polonais sur la radiodiffusion envoie un signal négatif. Nous avons besoin d’une loi sur la liberté des médias dans toute l’UE pour défendre la liberté des médias et soutenir l’État de droit », a réagi la vice-présidente de l’exécutif bruxellois Věra Jourová chargée des valeurs, dans un commentaire sur son compte Twitter.

« Le pluralisme des médias et la diversité des opinions sont ce que les démocraties fortes accueillent, et non ce qu’elles combattent », a-t-elle ajouté.

« La nouvelle loi polonaise serait une attaque grave contre la liberté de la presse. La #Pologne a montré il y a 30 ans la voie de la liberté et du pluralisme. Défendons ces valeurs européennes, communes et fondamentales », a renchéri sur Twitter le secrétaire d’État français aux Affaires européennes Clément Beaune.

La loi sur les médias dite « Lex TVN » votée mercredi (11 août) par le parlement a été combattue par l’opposition polonaise qui la considère comme une menace pour la liberté de la presse et juge qu’elle va obérer les relations avec les États-Unis.

La coalition au pouvoir en Pologne a éclaté sur cette loi, avec le départ du parti Entente. Mais le texte a été adopté par 228 voix pour et 216 contre avec l’apport des suffrages des élus d’un groupe antisystème, Kukiz 15.

Selon le parti au pouvoir Droit et Justice (PiS), cette loi est nécessaire pour empêcher les puissances étrangères hostiles de prendre le contrôle des diffuseurs en Pologne. Elle interdit aux sociétés non européennes de posséder plus de 49 % d’un média polonais.

Elle pourrait notamment forcer le groupe américain Discovery à vendre la majeure partie de sa participation dans le réseau de télévision privé polonais TVN, souvent critique envers le gouvernement conservateur.

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, s’est dit mercredi soir « profondément préoccupé » par le vote de cette loi.

La Pologne recule sur sa réforme controversée de la justice

Le président du principal parti de la coalition conservatrice au pouvoir en Pologne, Jarosław Kaczyński, a annoncé samedi (7 août) la prochaine liquidation du volet disciplinaire d’une réforme controversée du système judiciaire, une décision réclamée par l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe